AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253086567
640 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/2017)

Note moyenne : 2.8/5 (sur 74 notes)
Résumé :
Le Dr Kay Scarpetta enquête sur un décès suspect à Cambridge, Massachusetts, quand un message mystérieux apparaît sur son téléphone. Une vidéo s’affiche, impossible à interrompre, montrant sa nièce Lucy vingt ans plus tôt à l’académie du FBI. Ce qu’elle y découvre, Scarpetta n’ose le partager ni avec son mari Benton Wesley, agent du FBI, ni avec le détective Pete Marino, ni même avec Lucy. Elle craint que cette vidéo ne signale la réapparition de sa plus vieille enn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
mutex69
  29 août 2016
Je n'ai pas particulièrement aimé ce livre. Dans mon souvenir, les enquêtes de Kay Scarpetta m'avaient toujours captivé. Cette fois malheureusement, j'ai trouvé ma lecture longue et pénible. J'ai trouvé le rythme très lent et l'intrigue me semble pauvre sinon déficiente. En dernière analyse, j'ai eu l'impression de m'ennuyer durant tout le déroulement de l'histoire. Peut-être est-ce parce qu'il y a certaines enquêtes précédentes que je n'ai pas encore lues et qui auraient pu soutenir « Inhumaine ». Mais je ne le crois pas.
Malheureusement, ce livre est une déception pour moi. Par contre, j'ai foi dans le prochain volume de Patricia Cornwell qui, j'en suis sûre, me séduira davantage.
Commenter  J’apprécie          211
thisou08
  15 mai 2018
Ce livre est un pavé indigeste.
Je ne me souviens pas avoir déjà lu cet auteur, mais une chose est sûre, je ne la lirai plus.
- Je précise...
- Je m'époumone...
- Il grommelle...
- Il reprend...
- Marino affirme...
- Je reprends...
- Il débite...
- Je lui rappelle
- Marino lâche...
- etc...
Je pourrais continuer encore longtemps car tout le livre est ainsi rédigé !
Commenter  J’apprécie          184
lilyrose87
  20 juillet 2016
Je ne suis pas une fan inconditionnelle de la série Scarpetta. Il m'arrive d'en lire de temps à autre, surtout dans le désordre. Donc, forcément, je ne comprends pas toujours tout et je me fais souvent spoiler. Ouais, c'est un bon résumé de ma vie, en fait, où je dois sans cesse éviter les réseaux sociaux pour ne pas me faire spoiler sur une série que je ne suis pas mais que je compte suivre. Un jour.
Donc, pour en revenir à Patricia Cornwell et son héroÏne, j'apprécie de temps en temps de me plonger dans ses aventures mouvementées. Mais je trouve que ces romans sont inégaux. Vraiment inégaux.
Exemple, j'avais beaucoup aimé Monnaie de Sang mais alors Inhumaine...Pas du tout.
En fait, ce n'est pas l'histoire que je n'ai pas aimé, mais la manière de la raconter. Ca tire, ça tire, ça tire. On balance des éléments par-ci, des éléments par-là pour nous appater et au final...Rien, nada. Ce livre est une magnifique illustration du très célèbre "tout ça pour ça".
Bon, après si vous êtes fans de la série, je pense que vous allez aimer. Mais à un moment donné, il faut arrêter de tirer sur la corde. Les personnages finissent par devenir une caricature d'eux-mêmes, en particulier Lucy....Je lui donnerais bien des baffes à celle-là. Elle m'exaspère vraiment. On lui passe tout, on fait tout pour la protéger, alors que ce n'est rien d'autre qu'une enfant pourrie gâtée, qui se croit au-dessus de tout. Les lois ne s'appliquent pas à elle. Et rien d'étonnant, quand on pense qu'un profileur, un médecin légiste, un flic et même une avocate la surprotège.
Irréaliste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SGGC
  11 mai 2016
J'ai repris la lecture d'une enquête de Kay Scarpetta après un long arrêt...en effet, après le Dossier Benton, la lecture d'une aventure de la "doc" me laissait de marbre, je ne retrouvais plus le charme, la tension, de l'écriture de Patricia Cornwell, je trouvais même que son écriture était "creuse", qu'en fait 500 pages et plus auraient pu être 300 tout au moins...que les personnages principaux prenaient trop de place, mais j'ai bien compris que c'est le but recherché...et ça ne me satisfaisait plus...et avec la lecture d'Inhumaine, je suis confortée dans mon idée...j'ai même senti un ton condescendant parfois quant à certaines situations et certains personnages dont le "doc" et Lucy, comment dire, je n'y crois même plus...
Merci de me lire :)
Commenter  J’apprécie          130
morin
  22 avril 2017
1990 "Posmortem": cela fait donc 27 ans que Patricia Cornwell nous raconte les vies privée et professionnelle de Kay Scarpetta !
Depuis quelques années je constatais une baisse dans la qualité et l'intérêt de ses ouvrages : trop de descriptions scientifiques sans grand intérêt pour la lectrice" moyenne" ou "normale" que je suis et pas assez d'histoire. Après "monnaie de sang" j'avais donc décidé d'arrêter d'acquérir les nouveaux ouvrages ... et puis j'ai craqué et acheté, un an après sa parution et en poche"inhumaine".
J'ai apprécié cet ouvrage même si, à mon avis, on reste loin de la qualité des premiers livres.
Alors que Scarpetta se trouve sur le site d'un décès , accident? meurtre ?, elle reçoit sur son téléphone une vidéo, vieille de 17 ans, mettant en scène sa nièce Lucy. La vidéo a été tournée par Carrie Grethen, ex-compagne de Julie, ex membre du FBI et psychopate, quel beau CV ! le roman se déroule pratiquement sur une seule journée, il n'est pratiquement question que des relations difficiles entre certains membres du FBI d'une part et Lucy et Kay d'autre part. Que fait Benton, mari de Kay et membre du FBI ? quel est le rôle de Pete Marino ? Cela importe peu en fait. le talent de Patricia Cornwell est de réussir à nous intéresser sur près de 600 pages à cette histoire en y mêlant suspens, rapports professionnels, amicaux et familiaux et un peu moins de détails scientifiques !
Ce n'est pas le meilleur livre de la série, mais je trouve qu' il se place quand même un peu au-dessus des trois ou quatre ouvrages précédents.
Dans ma PAL le dernier paru "Chaos", quatre critiques sur Babélio avec une note de 2,5 ,
A suivre.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
meknes56meknes56   24 août 2019
La griserie que j’éprouvai après avoir été une des premières femmes médecin-expert en chef des États-Unis perdit de son charme et se ternit bien vite. La Virginie de Thomas Jefferson me semblait ressembler bien plus à une ancienne et obstinée zone de combats qu’à un bastion de culture et de courtoisie. La vérité s’imposa, dans sa redoutable clarté. Mon prédécesseur à ce poste, un misogyne sectaire et alcoolique, était mort brutalement en laissant un désastreux héritage. Aucun anatomopathologiste certifié et expérimenté, d’une réputation digne de ce nom, ne souhaitait s’y coller. Du coup, une brillante idée s’était imposée aux messieurs qui se trouvaient aux manettes. Pourquoi pas une femme ?
Les femmes sont parfaites lorsqu’il s’agit de nettoyer le foutoir laissé par d’autres. Pourquoi donc ne pas trouver une femme médecin légiste ? Après tout, quelle importance si elle était jeune et sans l’expérience requise pour diriger les services médico-légaux de tout un État ? Tant qu’elle était experte qualifiée, acceptée devant les tribunaux, qu’elle savait se tenir, elle ferait l’affaire. Pourquoi pas une femme d’origine italienne, surdiplômée, perfectionniste dans chaque détail, obsédée par son travail, qui avait grandi dans l’extrême pauvreté, avait tout à prouver, d’une énergie sans faille, divorcée et sans enfant ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meknes56meknes56   24 août 2019
Je m’écarte de la nappe de sang coagulé rouge brun, aux contours d’un jaune aqueux, qui macule le sol de marbre blanc. La puanteur semble obscurcir et souiller l’air ambiant. Des myriades de mouches s’entrecroisent, leurs ailes produisant une rumeur pleurnicharde. La mort est vorace et hideuse. Elle assaille nos sens. Elle déclenche tous les signaux d’alarme de nos cellules et menace notre survie. Soyez prudent. Restez en dehors. Cachez-vous. Et si vous étiez le suivant ?
Nous sommes programmés pour trouver les cadavres répugnants, pour les éviter du mieux possible. Pourtant, afin de préserver la tribu humaine, une exception est tolérée par ce puissant instinct de survie. Certains d’entre nous, fort rares, naissent sans être révulsés par les manifestations macabres. Au contraire, elles nous attirent, nous fascinent, nous intriguent. Une excellente chose. Quelqu’un doit prévenir et protéger ceux qui sont restés de l’autre côté. Quelqu’un doit se charger de la pénible et désagréable vérité, afin de déterminer le pourquoi, le comment et le qui avant de se débarrasser des restes putréfiés, avant qu’ils n’indisposent davantage ni ne propagent d’infections.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2016
On n’oublie jamais la première fois. On ne s’en remet jamais parce que ça restera le moment le plus intense qu’on ait vécu, le désir le plus insoutenable. Le coup de foudre. La rougeur aux joues et au front. Le cœur qui s’emballe. L’afflux du sang qui monte du cou vers le cerveau au point de donner l’impression qu’il envahit la boîte crânienne.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2016
– Vous savez ce qu’on dit : un renard ne sent pas les siens.
Marino déploie un talent particulier pour massacrer les expressions et proverbes et pense qu’un idiotisme est une forme d’imbécilité.
– On dit : un renard flaire d’abord son propre terrier.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   06 mars 2016
D’habitude, on peut au moins compter sur le cadavre pour nous indiquer la vérité. Les morts ne mentent pas. Seuls les vivants se complaisent là-dedans. Mais le corps de Chanel Gilbert nous raconte que dalle parce que la chaleur ambiante a accéléré le processus de décomposition, et ça nous a induits en erreur.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Patricia Cornwell (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Cornwell
Vous l'attendiez, voici enfin le premier épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposerons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans ce premier épisode c'est Louise Mey qui ouvre le bal avec une conversation passionnante autour des femmes, de l'écriture et du militantisme en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute !
Extrait lu : https://fal.cn/extraitladeuxiemefemme
Oeuvres citées : Comtesse de Ségur Les quatre filles du docteur March - Louisa May Alcott Fred Vargas Série Kay Scarpetta - Patricia Cornwell Ecriture : Mémoires d'un métier - Stephen King
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.
+ Lire la suite
autres livres classés : fbiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre