AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3,43

sur 7 notes
5
2 avis
4
1 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis
LydiaB
  19 janvier 2021
Une petite fille passe des jours heureux et insouciants dans sa petite ville natale, Polop, en Espagne. du moins, c'est le regard enfantin car la réalité est tout autre. Son père, républicain, est prisonnier. À sa libération, il préfère fuir le franquisme et partir en Algérie. Sa femme et ses filles le rejoignent. Mais la petite fille vit plutôt mal ce déracinement…

J'ai aimé le style de Rosa Cortès qui, à travers un roman dans lequel elle puise bon nombre d'éléments vécus, nous fait partager l'histoire de ce village, les us et coutumes… mais également l'Histoire de l'Espagne à travers la guerre. Puis arrive l'Algérie et la difficile intégration dans un pays que l'on ne connaît pas.

J'ai pu retrouver également des passages faisant écho à ma propre enfance. Ainsi, la maison de l'enfant ressemblait à celle de mes arrières-grands-parents : « La maison, comme toutes les maisons du village, portait le nom du lieu où elle se trouvait située, c'est pourquoi elle s'appelait la Placeta. C'était une maison étroite, toute en hauteur, tarabiscotée, à l'angle de deux rues inondées de soleil donnant au sud et à l'est. Comme l'usage l'imposait, la porte en était tout le temps ouverte sauf quand la mère s'absentait » (p73). J'ai également retrouvé des résonances par rapport à mes autres arrières-grands-parents, espagnols, que je n'ai pas connus mais dont j'ai entendu parler, de leur arrivée non pas en Algérie mais en France pour fuir la misère.

Pour tout cela, je n'ai pu qu'apprécier cette lecture !

Je remercie les éditions Chèvre-feuille étoilée pour cette découverte.
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
MicheleP
  15 octobre 2015
Le livre compose de deux parties. La première se passe dans un petit village d'Andalousie, Polop, dans une ambiance « post-guerra » c'est-à-dire dans les premières années du franquisme. Père emprisonné, vie repliée sur soi d'une petite communauté villageoise, pauvreté extrême… Mais tout ceci est vu par le regard ébloui de l'enfance, si bien qu'on regrette presque de n'avoir pas partagé la vie de « la petite ». Dans la seconde partie, le père, libéré est parti travailler à Alger et sa famille le rejoint. Vie difficile des émigrés sans amis, sans connaissances de la langue. Mais la petite fille va à l'école et la puissance évocatrice est restreinte par un horizon borné, dans une ville qui ne lui appartient pas. Malgré quelques moments amusants, comme l'attente désespérée que son platane (plàtano, en espagnol : bananier) lui produise des bananes ou comme la découverte des petites économies de la mère, que l'enfant va dilapider tranquillement dans les cinémas, la ville ne vit pas et la vie reste terne comme elle l'était, sans doute.
Pour la chaleur , les fulgurances et la beauté de l'Andalousie, pour un très beau style descriptif et un regard d'enfance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Lez
  22 mai 2015
Une petite fille espiègle est arrachée aux repères familiers d'une enfance heureuse dans un petit village d'Espagne. Nous découvrons d'abord l'histoire quasi mythique de Polop près d'Alicante, le berceau de la famille. Puis c'est l'exil vers un pays inconnu, de l'autre côté de la mer. La petite fille part en Algérie avec sa mère et sa soeur, pour rejoindre son père, un républicain espagnol qui a fui le franquisme, en quête d'un avenir meilleur pour les siens. Elle va avoir du mal à s'adapter à cette nouvelle vie, et n'arrive pas à trouver sa place à l'école. Alors elle fugue, et se lance avec une curiosité intrépide à la découverte du quartier d'Alger où s'est installé la famille. Tout est nouveau pour elle, tout lui paraît étrange, ces langues qu'elle ne comprend pas, les gens, les odeurs. Même ce platane dans la cour de l'école, où elle finira assez vite par revenir, ne tient pas ses promesses. Il ne donne pas de fruits, ces « platanos », ou bananes, qu'elle aime tant ! le regard malicieux et sensible de la petite fille, nous plonge dans l'histoire d'une famille de républicains espagnols que la vie oblige à émigrer. Un récit prenant, et superbement écrit. Il nous raconte de façon très documentée un épisode mal connu de la grande Histoire, et aussi celle des exils qui se transforment en force et en ouverture au monde. A lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
Youplala
  01 mars 2015
D'après la quatrième de couverture, ce roman est le récit du parcours initiatique d'une petite fille qui a dû quitter son village natal en Espagne pour aller rejoindre son père en Algérie dans les années 50 et changer complètement de vie.
On s'attend donc à retrouver au coeur du récit les thèmes de la guerre d'Espagne et ses conséquences, de la misère, de l'exil, de la découverte de l'autre, du paradis perdu, mais aussi de l'apprentissage d'une nouvelle vie, de la renaissance.

En effet c'est ce qu'on retrouve, mais d'une manière qui m'a parue loin d'être centrale au récit.
Le plus important ici c'est l'introspection menée par Rosa Cortés sur cette période clef de sa vie, sur ses perceptions, son ressenti. Il n'y a pas particulièrement d'action ni de dialogues mais presque uniquement le monologue intérieur de l'auteure, ce qui donne un aspect contemplatif et nostalgique à ce roman.
Personnellement j'ai apprécié ce rythme doux, toutes ces perceptions sensorielles, cela m'a beaucoup parlé.

Cependant, même si j'ai aimé cet aspect je me suis également sentie flouée car ce que j'ai lu n'était pas ce qui m'avait été annoncé par le résumé du livre.
Ce n'est que vers la moitié du roman que le déménagement en Algérie se fait enfin, et même alors le lecteur reste perplexe car cette adaptation à une nouvelle vie n'est pas non plus tellement développée. Rosa Cortés nous décrit surtout la communauté espagnole installée à Alger mais bien peu de cette nouvelle vie si différente, si ce n'est par le biais de l'école républicaine si dure avec elle. Je suppose que cela est délibéré afin de nous faire ressentir à quel point elle s'est sentie enfermée dans ce pays étranger aux langues inconnues, cependant je n'ai pas pu me débarrasser d'une certaine frustration due à cette absence de l'Algérie dans un livre censé en parler.

Autre élément de frustration : les citations et les références à diverses oeuvres, sorties de nulle part. Vous étiez emporté dans le texte, vous visualisiez toutes ces choses, et puis tout à coup vous aviez droit à un bout de texte assez pédant. de plus cela tranchait réellement avec ce monologue de petite fille découvrant son monde, c'était incompréhensible.
Ce n'est qu'arrivée presque à la fin du roman que j'ai finalement compris que ces citations et ce vocabulaire si recherchés constituaient les racines "la Petite Fille sous le Platane". Ils clament la revanche ultime de Rosa Cortés sur son parcours d'immigrée devant tout réapprendre dans un environnement hostile, son intégration complète à la France qui l'a si longuement rejetée. Cela aurait été plus clair de le faire figurer vers le début, dommage car alors toute ma lecture en aurait été chamboulée.


En résumé, mon avis est donc mitigé. J'ai aimé la poésie de l'écriture de Rosa Cortés, la douceur évoquée, l'émerveillement d'une petite fille face à son univers si immense.
Par contre les thèmes censés être au coeur du roman ne le sont pas. le résumé de quatrième de couverture aurait besoin d'être modifié afin de ne pas induire les lecteurs en erreur car le départ en Algérie n'est pas le point de départ de ce roman.

Pour terminer sur une note positive, je voulais ajouter que j'ai énormément apprécié le fait que ce texte, malgré son vocabulaire très recherché, était absolument sans fautes ni coquilles. de plus en plus de romans paraissent avec des fautes "hénaurmes" et cela pique les yeux. Les éditions du Chèvre Feuille Etoilé ont soigné leur livre et cela fait vraiment plaisir à voir. :-)


Livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Merci à Babelio et aux éditions du Chèvre Feuille Etoilé pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
chevrefeuillemontpellier
  08 mars 2015
Il est dit en 4° de couverture qu'il s'agit du passage : "d'un petit village POLOP...à une grande ville ALGER..." donc les deux aspects du récit sont bien précisés. C'est vrai que le résumé insiste sur l'intégration mais il n'omet pas, me semble-t-il la vie dans le village.
Le livre ne traite PAS seulement de l'Algérie, ce n'est pas l'objet ni le sujet mais essaye de décrire une rupture de destinées, le contraste de vie entre deux univers opposés et distincts. Dans le livre qui suit, l'Algérie, et seulement l'Algérie, sera traité. Ou plutôt Alger et ses tourmentes (de 56 à 62).
Ainsi donc, nous avons l'Espagne avec la vie dans ce petit village de POLOP, l'évocation de la guerre, la misère, l'isolement, l'abandon et le désarroi. Puis la vie à ALGER. La 1° partie permet de comprendre la 2°, elle est indispensable pour cerner les personnages et leur identité.
Les citations pédantes (sur la guerre, l'école, l'émigration...) sont faites pour illustrer ou expliquer les conditions de vie objectives. Elles sont un contrepoint à l'émotion. C'est vrai qu'on aurait pu les supprimer mais cela ôtait de la densité, et du sens me semble-t-il, à la compréhension psychologique des personnages.
Pour ce qui est de l'Algérie, vivre dans une capitale n'est pas embrasser la totalité d'un pays, et encore moins le connaître, la guerre n'avait pas encore atteint cette capitale (les attentats, les bombes ne commencent qu'en 57). Ce qui intéresse cette famille, c'est la tranquillité et la douceur apparente de leur nouvelle vie, l'amélioration de leur quotidien, l'abondance réelle comparée à la misère de Polop. L'enfant voit Alger avec ses yeux d'enfant. Un univers perturbateur qui la ploie.
La frustration de la lectrice sur l'Algérie qu'elle ne retrouve pas, peut se comprendre. On est avant 56 et à Alger; or dans cette ville, il n'y avait rien de "spécifique", ni de "folklorique" pour des émigrés espagnols ne parlant pas la langue et vivant repliés dans leur communauté qui était forte. Ils étaient là pour bosser, point. On ne peut pas reprocher à un récit de décrire la vie d'un groupe. Et les émigrés vivaient avec les leurs, en communautés. Un peu comme le communautarisme qu'on dénonce actuellement en France.
Bien sûr que ce n'est pas le récit de la découverte, par un adulte, de l'exotisme d'un pays. C'est le récit, comme le souligne cette lectrice, d'un cheminement intérieur, d'un chemin de croix presque vers la reconnaissance et dirai-je la "rédemption" pour l'enfant ?
C'est le récit des contrastes, difficultés et ambigüités de toute vie qu'elle soit misérable ou opulente.
- alors que la ville est gigantesque, on vit enfermé dans un petit espace
- les moments chaleureux avec le père sont là mais aussi la tristesse, la frustration de son absence due au travail
- les sorties, le soleil, les rires, sont là mais aussi la solitude quotidienne de chacun face à ses propres défis.
Il ne s'agit pas non plus d'un rejet de l'enfant par la France. Ce n'est pas la France qui rejette l'enfant, c'est l'enfant qui se met "hors la France".
J'apprécie la sensiblité de la lectrice qui se laisse porter par une lecture presque hypnotique du récit et se réveille lors des citations non poétiques la renvoyant à des réalités froides et dures. Et je ne comprends pas sa conclusion. Si, à la fin du livre, elle a compris le pourquoi du comment, la trame et le déroulé, les soubassements et les intentions du récit, elle aurait dû être ravie ! Ce livre est comme un suspens ! L'énigme est dévoilée à la fin ! Comme dans un roman policier, cela la renvoie à une relecture avec les nouveaux éléments connus ! Bonheur !
Rosa Cortés
Auteure du livre "La petite fille sous le platane"








+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mguy
  26 février 2015
Le récit est inspiré de la vie de l'auteur. Il s'agit de l'histoire d'une famille espagnole, dont le père est engagé comme républicain durant la guerre d'Espagne. Fait prisonnier très longtemps, il va finir par retrouver sa famille. Cependant, ils vont choisir l'exil afin de s'épanouir plus librement. La destination est Alger, lieu où vit le frère du père de famille. Une adaptation à un nouveau monde, une nouvelle langue, s'imposera à tous.
Il s'agit réellement d'un magnifique roman, qui, toute en simplicité d'écriture, traite de plusieurs thèmes très intéressants sous le regard d'une petite fille : l'Espagne d'avant et pendant le franquisme, les terreurs de l'avion d'une enfant, mais surtout la détresse de l'exil, la solitude des premiers moments à surmonter dans une nouvelle vie, la joie de rencontrer d'autres espagnols... Tous ces thèmes sont très bien décrits, avec justesse, sans aucun pathos ! de plus, ce roman se lit très bien et rapidement. Je le recommande vivement à tout public, et pas seulement aux avertis. Je tiens à remercier les éditions chèvre feuille de cette très belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
EveToulouse
  14 mars 2015
Livre envoyé gracieusement par Babelio lors d'une masse critique. Merci.

Lecture laborieuse, je dois l'avouer.
Pourtant, le sujet de la guerre d'Espagne, du franquisme, du déracinement, de l'émigration en Algérie auraient du m'intéresser.
Sauf que tout du long, j'ai eu le sentiment de lire un documentaire, une thèse sur l'Espagne sous Franco.
Le petite fille de la 4ème de couverture, on la rencontre tard, après des dizaines et des dizaines de pages de description du village de Polop.

Ce livre intéressera sûrement ceux qui sont nés dans un petit village espagnol, ou ceux qui adorent les descriptions.
Commenter  J’apprécie          30
manoloula
  18 janvier 2015
Commenter  J’apprécie          20
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Rosa Cortés (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1138 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre