AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791028113582
360 pages
Éditeur : Bragelonne (13/01/2021)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.07/5 (sur 69 notes)
Résumé :
IXe siècle. Uhtred, le fils dépossédé d'un seigneur anglais, a vaillamment repoussé aux côtés des siens l'impitoyable invasion viking. Désormais libéré de son allégeance au roi Alfred le Grand, mais sans terres ni titre, le jeune homme revient sur ses terres natales pour réclamer son dû. Or il ne peut compter que sur sa légendaire épée, car seuls un esclave et une nonne l'accompagnent.

Et dans le Nord, le chaos, l'horreur et la trahison les accueillen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  05 août 2020
ROMAN HISTOIRE / MOYEN-ÂGE.
Très expérimenté dans le domaine du roman historique Bernard Cornwell réalise une saga soignée et documentée... Contrait et forcé le narrateur commence à renoncer à son arrogance et à sa stupidité, mais entre le viol de la religion et la religion du viol il y a encore de quoi tiquer malgré un ensemble qui dégage de la qualité...
Lien : http://www.portesdumultivers..
Commenter  J’apprécie          390
Acerola13
  22 février 2021
Un rythme un peu plus soutenu pour ce troisième tome des Chroniques saxonnes, qui met en scène l'intéressant roi Guthred et son attirante soeur Gisela, ainsi que la menace scote qui reporte les prétentions du Dane Ivar...
On se plaît à suivre les aventures de Guthred, mais on s'attriste que ses péripéties en tant qu'esclave ne soient pas l'occasion d'une description plus fine du Jutland et des côtes qu'ils parcourent : on tombe encore une fois face à un personnage détestable dont on anticipe la sévère correction, tandis le très catholique pardon imprègne tous les personnages : Uthred pardonne à Guthred, Thyra pardonne à son frère...Gisela est bien vite conquise, les forteresses imprenables astucieusement envahie, avec le concours curieux des chiens de garde du Seigneur des lieux...C'est d'une telle simplicité pour le personnage principal que l'on se demande à quel moment l'auteur le laissera véritablement tomber sur un os, et l'on s'impatiente.
Commenter  J’apprécie          30
Selvegem
  07 octobre 2016
Après avoir lu les deux premiers tomes, je ne pouvais pas manquer de poursuivre les aventures d'Uthred !
Les Seigneurs du Nord se déroule en l'an 878, et le Wessex semble être libéré pour de bon du joug des Vikings. Uthred a fait beaucoup pour cette victoire, et il espère que le roi Alfred le récompensera à sa juste valeur. Malheureusement, Alfred est plus connu pour sa piété que pour sa largesse... Uthred, toujours aussi jeune et impétueux, décide de prendre ce qui lui revient de droit par la force.
Nous suivons Uthred dans ses pérégrinations, entre le Wessex et la Northumbrie, sur les terres natales de notre héros... Nous rencontrons certains personnages des premiers volumes comme de nouveaux. Je dois dire que j'apprécie de voir Alfred qui, malgré son comportement, est toujours intéressant à suivre. Mais le personnage que j'ai été le plus ravi de revoir est Ragnar le Jeune, frère adoptif d'Uthred. Surtout qu'ils vont passer un certain temps ensemble, et l'alchimie entre ces deux-là est très agréable à suivre.
J'ai apprécié Les Seigneurs du Nord autant que les précédents, car on y retrouve les ingrédients qui m'ont plu : un héros impétueux, tête brûlée, tiraillé entre son envie de rejoindre sa famille d'adoption et les serments qui le lie à son pays d'origine.
(Mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JunoR
  19 décembre 2018
Un bon roman historique, à la fois instructif du point de vue historique mais également bien écrit et agréable à lire. le personnage principal manque un peu de nuance et d'humanité à mon goût mais les personnages secondaires, par contre, sont assez justes et bien tapés.
Si ce troisième roman de la saga aurait bien mérité un lexique néanmoins la narration reste assez claire et l'histoire trépidante nous emporte au-delà des nombreuses fois où on pourrait se dire "ah zut, c'est qui encore, celui-là?".
Commenter  J’apprécie          40
London16
  12 juillet 2015
Troisième volet de cette saga historique, et peut-être le plus riche en rebondissements jusqu'à présent. Nous quittons le temps de ce livre le Wessex pour la Northumbrie, Alfred pour Guthred, et retournons ainsi dans les terres natales de notre héros, Uthred. Saga magistrale d'un maître du roman historique, qui nous initie avec l'univers Viking, et qui nous fait vivre la vie des guerriers le temps de cette fresque historique.
Impatient de découvrir la suite!
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   31 octobre 2020
Jusqu’à mes dix ans, j’avais été bercé par les légendes de Cuthbert. J’avais appris qu’il avait dressé des phoques à chanter des psaumes et que les aigles lui apportaient à manger sur une petite île au large de Bebbanburg où il s’était retiré en ermite. Il savait apaiser les orages par les prières et avait sauvé nombre de marins de la noyade. Les anges venaient lui parler. Il avait un jour sauvé une famille en ordonnant aux flammes qui dévoraient la maison de retourner en enfer, et le feu s’était miraculeusement éteint. Il pouvait entrer en plein hiver dans la mer jusqu’au cou et rester là toute la nuit à prier, et lorsqu’il en ressortait sa robe était sèche. Il avait tiré de l’eau du sol aride durant une sécheresse, et lorsque des oiseaux volaient les semences, il leur ordonnait de les rendre. C’est en tout cas ce que l’on m’avait raconté. C’était sans conteste le plus grand saint de Northumbrie, celui qui nous protégeait et auquel nous devions adresser nos prières pour qu’il les chuchote à l’oreille de Dieu. Et il était là dans sa caisse de bois d’orme dorée et ciselée, narines dilatées, bouche entrouverte et joues creuses. Ma belle-mère possédait le peigne de Saint Cuthbert et se plaisait à raconter qu’elle y avait trouvé quelques cheveux du saint homme, de la couleur de l’or le plus fin ; mais ce cadavre-là avait des cheveux d’un noir de poix, longs et plats.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   26 octobre 2020
Nous découvrîmes un homme nu aux cheveux tombant jusqu’à la taille. Il était vieux, prétendait avoir plus de soixante-dix ans, et sa barbe grise était aussi longue que sa repoussante tignasse blanche. Il n’était que crasse et peau sur les os, mais Willibald et les sept anciens clercs prisonniers de Sven s’agenouillèrent devant lui, car c’était un ermite fameux.
- Il était évêque. Il a renoncé aux richesses, épouse, serviteurs et honneurs pour adorer Dieu dans la solitude. C’était un très saint homme.
- Ou peut-être seulement un pauvre fou. A moins que sa mégère de femme ne l’ait chassé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
AlfaricAlfaric   27 octobre 2020
Toute ma vie, j’ai suivi le chemin de l’épée. Si l’on donnait le choix – et on le fit souvent -, je préférerais tirer ma lame que régler une querelle par les mots, car c’est ainsi qu’agit le guerrier, mais la plupart des hommes ne sont point des combattants. Ils désirent la paix plus que tout. Ils veulent surtout voir leurs enfants grandir, planter leurs graines et attendre la récolte, adorer leur dieu, aimer leur famille et vivre en paix. Pourtant, mon destin a été de naître à une époque où la violence régnait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
London16London16   12 juillet 2015
Je ne suis point chrétien. Aujourd'hui, il ne fait pas bon déclarer cela, car évêques et abbés ont trop d'influence, et il est plus facile de feindre la foi que de combattre la colère. J'avais été élevé en chrétien, mais à dix ans, dans la famille de Ragnar, j'avais découvert les anciens dieux saxons qui étaient aussi ceux des Danes et des Norses. Et leur culte m'a toujours paru plus sensé que m'incliner devant un dieu venu d'une contrée si lointaine que je n'ai jamais rencontré personne qui y soit allé. Thor et Odin foulaient nos collines, dormaient en nos vallées, aimaient nos femmes et buvaient l'eau de nos rivières; cela faisait d'eux des voisins familiers.

Et puis nos dieux ne sont pas obsédés par les hommes. Ils ont leur propres querelles et histoires d'amour et semblent ne nous prêter aucune attention la plupart de temps, alors que le dieu chrétien n'a rien de mieux à faire qu'édicter des lois. Des lois, encore des lois, des interdictions et des commandements, et il a besoin de centaines de prêtres en robes noires et de moines qui s'assurent que l'on y obéit. Pour moi, c'est un dieux fort grincheux, même si ses prêtres prétendent constamment qu'il nous aime. Je n'ai jamais été assez sot pour croire que Thor, Odin ou Hoder m'aimaient, bien que j'espère parfois qu'ils m'aient jugé digne d'eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   07 novembre 2020
- Penses-tu que je devrais me faire chrétien ?
- Non.
- Je crois que si, ne serait-ce que pour montrer ma reconnaissance. Les dieux n’aiment pas les ingrats, n’est-ce pas ?
- Ce qu’ils aiment, c’est le chaos.
Et les dieux étaient heureux.
Commenter  J’apprécie          240

Videos de Bernard Cornwell (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Cornwell
Vidéo de Bernard Cornwell
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

L'aigle de Sharpe - Bernard Cornwell

Le petit nom de Sharpe est ?

William
Richard
John

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Les aventures de Sharpe : L'aigle de Sharpe de Bernard CornwellCréer un quiz sur ce livre