AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782361836184
Éditeur : Les Moutons Electriques (21/02/2020)
3.17/5   74 notes
Résumé :
Dragons, cavalières et herboristes !

Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, qui attend. Le premier sang, le premier vol ; son amante, son moment ; des réponses à ses questions. Pour trouver sa place, elle devra louvoyer entre les intrigues de la cour et de son Ordre, affronter ses peurs et ses doutes, choisir son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
3,17

sur 74 notes

boudicca
  06 mars 2020
Cette fois encore, les trois maisons d'édition associées sous le nom d'« Indés de l'Imaginaire » ont profité de la nouvelle année pour mettre chacun en avant une autrice ou un auteur débarquant sur la scène des littératures de l'imaginaire. Chez Les Moutons Électriques, c'est le roman de Jeanne Mariem Corrèze qui se voit attribuer le qualificatif de « pépite », et, si le terme a pu être utilisé trop souvent ou à mauvais escient précédemment, il me semble ici parfaitement adapté. Car quelle belle surprise que ce « Chant des cavalières » ! L'autrice y met en scène l'ascension d'une jeune femme nommée Sophie, novice appartenant à l'ordre des Cavalières dont toute une cohorte d'intrigants a décidé du destin il y a bien longtemps. Un destin exceptionnel et qui, si la jeune fille se montre à la hauteur des attentes que certains ont placé en elle, devrait totalement bouleverser le royaume de Sarda et la vie de ses habitants. En parallèle du parcours de la jeune novice, le roman s'attache à dépeindre les spécificités, l'histoire et le fonctionnement de ce royaume vaincu il y a plusieurs décennies par leurs voisins, les Sabès. Une défaite suivie d'un traité de paix que certaines jugent humiliant et ne rêvent que de remettre en question. Dans la forteresse nordique de Nordeau, dans laquelle étudie Sophie, le point de vue de la matriarche est sans appel : Sarda a les moyens de mettre un terme à la domination, il faut donc reprendre les armes. Mais d'autres, notamment dans la capitale du royaume, ne sont pas de cet avis. Pour faire pencher la balance du côté de la guerre, il faut un symbole fort. Et quoi de plus fort que le retour tant attendu d'un membre de la dynastie Pendragon ? Quoi de plus galvanisant pour Sarda que de retrouver une reine ceignant Lunde, l'épée légendaire ayant appartenu à la dernière souveraine, Maude, et cachée depuis son trépas par le magicien Myrddin ? Voilà, pour résumer, quels sont les principaux enjeux de ce roman solide qui repose sur une intrigue, des personnages, et surtout un univers, très convaincants.
Parlons-en, de cet univers. le roman met principalement en scène une communauté, celle des cavalières, qu'on pourrait qualifier d'ordre religieux formant les femmes à trois voies bien distinctes : bâtisseuse, intrigante ou annonciatrice. Toutes se voient contraintes de respecter une hiérarchie stricte qui distingue les novices des écuyères, celles-ci des cavalières et celles-ci encore des Aînées. Présentes aux quatre coin du royaume de Sarda, les cavalières résident dans des forteresse à la tête de laquelle se trouve une matriarche qui rend des comptes au royaume à l'occasion d'un congrès réunissant les grands de Sarda, à savoir les maréchales chargées des quatre provinces, les nobles du royaume, et les personnes occupant deux fonctions clé : celle de Prince/Princesse, et celle de Condottiere. Voilà le socle sur lequel repose l'organisation politique du royaume imaginé par Jeanne Marième Corrèze. Un fonctionnement qui nous est expliqué avec beaucoup d'élégance au fil des pages, et non pas de manière « bourrine », à l'aide de longs monologues comme certains romans de fantasy en ont malheureusement l'habitude. Ici, l'autrice prend le temps de poser son univers et ne dévoile ses spécificités que petit à petit, lorsque l'intrigue le requiert. La curiosité du lecteur en est d'autant plus stimulée, sans que les manques ne gênent en rien la compréhension ou l'immersion. L'autrice a également recourt à un procédé fréquemment utilisé qui se révèle ici très efficace et qui consiste à placer au début de chaque chapitre des extraits de textes nous en apprenant plus sur tel ou tel aspect de l'univers (chroniques, proverbes, pamphlets, chansons…). En seulement trois cent pages, l'autrice parvient ainsi à mettre en place un univers cohérent et d'une richesse que le récit ne semble qu'effleurer. le roman a la particularité de mêler à la fois des aspects très classiques de la fantasy, et d'autres qui sont beaucoup plus originaux. Parmi les éléments traditionnels, on peut relever notamment le cadre médiéval fantastique (au niveau de l'architecture, de l'armement…) ou encore la présence des dragons. Chaque cavalière fait en effet équipe avec un dragon avec lequel elle entretient un lien particulier. Des interdits et des tabous règnent autour de cette créature qui, bien qu'elle ne semble servir que de monture, est particulièrement révérée par l'ensemble des habitants. Parmi les aspects classiques du roman, on peut également noter les abondantes références à la légende arthurienne, que ce soit dans le choix des noms (Myrddin, Pendragon), ou des thématiques abordées (un souverain dont on attend l'avènement, une épée dans la pierre…).
Les lecteurs amateurs d'une fantasy sortant des sentiers battus devraient pourtant eux aussi trouver leur compte dans ce roman qui sait également fait preuve d'originalité. Ainsi, si le récit met en scène un cadre indéniablement médiéval, plusieurs dialogues laissent entendre que les puissants voisins du royaume de Sarda utilisent des armes à feu et possèdent donc un niveau de technologie plus avancé (ce qui explique d'ailleurs la défaite des cavalières qui ne purent résister malgré leurs montures cracheuses de feu). Autre originalité, et non des moindres, la société dépeinte par l'autrice est une société matriarcale. le fonctionnement de l'ordre des cavalières n'est, en effet, pas une exception mais une norme : les postes de pouvoir sont occupés par des femmes (à l'exception notable de ceux de Prince et de Condottiere, ce que certaines considèrent d'ailleurs comme assez ironique), la divinité vénérée dans le royaume est une déesse, et le féminin l'emporte lorsqu'il est question de qualifier une catégorie de population (par défaut, on parle non pas de paysan mais de paysanne, par exemple). Cela peut paraître dérisoire mais tous ces éléments conjugués participent à modifier efficacement le point de vue du lecteur qui, société patriarcale oblige, a parfois bien du mal à imaginer un fonctionnement et un mode de pensée dont le masculin ne serait plus le centre. Parmi les autres éléments qui contribuent à installer une atmosphère particulière, on peut également citer l'importance accordée par l'autrice à la nature, et plus spécifiquement à la flore. Surnommé le royaume des forêts, Sarda entretient en effet un lien très étroit avec la terre et ce qui y pousse, et cela est encore une fois très bien rendu dans le récit. Outre l'importance revêtue par le personnage de l'herboriste Frêne, on peut également mentionner les nombreuses descriptions très évocatrices des jardins ou forêts, décors dans lesquels se déroulent certaines des scènes les plus importantes du roman. On peut d'ailleurs noter que, si la terre est l'élément principalement mis en avant ici, les trois autres ont aussi un rôle clé à jouer dans l'intrigue, qu'il s'agisse de l'air dans lequel évoluent les dragons, du feu des forges de Soufreu, ou encore de l'océan qui borde la côté de la forteresse du sud et que les cavalières tiennent en piètre estime.
Compte tenu du fonctionnement matriarcal de la société mise en scène ici, l'essentiel des personnages sont, pour la plupart, des femmes. Or, s'il est de plus en plus fréquent de voir des héroïnes mises en scène, de même que les rôles secondaires féminins ont tendance à s'étoffer, il faut avouer qu'il reste plus courant d'avoir une majorité de personnages masculins plutôt que l'inverse. Sophie, la jeune novice choisie par certaines pour incarner l'espoir et le futur du royaume, occupe évidemment le devant de la scène. Une héroïne qui parvient aisément à susciter l'empathie du lecteur et qui, en dépit de son apparente passivité, se montre capable de réfléchir par elle-même et de prendre ses propres décisions lorsque cela s'avère nécessaire. Penderyn, son amie de toujours, se révèle quant à elle touchante par sa loyauté et, de plus en plus attachante à mesure que l'autrice étoffe son personnage. Assez étonnement, Eliane, la distante et calculatrice matriarche de Nordeau, parvient elle aussi à trouver son chemin vers le coeur du lecteur en dépit de ses choix et méthodes discutables. Autour de ces trois grandes figures gravitent toute une galerie d'autres personnages féminins réussis, qu'il s'agisse de l'ancienne matriarche, de l'herboriste Frêne, ou de Brigandine. Les personnages masculins, eux, sont moins nombreux mais occupent, chacun à leur manière, un rôle clé pour l'intrigue, qu'il s'agisse du Prince, du Condottiere ou du magicien (on pourrait presque se croire dans une partie de « Citadelle »!). Concernant le traitement des personnages, l'autrice a l'intelligence de se garder de tout manichéisme, si bien que l'on trouve des personnages haïssables et des personnages attachants dans les différents camps qui s'opposent. Même les protagonistes ne sont pas tout blanc, et l'autrice se plaît d'ailleurs à placer ses personnages face à leurs contradictions. Il en résulte une intrigue remarquablement bien ficelée et qui offre son lot de surprises. D'un pitch de départ relativement classique, l'autrice parvient ainsi à s'écarter de la trame traditionnelle au fur et à mesure que les manigances des personnages sont dévoilées et que de nouveaux enjeux apparaissent et viennent complexifier et l'intrigue et l'univers. Un mot, pour terminer, sur la plume de l'autrice qui s'avère très agréable : travaillée sans jamais être pompeuse, tour à tour épique ou poétique.
Avec « Le chant des cavalières », Jeanne Mariem Corrèze signe un premier roman remarquable qui mérite tout à fait le qualificatif de « pépite ». Un univers riche et original en dépit de son apparent classicisme, une intrigue bien ficelée dont les enjeux se complexifient au fil du récit, une belle galerie de personnages, une plume soignée : autant de qualités qui font de ce roman une véritable réussite. A lire !
Lien : https://lebibliocosme.fr/202..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Dionysos89
  25 mai 2020
Après deux années où leurs nouvelles publications s'orientaient davantage vers des romans pulp, Les Moutons électriques proposèrent, dans le cadre de l'opération des Pépites de l'Imaginaire (conjointement avec les autres Indés de l'Imaginaire avec Les Chevaliers du Tintamarre chez les éditions Mnémos et Cuits à point chez les éditions ActuSF) un nouveau roman de fantasy d'une autrice pour l'instant inconnue, Jeanne Mariem Corrèze : le Chant des cavalières !
Geste d'une chevaucheuse de dragon
Sophie est une petite fille recueillie dès son plus jeune âge par le principal ordre militaire du royaume auquel elle appartiendra désormais : les Cavalières. Elle grandit dans la citadelle de Nordeau auprès de la Matriarche, des écuyères, des soigneuses de dragons, des herboristes et des intendantes. Il n'y a pas grand-chose à faire à part attendre de grandir, apprendre un peu quand c'est possible, mais globalement elle n'a pas trop à se plaindre, ce n'est pas la vie des paysannes… Or, à la mort étrange de la Matriarche, elle est désignée comme la future héritière à former, héritière de la nouvelle Matriarche, mais elle serait aussi héritière de la dernière grande reine locale. Sauf qu'une prophétie ne s'applique pas par l'opération du hasard, il faut bien s'y préparer et clairement la nouvelle Matriarche n'est pas motivée pour entraîner la petite Sophie. Il s'agit alors de se débrouiller pour être reconnue comme importante, elle la petite cavalière sans dragon à chevaucher. Quelques intrigues de cour, surtout quelques amies motivées et l'arrivée très étrange de Myrrdin, un très ancien mage aux pouvoirs incommensurables, font pencher la balance, tantôt dans le sens d'une plus grande liberté dans le royaume, tantôt dans celui des intérêts personnels de plusieurs personnages. En effet, bien peu veulent vraiment voir émerger une nouvelle souveraine sortie de nulle part.
Corpus thématique
Le début du roman peut paraître long à de nombreux lecteurs, si on s'attend à une intrigue très rythmée, voire enlevée, mais l'autrice prend son temps, car cela lui permet de mettre en place plusieurs visions du monde qui se dénouent dans le dernier tiers. Au premier abord, cela peut paraître insignifiant, mais c'est utile malgré tout. Elle met d'abord en place une société féminine, difficile de parler de matriarcat, car il me semble qu'il n'y ait dans ces citadelles que des femmes, donc pas de véritable domination du genre féminin sur le masculin. Par contre, les métiers sont souvent mis au féminin, les postes militaires ont l'air destiné aux femmes et deux postes de décision sont tenus par des hommes mais non seulement ils sont secondaires, mais en plus cela semble exceptionnel pour cette société. Cette dernière remarque est d'ailleurs la conséquence locale de la géopolitique du Royaume mise en place par l'autrice. Ainsi, le Royaume est dominé par un peuple voisin, les Sabès, et est divisé en différentes provinces (Nordeau, Soufeu, Estari, Ousterre et la capitale Zinia au centre, en gros) où agissent différents corps de Cavalières qui sont l'élite militaire et religieuse. Enfin, l'autrice insiste beaucoup sur les volontés contradictoires d'assurer la paix dans cette contrée et l'envie de recouvrer une certaine indépendance, sachant que chaque région du Royaume a une vision différente de la bonne manière de l'obtenir. En cela et en bien d'autres aspects qu'il peut être amusant de détailler au fur et à mesure de la lecture, le Chant des cavalières semble un volontaire pastiche des aventures des Chevaliers de la Table Ronde avec son roi légendaire, sa geste épique, son mage au nom si reconnaissable et son dénouement tragique.
Du style, madame !
Le Chant des cavalières peut paraître au départ pour le moins lent : le rythme suit les interrogations de la jeune protagoniste, alors forcément au début, elle hésite beaucoup, elle n'y croit pas, elle tâtonne. du même coup, autant s'intéresser au style. Au fur et à mesure que Sophie se forme, le vocabulaire s'affirme à la fois riche, fin et soigné. La narration faisant commencer chaque chapitre par un extrait de chronique ou un poème issu de l'histoire de ce monde, ainsi que la toute fin nous laissant sur un nouveau départ, plusieurs éléments peuvent faire hésiter le lecteur sur la manière de recevoir ce roman. En effet, c'est une très belle introduction à un monde dont nous aimerions en apprendre davantage, tant sur la géopolitique extérieure au Royaume, sur les moeurs des paysannes qui sont quasiment absentes que sur le devenir de l'héroïne, mais c'est tout autant une aventure qui peut se lire seule et être appréciée comme une intrigue dont on ne saura jamais davantage. Une fois la lecture terminée, qu'il est difficile de pencher d'un côté ou de l'autre de ces deux visions !
Le Chant des cavalières est donc un premier roman tout à fait captivant : le style est riche, l'univers prometteur, les thématiques approfondies et les choix de narration se défendent (même si certains peuvent en être lassés). Une autrice à suivre, c'est certain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Ogrimoire
  05 novembre 2020
Ce livre est, autant le dire d'entrée, assez déstabilisant. Dans l'histoire qu'il raconte, d'abord, et dans le style ensuite.
Si l'histoire peut sembler, au démarrage, d'une facture extrêmement classique, revendiquant d'ailleurs ouvertement une filiation avec les légendes arthuriennes – Sophie est appelée, sans que l'on sache pourquoi ni s'il y a même une raison à cela, sinon la volonté de l'auteure de nous adresser un clin d'oeil, Sophie Pendragon ; quant à l'un des rares personnages masculins de l'histoire, le magicien, il s'appelle Myrddin, il est difficile de ne pas penser à Merlin -, elle prend rapidement un tour bien plus original. En effet, dans les ouvrages traditionnels de fantasy, lorsqu'un héros révélé apparait, son rôle et sa finalité sont de sauver le monde. Ici, sans trahir quoi que ce soit, ce n'est pas le sujet. Ce qui, d'ailleurs, pourrait en déstabiliser plus d'un : alors que le royaume, au début du livre, est dans une situation de paix, fut-elle précaire -, lorsque vous refermez le livre, c'est la guerre et le chaos. Et rien n'indique ce qui se produira ensuite. Et, sauf à ce que Jeanne Mariem Correze lui donne une suite, chacun devra, en son for intérieur, se construire sa propre idée de l'avenir du royaume.
Sophie est donc tout sauf un héros christique. Car la grande aventure à laquelle elle est conviée – et, on le découvrira au fur et à mesure, contre son gré -, c'est celui de la liberté de choix. Sophie est en effet, au moment où le livre commence, une novice parmi d'autre. Sans doute un peu moins intégrée que les autres, mais on la prépare à ce que sera sa vie de cavalière. Lorsqu'elle est « choisie », Élue, pour ainsi dire, elle imagine que sa vie va changer. Mais Éliane de Nordeau, dont elle est devenue l'écuyère de cendres, ne s'intéresse guère à elle. Frêne, cavalière-herboriste, prend alors en charge une partie de sa formation. Quant à Acquilon de Nordeau, semblant revenir d'entre les morts, lui propose de lier leurs âmes. Plus jamais Sophie ne sera seule…
Il faudra un certain temps pour que Sophie prenne conscience que les choix qu'elle pose ne lui appartiennent en vérité pas réellement, mais lui sont dictés, soufflés, inspirés par celles qui l'entourent. Mais lorsque ces choix ont un prix qu'il faut payer, c'est bien elle, Sophie, qui sera concernée. Mais comment, lorsque l'on découvre le monde, ses règles, ses intrigues, ses faux-semblants, apprendre à décrypter les double-jeux et identifier les personnes sur qui on peut compter ? Cette question centrale du choix – du libre-arbitre -, c'est notamment à l'occasion des périodes de méditation, à l'occasion desquelles Sophie se retrouve parfois projetée dans la Forêt des Limbes… une résonance avec notre dernier épisode d'À travers livres, consacré à la forêt.
Quant au style, je dois avouer que je n'ai pas totalement accroché. Onirique par moment – lorsque ce sont les rêves de tel ou tel personnage qui sont relatés -, enlevé à d'autres, parfois direct, j'ai par instant eu l'impression que la recherche allait au-delà du nécessaire. le début du chapitre 2, en particulier, qui, en une demi-page, rassemble trois occurrences d'une formulation basée sur la répétition, avec la volonté évidente de faire style, m'a paru excessif. Je vous en livre les trois extraits, qui tiennent sur vingt lignes, page 17 :
« Dans son rêve, le monde qui est Nordeau et Nordeau qui est le monde sont un immense drap […]. La toile qui est le monde qui est Nordeau n'est pas tout à fait terminée, la navette court encore entre les fils de couleurs, dessus, dessous, elle tisse inlassablement la silhouette de Nordeau qui est le monde qui est le drap. […]. Dans son rêve, la tapisserie qui est Nordeau qui est le monde n'est jamais achevée. Les fils surgissent soudain de la toile, s'arrachent au métier à tisser. La navette éperdue s'abîme dans l'obscurité tandis que sur le cadre de bois les couleurs se hérissent, se défont, se déchirent. »
J'ai aussi noté, de-ci, de-là, des inversions du verbe et du sujet qui ne me semblaient pas s'imposer, comme un tic d'écriture qui a attiré mon oeil. La licence poétique autorise tout, naturellement. Mais je n'y ai pas été sensible.
Dernier point concernant ce livre : on ne peut pas ne pas signaler que le monde de Sarda est pratiquement exclusivement féminin. À l'exception notable du Prince, du Condottière et de Myrddin, les hommes sont absents. Pourtant, on n'est pas plus dépaysés que cela : le pouvoir exercé par les femmes se traduit ici par l'exclusion des hommes de certains lieux de culte, par exemple. Les intrigues et les jeux de pouvoir ne sont pas moins violents entre ces femmes, qui n'hésitent pas à user de l'assassinat – du moins, de tentatives – pour parvenir à leurs fins. C'est donc un monde tout à fait normal de ce point de vue qui nous est décrit : les cavalières sont bien les égales des hommes, pas pires, mais pas franchement meilleures !
Un livre de fantasy qui n'est pas que de la fantasy ; une plume qui ne laisse pas indifférent, positivement ou pas… Il ne vous reste qu'à le lire pour vous faire votre propre idée, non ?
Lien : https://ogrimoire.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
JustAWord
  20 février 2020
Cette année encore, les Indés de l'Imaginaire renouvellent leur opération spéciale Les Pépites de l'Imaginaire avec la parution simultanée de trois romans chez ActuSF, Mnémos et Les Moutons Électriques.
Ce sont de ces derniers dont nous allons parler aujourd'hui avec le premier roman de la française Jeanne Mariem Corrèze : le Chant des Cavalières.
Sublimement illustré par Melchior Ascaride (mais on a l'habitude), voici une fantasy avec des dragons, des mages et des herboristes !
La destinée, encore ?
On pénètre dans le Chant des Cavalières en terrain connu.
Le roman pêche en effet de prime abord par son classicisme en réutilisant le mythe usé jusqu'à la moelle de l'enfant-destin (Sophie de Pendragon) qui doit prouver sa valeur auprès des siens (Les Cavalières du royaume de Sarda) en trouvant des objets magiques/mythiques (le baudrier Baldré et l'épée Lunde) pour pouvoir devenir le sauveur de son peuple (ici, la Reine) en s'appuyant sur un compagnon de toujours (Pènderyn) et un/des mentors (Acquillon et Frêne). le premier roman de Jeanne Mariem Corrèze ne serait-il qu'une énième histoire de fantasy en mode copier-coller ? En réalité, non.
Reprenons, nous suions l'histoire de la jeune Sophie Pendragon (mythe Arthurien es-tu là ?), novice dans l'Ordre des Cavalières de Sarda (des chevaucheuses de dragons pour tout dire) et qui devient rapidement l'écuyère d'Éliane, la Matriarche fraîchement nommée à la tête de la Citadelle de Nordeau. Autrement dit, Sophie sera la prochaine Matriarche et doit apprendre son rôle du mieux qu'elle le peut…sauf que celle qui devrait lui apprendre les rouages du pouvoir ne veut pas d'elle (par orgueil ou par souffrance) et que c'est finalement la vieille Frêne, herboriste-cavalière, qui va faire de Sophie une intrigante digne de ce nom. Dans le Royaume de Sarda, les Matriarches des quatre Citadelles (Nordeau, Ousterre, Estrali et Soufeu) se questionnent sur l'avenir de leur domaine. Depuis des années maintenant, Sarda a perdu la guerre qui l'opposait aux Comtés-Unis et ceux-ci ont établi une sorte de Protectorat qui empêche Sarda de renaître mais lui offre, en échange, une évidente stabilité.
Si Éliane est aussi distraite quant à l'éducation se Sophie, c'est aussi parce qu'elle voudrait bien renverser l'échiquier politique avec l'aide du Prince Régent, Roland. le Chant des Cavalières se déroule au milieu de ces deux intrigues, l'une intime et personnelle, l'autre politique et guerrière. Mais, étrangement, Jeanne Mariem Corrèze poursuit un autre but que celui de dresser le portrait d'une héroïne prête à faire triompher son Peuple.
Briser les chaînes
Au contraire, Sophie de Pendragon s'avère rapidement une victime des diverses manipulations politiques qui ont lieu autour d'elle. D'enfant-destin, elle passe au statut d'enfant puis de jeune femme-objet. Utilisée par les uns et par les autres pour s'emparer des rênes du pouvoir, Sophie devient un objet de convoitise et un symbole à brandir. de façon fort intelligente, Jeanne Mariem Corrèze explore la libération d'une héroïne des filets du destin qu'on lui impose. le Chant des Cavalières surprend en explorant la volonté d'indépendance de son personnage principale et la façon dont les Grands manipulent l'Histoire et les autres. Dès lors, le récit devient beaucoup plus intéressant à mesure que les chausse-trappes se font et se défont.
Pour ne rien gâcher, la française a une idée géniale : exposer un monde fantasy quasi-exclusivement féminin…sans jamais expliquer cette prépondérance féminine. Oui, on trouve quelques personnages masculins dans le Chant de Cavalières mais ils restent en arrière-plan et ne font pas l'histoire. En ne justifiant jamais cette position, Jeanne Mariem Corrèze normalise son monde et ses héroïnes. Après tout, un roman fantasy avec une majorité de personnages masculins doit-il justifier de la quasi-absence des femmes en son sein ? C'est ainsi qu'à l'instar des Récits du Demi-Loup, le Chant des Cavalières s'affirme comme un roman féminin et féministe sans le crier sur tous les toits et permet la construction de personnages attachants et passionnants. L'idéologie sert l'histoire et non l'inverse.
L'élégance des mots
Autre point fascinant : l'univers de Jeanne Mariem Corrèze, souvent effleuré, jamais totalement exploré et explicité. le lecteur découvre par petites touches Sarda et ses Citadelles, ses tradition, ses dragons (quelque part entre les monstres à écaille traditionnels et les Chocobos de Final Fantasy) et ses positions de pouvoir. Certaines pages, comme celle dans la forêt des Lymphes ou dans le piège temporel du Ravin, offrent de vraies beaux moments de fantasy, à la fois oniriques, fascinants, dangereux et étranges. Pour ne rien gâcher, la française possède une plume élégante et fluide qui sait prendre des intonations poétiques et mystiques quand il le faut. La lecture devient donc un réel bonheur, encore enrichit par les descriptions luxuriantes d'endroits merveilleux et inattendus. le seul vrai reproche que l'on puisse faire au Chant des Cavalières, c'est qu'il ressemble à s'y méprendre au premier tome d'un cycle plus vaste et qu'en fin de volume, l'épopée de Sophie, celle qu'elle a choisi et que personne ne manipule, cette épopée ne semble que débuter.
Malgré ses atours classiques, le Chant des Cavalières tire son épingle du jeu en mettant l'accent sur l'émancipation de son héroïne. Sortie des griffes du Destin, Jeanne Mariem Corrèze tisse par sa langue élégante et poétique un monde féminin franchement passionnant qui a certainement encore beaucoup à offrir à l'avenir.
Lien : https://justaword.fr/le-chan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Saiwhisper
  15 novembre 2020
Malheureusement, cet ouvrage n'a pas réussi à me convaincre. le résumé était pourtant tentant ! de ce fait, j'avais sélectionné ce titre pour le PLIB… Hélas, ce ne fut pas pour moi : je n'ai pas eu le déclic au fil de ma lecture. La plume ne m'a pas convaincue. de plus, je n'ai pas eu d'attache pour les personnages qui partageaient presque tous leurs points de vue régulièrement… Comme le souligne Amanda, avec qui j'ai échangé, on est trop sur du descriptif, voire du contemplatif. Pendant une grande partie du livre, le rythme est lent. On ne perçoit pas de suite là où veut en venir l'auteure… Certes, c'est utile pour découvrir tout l'univers de ces Amazones du ciel toutefois, cela ne me suffisait pas. Il fallait que cela bouge davantage, en particulier du côté de Sophie, l'une des héroïnes.
Cette dernière m'a paru un peu trop lisse et passive, notamment au début où, hélas, elle a été rejetée par Eliane, sa mentor. En deuil, Eliane a laissé son écuyère auprès de son peuple, préférant alors nouer des intrigues politiques ailleurs ou profiter des bras du Prince Roland. Pendant ce temps, Sophie trouvera le temps long… Moi aussi. Je n'attendais qu'une chose : que la nouvelle Matriarche revienne pour enfin former sa disciple ! Or, quand c'est arrivé, j'ai été totalement frustrée ! Car, à ma grande surprise, Jeanne Mariem Corrèze a opté pour un bond dans le temps, faisant progresser le récit de quatre années. La formation d'un personnage, son évolution physique et psychologique ainsi que chaque étape vers son destin sont des choses que j'affectionne dans la littérature. En réalisant cette avancée temporelle, j'ai eu l'impression d'avoir « attendu pour rien ». Ce procédé narratif sera malheureusement fréquent. Évidemment, cela permet à la jeune héroïne, au départ simple enfant attendant son premier sang, de grandir… Toutefois, cela enlève une phase très intéressante dans la construction du personnage.
Plusieurs éléments ont nui à mon plaisir. Par exemple, en progressant dans ma lecture, j'étais curieuse d'en savoir plus sur cette société matriarcale et féministe. le lien avec les dragons m'intéressait et a été correctement développé cependant, j'attendais surtout des réponses sur les Hommes. Où étaient-ils ? Quelle place avaient-ils ? Pourquoi ont-ils à ce point le mauvais rôle ? Étrangement, je n'ai pas forcément eu de réponse à mes questions… D'autres éléments sur l'histoire seront également flous ou peu creusés. C'est dommage ! Par ailleurs, mon principal regret vient du fait que je ne me suis jamais faite au style d'écriture. le côté onirique, parfois répétitif et volontairement alambiqué m'ont rebutée… Était-ce parce que je cherchais plutôt une plume légère et fluide ? C'est bien probable… Une chose est certaine : je suis restée insensible au sort de Myrddin, la fougueuse Eliane, la manipulable Sophie, son amie Pèn, la sage Acquilon et les autres. Pourtant, les nombreuses intrigues politiques, complots, guerre et jeux de pouvoir sont nombreux ! Cela aurait pu me conquérir… Mais peut-être que les péripéties de ces cavalières vous satisferont plus qu'à moi ? Attention, il est à noter que la fin ouverte ne plaira pas à tout le monde. À moins qu'un second tome soit prévu, mais rien ne l'indique !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          186


critiques presse (1)
SciFiUniverse   07 avril 2020
Un roman de fantasy faussement classique, un monde cohérent et original de femmes et de dragons, un style élégant et poétique pour une histoire surprenante. Jeanne Mariem Corrèze nous offre ici un premier roman prometteur et se place en écrivaine à suivre.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   08 mars 2020
Les jardins du palais se refusaient d’abord au regard du visiteur. Buissons, haies, taillis se suivaient, se chevauchaient, menaient à leur guise les yeux des promeneurs. Comme une grande tapisserie d’émeraude, tendue en travers d’une scène, les troènes, les cyprès, les lauriers-sauce, dissimulaient les secrets de leurs sœurs florales derrière leur rideau verdoyant. On n’imposait pas sa maraude à ce jardin-là. Il fallait se laisser guider par la gent boisée, accepter de glisser des bras du lilas à ceux de l’albizia, se soumettre aux caprices des canaux de jade, s’oublier dans la volonté des gainiers, des pivoines, des ajoncs. On n’était pas flâneur sous le couvert des chênes et des figuiers, seulement un hôte toléré par les arrangements d’œillets, de roses et de tulipes. Les allées de gazon entraînaient celles qui les arpentaient dans des cheminements hasardeux, des détours incertains. On se perdait pour mieux se retrouver face aux délicats ornements d’un pavillon ombragé, pour mieux découvrir, soudain, derrière les branches basses d’un olivier, une fontaine où l’eau et le jasmin se confondaient. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Dionysos89Dionysos89   08 mars 2020
Considérons l'ordre comme un arbre ; si les feuilles dans leur multitude sont les écuyères, si les branches, solides et poussant toujours plus haut, sont les cavalières et si les racines, qui puissent savoir et nutrition dans la terre, sont les Aînées, alors le tronc ne peut être que la Matriarche. Sans son tronc, un arbre reste un buisson rachitique : il n'y a pas de citadelle sans Matriarche ; de même une Matriarche n'est rien sans sa citadelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
JustAWordJustAWord   20 février 2020
Ce que vous allez affronter dans le ventre de la grande engloutisseuse, ce que vous y découvrirez, ne peut être exprimé dans la langue commune, ne peut être évoqué dans le parler des flammes, ne peut être compris dans le verbe du vent. Seul le susurrement de la sève au cœur de l’arbre est à même de décrire ce que renferment les entrailles de la Terre et rares sont ceux qui savent l’entendre.
Commenter  J’apprécie          80
lehibooklehibook   20 février 2020
"Nous ne sommes pas dans un conte ,Eliane de Nordeau ! Je ne reviendrai pas vers toi par trois fois afin que tu puisses te décider .Et je ne suis pas non plus un démon venu te demander la première âme qui passera le pont que tu construis. Ton ouvrage est grand , ta cause noble, ne tourne pas le dos au destin pour d'insipide principes!"
Commenter  J’apprécie          70
Dionysos89Dionysos89   18 mars 2020
Nos alliés, seigneur ? Est-ce ainsi que l’on qualifie celui qui pille et s’approprie le travail de nos paysannes ? Est-ce ainsi que l’on nomme celui qui blesse et ampute nos terres ? Est-ce ainsi que l’on appelle celui qui nous impose sa tutelle et son jour ? […]
Je ne qualifie pas d’allié un voleur, je ne nomme pas voisin un bourreau, je n’appelle pas ami un tyran.
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : fantasyVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1843 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre