AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Tatooa


Tatooa
  27 février 2017
Wouch !
ça c'est de la légende arthurienne qui décoiffe ! En fait de légende, c'est raconté sur le mode "réaliste", du coup, euh, bah il faut bien s'accommoder des personnages que nous brosse l'auteur (même si ça dérange, oulala, mais comme je veux pas spoiler, bah j'en dirai pas plus ! mdr !).

Je n'aurais donc que deux petits reproches à faire à ce bouquins, autant commencer par eux :
D'une, c'est long à démarrer. Je sais bien qu'il faut tout mettre en place, et c'est vraiment très compliqué, avec des personnages par dizaines, mais pf, c'est vraiment vraiment laborieux. Disons que j'ai mis autant de temps pour lire les 200 premières pages que j'en ai mis pour lire les 400 dernières, mdr !
De deux, le traitement d'un des personnages de la légende m'a complètement hérissé le poil. Heureusement on ne l'a pas vu beaucoup dans ce premier tome, mais vu que j'ai donné son nom en troisième prénom à mon fils, vous comprendrez que ça m'a un brin mis en pétard.
C'est pour ces deux raisons que je mets pas 5 étoiles entières, lol. Ouai je suis rancunière, il y a des légendes auxquelles il ne faut pas toucher, surtout pour en faire "ça". snif.

A part ça : passé les 200 premières pages de "mise en place", purée, ça déchire sa mémé (c'est moi, la mémé...). Remarquez il faut bien ça pour assimiler qui est qui, qui fait quoi, qui veut quoi.
C'est bien traduit (hormis quelques coquilles et répétitions, mais j'ai une version ebook, alors je ne sais pas si il y a les mêmes dans la version papier).
Et à partir du moment où la Bretagne explose, merci Guenièvre, c'est un vrai feu d'artifice.

Comme dans la légende, Arthur est un bâtard d'Uther, que ce dernier n'a pas reconnu et qu'il méprise, tout en lui demandant à côté de ça de protéger le futur roi, Mordred fils de son fils « légitime » Mordred. Bon ouai la légende en prend un peu dans les dents, mais quand c'est aussi bien fait, ma foi, ça passe sans problème.
Or donc entre trahisons, violence (gratuite ou pas), viols, rites druidiques totalement sauvages qui n'ont pas grand-chose à envier aux mayas, invasions diverses et massacre des populations (que ce soit pour la terre par les saxons ou les irlandais) ou pour le pillage et l'esclavage (côté écossais et autres nordiques pas très sympas), on a là un bouquin qui ne donne pas du tout, mais alors pas du tout envie d'aller vivre au VIème siècle en « Dumnonie », le fief du « Pendragon Uther » au début du bouquin.
Parce que monsieur Cornwell situe son Arthur dans ces eaux-là, ce qui paraît historiquement cohérent, au vu de sa note en fin de bouquin.

La bataille de la fin à Lugg Vale est juste un sommet "d'epicness", à part Gemmell et Kearney je ne connais pas beaucoup d'autres auteurs capables de me tenir comme ça sur des pages et des pages de bataille !
A un moment (se référer plus haut quand j'ai été un peu dégoutée par un des personnages), je me suis dit que je n'allais pas continuer, mais là, bah je ne peux pas faire autrement. D'autant que la fameuse quête du « Graal » est ici interprétée d'une façon assez géniale qui me plait beaucoup ! Il me faudra juste faire abstraction de mon aversion pour sa version de … Argh, bah non, je vous le dirai pas !
Commenter  J’apprécie          368



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (33)voir plus