AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213712314
160 pages
Éditeur : Fayard (06/03/2019)
4.5/5   1 notes
Résumé :
Ils sont deux, Rhésos et Memnon, des gosses encore, qui ont pris la route. Qui se souciera d’eux lorsqu’ils toucheront enfin au but : Troie, ses rivages et sa plaine où les combats ont lieu, où leur vie débutera enfin, à moins qu’ils ne se précipitent vers leur mort ? Ils ont arraché un adieu à leurs parents, ils devancent l’oracle qu’ils ont reçu. Troie les appelle. Là-bas, dans l’autre camp, un autre attend, Achille, qui ne veut pas entrer dans le jeu. Ulysse n’... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
jlvlivres
  30 mars 2021
« Les Enfants de l'Aurore » (2019, Fayard, 160 p.) de Marie Cosnay, avec une très belle couverture de Holus Pokus, qui représente trois hérons qui attendent, chacun sur un pieu. Très japonisant.
Le texte du quatrième de couverture n'aide pas beaucoup pour qui connait un peu la vie et les oeuvres de Marie Cosnay. « Ils sont trois, des gosses encore, parmi des milliers et des milliers d'autres qui ont pris la route ». Puis « Ils ont deux, Rhésos et Memnon, des gosses encore qui ont pris la route ». Achille a disparu (sous sa tente ?). Enfin, dans le livre, ils sont trois : Rhésos, Memnon et Xanthe. Bon, il y a des excuses. Marie Cosnay est professeur de lettres classiques, pas de mathématiques. Et de plus, ce n'est pas elle qui écrit le texte de la couverture ; Ce n'est pas son style, ce n'est pas si beau.
Le 4eme de couverture continue, ou plutôt se termine « L'Iliade comme vous ne l'avez jamais lue ». Deux façons de comprendre. Soit c'est « L'Illiade pour les nuls », ce qui n'est guère flatteur, ni pour les lecteurs, ni pour les aèdes (bien qu'il n'y ait plus de droits d'auteurs). Soit, encore, cela se veut promotionnel, mais c'est vendre des serviettes pour des torchons, ou Gustave Flaubert pour Joel Dicker. Ce qui est tout aussi préjudiciable pour Marie Cosnay.
Mais, bon il faut se faire une raison, le texte du livre vaut largement la couverture.
Retour à la tente d'Achille. « Chez Achille, il y a brebis, chèvres et sangliers à rôtir ». C'est Marie Cosnay qui raconte : « Achille accueille poliment ses hôtes, les nourrit, les écoute. Il leur refuse tout. Il leur dit non, un point c'est tout. ». Tout se passe « entre Achille qui boude et l'enfant Rhésos que personne n'a encore vu mais qui ne va pas tarder ».
Drôle d'histoire, quasi d'un ménage à trois, entre Achille, Patrocle et Briséis, la belle esclave que Agamemnon lui a enlevée. Bien entendu, il reste Patrocle, avec qui Achille a été élevé. Tous deux ensemble, par le centaure Chiron et le sage Nestor qui les persuade d'aller à la guerre, reconquérir Troie. Patrocle et Achille. Il faut lire le superbe « le Chant d'Achille » de Madeline Miller traduit par Christine Auché (2014, Rue Fromentin, 400 p.) qui reprend la jeunesse de Patrocle et d'Achille, leur début au siège de Troie. Loin d'être le guerrier que l'on décrit le plus souvent « Je suis le bouillant Achille, / bouillant Achille, bouillant Achille,/ le grand Myrmidon, / le Myr, le Myrmidon ». On y découvre le jeune Achille qui s'entraine aux sports et à la lutte avec son ami Patrocle. Amitié ? ou plus que ? Et survient la reine Briséis, dont Homère dit qu'elle avait de belles joues et qui est ensuite décrite comme une « femme à la blonde chevelure et au beau corps ». Survient aussi Agamemnon « le Roi barbu qui s'avance, / bu qui s'avance, bu qui s'avance, / C'est Agamemnon ! / Aga, Agamemnon » tout puissant. « J'en ai dit assez, je pense, en disant mon nom. » qui s'empare de Briséis. D'où la bouderie d'Achille.
Un véritable ménage à trois, sous la tente d'Achille. Les illustrations que l'on en a, tout au moins celles d'Agostino Carracci la montre collaborant avec Achille lors de exercices musculatoires. Bon c'est dans l'Arétin, pour les amateurs d'entrainement gymnastique. Je n'ose imaginer ce qu'auraient donné un statuaire, comme celui de Khajuraho en Inde, décrivant la jeunesse de Patrocle, Achille et Chiron.
C'est d'ailleurs souvent que l'on a affaire à des trios dans le livre de Marie Cosnay. Les trois enfants que sont Achille, Rhésos et Memnon. Les trois espions qui se croisent, Dolon, Ulysse et Diomède, tous camouflés en loup, taureau et sanglier. Mais il n'y a qu'un héron que le groupe fait envoler. Ils étaient trois sur la couverture. Plus loin, au chapitre de Rhésos, il y aura l'oiseau noir dont le « Bailly » ne donne pas le nom, malgré ses trois kilos et ses 2200 pages. C'est à lui que l'on voit que le grec est plus riche que le latin, lui qui surpasse le « Gaffiot » de 400 pages et 5 kilos. le choc des photos et le poids des dicos.
Que dire de Memnon, l'enfant-roi, venu de la lointaine Ethiopie avec Eschyle, pour renforcer le camp de Priam, son tonton assiégé. Il a laissé à Thèbes ses deux colosses, dont celui du Sud, qui chante aux premiers rayons du soleil. Véritable cri de la statue pour saluer l'Aurore (Eos), la mère de Memnon qui pleure la mort de son fils.
Et de Rhésos, descendu des pentes du Mont Ida, tout proche. Mais comment a-t-il fait, tout comme Memnon, pour arriver la dernière année, la dixième, de la longue guerre de Troie. Surtout avec ses deux chevaux blancs, les cavales, que Achille va lui prendre, comme sa vie, et celle de ses douze gardes, pratiquement le jour de son arrivée. C'était bien la peine de se vanter de terminer la guerre de dix ans en un jour, à moins que cela ne soit que de l'auto-oracle.
C'est aussi une conclusion du livre, non pas de savoir comment se termine la guerre de Troie, Homère et Virgile l'ont déjà écrit et chanté. Mais tout est rêglé d'avance, les Dieux ont décidé entre eux des règles à venir. Les demi-dieux ou déesses n'ont que leurs yeux ou les larmes de leur fleuve pour pleurer. Achille n'a même pas pu aller y faire boire ses deux cavales blanches dans le Scamandre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Pour l’instant, voici un gamin, il va débarquer, rapide comme
l’éclair et beau comme un astre.
 
On connaît un peu ses parents, la géographie qu’il a traversée, deux
ou trois traits de son caractère. Il est déjà venu deux fois, une fois dans
l’épopée, celle d’Homère, une fois dans la tragédie, celle d’Euripide. Il
s’appelle Rhésos.
 
*
 
Je ne suis pas sûre de m’être jamais représenté le vieux pays
assiégé. Il y a eu nombre de combats sur les plaines et entre les deux fleuves,
le Xanthe et le Simoïs. Il y a eu des combats singuliers, des combats de héros
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Chez Achille, il y a brebis, chèvres et sangliers à rôtir. Achille
accueille poliment ses hôtes, les nourrit, les écoute. Il leur refuse tout. Il
leur dit non, un point c’est tout. Il a le cœur superbe et sa colère
inextinguible, qui est un mouvement, lui donne bien du plaisir.
 
Le retour, c’est la mort pour les Grecs en ambassade mais c’est
une mort un peu moins immobile que celle à recevoir ici, près des vaisseaux,
sans échappatoire. C’est une mort un peu moins morte. Les Grecs se préparent,
abasourdis, au retour, puisqu’Achille s’obstine, se fiche des pieds d’or des
trépieds, des captives et des cheveux d’or des cavales, se fiche de tout sauf de
garder remuante sa colère, elle est un mouvement, un mouvement impeccable,
impeccable parce qu’il dépasse les bornes, l’entendement, l’âge adulte et l’âge
d’enfance,dépasse tout, bouillonne et refuse qu’on puisse, même une seconde,
être ou se sentir, même un peu, atteint, humilié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Les hommes pleurent. Il n’y a plus qu’à s’en retourner au pays,
mais le retour est une mort, les vents sifflent et rentrent dans les
gorges, remplissent les cœurs. On va rendre à Achille la fille qu’il aimait et
avec la fille qu’il aimait lui proposer biens et merveilles. Tout pour éviter
cette route du retour.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Je ne suis pas sûre de savoir ce qu’est un endroit pur. C’est que je
ne sais pas non plus ce qu’est un endroit impur, un endroit où les corps gisent,
l’Histoire m’ayant épargné l’expérience des guerres, combats, villes défaites,
bombardements, rage et urgence de fuir.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   07 juin 2019
Il y a deux versions de l’histoire et il y a deux nuits (une qui se
ferme et une, incluse dans la première, qui s’ouvre), il y a deux camps, il
y a
deux gamins (un qui veut se battre, Rhésos, et un qu’on connaît mieux et qui ne
veut pas se battre, Achille), deux prédictions (une dans chaque camp), deux
bandes d’espions, quelques masques, deux bruits, deux fleuves, deux peaux de
bêtes, des chevaux blancs et rapides comme le vent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Marie Cosnay (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Cosnay
Lecture de Jacques Rebotier : une création originale inspirée par un livre de 1601, relié vélin, Symbola divina et humana de Jacques Typoets et Anselme de Boodt, que Jacques Rebotier, 39 ans après l'avoir emprunté, a rendu à la BIS le soir de la lecture en public de son texte, donnant tout son sens à la notion de "restitution".
Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé.
Saison 2 : Jacques Rebotier (27 mars 2018), Marie Cosnay (15 mai 2018), Claudine Galea (5 juin 2018), Fanny Taillandier (4 décembre 2018).
Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020
+ Lire la suite
autres livres classés : fleuveVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2339 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre