AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nadejda


nadejda
  24 septembre 2011
« Mes grands maîtres étaient Homère et encore Homère, ainsi que le plus grand de ses élèves qui était Tolstoï. Dans l'emploi de la langue, je me réfère à Manzoni. Je dois beaucoup au saint François du Cantique des créatures. Mais mon plus grand maître, ce fut avant tout le peuple, la langue de ce peuple auquel j'ai affaire chaque jour. »
 E. Corti
Ce roman historique, qui aura demandé 10 ans de travail à son auteur, est porté par un souffle épique et emporte le lecteur dans un véritable tourbillon tout en suscitant bien des réflexions. Il ne peut s'épuiser en une seule lecture et, comme il comporte 1000 pages d'une écriture serrée, il est impossible d'en montrer toutes les facettes et d'en saisir les symboles en quelques lignes sans risquer d'en affaiblir ou dénaturer la portée. J'espère parvenir quand même à donner envie de le lire.
Placé sous le signe de l'Apocalypse de Jean, il est divisé en trois volumes : le cheval rouge (la guerre) titre de l'ensemble, le cheval livide (la faim, le froid, la mort) et l'arbre de vie .
Le point fixe, dans le déchaînement apocalyptique que vont traverser les protagonistes principaux est le village de Nomana dans la région de la Brianza et ses alentours.

François Livi nous dit dans sa postface au "Cheval rouge" : «Nomana, épicentre du roman auquel les vagues de l'histoire arrachent puis rendent les personnages principaux, n'est pas simplement un lieu permettant au narrateur de relier les événements qui se déroulent en Union soviétique, en Afrique, en Grèce, en Pologne, en Allemagne, en Italie, au monde de la province lombarde. Encore moins un microcosme qui tendrait à rapetisser, en les réécrivant sur l'échelle restreinte des perceptions locales, les drames qui traversent le monde. le petit monde de Nomana, décrit avec un amour et une exactitude qui jaillissent de chaque page, est un gage de vérité. La transition de ce microcosme, débordant de vie, à des horizons plus larges, est naturelle et possible car dans les deux cas l'auteur est en quête d'une vérité humaine.
Ouvriers, petits entrepeneurs, paysans, d'inoubliables silhouettes féminines : tous ces personnages, ruisselants de vérité, sont décrits avec une mesure parfaite.»
Le cheval rouge débute sur une scène paisible balayée par le mouvement régulier de la faux d'un père et de son fils qui réalise qu'il va prendre la suite car le père vieillit. Cet ordre, cette paix, que les jeunes appelés vont quitter, les saisons qui se succèdent, leur famille, leur mère, une jeune femme aimée représenteront le recours vers lequel blessés, mourants ou pris dans la violence des combats ils se tourneront, au milieu des souffrances terribles que tous vont traverser. 

Mais quand les protagonistes de l'histoire retrouvent (quand ils survivent) ce vers quoi était tendue leur pensée, ce qui les a soutenus, ils ne reconnaissent plus ce qu'ils ont quitté, dont ils sont coupés par le souvenir des atrocités vues et vécues. le monde ne sera plus jamais comme avant et le troisième volume «L'arbre de vie», s'il est celui d'une vie renaissante, annonce que même Nomana ne sera plus Nomana. La reconstruction de l'après-guerre va faire advenir un autre monde.
L'accent de vérité de ce roman est dû aussi au fait que la biographie de l'auteur se confond en grande partie avec le contenu du récit où l'on retrouve Eugenio Corti dans le personnage de Michele Tintori qui se sent écrivain mais pas assez mûr pour donner vie à un livre. Souhaitant faire des expériences et voir ce qu'est le communisme sur place, il va faire tout son possible pour aller sur le front russe où l'Italie s'engage au côté de l'Allemagne. Il y sera rudement mis à l'épreuve jusqu'à visiter, prisonnier des soviétiques, le neuvième cercle de l'enfer de Dante, plus particulièrement le XXXIII chant où Ugolin dévore ses propres enfants et où la glace est omniprésente. 

L'auteur transparaît aussi dans le personnage d'Ambrogio, fils de Gerardo Riva ouvrier devenu chef d'entreprise. Ambrogio comme ses amis Michele et Stefano va rejoindre le front russe dont il reviendra blessé.
Sans manichéisme Eugenio corti nous montre ce que les démons du totalitarisme, nazisme et communiste confondus, entraînent par leur mépris de l'homme. L'homme est dépouillé de son âme et alors on peut en faire ce que l'on veut, le tuer sans remords, le réduire en esclavage.... Reste aux victimes, à ceux qui subissent et sont témoins de toutes les exactions commises au nom de ces deux idéologies mensongères et criminelles, à tenter de comprendre et trouver un sens à cette apocalypse. Chacun va tenter de chercher, suivre même à tâtons ce qui lui est demandé ou qui lui sera révélé sans qu'il le veuille, à travers bien des souffrances. Quel sens a un destin particulier au regard de l'universel ?. 
Chacun à son humble place aura son utilité, sera choisi pour remplir une mission consciemment ou non. C'est cette valeur de chaque individu qui domine «Le cheval rouge» et donne un sens même à leur mort. L'auteur se fonde sur sa profonde foi chrétienne qui irradie tout le roman et c'est cette foi qui permet de tenir face au mal absolu qui se déchaîne. La beauté et la portée de ce roman est telle que partageant ou pas la foi de son auteur, il restera inoubliable et intemporel.
Commenter  J’apprécie          266



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (23)voir plus