AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005R6ZT3K
Éditeur : (30/09/2011)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Ce livre est une oeuvre du domaine public éditée au format numérique par Norph-Nop. L'achat de l'édition Kindle inclut le téléchargement via un réseau sans fil sur votre liseuse et vos applications de lecture Kindle
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  03 novembre 2017
Corneille a mis en chantier La Toison d'or dès l'année 1656. Elle est destinée à M. de Sourdéac, un riche original installé en Normandie. Mais des difficultés surgissent entre les deux hommes, et les choses traînent. Il doit s'agir d'une production somptueuse, une pièce à machines, avec de magnifiques décors, de la musique, et tout cela a un coût élevé. Les comédiens du Marais annoncent la pièce au début de 1660, mais doivent rapporter les représentations. Finalement le spectacle est donné à Neufbourg, chez M. de Sourdéac par les comédiens du Marais, mais il se serait agi seulement d'une partie du spectacle (« échantillons ») puis les machines sont données aux comédiens qui dès le début du mois de décembre jouent la pièce dans leur théâtre parisien, avec un succès certain, la publication suivra de près (1661). La pièce a été très peu reprise depuis, le compositeur de la musique qui l'accompagnait est inconnu, et la musique semble perdue.
La création intervient l'année du mariage de Louis XIV avec l'infante d'Espagne, Marie Thérèse, ce mariage marquant la paix entre la France et l'Espagne après une guerre longue et épuisante. Cela donne lieu dans le pays à une année entière de fêtes, et l'oeuvre de Corneille s'inscrit dans ces festivités.
Dans un long prologue, des figures allégoriques, comme La Victoire, La Paix, et L'Hyménée commentent l'actualité, au final l'instauration de la paix grâce au mariage royal est glorifiée. Les bienfaits de la paix sont mis en valeur. Il s'agit donc d'un morceau de circonstances, après lequel la pièce en tant que telle peut commencer.
Nous sommes en Colchos (Colchide). Jason et les Argonautes partis conquérir la Toison d'or sont là, ils ont défait les ennemis du roi Aète. Une intrigue amoureuse est nouée entre Jason et Médée, la fille du roi et puissante magicienne. le roi Aète propose une récompense à Jason, qui demande la Toison d'or, au dépit de Médée qui pensait que sa main serait le prix demandé par Jason. Une prophétie annonçant la chute du roi suite à la perte de la Toison d'or fait que ce dernier n'est pas prêt à se dessaisir de l'objet précieux. Mais tenu par sa parole, il laisse les Argonautes tenter de se l'approprier, tout en les mettant en garde contre les dangers de l'entreprise. Médée est la seule à pouvoir contourner les sortilèges qui protègent la Toison, mais elle en veut maintenant à Jason, d'autant plus que Neptune fait aborder dans la contrée Hypsipyle, une princesse à qui Jason a promis le mariage. Elle finira toutefois par se laisser convaincre, et les Argonautes repartiront avec la précieuse Toison et avec Médée, Hipsipyle épousant au final Absyrte, le frère de Médée ( qui échappe donc à la mort par les mains de sa soeur).
Nous sommes dans une vision un peu édulcorée du mythe de Médée, qui ne tue pas son frère, et qui n'est pas aussi terrible que dans d'autres version de l'histoire, ni même que dans la pièce de Corneille qui porte son nom. Il faut dire que l'essentiel ici est de donner un cadre mythologique pour du grand spectacle, des décors, des machines, des dieux qui descendent et montent, un dragon qui crache du feu etc.
Corneille a écrit à propos de cette pièce :
« ...cette pièce, que je nommerais la plus belle des miennes, si la pompe des vers y répondait à la dignité du spectacle. L'oeil y découvrira des beautés que ma plume n'est pas capable d'exprimer.. »
Il considérait donc que l'intérêt principal de la pièce était dans le spectacle visuel, et non pas dans le texte lui-même. Même si on retrouve sa patte dans les vers, il est difficile de considérer ce texte comme essentiel dans l'oeuvre de Pierre Corneille. Une curiosité donc, qui illustre ce théâtre à machines qui suscita un grand engouement dans la deuxième moitié du XVIIe siècle.

Challenge Théâtre 2017-2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   01 novembre 2017
À vaincre tant de fois mes forces s'affaiblissent :
L'Etat est florissant, mais les peuples gémissent ;
Leurs membres décharnés courbent sous mes hauts faits,
Et la gloire du trône accable les sujets.
Commenter  J’apprécie          60
5Arabella5Arabella   01 novembre 2017
Qui donne cette audace à votre inquiétude,
Prince, de me troubler jusqu'en ma solitude ?
Avez-vous oublié que dans ces tristes lieux
Je ne souffre que moi, les ombres et les dieux,
Et qu'étant par mon art consacrés au silence,
Aucun ne peut sans crime y mêler sa présence ?
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella5Arabella   01 novembre 2017
Ainsi, dans les rigueurs de mon sort déplorable,
Tout peut être innocent, tout peut être coupable :
Je ne cherche qu'en vain à qui les imputer ;
Et ne discernant rien, j'ai tout à redouter.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Pierre Corneille (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Corneille
Parmi les écrivains les plus illustres du XVIIe siècle, Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, Bossuet, Boileau, Mme de Sévigné, Mme de Lafayette, figure La Bruyère. Avec Les Caractères ou les Moeurs de ce siècle, il a tendu au public de son époque un miroir qui nous reflète toujours. Bien des comportements de la société de Louis XIV ressemblent aux nôtres. Les temps changent, pas le fond des hommes. Jean-Michel Delacomptée explore ce miroir et ce que ses reflets disent de nous. De La Bruyère lui-même, on sait fort peu de choses. Quels milieux fréquentait-il ? Était-il misanthrope, misogyne ? A-t-il aimé ? Était-ce un orgueil blessé ? Quelle était la morale de cet auteur si grave et pourtant si drôle ? Jean-Michel Delacomptée brosse le portrait captivant de ce classique de notre littérature. Il ouvre ainsi une porte dérobée dans les Caractères, dont il rappelle avec force l?intemporelle grandeur.
+ Lire la suite
autres livres classés : 17ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox