AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alain Jaubert (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070309878
Éditeur : Gallimard (13/10/2005)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 17 notes)
Résumé :

Juillet 1816. Une escadre française vogue vers le Sénégal. Le principal navire, la frégate la Méduse, qui longe de trop près les côtes de Mauritanie, s'échoue sur un haut-fond. Des groupes de passagers rejoindront Saint-Louis soit par mer, soit, au prix de nombreuses pertes, à marches forcées à travers le Sahara. Mais cent quarante-sept hommes sont abandonnés sur un radeau. Ils vont dériver ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
finitysend
  11 mars 2016
Un magnifique tableau dramatique de Géricault certes , mais aussi un très bon récit de mer , et de naufrage , en particulier .
Un document sur un des plus grand scandale de la Restauration ( le régime de .. ) et de l'histoire de France en général , également .
Ce texte témoigne aussi , d'une très mauvaise époque pour la marine française ( de guerre en particulier ) .
La révolution et ses soubresauts , l'empire aussi , ayant totalement bousculé son « brillo « d'ancien régime ainsi que le lustre de son éminence passée , qui reposait sur une remarquable efficacité et qui faisait d'elle une machinerie hautement fiable …
J'ai lu le radeau de la méduse dans la foulée de : Les naufragés de l'aventure de Guillaume Lesquin , qui font ensembles deux excellents récits de mer de cette époque . Disons , révolutionnaire – post révolutionnaire .
Les naufragés de l'aventure , est un tout petit roman autobiographique que je vous invite à découvrir parce que , il est excellent sur le thème du naufrage ( dans l'antarctique en l'espèce ) , et il est malheureusement connu de manière quasi confidentielle .
Mais aussi pour sa langue qui est populaire et élégante , que vous pourrez comparer à celle , de le radeau de la méduse , qui est moins jolie , et c'est choquant car : c'est la même époque .
Cette langue du radeau , qui n'est pas désagréable , ni même totalement laide , tranche pourtant nettement en tonalité avec celle du XVIII e , qui est souvent un pur délice de lecture.
Les naufragés de l'aventure , vous fera découvrir , une langue plus avenante et post XVIII e également , tout en étant confortablement installé dans une lecture de mer trépidante et passionnante des plus agréable .
Faites une visualisation du tableau et vous aurez une idée du contenu de ce livre , encore que ce récit de Savigny , précise aussi les tenants et les aboutissants de ce voyage , de son déroulement , ainsi que du pendant et de l'après naufrage sur le radeau , qui ne concerne pas tous les naufragés car tous ne subirent pas le destin du radeau .
Ils firent d'autres choix , pas moins périlleux , mais moins maritimes , comme celui de longer la cote saharienne .
Une frégate française naufrage au large des côtes de l'actuelle Mauritanie , alors qu'elle était à destination de Saint Louis du Sénégal . Cent quarante-sept personnes , vivent les pires avanies sur ce radeau , je vous laisse les découvrir ...
Cent cinquante personnes qui n'en finissent pas de mourir en désespérant comme il se doit de la nature humaine …
C'est un récit hautement tragique , légèrement teinté par la tonalité romantique qui dominait à l'époque .
D'autres naufragés se lanceront sur une autre mer , une mer de sable . Ils longeront les côtes africaines du Sahara , jusque le Sénégal . Ce ne sera pas non plus une partie de plaisir .
Un voyage haut en couleur dans des régions qui n'étaient pas encore membres de la francophonie ( sourires ) , et qui étaient pratiquement encore vierges d'influences coloniales françaises .
Ces éléments font de ce récit un document précieux sur les côtes africaines de ces régions , avant qu'elles ne deviennent des territoires français plus normalisés qui connaissent Paris et la langue française comme leurs poches . .
Je ne vous raconte pas les misères que ces coquins et ces vilains ( sourires ) feront à nos pauvres naufragés tout au long de la route .
C'est un récit plein d'adrénaline , un document historique de premier plan sur une tragédie hallucinante , et la découverte des côtes africaines de la Mauritanie au Sénégal , à l'aube du XIX e siècle comme si vous y étiez …
Un texte pour les amateurs de récits de mer , de naufrages , d'histoire , et d'adrénaline .
C'est aussi un document de premier intérêt sur la période précoloniale .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
C-Liner
  15 février 2011
Comme pour beaucoup, pour moi "le radeau de la méduse" est un tableau. Je pensais qu'aucun évènement réel ne l'avait inspiré.
Je pensais que Gericault avait peint un naufrage et lui avait donner ce nom.
Erreur.
La meduse était bel et bien une Fregate partie de France pour les comptoirs africains à l'aube du 19ème siècle. le naufrage est reel et le radeau tout autant !
L'histoire relatée par Correard et Savigny (les auteurs) n'est pas à proprement parlé un journal de bord.
C'est en fait le récit a posteriori qu'ils font de leur 12 jours de dérive au bord de ce radeau infernal.
En effet, une fois sauvés, les rescapés raconteront leur histoire et désigneront les coupables. Car toute cette histoire n'aurait jamais du avoir lieu : tout est le résultat de bassesses humaines.
C'est uniquement le facteur humain qui plongera plus de 150 personnes dans l'enfer.
N'hésitez pas : embraquez vous aussi sur "la machine" comme l'appèlent les naufragés et suivez leur déchéance.
Vous en apprendrez beaucoup sur les regles sociales, les folies auxquelles pousse le désespoir, la force que donne l'envie vengeance etc...
Ce petit livre est parfois un peu difficile à lire car truffé de termes nautiques mais les relations humaines et la psychologie de ces désespérés est très interressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tristantristan
  04 décembre 2017
A rapprocher de la version romancée de Martine le Coz "Le nègre et la Méduse".
Sinon, on peut aussi s'asseoir longtemps devant l'imposant tableau qui est exposé au Louvre.
Commenter  J’apprécie          00
CeCedille
  22 mars 2015
Il s'agit du récit de deux survivants du radeau construit pour 150 naufragés de la Frégate "La Méduse". L'aide chirurgien de marine Savigny, et l'ingénieur Corréard éditent leur récit en 1817 avec un grand succès. Cette expérience de survie extrême (massacres, cannibalisme) a frappé les lecteurs autant que la tableau de Géricault qui s'en est étroitement inspiré. L'édition Folio reprend le texte de la cinquième édition que l'on trouve sur Gallica, amputé du jugement du capitaine fautif et des ennuis judiciaires du libraire Corréard, comme des poèmes lyriques sur l'évènement, mais augmenté d'une excellente préface d'Alain Jaubert et de diverses reproductions et cartes fort utiles, dont le plan de la fameuse « machine », nom terrible du radeau d'infortune !
Lien : http://diacritiques.blogspot..
Commenter  J’apprécie          40
davzen
  26 décembre 2014
Lu dans la collection Omnibus " Les naufragés " l'histoire du radeau de la Méduse est parfaitement racontée vu sur différents angles....
Pour les passionnés des drames nautiques.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   26 juillet 2016
L’autre, M. Danglas, lieutenant, sortant des gardes-du-corps, s’était d’abord embarqué avec nous sur le radeau, où son poste était désigné ; mais lorsqu’il vit le danger qu’il courait sur cette effrayante machine, il se hâta de la quitter, sous prétexte qu’il avait oublié quelque chose sur la frégate, et ne reparut plus. Ce fut lui que nous vîmes s’armer d’une carabine et menacer de faire feu sur le canot du gouverneur lorsqu’il commença à s’éloigner de la frégate. Ce mouvement, et quelques autres démonstrations que l’on prit pour de la folie, manquèrent de lui coûter la vie ; car pendant qu’il se livrait ainsi à une sorte d’extravagance, le capitaine prit la fuite en l’abandonnant sur la frégate, parmi les soixante-trois hommes qu’il y laissa. Lorsqu’il se vit ainsi traité, M. Danglas donna décidément des marques du plus furieux désespoir. On fut obligé de l’empêcher d’attenter à ses jours ; il invoquait à grand cris la mort qu’il croyait inévitable au milieu de périls si imminens. Il est certain que si M. Espiau, qui avait déjà sa chaloupe pleine, ne fût point revenu prendre à bord de la frégate les quarante-six hommes, du nombre desquels fut M. Danglas, celui-ci eût pu avec tous ses compagnons ne pas éprouver un meilleur sort que les dix-sept qu’on laissa définitivement sur la Méduse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
ElGatoMaloElGatoMalo   15 juillet 2016
Les infortunés que la mort avait épargnés dans la nuit désastreuse que nous venons de décrire se précipitèrent sur les cadavres dont le radeau était couvert, les coupèrent par tranches, et quelques-uns même les dévorèrent à l’instant. Beaucoup néanmoins ni touchèrent pas ; presque tous les officiers furent de ce nombre. Voyant que cette affreuse nourriture avait relevé les forces de ceux qui l’avaient employée, on proposa de la faire sécher pour la rendre un peu plus supportable au goût. Ceux qui eurent la force de s’en abstenir prirent une plus grande quantité de vin. Nous essayâmes de manger des baudriers de sabres et des gibernes ; nous parvînmes à en avaler quelques petits morceaux. Quelques-uns mangèrent du linge ; d’autres des cuirs de chapeaux sur lesquels il y avait un peu de graisse ou plutôt de crasse ; nous fûmes forcés d’abandonner ces derniers moyens. Un matelot tenta de manger des excrémens, mais il ne put y réussir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
fleurdusoleilfleurdusoleil   20 novembre 2009
Ainsi notre destinée, sur le fatal radeau, était d'être sans cesse ballotés entre des illusions passagères et des tourments continus ; et nous n' éprouvions pas une sensation agréable qu'à l'instant même nous ne fussions en quelques sortes condamnés à l'expier par l'angoisse d'une nouvelle souffrance, par la douleur de l'espérance toujours trompée.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Alexandre Corréard (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Corréard

Jéricho, le nouveau thriller de Josef Ladik publié aux Éditions First
Résumé En 1816, la frégate La Méduse quitte Rochefort pour le Sénégal et s'échoue sur un banc de sable au large de la Mauritanie. Cent quarante-sept hommes s'entassent sur un radeau. Seuls quinze d'entre eux accosteront sur les rivages africains, après avoir vécu le pire, cannibalisme inclus. Alexandre Corréard, ingénieur géographe, fut l'un d'eux. Avec le médecin Jean-Baptiste Savigny, il fit le récit du naufrage de la Méduse, qui inspira le peintre Théodore Géricault et secoua le régime. L'histoire a écarté le récit qu'il fit de son voyage à l'intérieur des terres, au contact de tribus africaines. La tradition orale y aurait préservé une pratique ancestrale de la parole: la langue de Dieu, dotée d'un pouvoir extraordinaire. Corréard en consigna les détails par écrit. À son retour en France, il ouvrit une librairie au Palais Royal et dissimula son manuscrit dans l'un des contreforts de la Gare d'Austerlitz dont il dressa les plans. Il se consacra à la politique et fut plusieurs fois emprisonné à cause de ses publications pamphlétaires. C'est du moins la version officielle. Paris, environ deux cent ans plus tard : le Terrible, un sous-marin nucléaire français a tout bonnement disparu des écrans radars. Un groupe qui se fait appeler « Jéricho » revendique le détournement et menace le Président de se servir de l'armement embarqué si celui-ci ne verse pas immédiatement une très forte rançon, en sus de libérer un scientifique spécialisé dans le nucléaire. Deux embarcations à ...
+ Lire la suite
>Géographie générale. Voyages>Récits de voyages>Voyages et aventures maritimes (53)
autres livres classés : mauritanieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1082 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre