AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Serroy (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070429873
Éditeur : Gallimard (08/06/2006)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture :

Parce qu'il craint de se lier pour la vie, Alidor imagine de "donner" sa maîtresse Angélique à son meilleur ami... Cinquième comédie de Corneille, La Place Royale (1637) est celle qui nous parait aujourd'hui la plus moderne : sous les traits de l' "amoureux extravagant" qui fuit tout engagement, nous croyons reconnaître la figure familière de l'adolescent. Mais, quand Corneille, en 1660, signe l'Examen de sa pièce, il en déno... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  11 mai 2019
Il sont jeunes , ils sont beaux, ils sont riches et ne semblent pas avoir les parents sur le dos. ils sont libres ces jeunes gens bien nés dans ce quartier à la mode.
Au sortir de l'adolescence, ils n'ont d'autres soucis que le sentiments amoureux, l'amour devient donc une occupation à plein temps.
Mais qu'il est difficile d'aimer, qu'il est difficile de s'engager, pourquoi doit-on se résigner?
Alors, autour de cette place Royale (anciennement le nom de la célèbre place des Vosges parisienne, où la jeunesse dorée du XVII e siècle avait l'habitude de s'y afficher), on va se désirer bien sûr, mais aussi se mentir, se trahir, se heurter, se perdre et se retrouver peut-être.
A l'âge de tous les possibles, nos jeunes et trépidents héros vont découvrir que choisir c'est surtout renoncer.
Le fougueux Alidor, malgré l'amour qu'il porte à Angélique ne veut sacrifier son indépendance, alors pourquoi ne pas pousser son amoureuse dans les bras de son ami Cléandre.
Sacré Alidor, malheureux d'être trop aimé, il ne sait pas encore que l'on ne badine pas avec l'amour.
Voilà écrit par Corneille, plutôt habitué aux tragédies, un excellent “marivaudage cornélien” (eh oui, on tente l'audace de méler deux dramaturges aussi différents que Marivaux et Corneille dans un seul et même élan) qui devrait assurément parler aux adolescents d'aujourd'hui et leurs parents bien sûr.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
5Arabella
  24 juillet 2017
La Place Royale ou l'Amoureux extravagant, cette pièce est sans doute créée en 1634 par la troupe du Marais avec laquelle Corneille a débuté sa carrière. Elle a eu du succès. La pièce est publiée pour la première fois en 1637, après la fin décidée par le cardinal de Richelieu de la querelle du Cid, dans laquelle l'Académie a condamnée Corneille. Ce qui n'empêche pas ce dernier d'être persuadé d'avoir raison, et à ironiser sur les théoriciens qui ne mettent pas en pratique leurs préceptes pour convaincre le public sur les planches.
La Place Royale (l'actuelle Place des Vosges) était à l'époque le dernier quartier à la mode, celui où des jeunes gens à la page pouvaient se croiser, se rencontrer. Corneille exploite toujours cet intérêt du public pour des lieux qu'il connaît, comme il l'avait fait dans La galerie du Palais. C'est la dernière de la série de comédies qui ont marquées ses débuts, il ne reviendra plus que de façon épisodique au genre qui lui a permis ses premiers succès.
Cette pièce contredit une des lois fondamentales du genre, parce qu'elle ne se termine pas par le mariage des personnages principaux. C'est une transgression très forte, Molière osera la même dans son Misanthrope.
Pour justifier cette transgression, Corneille a été amené à bâtir un personnage qu'il appelle « extravagant », Alidor. C'est le caractère, de ce personnage qui doit justifier aux yeux des spectateurs ce dénouement inattendu. Et comme Corneille fait toujours très bien les choses, son Alidor est d'une très grande complexité, au point d'avoir suscité depuis sa création un nombre d'interprétations et de lectures énorme. Je ne vais pas résumer, juste évoquer quelques façons de le voir qui m'intéressent le plus.
Donc Alidor est amoureux d'Angélique, qui l'aime totalement sans se poser de questions. Mais Alidor ne veut pas perdre sa liberté, épouser Angélique serait s'aliéner, s'imposer des contraintes. Il décide donc de la faire épouser par son meilleur ami. Il fait remettre à Angélique une lettre prétendument adressée à une autre à laquelle il déclare sa flamme en dénigrant Angélique. Cette dernière, désespérée se résout à épouser Doraste, le frère de sa meilleure amie, Phylis. Ce qui déplaît à Alildor, il est jaloux de Doraste et mécontent de ne pas « donner » Angélique à Cléandre, comme il l'avait décidé. Il revient donc vers sa bien aimée, et la persuade de se laisser enlever la nuit même. Il envoie Cléandre à sa place, mais ce dernier abusé par l'obscurité enlève par erreur Phylis. Angélique est très choquée lorsqu'elle comprend les plans d'Alidor. Cléandre suite à l'enlèvement, tombe amoureux de Phylis, et les parents de cette dernière acceptent de la marier avec lui. Ce qui donne quand même un mariage à la fin de la pièce, car Angélique très déçue et malheureuse, refuse la demande de mariage tardive d'Alidor et préfère se réfugier dans un couvent.
Comme dans ses pièces précédentes, il y a une vraie cruauté dans cette comédie, plus amère que douce ou drôle. La cruauté est une caractéristique de la personnalité d'Alidor, il joue au chat et à la souris avec Angélique, et il joue avec ses propres sentiments. D'une certaine façon le grand amour simple d'Angélique ne laissant aucune incertitude, il se créé lui-même des contrariétés dans son amour, qu'il s'agit ensuite de surmonter. Il finit d'ailleurs par se sentir tout puissant et pense pouvoir retourner Angélique à sa guise, décider de tout ce qui arrive ; lorsque la réalité contredit ses plans, il en tout vexé, et essaie de reprendre la maîtrise de la situation par n'importe quel moyen.
Un autre personnage qui est vraiment passionnant est Phylis. Elle est une sorte de pendant à Alidor, qui est amoureux d'une jeune fille, tout en ne voulant pas l'être, car l'amour est une limite, un frein. Phylis quand à elle, est toujours prête à flirter avec tous les jeunes gens, mais n'est amoureuse de personne, puisque de toutes les façons, ce seront ses parents qui choisiront son mari, et qu'elle n'aura pas grand-chose à dire. Donc plutôt que de se rendre malheureuse, autant accepter l'inévitable et en tirer le meilleur parti, et surtout éviter de souffrir. Elle réalise donc le projet d'Alidor, l'amour ne n'aliène en aucune sorte, elle n'a pas de passion susceptible de la faire souffrir. Ce qui est une sorte d'idéal dans la philosophie antique, stoïcienne surtout, l' apatheia ( l'absence des passions) ou la suffisance à soi-même des épicuriens, sont les compléments de l'ataraxie, l'absence de trouble, condition du bonheur. Et Phylis est naturellement un personnage heureux.
Alors qu'Alidor, même s'il revendique cette suffisance à soi-même, est parcouru de passions. On dirait même qu'il a besoin de ressentir des émotions fortes, et qu'il fait ce qu'il faut pour se les procurer. Il est traversé par l'amour, mais aussi par le goût de la manipulation, de la domination, du pouvoir sur les autres. Même s'il traite les autres comme des jouets, il en a besoin, pour justement sentir la maîtrise qu'il exerce.
C'est vraiment une pièce très forte, et elle semble maintenant montée assez régulièrement depuis quelques années. J'espère que cela annonce un regain d'intérêt pour les comédies de Corneille en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
BazaR
  18 novembre 2013
Ma première comédie de Corneille.
Alidor ne supporte plus la prison d'amour construite avec Angélique. Pour retrouver sa liberté il prétend aimer ailleurs et cherche à acoquiner son meilleur ami Cléandre avec sa belle. Mais celle-ci prend sa revanche avec un autre, Doraste, un rival, et Alidor s'aperçoit que sa prison avait malgré tout de belles dorures.
J'ai été un peu étonné au début: c'est posé, fin, dépourvu de scène véritablement comique comme chez le Molière de l'époque du collège, mais avec des rebondissements amusants et des caractères bien tranchés: en premier lieu Alidor et Phylis, l'amie d'Angélique et soeur de Doraste, très modernes dans leur liberté de moeurs.
Mais le dossier permet d'éclaircir la pièce: Corneille voulait élever la comédie au dessus de la simple farce à laquelle Molière restera un peu attaché. Une comédie peut mettre en scène des personnages nobles, pas seulement des caricatures de la plèbe; elle peut se terminer mal dans la mesure où ce mal ne met pas en jeu le destin des royaumes. Ainsi Corneille ouvre une brèche dans les canons de la Comédie "à l'antique" et apporte sa pierre à l'édification du théâtre classique.
On apprend aussi qu'il est possible de lire cette pièce comme la jeunesse de Don Juan. Alidor, en effet, perd Angélique. Il décide dès lors de voyager de maitresse en maitresse, d'être seul à contrôler le jeu de l'amour: piéger, ne jamais se laisser piéger, dominer le sexe "faible" et moquer les cocus.
Cette comédie a aussi des accents de tragédie par endroit. C'est en fait une sorte de mutant inclassable. Mais une chose est sûre: Corneille maniait magnifiquement la langue de Molière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Philippe67
  09 février 2013
C'est vieux vieux ... et tellement loin de nos préocupations d'aujourd'hui!
Le texte en alexandrins ne fait rien pour rendre cette pièce plus actuelle.
Corneille n'est pas du tout mon auteur favorit
Commenter  J’apprécie          110
Laureneb
  21 novembre 2018
Une pièce de jeunesse de Corneille que j'ai découverte en khâgne. C'est une comédie toute parisienne, dans le lieu alors à la mode de la Place Royale - aujourd'hui place des Vosges, où les amants peuvent se croiser, s'aimer et se séparer. On ne peut encore parler de marivaudage, mais c'est bien d'un badinage galant dont il est question ici, en beaux alexandrins toutefois. le personnage principal est intrigant, je me souviens de nombreuses heures passées à l'étudier pour essayer de comprendre les motifs de ses actions : il aime et est aimé de la belle Angélique, mais la repousse. Est-ce par cruauté, par donjuanisme pour utiliser un autre terme anachronique, par faiblesse voire impuissance si on tombe dans l'argument psychanalytique ? Par contraste, Angélique apparaît comme un personnage marquant, cette femme abandonnée prend des solutions, elle, alors qu'Alidor est très passif.
Pour ceux qui aiment les classements, ce n'est pas une tragédie car il n'y a pas de grave sujet politique ou de héros mythologiques sur scène, mais on rit peu, et j'ai ressenti beaucoup de compassion pour Angélique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   17 novembre 2013
[Relax67: citation tirée de la présentation de la pièce par Marc Escola sur le changement de perception de l’œuvre avec le temps]
Il faut affronter ce paradoxe: la comédie de Corneille la plus souvent représentée aujourd'hui, celle qui parait la plus "actuelle" à nombre de spectateurs ou de metteurs en scène contemporains, est pour son créateur une pièce imparfaite; dans l’ambiguïté d'Alidor qui ne se résout pas à voir Angélique épouser un autre que celui qu'il a choisi pour elle - ambiguïté qui fait pour nous la "modernité" de la pièce - le dramaturge dénonce une infraction à l'unité d'action; dans le personnage d'Alidor où nous voulons voir une peinture des hésitations de l'"adolescence", Corneille accuse une "inégalité de mœurs qui est vicieuse".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nastasia-BNastasia-B   24 juillet 2013
ALIDOR : Clarine, je suis tout à vous,
Ma liberté vous rend les armes,
Angélique n'a point de charmes
Pour me défendre de vos coups,
Ce n'est qu'une idole mouvante,
Ses yeux sont sans vigueur, sa bouche sans appas,
Quand je la crus d'esprit je ne la connus pas.

Acte II, Scène 2, (v. 359-365).
Commenter  J’apprécie          120
5Arabella5Arabella   22 juillet 2017
Pour moi, j'aime un chacun, et sans rien négliger,
Le premier qui m'en conte a de quoi m'engager :
Ainsi tout contribue à ma bonne fortune ;
Tout le monde me plaît, et rien ne m'importune.
De mille que je rends l'un de l'autre jaloux,
Mon coeur n'est à pas un, et se promet à tous :
Ainsi tous à l'envi s'efforcent à me plaire ;
Tous vivent d'espérance, et briguent leur salaire ;
L'éloignement d'aucun ne saurait m'affliger,
Mille encore présents m'empêchent d'y songer.
Je n'en crains point la mort, je n'en crains point le change ;
Un monde m'en console aussitôt ou m'en venge
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BazaRBazaR   17 novembre 2013
[Relax67: citation tirée de la présentation de la pièce par Marc Escola (collection Garnier-Flammarion) qui décrit bien combien elle, et son auteur, ont pu évoluer avec leur société]
L'intervalle entre l'édition princeps et la dernière édition couvre ainsi près d'un demi-siècle, de l'époque de Louis XIII à l'apogée du classicisme et du règne de Louis XIV: dans le souci continuel qui a animé Corneille, on observe le formidable travail de normalisation de la langue et des mœurs auquel s'est livré le classicisme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TheAustenGirl33364TheAustenGirl33364   28 février 2018
CLÉANDRE :
Encor que votre ardeur à la mienne réponde,
Je ne veux plus d’un bien commun à tout le monde.

PHILIS :
Si vous nommez ma flamme un bien commun à tous,
Je n’aime pour le moins personne plus que vous,
Cela doit vous suffire.

CLÉANDRE :
Oui bien à des volages,
Qui peuvent en un jour adorer cent visages ;
Mais ceux dont un objet possède tous les soins
Se donnant tout entiers, n’en méritent pas moins.

PHILIS :
De vrai, si vous valiez beaucoup plus que les autres,
Je devrais rejeter leurs vœux auprès des vôtres,
Mais mille aussi bien faits ne sont pas mieux traités
Et ne murmurent point contre mes volontés.
Est-ce à moi s’il vous plaît de vivre à votre mode ?
Votre amour en ce cas serait fort incommode,
Loin de la recevoir, vous me feriez la loi :
Qui m’aime de la sorte, il s’aime et non pas moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Corneille (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Corneille
"Conseil et délibération dans le dernier acte d'Horace", conférence prononcée par Tony Gheeraert, le 17 mars 2015, enrigistrée à l'Université de Rouen, dans le cadre d'un colloque intitulé « Dramaturgies du conseil et de la délibération ».
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr