AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782258194359
320 pages
Presses de la Cité (11/02/2021)
3.44/5   8 notes
Résumé :
Préserver à tout prix la tranquillité des campagnes ou bien la céder à ces jeunes férus de vélo en quête de plaisirs et de sensations ?
Voilà un enjeu qui oppose jeunes citadins et anciens d'un village morvandiau.
La solaire Blandine, fleur du pays, saura-t-elle réconcilier les deux camps ?

En se lançant dans les chemins pentus et ravinés du Travers, de jeunes citadins amateurs de vélo tout-terrain n'imaginent pas un seul instant qu'une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Annette55
  07 août 2021
C'est l'histoire éternelle de deux camps opposés : citadins et locaux , traditions rurales profondément ancrées dans ce coin de Morvan——,très bien observé ——-par l'auteur passionné par cette campagne où il vit .
C'est l'histoire d'une bande de jeunes «  Étrangers » , au pays des forêts , ce terroir ancestral de rudes collines , ses beaux chemins du «  Travers » ses pentes abruptes et ses rivières à truites que : Juliette , Isabelle, Sylvain , Yann dévalent «  à fond la caisse «  sur leurs vélos tout - terrain.
Rares étaient les visiteurs jusqu'à ce que ces jeunes parisiens qui avaient sillonné les forêts des alentours de Paris ne s'y aventurent, grâce à Isabelle , originaire de cette région de moyenne montagne , qui y faisait beaucoup de vélo , enfant , avec son grand - Père ….
Ils sont accueillis par Octave , vieux paysan dont ils égayent la solitude …
Mais au café du village la colère gronde: leur passion dérange .
Qui sont- ils ?
Silences pesants et regards soupçonneux se font jour .
De quel droit cette bande s'approprie t- elle les rudes collines et saccage t- elle les sentiers ?
On tolère de moins en moins ces virées sportives dans «  le Travers » .
Cette pratique réveillera les querelles existantes , anciennes ,ancrées , méfiances , croyances les plus éculées ,toutes sortes de rancoeurs : l'exode rural des années 60 - 70, la difficulté des agriculteurs à travailler, la machine infernale de la ferme des Viaudes , ses trop grandes surfaces sur fond d'expropriations forcées , la disparition inéluctable de la prospérité des villages qui avaient vu au fil du temps toutes leurs activités traditionnelles s'éteindre .
Les ruelles tortueuses reflétaient une impression de tristesse un peu grise d'abandon , à part quelques maisons recevant des hôtes venus de la ville…….
La haine et l'incompréhension , la mauvaise humeur , la colère des locaux charrieront autant de secrets passés et repassés à la moulinette . ……
Entre renouveau des territoires , évolutions notables , préservation et tranquillité des campagnes, traditions locales qui triomphera ?
Avec l'aide de/Pierre-Tricot , le sage , les deux camps vont peut - être se réconcilier …
J'ai été gênée par quelques longueurs , des explications compliquées à propos de l'agriculture et la lenteur de l'intrigue .
Agréable promenade malgré tout à la découverte de la région Cévennes, pour moi , adepte du vélo , cette thématique est rarement abordée dans les romans ….
Un roman du terroir lu rapidement entre deux ouvrages plus compliqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
lulu8723
  18 mars 2021
Didier CORNAILLE. Gentille Blandine.
Je quitte à regret les Cévennes. Je monte plus au nord et je suis dans le massif du Morvan. En route pour une nouvelle aventure. Il va falloir avoir de bons mollets. En effet, nous prenons nos VTT et descendons ces profonds vallons, ces pistes cavalières, ces chemins de débardage tous pleins d'ornières. Avec Didier CORNAILLE, je vais visiter cette région boisée, au coeur de la petite montagne du massif Central. Une leçon de géographie, cela remet les plaines, les montagnes et les ruisseaux en place sur notre carte de France.
Yann, Sylvain, Isabelle et Juliette habitent en région parisienne et pratiquent le VTT. Ils ont sillonné les forêts des alentours de Paris, en long, en large, et désirent partir à l'aventure un peu plus loin de paris. Isabelle est originaire du Morvan. Elle a fait beaucoup de vélo, avec son grand-père dans cette région de moyenne montagne. Elle se souvient…. La bande décide d'aller pratiquer leur sport dans cette zone. le baptême est une féerie. Tous les quatre, décident de venir tous les week-end se balader dans ces bois, loin de la pollution de la capitale. Cette pratique va réveiller des querelles existantes et anciennes connues des vieux. En effet, le village où a résidé Isabelle et sa famille est quasi mort. Situé à mi chemin d'un vallon, les quelques maisons ayant des habitants à demeure sont rares. Il reste Octave et il a bonne mémoire et il a bien connu le grand-père d'Isabelle. Les jeunes gens vont établir une belle relation avec cet ancien… Il leur narrera l'historique du village, déserté aujourd'hui, mais qui a connu une certaine activité, il y a quelques années. En effet, il y avait un grand nombre de fermes familiales, de petits commerces, liés à l'agriculture. Aujourd'hui la majorité des maisons sont devenues des résidences secondaires qui ne s'ouvrent plus que lors des périodes de vacances. Même celle du grand-père d'Isabelle est fermée. le père qui en a hérité la conserve mais il ne sait s'il faut s'en séparer ou la conserver ?
Ces jeunes commencent à étonner les personnes résidant et les dégradations commises dans les chemins communaux génèrent des malveillances. le village a connu sa désertification dans les années 1960-1970. Afin de vivre honorablement de son travail, il est nécessaire d'avoir une certaine superficie. A la sortie de la deuxième guerre mondiale, suite à la modernisation, à la mécanisation des travaux agricoles, au remembrement, les paysans ont dus s'agrandir, acheter des terres ou les louer. Dans cette région du Morvan, un jeune agriculteur Pierre Tricot s'est lourdement endetté pour acquérir davantage de terres. de crédit en crédit, sa ferme géante est devenue celle de la banque. Cette dernière a profité de la situation et en a fait une ferme pilote, industrielle. Et un jour, un promoteur a envoyé un jeune étudier le site. Il serait possible de créer un parc d'attraction, avec un restaurant panoramique, un hôtel luxueux et un téléphérique. Ce dernier permettant de gagner la vallée ! Réalité ! Utopie ! Rêve ! ET c'est la querelle de anciens et des modernes transportée dans le monde rural de la France profonde. Et cette petite équipe de jeunes qui veut déjouer les projets. Qu'en sera-t-il du devenir de ce lieu paisible ? Quel clan gagnera ?

Dans ce roman régionaliste, Didier CORNAILLE, nous promène allègrement dans ces monts qu'il connaît bien. Il nous fait participer au conflit entraîné par de doux rêveurs. Les promesses faites n'ont pas été tenues. Mais nous savons tous que les promesses ne sont que synonymes d'élections, d'attrappes nigauds. Il ne faut pas faire confiance à tous ces beaux parleurs. Un roman qui nous révèle la mentalité désabusée des classes laborieuses et témoigne du mal-être, et de la jeunesse et des anciens qui tentent de demeurer chez eux, là où ils sont nés, ont fait leur vie, ont travaillé et désirent y vivre leurs derniers jours. Un roman sur la paysannerie qui disparaît , dans sa tradition, au détriment du profit. Je vous encourage à prendre votre VTT, et à vous enfoncer dans ces Bois-Noirs.Les descriptions du paysage nous enchantent. Mais Didier connait bien cette région, il y demeure. Bonne journée, à tous. (17/03/2021)

Lien : https://lucette.dutour@orang..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tomsoyer
  20 février 2022
Un vrai plaisir que la lecture de ce livre pour valider pour divers challenges
Un sujet bien connu la préservation de la nature.
Le côté par contre raconte exploité par les romans du moins à ma connaissance un groupe de jeunes qui se passionnent pour le VVT et qui helas vont avoir du mal à s'intégrer dans la communauté des villageois qui les prennent pour des envahisseurs alors que leur village se meurt
En un mot et un seul pourquoi sur 13 lecteurs
Commenter  J’apprécie          40
Satinesbooks
  26 juin 2021
J'ai apprécié les personnages et la manière dont l'auteur met les choses en place. Il est vrai que la thématique du vélo n'est pas forcément monnaie courante dans les romans que je lis. J'ai aimé les balades avec nos personnages, j'ai aimé respirer et admirer la nature. Yann, Juliette, Sylvain et Isabelle vont nous accompagner dans la découverte de la région Cévennes. C'était très agréable, j'ai apprécié la promenade.
Néanmoins, j'ai trouvé quelques longueurs. Je pense que le rythme est un peu trop lent pour moi : longueur plus la lenteur ne font pas bon ménage malheureusement. J'ai lu ce roman il y a quelque temps et, en toute honnêteté, j'ai oublié quelques détails. le roman met trop de temps à démarrer pour que je puisse adorer ma lecture.
La plume de l'auteur est très chaleureuse et permet d'avancer dans la lecture malgré tout. J'ai aussi apprécié la thématique des secrets. le passé ressurgit dans le présent et cela marque un virage dans l'intrigue et dans la lecture. On sent qu'il y a un intérêt plus important vers la moitié du roman.
L'auteur prend le parti de mettre en place des thématiques qui sont marquantes tant elles sont proches de nous : l'agriculture mais aussi l'exode rural dans les années 1960-1970 mais aussi de la difficulté des agriculteurs à travailler. Les villages sont des lieux agréables mais où la méfiance est de rigueur. C'est donc dans un climat un peu tendu que nos personnages vont essayer de comprendre ce qui se passe dans ce village.

En définitive, j'ai passé un bon moment de lecture mais qui ne restera pas dans ma mémoire très longtemps. Merci pour la balade !
Lien : https://satinesbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   07 août 2021
«  L’après - Midi tirait à sa fin. Le soleil était déjà bas sur l’horizon .Les brumes légères qu’il avait pu lever au plus chaud de cette belle journée de printemps s’étaient effacées . On en était à l’heure précise où, avant de se laisser gagner par l’ombre du soir , l’éther révélait son infinie transparence dans un éblouissement d’ors et d’argent » …
Commenter  J’apprécie          20
lulu8723lulu8723   17 mars 2021
On n'en était plus au temps où les premiers d'entre eux avaient débarqué en toute innocence, sans même imaginer que tant de gens trouveraient à redire au simple plaisir qu'ils avaient pris à lâcher les freins dans la pente d'un chemin. Ils savaient, maintenant. Suffit-il pour autant de savoir pour comprendre?
page 314.
Commenter  J’apprécie          20
Annette55Annette55   07 août 2021
«  Juin étalait sa splendeur arborescente sur les bois et la vallée quand survint l’inévitable » …..
Commenter  J’apprécie          70
lulu8723lulu8723   17 mars 2021
Ils avaient obtenu ce qu'ils voulaient, mais au ptix d'une certaine amertume. Faudrait-il toujours et inévitablement en passer ainsi par ces copinages, ces influences gagnées à coups de courbettes et de flatteries? Rien ne pourrait donc se faire qui ne soit pas, dès l'origine, entaché du soupçon de magouilles?
pages 296-297.
Commenter  J’apprécie          00
lulu8723lulu8723   17 mars 2021
Chacun ses façons de faire. Mais ce n'est pas l'homme qui compte. C'est le chemin qu'il montre. C'est de ne pas le voir qui fait qu'ils se précipitent tous vers des idées complétement saugrenues. Qu'on leur montre, ce chemin-là, qu'on leur montre l'évidence, et ils en reviennent, de leurs fichues croyances.
page
.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : roman régionalVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
289 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre