AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Andrea H. Japp (Traducteur)
ISBN : 2848930829
Éditeur : Les Deux Terres (24/03/2010)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 117 notes)
Résumé :
« En matière de sciences légales, nul n'égale Cornwell ! »
New York Times Book Review
Kay Scarpetta, experte en sciences légales sur CNN, est conseillère auprès du médecin en chef de l'institut médico-légal de New York. Le producteur de CNN souhaite que Scarpetta lance une nouvelle émission. Mais cette notoriété accrue semble à l'origine d'une série d'événements inattendus.

Quand elle intervient en direct au sujet d'une affaire médiatiq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
emeralda
  06 février 2012
Patricia Cornwell n'est plus une débutante. On ne compte presque plus les aventures de Kay Scarpetta qui pourtant ont eu du mal à trouver preneur chez les éditeurs au tout début.
Savez-vous que "Postmortem" avait été refusé à sept reprises ?! Et que dire de sa vie personnelle qui n'est pas un long fleuve tranquille si l'on en croit ce que l'on peut lire sur la Toile. .. Il n'est donc pas étonnant de retrouvé un peu de tout cela dans ses romans et plus particulièrement dans la saga Kay Scarpetta. Les écrivains mettent toujours beaucoup d'eux-mêmes dans leurs livres, de manière consciente ou non d'ailleurs.
Patricia Cornwell a même avoué que si son personnage, Kay, est plus intelligente qu'elle (Patricia l'a déclaré elle-même), il y a quand même des parts d'elle-même dans cette femme médecin légiste.
C'est certainement ce que l'on apprécie dans cette saga, née bien avant l'engouement pour les séries télévisées mettant en scène des scientifiques, des légistes, des petits génies de laboratoire comme dans "Les Experts". Il y a aussi ce côté humain qui fait que l'on n'est pas simplement face à une morgue, une enquête et des analyses froides des indices. Il y a de la vie dans toute cette barbarie urbaine et humaine.
On se demande parfois où l'auteur va chercher toutes ses références et si tout est véridique, mais oui, ça l'est. Elle l'a encore confirmé lors de son passage début avril 2011 sur le plateau télévisé de "La grande librairie" (émission littéraire sur France 5 que je ne rate jamais !). Comme quoi la fiction est souvent largement battue par la réalité. J'avoue que personnellement, cela me glace les sangs de savoir que justement ce n'est point du chiqué ! Brrrrrrrr
Les réfractaires aux smartphones, vous pourrez lire quelques passages bien sentis dans cet "épisode" : les touches trop petites quand on ne porte pas ses lunettes de lecture, les mot de passe qu'il faut taper toutes les 10 minutes si l'on veut sécuriser ses données, la possibilité de vous "tracer" partout , bref de faire tout autre chose que téléphoner en somme ! A bon entendeur….
Pour le reste, le début de cet opus est aussi sombre que l'annonce son titre. On a droit à un tableau pas très reluisant et hélas véridique :
- pauvreté et mort = enterrement dans une fosse commune (de plus en plus fréquent)
- triangle morbide = trois lieux décrits comme n'offrant que peu de perspectives réjouissantes même en cette période de fêtes de fin d'année.
- repas de Scarpetta = sur le pouce, indigeste, immangeable en réalité car sans goût, sans qualité autre que nourrir un organisme et encore pas de manière satisfaisante.
- amoncellement des tâches = les morts trop nombreux dont des indigents sans le moindre sous (retour vers la misère, la pauvreté. La boucle est bouclée).
Cependant, on n'aura pas lu trois pages que nous serons déjà dans le concret (encore plus comme si cela était possible), dans le lancement de la première affaire.
"L'instinct du mal" en comptera au moins deux principales. Ensuite nous aurons droit à tout ce qui touche les personnages récurrents de la saga.
Ces derniers évoluent au fil des romans. Leurs liens se complexifient, ils prennent de l'âge, changent, ne voient plus les choses avec les mêmes yeux… C'est un peu comme dans les séries où vous avez l'enquête ou les affaires qui occupent les protagonistes et en toile de fond, leurs histoires à eux. Pour cela, les ouvrages de Patricia Cornwell sont parfaits.
J'ai trouvé d'ailleurs pour ce tome que l'accent était bien mis sur les états d'âmes de chacun, les deux affaires criminelles étant presque secondaires.
Je ne suis pas une experte de la plume de Patricia Cornwell. Je n'ai pas lu tous ses écrits (désolée). Ce n'est pas un passage obligé et l'on peut très bien lire indépendamment les divers opus, même si le fait de tout connaître doit ouvrir quelques perspectives intéressantes. C'est là encore un peu comme un épisode de série TV qui peut se visionner seul ou dans la globalité de sa saga.
J'ai apprécié ma lecture, même si je ne suis pas restée "scotchée". Il manquait un je ne sais quoi, peut-être un rythme plus soutenu, une écriture un peu moins décousue et qui se perd dans des détails sans grande importance (normal ce sont des détails, mais parfois, ils sont essentiels pour dénouer les noeuds des intrigues).
C'est plaisant (enfin oui pas désagréable à lire quoi), mais ce n'est assurément pas le meilleur de Patricia Cornwell (que j'ai lu).
A découvrir en l'empruntant en bibliothèque ou alors en version de poche.

Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hopla33
  23 juillet 2010
Patricia CORNWELL et son héroïne récurrente le docteur Kay SCARPETTA s'essoufflent au fil des épisodes! On est loin des débuts où les récits toniques mêlant des intrigues attrayantes et un suspense insoutenable se terminaient par un final ébouriffant. Dans cet opus on retrouve des personnages empêtrés dans des problèmes psychologiques de plus en plus complexes. L'auteur nous offre également des retours en arrière pour insérer de nouveaux personnages qui justifient (hélas très peu) cette toute petite intrigue. Deux points également qui alourdissent le récit et contribuent à le rendre fatigant à lire tout d'abord la multiplication de personnages mineurs (on a du mal à retenir le rôle de chacun) mais aussi et surtout cette méthode horripilante de construire des paragraphes entiers ou un personnage développe un raisonnement ou fait des recherches sur un thèmes particulier et ce fil conducteur se trouve imbriqué dans un dialogue entre deux autres intervenants qui parlent de tout autre chose contribuant ainsi à casser le (petit) rythme du récit!
En résumé un roman qui, à mon point de vue, mérite le détour, un large détour pour éviter de le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Heureuse
  27 octobre 2013
Un roman très décevant.
C'était un roman bien long pour une intrigue policière bien fine.
La moitié du roman concerne les relations des personnages entre eux. Ça peut être intéressant, ça peut apporter de la densité à l'intrigue, mais dans ce cas-ci, ça a étouffé toute l'histoire.En plus, il y a beaucoup (trop) d'allusions aux romans précédents. Des allusions vagues et sans intérêt pour l'intrigue actuelle. C'est frustrant et agaçant quand on ne les a pas lus.
Un quart du roman n'est que redondances. On suit 5 personnages qui enquêtent et on a le fruit de leurs réflexions. Il y a nécessairement des moments où l'auteur se paraphrase. Près de 700 pages en version poche pour une intrigue qui n'avance pas, c'est déjà pénible. Quand l'auteur se répète on frole l'insupportable.
IL reste une intrigue policière.
Pas très dense.
Pas très palpitante.
Et surtout pas du tout conclue. Qui a commandité l'envoi de le carte et de la bombe? Pourquoi? Que venait faire Agee là-dedans? Que s'est-il passé ce fameux soir? Et que venait faire l'étude concernant le biograph là-dedans? Un simple hasard?
Ls quelques réponses qu'on a sont balancées en 3 pages, dans un chapitre d'une quinzaine de pages totalement hors-sujet ...
J'avais adoré les premiers Cornwell, mais la dame a perdu la main.
Il y a suffisament de très beaux auteurs de policiers pour que dorénavant je passe mon chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
douceur11
  28 octobre 2014
Dans ce roman, Kay Scarpetta travaille maintenant à New York. En plus de ses compétences de médecin expert au sein de l'institut médico-légal, elle est consultante en sciences médico-légales pour CNN.
Quant à son acolyte de toujours, Pete Marino, il est devenu enquêteur pour la la police de New York, rattaché au procureur général.
Par son style particulier Patricia Cornwell plonge le lecteur directement dans l'action. Les explications sont distillées ça et là telles des petites cailloux. le lecteur avisé parvient à saisir les enjeux dès la première lecture; celui qu découvre peine et se sent perdu dans les longs chapitres.
Le vocabulaire est précis, choisi avec soin : la traduction a dû être particulièrement ardue. Mais on est loin des descriptions des autopsies des premiers romans.
Si j'aime relire cette collection Kay Scarpetta, ce roman n'est pas mon préféré. Il conclut péniblement une affaire qui s'est éternisée sur plusieurs romans et plusieurs années. L'inspiration s'essouffle.
Toujours aussi fine cuisinière, l'auteur nous invite , pour le final, à un bon repas de famille. J'y vois une invitation à la digestion de la saga française des Chandonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sydouce
  21 avril 2010
Je suis une fan de la première heure de P Cornwell, les derniers m'avaient pas mal déçue ! Celui ci remonte le niveau de ses derniers à mon gout ! L'intrigue est effectivement assez longue à démarrer, mais j'ai aimé les retours dans le passée et voir les personnages principaux confrontés à leurs démons. On y retrouve une Scarpetta plus fragile en gros dans l'ensemble j'ai aimé. Un bemol tout de même j'ai trouvé la fin légèrement bâclé !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
GrouchoGroucho   29 mai 2016
Scarpetta entra le nom de la fondation Lecoq sur Google. Aucun résultat. Elle tapa ensuite "Monsieur Lecoq" pour voir apparaître les multiples références au roman policier d’Émile Gaboriau, écrit au dix-neuvième siècle. Toutefois, Scarpetta ne trouva aucune entrée au sujet d'une personne réelle nommée M. Lecoq, qui semblait être un riche mécène passionné de psychologie paranormale.
Commenter  J’apprécie          60
douceur11douceur11   27 octobre 2014
Cela fait très longtemps que j'exerce ce métier, bien avant l'intervention du terme "profileur", à l'époque où le FBI jouait toujours à la mitraillette et cherchait à tout prix les communistes, beaucoup moins ceux que l'on nomme les tueurs en série.
Commenter  J’apprécie          60
Lectrice32Lectrice32   07 mai 2014
J'aurais tant voulu ne pas le faire../...J'ai fait beaucoup de choses que je ne peux pas défaire, répéta Lucy.
Nous sommes tous dans le même cas, argumenta Scarpetta. Des mots, une phrase idiote. Tout le monde la serine, mais en réalité on ne peut jamais revenir en arrière. Tout ce qui nous reste, c'est continuer à aller de l'avant en acceptant la responsabilité des dégâts que nous avons occasionnés et en nous excusant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
reve2003reve2003   04 février 2018
-Je te donnais ton bain, je pansais tes blessures, j'écoutais tes colères, je réparais tous les dégâts que tu semais autour de toi, du moins j'essayais de t'en écarter d'une façon ou d'une autre. Parfois, je fondais en larmes une fois dans ma chambre, parce que tu me rendais folle. J'ai rencontré ta longue liste de partenaires amoureux ou de flirts et j'ai une bonne idée de ce que vous pouvez faire dans un lit parce que nous sommes tous les mêmes, nos corps sont identiques et nous nous en servons de façon similaire. De plus, j'ose dire que j'ai vu et entendu tant de choses dont tu n'as même pas idée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarinetteBMarinetteB   08 mars 2014
Les vies qu'ils menaient s'étaient peuplées de secrets, ressemblants à des pièces plongées dans une semi-pénombre. Des détours solitaires, des destinations parfois inconnues de l'autre décrivaient leur long pèlerinage mitoyen. Certes, la chose n'était pas aisée pour elle, mais, de bien des façons, elle était encore plus ardue pour Benton.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Patricia Cornwell (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Cornwell
Meet the Writers - Patricia Cornwell
autres livres classés : médecine légaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..