AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2745909231
Éditeur : Milan (12/11/2004)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
XIIIe siècle, le pape Innocent III appelle à la croisade pour écraser les hérétiques cathares, dont l'influence s'étend dans tout le Languedoc. Faussement accusé de l'assassinat du légat du Pape, Pierre de Castelnau, le comte Raimond VI de Toulouse pacifiste et tolérant, qui se refuse à persécuter les cathares, est excommunié. François Corteggiani et Michel Suro apportent tout leur talent dans cette adaptation de l'ouvrage éponyme de Dominique Baudis.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Sarindar
  08 septembre 2018
Tout comme Jean-Pierre Soisson, qui fut maire d'Auxerre, président du conseil régional de la Bourgogne et ministre de Valéry Giscard d'Estaing puis de François Mitterrand, s'intéressa aux ducs de Bourgogne, Dominique Baudis, qui fut maire de Toulouse et président du conseil régional de Midi-Pyrénées, et qui est mort en 2014, appartenait à cette catégorie d'hommes politiques qui avaient la passion de l'Histoire régionale et qui pensaient devoir s'illustrer en laissant un ou plusieurs livres qui entraient dans cette catégorie et permettaient à leurs auteurs de porter haut les couleurs de la région qu'ils dirigeaient. Il se trouve que Dominique Baudis fut servi par un incontestable talent de plume, parce qu'il fut d'abord un brillant journaliste. Se distinguant d'un François Bayrou qui dressa un flamboyant portrait très idéalisé de Henri IV, d'un Philippe Séguin qui s'efforça de réhabiliter un Napoléon III vilipendé par Victor Hugo, d'un Philippe de Villiers parti dans une déclaration d'amour à Jeanne d'Arc qui le rapproche de Delteil mais nous éloigne de la Jeanne de l'Histoire, ou bien encore d'un Jack Lang qui semble nous inviter trop fortement à nous pâmer d'admiration devant le roi François 1er - qu'il semble confondre comme protecteur des arts avec le président mécène et homme de culture qu'il voulut voir en Mitterrand, Dominique Baudis nous présente l'histoire d'un homme marqué par les échecs de sa politique et par les leçons parfois amères qu'il dut en tirer : RAYMOND VI DE TOULOUSE (1156-1222), comte pacifique et tolérant, homme politique intéressant mais plein d'espérance folle et presque toujours déçue - encore que l'homme fût très lucide même s'il ne fut pas toujours clairvoyant par anticipation - et roi des calculs erronés, victime malheureuse de ses propres erreurs, pathétique et héroïque à force de vouloir préserver l'indépendance de sa région et la vie des Parfaits et Parfaites contre l'emprise des Croisés anti-cathares qui se répandirent comme vautours sur son territoire.
Son engagement désinterréssé pour ces causes lui tint lieu de programme politique. Il dut parfois donner le change à ses ennemis pour tenter de sauver les meubles, mais il s'opposa au très cruel Simon de Montfort, meneur des Croisés, désireux de se tailler une grande seigneurie aux dépens des feudataires locaux, et sut bien manoeuvrer avec la monarchie française. Je ne sais pas ce que vaut le livre original de Dominique Baudis, dont cette bande dessinée est tirée, mais celle-ci a quelque chose de fort, tant par le dessin que par les dialogues et contenus des bulles. Une petite leçon d'Histoire sur un destin contrarié et sur la liberté confisquée de toute une région. Merci à François Corteggiani et à Michel Suro pour cette belle adaptation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          828
BazaR
  28 juin 2018
Je suis tombé sur ce titre par hasard. Je ne savais pas que Dominique Baudis avait écrit une biographie romancée de Raimond VI de Toulouse, encore moins qu'il en existait une adaptation BD.
Raimond VI est ce comte de Toulouse, seigneur d'une quantité considérable de terres du Midi, qui dut faire face à l'invasion des « croisés » du nord de la France venus s'emparer de ses terres avec la bénédiction de l'Église sous prétexte d'en arracher l'hérésie cathare.
Interprétation de ma part très partisane, voire midi-nationaliste des événements diriez-vous ? Certainement, mais c'est plus la vision que Dominique Baudis veut partager que la mienne propre.
Ce n'est pas la première fois que les « nordistes » descendent s'emparer du royaume du midi. Déjà au VIème siècle, Clovis était venu renverser le royaume wisigoth d'Occitanie. Je me demande d'ailleurs dans quelle mesure le comte de Toulouse et ses vassaux possèdent du sang de ses précédents envahisseurs.
Quoi qu'il en soit, cela recommence. Dominique Baudis laisse Raimond raconter ses mémoires, parle par la voix du comte. L'Église romaine apparaît assoiffée du sang de tous ceux qui ne lui obéissent pas au doigt et à l'oeil : les hérétiques, les juifs, les seigneurs qui défendent simplement leurs terres de l'invasion. Des hommes d'église comme Arnaud Amaury ou l'évêque Foulques invitent au carnage sans distinction. A Rome, le pape et les cardinaux sont à peine moins fanatiques. Ils sont surtout ravis de voir leurs caisses se renflouer des richesses prises aux « sudistes » par Simon de Monfort et consort. Simon de Monfort ne fait pas dans la dentelle non plus ; il est là pour acquérir des terres. du point de vue de Raimond, il est venu pour devenir comte à la place du comte. L'hérésie cathare n'est guère évoquée ici, sauf en tant que prétexte.
Raimond de Toulouse est donc présenté comme un résistant qui va louvoyer et ruser, se battre quand il n'y a plus d'autre choix. Parfois, souvent, il va s'aplatir devant l'Église qui l'excommunie plus d'une fois et les envahisseurs qu'il va même devoir accompagner à la croisade. Poussé à bout, il en viendra à défendre ses terres par l'épée en gardant porte ouverte à la négociation. Il refuse de livrer les hérétiques qu'il considère comme faisant partie entière de son peuple mais ne veut pas non plus rompre avec l'Église. le portrait n'est pas toujours flatteur. Raimond admet lui-même être un piètre guerrier et un tacticien médiocre. Mais la population du midi le considère comme un symbole incarnant la civilisation des pays d'Oc qui se défend comme le peut face aux Francs qui veulent l'annihiler.
L'adaptation BD est plutôt réussie. J'ai apprécié voir revivre Toulouse cachée derrière ses remparts, voir Béziers, Minerve et les châteaux inaccessibles plantés au sommet des montagnes. La qualité du dessin laisse cependant à désirer, surtout dans les scènes de bataille tenant plus souvent de l'esquisse.
Cette BD veut avant tout affirmer la différence du Midi moderne face aux « dictats » de la capitale. Il s'agit d'afficher un régionalisme culturel moderne, une fierté d'être du Sud, et de rappeler les souffrances que le Nord y a apporté il y a 800 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SarindarSarindar   08 septembre 2018
-Le pape n'oserait tout de même pas vous exposer en proie ?!
-Raymond : C'est ce qu'il fait. Il veut convaincre le roi de France de partir en croisade contre moi.
-Hugues d'Alfaro : Mais enfin... Philippe Auguste a de l'affection pour vous... Vous êtes son neveu... Et il doit protection à son vassal.
-Raymond : Je sais... Le roi ne bougera pas. Mais il enverra ses vassaux.
Commenter  J’apprécie          540
BazaRBazaR   25 juin 2018
(Simon de Monfort): Inutile de s'obstiner. Retournons dans le sud et forçons les terres du comte de Foix.
(un chevalier): Vous lui avez pourtant promis la paix il y a quelques jours, messire.
(Monfort): Les promesses sont faites pour ceux qui y croient.
Commenter  J’apprécie          90
SarindarSarindar   08 septembre 2018
Qu'on le veuille ou non, c'est avec nos ennemis directs que je dois traiter... ou me battre.
Commenter  J’apprécie          220
Lire un extrait
autres livres classés : catharesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
782 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre