AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757865471
Éditeur : Points (22/02/2018)

Note moyenne : 2.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Oscar Martello est un producteur autodidacte, devenu une figure incontournable dans le milieu du cinéma italien. Il a le visage d’un bandit rongé par l’insomnie. Pour sauver son dernier film promis à un échec, il a un plan.
Andrea Serrano, son meilleur ami, est un scénariste reconnu qui sait transformer les amours et les meurtres pour le plus grand plaisir des spectateurs.
Jacaranda Rizzi est une actrice, les yeux couleur miel, avec un vide à remplir e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  04 avril 2018
LE VENTRE DU PRODUCTEUR...
Ouvrage lu dans le cadre du Prix du Meilleur Roman Points 2018.
Italie contemporaine...Le cinéma italien n'est plus guère que l'ombre de ce qu'il put être dans les années glorieuses de la fameuse Cinecittà, la "ville du cinéma", qui virent passer les Luchino Visconti, les Roberto Rossellini, les Sergio Leone, les Vittorio de Sica et autres Frederico Fellini. Un homme cependant, producteur en gros sabot, égocentrique et ego-centré, dénué de scrupule ni de morale commune, gourmette en or et femme sublissime (mais au caractère de sud-américaine bien trempé) au bras, rêve de racheter une partie des antiques studios et de leur rendre leur lustre d'antan. Son nom : Oscar Martello. Pour en arriver à ses fins, ses petites affaires, légales depuis qu'il s'adonne à la production cinématographique, mais mieux vaut ne pas trop fouiller dans son passé quelque peu interlope, il ne peut se permettre le moindre échec. Hélas, son dernier film, dans lequel il a investi une petite fortune, est, sans l'ombre d'un doute, loupé. Mal réalisé, mal scénarisé, mal monté, acteurs convenables mais mal dirigés, il est en deçà de toutes les prétentions souhaitées et le bide commercial est au bout de la chaîne. Ce n'est cependant pas à un roublard dénué de conscience que l'on va apprendre à faire des affaires avec un canard boiteux. Aussi va-t-il créer de toute pièce une vague amourette entre la superbe tête d'affiche, Jacaranda Rizzi, étoile montante du show-bizz transalpin mais femme à la trentaine déprimée, sombre et totalement pommée et, comme vedette masculine, celui que Martello considère comme son seul ami (à moins que ce ne soit encore-là que pur faux-semblant utile), le scénariste très demandé, Andrea Serrano, un homme fidèle, un peu effacé, qui traîne sur ses contemporains un regard quelque peu désabusé. Hélas, l'escapade parisienne entre le scénariste et la comédienne ne va pas s'achever exactement comme la chose avait été prévue par le producteur. En effet, l'actrice sera retrouvée morte quelques jours plus tard dans un canal d'Amsterdam et s'il apparaît très vite que c'est un suicide, Martello, qui n'en est plus à une obscénité prêt, va profiter de ce drame pour faire exploser les entrées de son navet et faire fructifier son lourd investissement puisque c'est désormais assurément l'ultime film de la défunte starlette, tandis que l'agence de communication (lire "paparazzi") Guerra & Pace, du nom de ses fondateurs, grassement payée par le même Martello va faire enfler l'ensemble pour obtenir le plus probant des résultats sonnant et trébuchant...
Mais derrière l'apparent succès fondé sur d'innommables arnaques et une absence totale de morale, c'est tout un empire érigé à coup de dessous de table, de mensonges, de tromperies, de fêtes toutes plus invraisemblables et orgiaques les unes que les autres, de coke et de sexe, d'argent apparemment facile, d'arnaques et de sentiments faux qui est sur le point de s'effondrer. Il faudra pour cela que ce pur "mâle dominant" qu'est Oscar Martello, cet homme au ventre (symbolique) énorme (il est plutôt physiquement bel homme), soit poursuivit des assiduités d'un inspecteur milanais spécialiste du blanchiment d'argent, doublées d'une épouse (vaguement) éplorée mais très intéressée par le capital de son futur ex-époux pour que la fin de cet énorme mensonge d'une vie advienne enfin, chaotique et cataclysmique. Sans oublier, pour faire bonne mesure, la sordide affaire de moeurs, vieille de vingt ans, surgissant des placards à la suite de la découverte morbide de la jeune actrice suicidaire.
Indéniablement, "Nous dormirons quand nous serons vieux" se lit vite : style facile, souvent très proche du langage quotidien parlé, quand il n'est pas simplement vulgaire, phrases courtes, vives, rythmées ; histoire plus ou moins cousue de fil blanc ; personnages creusés juste ce qu'il faut pour leur donner un enrobage crédible, mais d'une psychologie primaire et souvent caricaturale ; décors posés à la hâte mais suffisamment évocateur pour se faire une idée des lieux et des atmosphères sans être trop pesant à qui n'apprécie guère les descriptions détaillées... Avec ce premier roman, l'italien Pino Corrias donne donc un texte sans anicroche, sans difficulté majeure mais sans grand relief, malgré le côté volontairement comedia del arte de l'intention et du résultat. Ne sachant définitivement choisir entre comédie de moeurs, histoire d'amour et d'amitié tristes, intrigue vaguement policière, critique sociale d'un certain milieu, aisé et même très riche, souvent parvenu, bien plus malin que réellement intelligent, sans culture ni morale et ou se mêlent sans joie profiteurs, menteurs, arnaqueurs, drogués, alcooliques mondains et dépressifs, l'auteur transalpin finit par faire ressembler son ouvrage à ce qu'il souhaite visiblement peindre : cette Italie d'une certaine classe supérieure - une classe sans "la classe", pourrait-on dire -, digne héritière des années Berlusconi, plus parasite que réellement créatrice ni créative car à force de démonstrations poussives et répétées, à force de mélanger les genres, c'est l'ennui qui s'empare très rapidement du lecteur lequel, même supputant bien des éléments véridiques dans ce qu'il découvre du monde du show-bizz, finit par s'en désintéresser peu à peu, se rassurant du seul fait que l'ouvrage est d'une lecture facile - à défaut d'être réellement agréable - quoi que parfaitement inutile et lassante. Rien de plus détestable que d'éprouver ce sentiment d'avoir perdu quelques heures à lire un récit dont on sait qu'on n'en retirera pas grand chose, à peine quelques moments simplement agréables, une fois définitivement refermé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Bazart
  09 octobre 2018
"La dolce vita n'était pas douce, elle était horrible.” Dino Risi

Oscar Martello un des derniers nabab de Rome, a des doute sur son dernier film qui doit sortir dans dix jours. Un thriller sexy avec mafia .
Pour mettre toute les chances de son coté, c'est à dire que toutes les gazettes du pays parle de lui, il propose à Andrea son scénariste et à Jacaranda l'actrice principale de disparaitre ensemble pendant quelques jours.
Le producteur se chargera de faire croire à une possibilité d'enlèvement, il alimentera la presse de fausses informations jusqu'à la sortie du film où le scénariste et la star réapparaitront en laissant deviner une belle et sentimentale fuite amoureuse. Evidemment rien ne se passera comme prévu.
C'est la “Dolce Vita” des années 2010, Cinecita, Stars et paparazzi, , Pino Corrias, journaliste cinéma à Rome connait son sujet.

Son intrigue lui sert surtout, comme Fellini en son temps et en bon moraliste, à nous montrer que rien n'a changé.
L'envers du décor de l'usine à rêve n'est guère reluisant, sexe, drogue, prostitution, arnaques et trahisons, sa description de ce petit monde est froide et sans espoir.


Certes l'intrigue n'est pas follement originale, mais l'ensemble se laisse lire sans problème surtout avec la grille du cinéma italien des années fastes mis en exergue par la phrase de Dino Risi.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
QueLire
  05 février 2017
Nous dormirons quand nous serons vieux, premier roman de Pino Corrias, nous emmène dans les coulisses du cinéma italien, là où se tissent des histoires dignes des plus grands scénarios.
Pouvoir, argent, gloire, et l'amitié, si elle rapporte !
3 personnages, Oscar le producteur, Andrea, le scénariste, Jacaranda, l'actrice. Au travers de ces 3 personnalités, Pino Corrias dépeint l'empire du cinéma italien des années 50 dans tout ce qu'il a de plus abject.
L'ascension d'Oscar Martello est le fil conducteur de cette histoire d'amitié malmenée. Corruption, sexe, mensonges sont le quotidien de cet homme de pouvoir qui compte bien rester au sommet. Alors quand il doit se servir de Jacaranda et d'Andréa pour promouvoir l'un de ses films, il crée une histoire de toute pièce, jouant avec ses amis comme avec les personnages de ses films.
Mon avis :
Nous dormirons quand nous serons vieux paru aux éditions Michel Laffont s'avère avoir été une lecture agréable même si le début ne m'a pas emballée plus que ça. En fait, c'est en avançant dans le roman que les éléments de réponse se mettent en place et que l'on découvre « la vraie histoire ».
Je n'ai pas été séduite par les premières descriptions des décors qui manquaient à mon sens de vie et la mise en place de l'intrigue. J'ai ressenti comme un vide de ce côté-là, comme s'il n'y avait que les personnages principaux au milieu d'un grand espace blanc.
Ensuite, on est submergé de scènes de sexe (rapidement expédiées) qui tentent de montrer qu'Oscar, le personnage principal est le mâle dominant. À ce moment, je me suis dit : « OK, l'histoire est un prétexte qui couvre un roman un peu léger ». Ce n'est pas le cas. La vie d'Oscar et surtout son passé sont passionnants. Pino Corrias a su faire monter l'intérêt du lecteur petit à petit. Au fur et à mesure qu'il nous offre des indices, on s'accroche au roman jusqu'au dénouement final.
Dans ce roman, il y a un personnage que j'ai beaucoup apprécié, celui de Jacaranda. Une actrice dont la nostalgie et le mal-être apportent de la douceur à l'histoire. Bien que célèbre, elle reste liée à Oscar Martello qui n'hésite pas à s'en servir quand bon lui semble. On découvrira ce qui la pousse à accepter tout ça.
Le monde dépeint par Pino Corrias est un ensemble de personnes qui se croisent, de fêtes qui se succèdent, de filles qui se couchent et d'argent qui s'amoncelle. Un monde dans lequel pourtant la solitude semble être le lot de tous. Au cinéma, rien n'est sincère et dans cette histoire tous jouent un rôle qui pourrait bien être leur dernier.
Un roman qui m'a demandé un certain temps avant que j'éprouve un réel plaisir de lecture, mais que je ne regrette pas d'avoir lu. J'ai apprécié l'intrigue principale qui nous mène à découvrir la vie d'Oscar et comment il est devenu l'un des producteurs les plus prolifiques du cinéma italien.
Pourquoi cette lecture ?
J'ai lu "Nous dormirons quand nous serons vieux" dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Michel Lafont. Ils ont eux la gentillesse de me proposer ce premier roman qui faisait partie de leur rentrée littéraire hiver 2017. le titre m'a plu, il était la promesse d'une histoire pleine de rebondissements. Ensuite, le fait que ça soit un premier roman a évidemment fait pencher la balance. Et puis, ça faisait longtemps que je n'avais plus lu de roman italien.

Lien : http://que-lire.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
mumuboc
  24 février 2018
C'est difficile de parler d'un livre que l'on vient de refermer, quand on fait partie du jury Prix du Meilleur Roman Points 2018, et que l'on a pas grand chose à en dire (d'ailleurs c'est un signe). Je pense que le livre ne correspond pas du tout à mon style de littérature et est-ce de la littérature d'ailleurs.
Bon pour l'écriture, pas grand chose à en dire. Cela se lit, il y a une intrigue, légère, qui est censé tenir le lecteur en haleine. L'histoire : on la connaît : le monde des paillettes, du cinéma est artificiel et est rempli que d'hypocrisie, de pouvoir, d'argent, de drogue, de sexe (nous en avons encore la preuve ces derniers mois à Hollywood). Producteur avide de femmes, de jeunesse, usant de leur pouvoir pour abuser de leur naïveté, scénaristes courant le cachet, réalisateurs imbus d'eux-mêmes et actrices, prêtes à tout pour figurer au générique, marionnettes disciplinées et fragiles. Mais le tout est raconter de façon brutale, sûrement comme l'est cet univers et je n'ai eu du tout envie d'y entrer, pas de cette manière.
Traiter comme sujet les coulisses du cinéma italien peut être intéressant, même si l'on se doute, si l'on imagine que tout n'est pas très reluisant, mais tout au long du récit j'ai eu le sentiment de perdre mon temps, d'avoir compris plus ou moins l'intrigue, tous les protagonistes sont fades, tellement englués dans leur petit monde sous les sunlight, se pensant le nombril de l'univers et ne recherchant que le profit (toujours plus) et la gloire (éphémère). J'ai commencé dans la deuxième partie à m'intéressée à Jacaranda pensant qu'elle allait peut être sauver du naufrage le roman, mais elle aussi m'a perdue, très vite, je l'ai abandonnée sans me retourner.
Consciencieuse je suis allée au bout mais pas de surprise, pas de vrai rebondissement. Bon je m'arrête là car je ne veux pas décourager d'éventuels lecteurs, mais aussi vite que je l'ai lu aussi je vais l'oublier. C'est le genre de livre que j'aurai abandonné très vite en temps normal.
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lishbks
  23 février 2018
Oscar Martello, richissime producteur, sorte d'Harvey Weinstein italien (et on appréciera je pense d'autant plus la résonance que peut prendre ce roman aujourd'hui) , jouissant pleinement de sa toute-puissance est l'homme que vous adorerez détester. Ou plutôt, dans mon cas, que je me suis passablement ennuyée à détester parce que rien n'a éveillé mon intérêt dans l'étalage de fric et de frasques d'un univers machiste où le but de toute femme semble être de rester baisable pour avoir un rôle ou obtenir un mariage qui lui assurera de vivre dans un écrin doré aux frais d'un quelconque pervers narcissique. C'était long, beaucoup trop, j'ai pensé plusieurs fois mettre un terme à ma lecture et me suis accrochée pour la seule raison que je le lisais dans le cadre d'un prix littéraire et que je ne voulais pas me permettre de juger une oeuvre sans l'avoir lue entièrement. Je ne l'ai pas regretté car il y a beaucoup de bonnes choses par la suite mais je ne peux pas ne pas en tenir compte dans ma notation.
Il m'a fallu atteindre la page 265 (oui oui sur 322 pages et 4 lignes que composent le roman) pour qu'enfin émerge de tout ça de superbes lignes décrivant avec acuité les failles de l'être humain dans une intrigue qui, somme toute, n'est qu'un prétexte à la réflexion.
Andrea est le meilleur ami d'Oscar. À la question "Pourquoi es-tu son ami?" il semble cependant avoir du mal à répondre. En bon producteur, Oscar a distribué les rôles et Andrea sera son meilleur ami pour la vie. Personne ne semble résister à sa volonté, personne ne semble avoir de libre arbitre. Oscar est puissant, Oscar est riche, Oscar est créatif, autoritaire. Au cinéma comme dans la vie, Oscar décide de qui fera quoi. Est-ce que cela choque? Sans doute. Quelqu'un s'opposerait-il à sa volonté? Peu probable, du moins tant qu'il est au sommet.
Pino Corrias nous dit, avec beaucoup d'indulgence, que dans les films Dolceroma tout le monde est tellement coupable que personne ne l'est vraiment. Peut-être qu'au contraire tout le monde l'est un peu. En une phrase "Peut-être que ce qu'il faisait aux autres, il ne te le faisait pas à toi, et tout allait bien?", l'auteur met le doigt sur l'une des principales causes de l'inaction.
Si les Oscar de ce monde sont si puissants, c'est en grande partie parce que nous les laissons faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   24 février 2018
Il* a démarré avec des pièces au cul et maintenant il se balade avec des rouleaux de billet tenus par des élastiques, et quand il règle des notes astronomiques à l'hôtel ou au restaurant il fait dans un film. C'est devenu un escroc, ce qUi est peut être normal car il vient de la rue. Comme le dit Helga qui a connu les danseurs de couteaux des dures banlieues argentines : «Celui qui vient de la rue n'a aucune limite.»


[*l'un des trois principaux protagonistes du roman]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Erik35Erik35   27 février 2018
- Je suis vraiment désolée pour cette pauvre fille. Qu'a-t-il bien pu lui arriver ? Toi, comment vas-tu ?
C'était si surprenant d'entendre des mots d'une si normale douceur qu'Andrea se sentit ému. Dans son micro-monde on utilisait les mots comme des pierres taillées à planter dans les vies d'autrui, comme des armes pour alimenter les mauvais sentiments, cultiver les jalousies, révéler les secrets, insinuer, calomnier, effrayer, se moquer, humilier. Et quasiment jamais pour demander, comprendre, consoler. Seule la vieille Margherita, là sur le palier, était encore capable de manier avec aisance cette gentillesse d'un autre âge qui l'avait surpris. Et même un peu consolé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
QueLireQueLire   05 février 2017
Il était assommé par les 15 heures de voyage, plus les trois de sommeil dans un motel en Suisse avec douche bouillante, un très bel après-midi sur les collines vertes et bleues du Chablis. Elle était encore plus mal en point que lui, coincée dans une spirale de sommeil et d'éveil, orange pressée vodka, cachets contre tous les maux, l'obsession pour l'œuvre complète d'Amy Winehouse - la voix la plus belle, troublante et chaude du répertoire européen des toxicos morts assassinés -, récupérée dans le menu audio de la Jaguar. Qu'elle faisait tourner en boucle, sans avoir la courtoisie de demander à Andréa s'il n'en avait pas assez de cette langoureuse mort à répétition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Erik35Erik35   27 février 2018
En apprenant à réciter la vie d'une autre, elle compris des choses auxquelles elle n'avait jamais pensé auparavant. Par exemple que l'amour et le sexe font faire des folies au êtres humains. Tout comme la solitude. Et que la beauté est un gisement de tromperie : elle peut vous offrir le monde, mais tôt ou tard elle vous présente la note et vous rend insomniaque. Voila pourquoi la vraie Marilyn était morte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Erik35Erik35   01 mars 2018
Il n'a rien à se reprocher. Il a accompli sa trajectoire. Il a baisé les plus belles femmes. Il a découvert qu'au sommet du monde les gens sont tout aussi pourris qu'en bas, mais qu'ils sont plus riches. Il est parti de la rue et il revient à la rue, seul. Mais entre-temps, il s'est bien amusé.
Commenter  J’apprécie          190
Video de Pino Corrias (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pino Corrias
Interview à propos de Dormiremo da vecchi
autres livres classés : violVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5425 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre