AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Berton (Traducteur)
ISBN : 2253076384
Éditeur : Le Livre de Poche (01/12/1994)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 518 notes)
Résumé :
En deux ans, quatre couples ont disparu dans la région de Williamsburg. On a retrouvé leurs voitures, et, plusieurs semaines après, leurs restes... Trop peu de choses en vérité pour que madame le médecin légiste, Kay Scarpetta - déjà bien connue des nombreux lecteurs de Mémoires mortes -, puisse déterminer les causes du décès. Mais, cette fois, tout va changer: l'étudiante qui circulait avec son petit ami à bord d'une Jeep Cherokee est la fille d'une des femmes les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Zirkawicca
24 décembre 2015
Il y a quelques années, j'avais apprécié la lecture de plusieurs enquêtes de Kay Scarpetta ("Mordoc", "Combustion"...), c'est donc avec plaisir que je me suis laissée tenter par celui-ci, trouvé dans une bibliothèque de rue participative. Au final, c'était moins bien que dans mon souvenir. Enfin, moins bien... C'est plutôt l'impression que quand on a lu un Patricia Cornwell, on les a tous lus... J'apprécie le fait de retrouver des personnages récurrents d'un roman à l'autre, mais là il n'y a vraiment pas de place pour la nouveauté. Bref, je crois que je me suis lassée du style de l'auteure...
Je mets quand même 3 étoiles car l'histoire n'est pas non plus mauvaise et pourrait plaire à une personne qui découvre la plume de Patricia Cornwell. Avant même d'entamer ma lecture j'ai voulu vérifier un détail: de quand date ce livre? Et bien il a 23ans... J'étais curieuse de savoir comment il avait vieilli. Et bien... plutôt mal, je dois dire. A notre époque où les techniques de la police scientifique s'affinent en permanence, la manière dont est ici menée l'enquête paraît poussive. A plusieurs reprises je me suis dit "Mon Dieu mais ils ont 2 mains gauches et pas de cerveau!" Sourire en lisant (p21): "Je rapprochai une chaise tout en décrochant". Où quand je lis qu'un chemisier en soie est qualifié d'élégant (alors qu'aujourd'hui il serait surtout ringard...), que les hommes "classes" portent des bretelles ou que Scarpetta écouté des vinyles de musique classique en rentrant chez elle. Décalage générationnel...
Kay Scarpetta est + qu'un protagoniste du récit: elle en est le fil rouge, de par l'emploi du "je" et par sa force de caractère. C'est vraiment un "personnage". Elle ne m'est d'ailleurs pas spécialement sympathique, je la trouve assez froide, hautaine, arrogante et égoïste, mais elle porte le récit. (Son collègue Benton Wesley du FBI n'est pas mieux. Les personnages attachants, ça ne court pas les rues par ici...) D'ailleurs, en temps que narratrice, je trouve que Kay Scarpetta tourne beaucoup autour de son nombril (ce qui donne un rythme lent à l'histoire, peu habituel dans ce genre littéraire), mais c'est tout de même intéressant d'avoir dans un thriller le point de vue d'un médecin légiste plutôt que celui d'un policier/enquêteur. La qualité des informations sur la médecine légale est un +, et cet aspect se comprend par le fait que l'auteure ait auparavant travaillé dans ce domaine.
Ce qui m'a moins plu, c'est le fait que l'intrigue vire assez rapidement au conflit politique (via le personnage de Pat Harvey). Ce n'est pas un domaine qui m'intéresse, ni ce que j'attends d'un thriller. J'ai trouvé les chapitres traitant de ce thème longs et confus, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher et j'avais hâte que l'histoire se recentre sur l'enquête en elle-même. Pareil en ce qui concerne le "secret" que cacherait le FBI, les informations qui seraient "bloquées": ça m'a laissé de marbre. On a trouvé mieux comme page-turner...
Pour la faire courte: je suis déçue. Dans ce roman, + de combines politiques que d'enquête policière... Il n'y a pas tellement de rebondissements. Un petit "sursaut" tout de même lorsque l'histoire aborde les meurtres de Jill et Elizabeth. Résolution d'enquête un peu facile à mon goût. Tous les indices semblent s'imbriquer comme par magie (même ceux qu'ils n'ont pas, on les leur fournit sur un plateau!) et leurs hypothèses les + tordues sont exactes (et du 1er coup!) comme par hasard... Il n'y a pas de final à proprement parler. Bref, ne vous attendez pas à aller de surprise en surprise, le tout dans un bain de sang. Avoir du temps devant soi et s'intéresser un minimum à la politique sont des bases pour apprécier cet ouvrage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
moravia
24 mai 2014
Ceci est une seconde lecture (2010)
A sa parution la note était bien meilleure.
le temps passe........
On se lasse ?
Commenter  J’apprécie          185
volubilae
08 mars 2017
Conspiration quand tu nous tiens. Le FBI et la CIA ont de la technique. Mme Scarpetta et Marino furetent dans tous les recoins pour retrouver le meurtrier en série de couples saisis par la mort, en route ou sur le départ, mais où exactement? Peut-on même encore faire confiance à ses amis et partenaires? Ne pas se fier aux apparences.
Un premier roman de Mme Cornwell pour moi, finalement pas mon style. Suspens et battement de coeur au rendez-vous bien qu'après un démarrage légèrement poussif, mais l'écriture est trop strictement construite, il faudrait que son style soit un peu plus débridé dans les dialogues et descriptions pour ma convenance.
Commenter  J’apprécie          80
Kabuto
23 avril 2015
C'est la troisième enquête de Kay Scarpetta et je connais maintenant bien l'univers du médecin légiste de Richmond. Je pense que c'est toujours un plus de retrouver des personnages que l'on connaît déjà et les voir évoluer de livres en livres est assez plaisant. L'héroïne de Patricia Cornwell est une femme moderne au caractère bien trempé qui travaille dans un monde d'hommes pas toujours tendres avec elle. Elle prend son boulot très à coeur et n'hésite pas s'engager à fond pour arrêter les criminels qui croisent son chemin. Ses rapports avec ses collègues masculins évoluent eux aussi et c'est ainsi qu'elle devient de plus en plus complice avec le sergent Marino. Cela tombe bien, parce que moi, j'ai toujours aimé ce personnage. Par contre, sa vie privée est toujours aussi chaotique et elle devient même une vraie midinette dans ses affaires de coeur. La marque de fabrique de la série, c'est son aspect très détaillé sur le plan technique. Un peu comme dans les experts, on a droit à de longs passages sur l'ADN, les groupes sanguins et les armes à feu. Je n'y vois pas beaucoup d'intérêt mais cela a le mérite de mettre dans l'ambiance. C'est le genre de polar que je commence en général sans trop de passion mais que je termine assez rapidement et avec plaisir. Ce n'est ni original, ni révolutionnaire mais assez efficace pour que je me laisse tenter par la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
beckygirly
10 mai 2017
On retrouve le même schéma narratif perçu déjà dans Mémoires Mortes et Postmortem : un début qui plonge le lecteur directement dans l'action, une intrigue qui finit par stagner, ponctuée par de nombreuses pistes inutiles et des gens qui en veulent à Scarpetta, pour finir par une fin précipitée et bâclée. Néanmoins, l'avancée de l'intrigue diffère des fois précédentes, et on apprécie un peu plus le déroulement qui démontre avec efficacité différents points réels. On retrouve par exemple ces problèmes de communication entre les différents services, la pression mise sur Scarpetta pour qu'elle retarde la conclusion de ses résultats mais également la folie journalistique lancée sur Pat Harvey et sa famille. L'importance de la notoriété de ce personnage occulte les autres disparus, rendant futiles leurs morts comme si seule celle de la jeune Harvey avait de l'importance. Les journalistes ressemblent plus à des vautours cherchant le scoop de l'année, se moquant du mal qu'ils peuvent engendrer.
La direction que prend l'enquête est intéressante au départ, avec cette idée sous-jacente de chasse (qui m'a fait penser au Silence des Agneaux) mais comme auparavant, Cornwell préfère se lancer sur une autre piste, ce qui fait affaiblit grandement la fin. Il est regrettable de voir que ce sont le hasard et l'intuition de Scarpetta qui la conduisent à la découverte du tueur, et que tous les indices techniques si souvent mis en avant dans ses livres n'aident aucunement à la résolution de l'enquête. de plus, on suppose encore une fois des intentions du tueur et le fait de ne pas connaître sa façon réelle de choisir ses victimes (à part le fait que ce soit des couples) et de les aborder m'a fait rester sur ma faim.
Quant aux personnages, ils n'ont pas plus évolués qu'au départ et restent stéréotypés. On s'habitue à l'inutilité du profiler Wesley, à la rudesse de Marino mais ça n'en reste pas moins frustrant. Il est dur de s'attacher à eux, encore plus à Scarpetta qui est énervante entre ses crises existentielles et sa perpétuelle colère.
Malgré des personnages peu attachants, ce troisième volet de la série Scarpetta propose une histoire intéressante, mieux menée montrant une Cornwell plus à l'aise dans l'écriture. Pourtant les points négatifs déjà vu auparavant sont hélas récurrents et le manque d'évolution chez ses personnages trop clichés empêchent l'histoire d'être meilleure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
isallysunisallysun27 février 2012
- Je croyais que depuis l'administration Ford la CIA ne pratiquait plus les assassinats, dis-je. La CIA n'est même pas autorisée à organiser des coups d'État dans lesquels la vie d'un dirigeant étranger pourrait être mise en danger.
- C'est exact, confima Mark. La CIA doit s'abstenir de participer à ce genre d'opérations. Tout comme les soldats américains au Vietnamne devaient pas tuer de civils. Et comme les flics ne doivent pas faire preuve de violence excessive envers un suspect. Mais quand on se place au niveau individuel, il arrive souvent que les choses échappent à tout contrôle. Les règles volent en éclats.
[p.175]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
volubilaevolubilae08 mars 2017
- Bien, j'attends les mauvaises nouvelles. Qu'avons-nous ce matin?
- Six autopsies, rien que des homicides.
- Génial, commentai-je avec irritation.
- Oui, l'Amicale des flingues et couteaux n'a pas chômé, ce week-end. Quatre morts par balle, deux à l'arme blanche. Et vive le retour du printemps !
Commenter  J’apprécie          70
OliphantOliphant17 juillet 2012
Je succombe facilement aux coups de foudre. Mais ils sont rares et ne durent pas. Et quand ça se termine, je suis comme un soldat blessé qui rentre chez lui en clopinant et je me jette dans les bras du premier type qui promet de s'occuper de moi.
Commenter  J’apprécie          80
ZirkawiccaZirkawicca15 décembre 2015
(A propos de l'aura d'une personne)

- Une mince bande rouge, voilà ce que je vois autour de lui, dit-elle. Le rouge signifie souvent la colère. Je pense qu'il lui en faudrait un peu +.
- Vous plaisantez?
Marino était bien assez colérique à mon goût.
- Quand quelqu'un est faible du point de vue énergétique, je lui dis qu'il a besoin d'un peu + de rouge dans sa vie. Le rouge donne de l'énergie. C'est ce qui vous fait accomplir des choses, prendre vos soucis à bras-le-corps. Le rouge peut être bénéfique s'il est bien canalisé. J'ai l'impression que le lieutenant a peur de ce qu'il ressent, et c'est cela qui l'affaiblit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZirkawiccaZirkawicca15 décembre 2015
Fielding, mon adjoint, ne passait jamais devant une surface réfléchissante sans y jeter un coup d'oeil. Ces surfaces incluaient les vitres, les écrans d'ordinateur et les cloisons à l'épreuve des balles séparant le hall des bureaux du rez-de-chaussée. C'est là, en sortant de l'ascenseur, que je l'aperçus, rectifiant sa coiffure devant la porte en acier inoxydable de la chambre froide de la morgue.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Patricia Cornwell (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Cornwell
Coffee With: Patricia Cornwell
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1116 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .