AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782800131665
144 pages
Dupuis (28/05/2001)
3.95/5   82 notes
Résumé :
Vétéran du Vietnam, Arthur Druey ne voit plus d’issue à la déprime qui est devenue son lot quotidien. Sur un coup de tête, il décide d’accompagner son copain Ian Fraschetti en Italie. L’Italie où réside Shirley, leur premier amour commun. Mais la fougueuse jeune femme a bien changé et leur réserve quelques surprises : elle a pris le voile et s’occupe d’une jeune réfugiée cambodgienne, Kéo.
Que lire après Le Voyage en Italie, édition intégraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Cette version est celle éditée en 2015 est avec 20 pages de dessins , de souvenirs de Cosey, de présentation des personnages, d'esquisses. Pour ma part (je m'en excuse, je suis confus de mon ignorance), il s'agit de ma première rencontre avec Cosey et son univers.

Ian et Art sont deux amis, vétérans du Vietnam. Plus jeunes, ils ont été amoureux tous les deux de la même jeune femme, Shirley mais celle-ci est partie en Europe et donne des nouvelles régulières à Art. Ian est médecin, marié. Art est en couple mais sans passion. Les deux amis continuent à se voir seuls comme lorsqu'ils étaient jeunes. Sous couvert d'une partie de pêche, ils se rendent dans une sorte de dancing et finissent la nuit avec des prostituées. Et naturellement, ils achètent du poisson pour se couvrir sauf que les poulpes ne vivent pas dans les rivières. Cela va sceller la relation entre Ian et sa femme.

Ian doit aller en Italie, sur les terres de sa famille, avec sa mère mais au dernier moment celle-ci ne pourra pas partir et sera supplée par ... Art. Ce sera l'occasion pour les deux amis de retrouver qui est devenue ... non et est sur le point de prononcer ses voeux. Elle a un service à leur demander qui va bouleverser leurs vies.

Cosey nous montre la vie et les affres des vétérans américains qui ont parfois eu du mal à se insérer dans la société à leur retour de la guerre, un certain nombre d'entre eux se suicidant. Ce roman graphique est aussi pour lui l'opportunité de porter un regard sur l'amitié qui peut unir des êtres au-delà du temps. Amitié entre Ian et Art mais aussi celle qui les lie tous les deux à Shirley.

Cosey évoque aussi le problème, pour les américains, de l'adoption d'enfants venant d'autres parties du monde en particulier d'Asie du Sud-Est. Il évoque aussi la vie de ces enfants dans les camps de réfugiés, leurs conditions de vie, leurs espoirs d'une autre vie quand leurs parents ont disparu.

Mais Cosey évoque aussi l'amour et les difficultés qui y sont liées. Il nous entraîne sur les rives de ces amours que l'on ne dit pas, que l'on ne sait pas dire, pour lesquels on ne trouve pas les mots. Art avait trouvé les mots pour Shirley mais elle n'avait pas su les entendre. Ian espérait que l'adoption de la petite Kéo lui permettrait de retrouver l'amour de sa femme, amour qu'il n'avait pas su préserver. Art va réaliser un mariage de convenance avec Daisy, qu'il sort du"bordel" où il allait avec Ian et il finira par trouver ce qu'il croyait inaccessible, l'amour auprès d'une femme aimante et avec une petit fille exprimant sa joie de vivre ou de revivre.

La morale est qu'il est n'est jamais trop tard pour certaines choses mais qu'à ne dire ce que l'on ressent on peut passer à côté de grandes choses et qu'il faut savoir s'ouvrir aux mains tendues.

J'ai beaucoup aimé le graphisme de Cosey, sa mise en scènes au sein des planches et le choix des couleurs. J'ai aimé aussi l'alternance entre les plans sur les visages et les vues plus globales. J'ai eu l'impression d'un découpage comme un story-board en vue de la réalisation d'un film. le carnet final est vraiment un plus pour aborder la démarche de l'artiste.


Commenter  J’apprécie          130
Angoulême 2019, dans le gîte BDthèque on parle BD pour changer. Chacun parle des BD qui l'ont marqué. Et j'entends Mac Arthur déclarer : "Moi, c'est le voyage en Italie de Cosey. Parce que tout du long tu te dis qu'il vont se retrouver, et puis non.". Je n'avais encore jamais lu de Cosey à ce moment-là, et le voyage en Italie ne m'évoquait qu'une BD bien notée sur le site, et avec de très nombreux avis. Je me suis donc inscrit dans un coin de ma tête de la lire, un de ces quatre. Et la v3 arrivant, je refais ma liste de BD à lire et la note. Je me décide enfin à la prendre et à la lire, intrigué par la phrase qui trotte dans ma tête.

Si je parle de toute cette histoire, c'est parce que je tiens à préciser deux choses :
-Je comprends maintenant ce que voulais dire Mac Arthur lorsqu'il parlait de marquant, et pourquoi cette phrase là en particulier
-Que je tiens à remercier Mac Arthur (et l'ensemble du site pour les bons conseils, mais ça c'est acquis depuis plus de dix ans maintenant)

Cette BD m'a suffisamment marqué pour me hanter pendant toute une journée après la lecture. Elle m'a laissé un drôle de goût en bouche et une pensée continue au coin du cerveau. Je ne saurais d'ailleurs pas à quoi cela tient, mais elle m'a indéniablement plu. Il y a quelque chose de particulièrement important dans cette narration simple, sans rien dire mais laissant tout en sous-entendu. Les personnages déploient progressivement toutes leurs complexités, leurs pensées et leurs états d'âme. C'est par petites touches que l'on arrive à comprendre ce qu'ils sont, ce qu'ils ont vécu et ce qui les pousse dans ce voyage en Italie. Et rien que cette façon de procéder, toute en finesse et en retenue, m'a beaucoup plu. Cosey livre avec une certaine pudeur la vie de ses protagonistes, mais sans réellement la dissimuler non plus. C'est rempli de tendresse, mais la noirceur plane sur le passé de ces trois êtres, et le déroulé de l'histoire révèle en même temps qu'il résout.
Le rythme volontairement lent accentue le caractère presque indolent de ce voyage, ce qui peut en ennuyer certains mais m'a beaucoup plu. Et les dialogues ont quelque chose de mordant, avec un caractère parfois proche de ces films français que beaucoup conchient mais qui me plaisent. C'est une BD qui est vraiment penchée sur les relations des personnages avant tout, et j'aime ça.

Le dessin de Cosey, que je découvre, est de bonne facture, même si ce n'est clairement pas ma came. Il a quelque chose qui me rappelle les dessins de Derib, dont je n'ai jamais été un grand fan non plus. Mais il est maîtrisé et je reconnais son potentiel, je n'en suis juste pas fan. C'est une question de goût personnel.

En peu de mots, je suis tombé sous le charme de cette BD. Elle a quelque chose qui la traverse et qui m'a accroché. J'aime ce genre d'oeuvre, qui prend le temps de se concentrer sur les personnages et les relations entre eux. Et quelque chose me prend à chaque relecture en voyant cette fin se dessiner. Elle est magnifique, sans mot et sans qu'il n'y en ait besoin. Avec quelques détails dans les dernières pages pour une conclusion en point d'orgue qui va parfaitement dans le ton du reste du récit. Selon moi, une belle réussite !
Commenter  J’apprécie          50
L'auteur nous plonge du Colorado en Italie dans une sorte de retour aux sources à travers l'histoire d'un trio de vétérans de la guerre du Viêt-Nam et une femme au caractère bien trempé. C'est une BD qui explore les sentiments humains de manière non conventionnelle et cela en ressort plus vrai. L'histoire ne m'a pas paru aussi touchante pour autant.

Je n'ai pas été plus séduit que cela. Il est vrai que je n'aime pas trop le style graphique ainsi que narratif de cet auteur qui fait pourtant l'unanimité. Pour moi, le rythme confère véritablement à l'ennui. Et ce n'est pas le style graphique assez figé qui va en arrangeant les choses.

Je n'arrive parfois pas à comprendre que certaines oeuvres acquièrent un caractère culte alors que cela ne me semble pas mérité. Il y a sans doute de ma part de la frustration à être à contre-courant de la pensée dominante. Bon, cela arrive assez rarement d'où je sais relativiser. Suis-je passé à côté de quelque chose ? Je ne le pense pas pour avoir parcouru les autres oeuvres de l'auteur tout en ayant le même ressenti. Ma notation restera malgré tout sur un registre objectif en éloignant tout paramètre sur le registre des émotions.
Commenter  J’apprécie          80
Pour fêter les 20 ans de la collection Aire Libre, une magnifique édition spéciale avec 20 pages de dessins , de souvenirs de Cosey, de présentation des personnages, d'esquisses.

L'histoire, comme souvent chez Cosey (mais c'est aussi cela qui me plaît...) mêle l'amitié entre Arthur et Ian, 2 vétérans du Vietnam, et l'amour qu'ils ont éprouvé les deux autrefois pour Shirley. C'est cet amour qui les pousse à faire tout leur possible pour qu'une petite orpheline cambodgienne puisse venir aux Etats-Unis.
Ils vont jusqu'au bout de ce "tout", ce qui amène Ian à se suicider, ce qui permet à Arthur de trouver l'amour en se mariant, mais ce qui laisse aussi Shirley toute seule quand elle revient enfin dans le Colorado. C'est toujours aussi dur de dire qu'on s'aime... C'est presqu'un leitmotiv dans l'oeuvre de Cosey !

Et une petite chanson est sur toutes les lèvres durant ce Voyage en italie" : "Volare..."
Commenter  J’apprécie          80
Le titre est loin de révéler le thème de cette BD.
Profondément humain et sensible. Un très beau travail, autant sur le graphisme que sur la façon de traiter les thèmes abordés (les vétérans du Vietnam, la camaraderie, l'amitié, l'amour, la quarantaine, l'adoption, ...)
Seul reproche : un prologue un peu mégalo
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
- A chaque fois que tu es inspirée par une de tes idées de génie, il y a cette lueur dans ton regard, comme si tu venais de partager un verre de Coca-Cola avec Jésus-Christ en personne !
Commenter  J’apprécie          70
J'ai vu certains levers de soleil en Arizona, je suis tombé en extase devant quelques toiles au Metropolitan Museum, au Whithney et chez Guggenheim, mais aucun de ces spectacles n'égalera jamais la salle de bains des Muir à l’heure de la douche de Shirley.
Commenter  J’apprécie          40
J'ai eu envie de chanter "Volare" tout doucement dans ma tête, en pensant que si Ian pouvait m'entendre, là où il se trouvait, ça lui ferait plaisir. Je retrouvai bien les paroles, mais c'est la musique de l'Ave Maria qui venait.
Commenter  J’apprécie          40
Elle était sans doute la personne la plus fidèle à elle-même, en dépit de-ou précisément par-ses diverses métamorphoses et sa superbe incohérence.

(page 49)
Commenter  J’apprécie          30
A en croire l'unique photo qui se dressait près du lit de mon père, le vieil Arthur était plutôt du type sanguin, avec une pression artérielle supérieure à la moyenne - bien qu'il nous ait quittés des suites d'une mauvaise grippe...
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Cosey (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Cosey
ina 1997
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (175) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5156 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..