AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Esch (Traducteur)Andrea H. Japp (Traducteur)
ISBN : 2848930640
Éditeur : Les Deux Terres (18/03/2009)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Oscar Bane a exigé son admission dans le service psychiatrique de l’hôpital de Bellevue. Il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d’un meurtre ; meurtre qu’il nie avoir commis.
Il ne se laissera examiner que par Kay Scarpetta, médecin légiste expert, l’unique personne en qui il ait confiance. À la demande du procureur, Jaimie Berger, Kay se rend à New York City et entreprend cette enquête avec son époux Benton et sa n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
emeralda
  25 septembre 2009
Rien que sur la page de garde, mon regard bloque sur le nom du traducteur de cet ouvrage de Patricia Cornwell : Andréa H. Japp. Ce n'est pas n'importe qui !
Pour le reste, le poids et l'épaisseur de ce nouveau volet des affaires criminelles auxquelles participe le docteur Kay Scarpetta m'inspire plutôt confiance.
Je sais que je ne suis pas au fait de tous les détails de la saga car j'ai beaucoup papillonné et surtout je ne les ai pas tous lus. Pour couronner le tout je ne suis même pas certaine d'avoir lu dans l'ordre chronologique les exemplaires qui m'étaient tombés dans les mains. Cependant, comme pour une bonne série télévisée, je sais que je pourrai apprécier sans encombre l'intrigue principale. Les autres éléments ayant trait à l'évolution des protagonistes récurrents ne me sont pas familiers mais non plus totalement opaques. Patricia Cornwell donne au fil des pages assez d'éléments pour raccrocher notre wagon au train principal même s'il reste quelques zones d'ombres. Cette capacité à faire en sorte de ne laisser aucun lecteur sur le bord de la route permet sans doute à l'écrivain de rallier sans cesse des nouveaux fans à sa cause. Bravo !
Pour vous mettre tout de suite dans l'ambiance et l'univers de Kay Scarpetta, Patricia Cornwell ne tournera pas autour du pot. « Scarpetta » débute ainsi :
« de la matière cérébrale collait aux manches de la blouse maculée de sang que portait le docteur Kay Scarpetta, évoquant des flocons d'ouate. Les scies Stryker stridulaient, l'eau tambourinait dans les éviers et de la poussière d'os s'élevait en volutes comme une farine très fine. Trois des tables étaient occupées. D'autres cadavres allaient arriver sous peu. C'était mardi, le 1er janvier, jour de la nouvelle année. »
Si j'étais mauvaise langue, je rajouterais à ce paragraphe « Bonne année et bonne santé, surtout ! ». Cependant ce serait hors contexte et n'aurait juste pour signification que mon aversion toute personnelle pour les voeux du nouvel an.
Pour en revenir au sujet initial, il faut avouer que le décor est planté en quelques phrases simples mais efficaces. le reste de l'ouvrage ne perdra jamais ce caractère efficient. L'expérience propre de Patricia Cornwell dans ce type d'affaire n'étant certainement pas étrange à cette caractéristique stylistique. Cela confère toutefois un parfum d'authenticité à « Scarpetta » et n'apporte aucun discrédit à cette saga littéraire.
Les habitués devraient y trouver leur compte mais les novices ne seront pas en reste.
Comme toujours, et je fais appel à ma maigre connaissance de l'oeuvre de Patricia Cornwell des sujets d'actualité (pas toujours immédiate à cause du temps d'écriture et de traduction) et de société sont abordés en plus ou grâce à l'intrigue policière au coeur de l'ouvrage.
A suivre...
Lien : http://espace-temps-libre.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Annaelle
  01 mai 2011
La 4ème de couverture :
Oscar Bane a exigé son admission dans le service psychiatrique de l'hôpital Bellevue. Il redoute pour sa vie et prétend que ses blessures lui ont été infligées au cours d'un meurtre ; meurtre qu'il nie avoir commis. Il ne se laissera examiner que par Kay Scarpetta, médecin légiste expert, l'unique personne en qui il ait confiance. A la demande du procureur, Kay se rend à New York City et entreprend cette enquête (...). Elle n'est sûre que d'une chose : une femme a été torturée et tuée, et d'autres morts violentes sont à craindre. Kay se lance et très vite une vérité s'impose : le tueur anticipie avec précision où se trouve sa proie, ce qu'elle fait, et pire encore, les avancées des enquêteurs. Kay Scarpetta devra faire face à l'incarnation du mal...
Mon avis:
Sentiments mitigés à la fin de la lecture de ce livre, je le trouve meilleur que les 2 précédents du même auteur, mais récemment quelqu'un qui débute la série des Scarpetta me parlait de ses impressions, et cela m'a rappelé comme j'avais aimé lire ces livres, comme ils me capturaient pour ne plus me lâcher jusqu'à la fin, comme je prenait plaisir à chercher l'assassin et à me tromper parfois, comme j'étais captivée par la progression de l'enquête... (même à la 2ème lecture)
Dans les 2 précédents (même s'il faudrait que je les relise pour pouvoir en parler plus longuement), j'ai eu l'impression d'avoir été oubliée sur le bord de la route par l'auteur, je ne sais pas vraiment comment expliquer ça... Déjà j'avais plus l'impression de lire un roman qu'un polar, l'enquête démarrait très tardivement et l'histoire était fini avant d'avoir commencée . Sans qu'il y ai cet enchevêtrement de preuves, de soupçons et de découvertes qui font qu'on prend tant plaisir à suivre cette enquête criminel.
Celui-ci est quelque part entre les deux, la première moitié est vraiment trop longue à démarrer et peu captivante, mais à la moitié du livre, j'ai vraiment retrouvée la Cornwell que j'aime, celle qui me donne envie de ne plus lâcher le livre tant qu'il n'est pas fini !
Je me demande si c'est l'auteur qui s'essoufle ou son personnage ? Peut-être la demande est-elle si forte qu'elle continue d'écrire sur Scarpetta alors qu'elle n'a plus tant à en dire... Elle a pourtant écrit plusieurs autres livres avec d'autres personnages, peut-être aurait-elle du persister dans cette voie pour y trouver un nouvel élan ? C'est vrai qu'on prend plaisir à retrouver les personnages qu'on connait, mais dans les derniers livres, je trouve qu'il se dégage un sentiment bizarre entre l'auteur et Scarpetta, comme si Cornwell prenait moins plaisir à écrire sur elle, ce qui expliquerait que je prenne moins plaisir à la lire...
Sur l'histoire elle-même, pas grand chose à dire de plus que l'introduction de la 4ème de couverture, (c'est un polar, donc mieux vaut ne rien dévoilé), si ce n'est que je trouve que dire que « Scarpetta fait face à l'incarnation du mal » est un tantinet exagérée (ou peut-être ai-je trop lu de polar et de thriller pour être encore choquée par les agissements de l'assassin...).
Ce qui me surprend, c'est que dans ce livre qui se nomme pourtant « Scarpetta », il n'y a pas une seule vrai scène d'autopsie, c'est pourtant la marque de fabrique du personnage, ce qu'on aime, cette façon si différente de découvrir ce qui est arrivé à la victime !
Pour conclure, je dirais que même si j'ai cette fois vite deviné qui était l'assassin, et que je trouve ce livre encore bien en-dessous de ce dont Corwell est capable, je dois dire que je le trouve quand même bien meilleur que les deux précédents, et que la deuxième partie m'a vraiment redonné plaisir à lire cet auteur (il faut vraiment que je me refasse la série depuis le début dès que j'aurais le temps...).
Lien : http://l-imaginarium.forumac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
valunivers
  22 avril 2009
Oscar Bane, soupçonné du meurtre de sa petite amie Terri, clame son innocence et réclame la présence de Kay Scarpetta pour relever sur lui tous les indices qui le conduiront à prouver son innocence.
J'ai trouvé l'idée amusante...ce patient est bien vivant et Scarpetta a plutôt l'habitude de s'occuper de clients bien moins remuants.
Comme le nom du bouquin l'indique, l'héroïne est au centre de l'histoire et Scarpetta risque de perturber les nouveaux lecteurs de Patricia Cornwell car ce livre, bien qu'adoptant le style classique du roman policier, est plus un état des lieux des relations entre Scarpetta et tous les habitués des précédents livres.
On retrouve Scarpetta, Benton, Lucie et Marino beaucoup plus sombres et donc plus intéressants. J'ai d'ailleurs bien aimé la tournure que prend le personnage de Marino.
J'ai été ravie de retrouver La Patricia Cornwell d'il y a quelques années. J'ai quand même du mal à comprendre pourquoi ses romans sont d'une qualité très inégale, on ne sait jamais à quoi s'attendre avec elle. En tout cas, pour les fans de Cornwell, foncez ! Scarpetta est de bonne facture. L'écrivain a non seulement revitalisé sa série, mais lui a donné une vie et une profondeur qu'elle n'avait jamais auparavant.
A noter qu'au travers de ses personnages, Patricia Cornwell nous livre sa théorie sur le suicide de Marylin Monroe. Je me suis demandé si elle n'allait pas nous "refaire le coup" de la biographie comme Jack l'éventreur et entamer des recherches sur ce décès. Ce serait très intéressant non ?

Lien : http://www.valunivers.fr/200..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
miss2red
  16 mars 2011
Début de lecture un peu difficile puisqu'il y avait pas mal de temps que j'avais lu le volume précédent celui-ci et que je ne comprenais plus rien à ce qui s'était passé dans la vie des personnages principaux.
J'ai été un peu perturbée au début également par les dialogues assez ambigu entre Scarpetta et Oscar et entre Benton et sa psy mais passé quelques pages c'est avec plaisir que j'ai retrouvé Lucy, Benton et Marino.
Je trouve cependant que le dénouement de l'histoire arrive un peu trop vite, j'ai un peu eu l'impression que l'auteure avait eu son quota de page et qu'elle avait dû précipiter la fin.
Pour Lucy aussi j'ai eu un peu de mal à croire en sa "résurrection ", n'aurait-il pas mieux valu qu'elle meure?
Commenter  J’apprécie          70
Jacq
  06 mars 2012
C'est avec beaucoup d'appréhension - je n'avais pas aimé les deux romans précédents - que j'ai commencé le nouveau Patricia Cornwell, intitulé sobrement "Scarpetta"...... et j'ai aimé ! Kay se révèle toujours aussi "performante", on la retrouve rarement à la morgue mais on la voit surtout sur les lieux de crimes avec sa "mallette de scène de crime"; Benton, le profileur, est pareil à lui-même, intelligent et séduisant; Marino s'est "assagi" et Lucy revient, en force,avec son génie de l'informatique.
J'ai trouvé le suspense bien "ficelé", j'ai suivi avec grand intérêt les recherches de Kay et de sa nièce avec leurs explications scientifiques et informatiques.
Le roman met l'accent sur les relations , les mises au point, entre les quatre personnages : j'ai beaucoup apprécié.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   20 avril 2013
Nous voilà revenus à notre point de départ. Vous discutez donc avec Kay ce matin, alors que vous savez depuis des heures ce qui traîne sur Internet. Cependant vous ne dites rien. Au demeurant, vous n’avez toujours rien divulgué. Franchement, je ne crois pas que le problème soit le besoin d’une conversation en tête-à-tête. Car, malheureusement, il existe une probabilité non négligeable qu’elle l’apprenne par quelqu’un d’autre, si ce n’est déjà fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
meknes56meknes56   27 août 2019
- Depuis quand un détenu dicte-t-il ses volontés ?

- RP. Raisons politiques. De surcroît, il n’est pas incarcéré. De toute façon, personne dans ce service de psychiatrie n’est jamais considéré comme un prisonnier. Ce sont des patients…
Commenter  J’apprécie          30
meknes56meknes56   27 août 2019
Pas besoin de mettre le nez dehors pour avoir mauvais temps ! continuait à papoter Bryce au profit d’un Benton que les papotages n’intéressaient guère. On est pleins comme un œuf et Jack est déprimé et irritable. Je vous l’ai dit ? Il faudrait peut-être intervenir. Une sorte de week-end de détente dans cet hôpital d’Harvard où vous travaillez. Ils pourraient nous faire un prix de groupe…
Commenter  J’apprécie          10
reve2003reve2003   18 février 2018
Elle aurait pu faire sentir à Marino lorsqu'elle avait pris son poste de médecin expert de Virginie et qu'il s'était appliqué à lui rendre la vie impossible, agissant comme un méchant petit garçon qui a le béguin.
Commenter  J’apprécie          10
GrouchoGroucho   09 avril 2016
- Qui pourrait faire une telle chose ?
- C'est toujours ceux auxquels on ne pense pas, rétorqua-t-il. Soit parce qu'ils connaissent la victime, soit au contraire, parce qu'ils ne la connaissent pas.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Patricia Cornwell (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Cornwell
Emmanuel Couly reçoit Anne Martinetti pour son livre, "Mortels Cocktails" aux Editions du Masque, au Duke's bar de l'Hôtel Westminster, 13 rue de la Paix, 75002, Paris. « le vrai crime, c?est de ne pas savoir préparer un martini. » Francisco G. Haghenbeck, L?affaire tequila de Philip Kerr à Patricia Cornwell en passant par Ian Rankin, Stephen King, Fred Vargas ou l?éternelle Agatha Christie, les maîtres du genre vous servent leurs meilleurs cocktails et vous invitent à replonger dans leur univers? le temps d?un verre. 50 recettes de cocktails pétillants et dangereusement exquis à savourer comme un bon polar !
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre