AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B07KYNXWWZ
Éditeur : (28/11/2018)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Zone 51, désert du Nevada. Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles. Son nom : « L'œuvre », prison expérimentale secrète dotée d'une intelligence artificielle. Nul ne sait ce que recèle l'édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d'abandon ? Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel. Leur mission : retrouver Déd... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  22 mars 2019
Un huis clos haletant et prenant de la première a la dernière page.
Les mercenaires engagés pour rentrer dans l'oeuvre sont particulièrement bien campés. Les descriptions tellement bien faites que l'on est immergé directement dans cet autre monde.
L'instinct devient l'atout premier de toute personne franchissant les murs de cette prison expérimentale. Ce qui conduit directement le lecteur a être sur le qui vive et a se demander ce qui l'attend lui et les personnages au détour d'une page.
L'écriture de l'auteur est fluide , prenante, agréable et en même temps angoissante.. ce qui permet a ce thriller d'être un véritable page turner. Et puis le côté psychologique y est tellement travaillé qu'on est pris dans cette toile d'araignée… et a chaque pas que l'araignée fait vers nous on est pris de panique.

Une superbe découverte, et je vais suivre l'auteur avec attention.
Commenter  J’apprécie          8410
kateginger63
  25 mars 2019
Une prison pas comme les autres
*
Alors voilà je ne vous cache pas que le format "gros pavé" peut faire peur. Près de 700 pages. Il pèse son poids. Qu'en est-il du contenu? Pour les fans de SF de dystopie, de techno-thriller, c'est un condensé de plaisir. Une lecture où l'on entre de plain-pied dans un univers parallèle (mais qui pourrait un jour être réel ici sur notre bonne vieille Terre). Où les machines seraient les maîtres. Brr, ça fait froid dans le dos, n'est-ce pas?
*
Une expérience de lecture que je conseillerais de lire en un seul bloc. Il faut avoir la capacité de s'immerger complètement dedans (un peu comme si on visionnait une série TV en "binge watching"). Ne faites pas comme moi qui l'ait lu en plusieurs fois. Je l'avais mis en attente sur ma table de chevet. J'avoue que le démarrage est lent. Plusieurs personnages évoluent et les noms de ces mercenaires se sont mélangés dans ma tête. L'action est au coeur du récit. Pas de temps mort, beaucoup de combats.
*
Je me suis vite identifiée à Elena (la seule dame de l'équipe). J'avais un peu l'impression de retrouver Lara Croft, cette aventurière à qui rien ne résiste mais qui hésite sur ses choix. Une ambiance étouffante, un huis clos oppressant rajoute une tension extrême. Les pages se tournent chapitre après chapitre. de cliffhangers en twist, l'aventure se poursuit. Je me suis perdue toutefois dans les narrations (c'est un roman polyphonique).
Je n'apprécie pas beaucoup le milieu militaire (avec son vocabulaire) mais inséré intelligemment, cela donne un bon cocktail. de plus, n'oublions pas la thématique politique qui apporte son lot de secrets, de conflits et qui apporte de l'épaisseur au scénario.
*
Une lecture riche en surprises, une densité (pas qu'en nombre de pages!) incroyable et un page-turner de ouf!
Vous avez remarqué que je ne vous ai pas parlé de l'histoire. C'est normal puisque j'ai trop peur de vous spoiler. Et ici, ce serait bien dommage. J'espère que je vous ai donné envie de vous plonger dans cette intrigue.
Mon compagnon est en train de le lire également. Et puis je le passerais à d'autres amateurs de SF . Tout en le conseillant fortement à une bibliothécaire de ma médiathèque. Car ce roman a sa place dans les bonnes étagères de techno-thriller.
Juste une petite question pour la route : la machine peut-elle vaincre les hommes?
Suite au tome 2.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
saigneurdeguerre
  05 février 2019
« Bienvenue chez CdTA.
Je vous prie d'excuser la manière dont on vous a conduits jusqu'ici, mais le secret de ce lieu doit être préservé à tout prix !
Vous êtes ici pour un one shot. Une mission unique après laquelle nous ne serons plus appelés à nous revoir.
Notre entreprise privée agit partout dans le monde à la demande de nos clients. Vous avez signé une clause de confidentialité qui vous interdit à jamais de parler de votre mission ou du CdTA !
Vous 13 avez été choisis comme « contractants » pour vos aptitudes variées, toutes absolument indispensables pour atteindre votre objectif. J'ai préparé un plan minutieux qui exigera de vous que vous restiez soudés et que vous veilliez les uns sur les autres. Donnez le meilleur de vous-mêmes et la mission sera un succès.
Le commandement de votre groupe comprendra trois officiers.
M. Tyler a servi comme officier dans le 1er Régiment d'Infanterie du Corps des Marines. Ses états de service sont remarquables : Ramadi en Iraq, guerre du Dombass en Ukraine, Afghanistan… Et toujours avec des résultats très concluants. Cela le désigne tout particulièrement pour diriger cette mission.
Son second, Jefferson Basileus a servi dans l'US Army. Il s'est illustré lors de la seconde guerre du Golfe.
Quant à votre troisième officier, il s'agit de la seule femme du groupe, Elena Grinberg…
Allons, messieurs, un peu de calme… Je peux vous assurer que vous aurez bien besoin d'elle ! L'Oeuvre est dotée d'une intelligence artificielle. Il vous faut un expert en cyber sécurité. Notre choix s'est porté sur Elena. Elle est capable d'évaluer la vulnérabilité des sites et réseaux pour en traquer et exploiter les failles. Mots de passe, cryptologie, pare-feu, virus et antivirus n'ont aucun secret pour elle. Elle a été capable de pénétrer le réseau intranet du CCI, Center of Cyber Intelligence et de la CIA sans jamais être détectée, sans parler des banques en ligne et autres sites gouvernementaux, et elle a remporté tous les hackatons auxquels elle a participé.
Je continue la présentation des autres membres de l'équipe.

Il est temps d'évoquer votre mission. Vous allez devoir pénétrer dans l'Oeuvre, découvrir où se trouve son génial architecte, Dédale, et le ramener ici, coûte que coûte. Rien ne doit lui arriver ! La majeure partie de votre salaire en dépend.
L'Oeuvre est une gigantesque prison expérimentale d'un genre nouveau. Elle a été commandée par la CIA qui tient plus que tout à cacher son existence. Au passage, sachez que voilà cinq ans qu'elle en a perdu le contrôle. Elle a engagé des sous-traitants qui ont pour mission d'empêcher quiconque d'y entrer ou d'en sortir en leur faisant croire que l'Oeuvre est un site nucléaire stratégique. Ces gardes ont pour mission de tirer à vue.
Vous décollerez cette nuit-même !... du calme, messieurs ! Vous aurez toute l'après-midi pour préparer la mission et réfléchir à l'équipement…
N'oubliez pas ce qui est stipulé dans votre contrat : forte prime en cas de réussite, désengagement total de CdTA en cas d'échec.

Critique :
J'ai été directement happé par cette histoire sans vraiment en connaître les protagonistes que j'ai découverts peu à peu. La liste des principaux d'entre eux, en fin d'ouvrage, est clairement un plus : les personnages sont intelligemment identifiés sans pour autant que leur sort ne soit connu.
L'idée même de cette prison expérimentale dans le désert du Nevada, une zone top top top secrète du gouvernement américain, rend la chose vraisemblable grâce aux talents de conteur d'Eric Costa qui semble ne rien laisser au hasard dans la construction de son récit que l'on vit au présent, puis on remonte le temps pour en apprendre davantage sur les protagonistes, avant de reprendre le récit au moment précis, là où l'on avait laissé nos « héros ».
La difficulté principale que je rencontre pour rédiger cette chronique, c'est d'en parler sans en divulguer les multiples intrigues et personnages qui se succèdent dans le roman et viennent exploser le récit pour en faire tout autre chose que ce à quoi l'on pourrait s'attendre. Cela fait plusieurs jours que je me tâte, que j'écris, que j'efface, que je change complètement d'approche, car comment vous rapporter tout ce que cet ouvrage contient de bien sans spoiler ?
Je n'ai qu'un conseil à vous donner : si vous aimez les mystères, bien rédigés d'une plume fluide qui ne vous laisse pas le temps de vous ennuyer, si vous voulez un thriller invraisemblable et pourtant tout à fait crédible dès que l'on se met à le dévorer, « The Prison Experiment » est une expérience écrite pour vous par un grand auteur, Eric Costa.
Cerise sur le gâteau, la couverture est superbe ! Oui, je sais, une couverture, ce n'est pas l'essentiel d'un bouquin, mais franchement pourquoi bouder ce plaisir supplémentaire ?
Je trouve ce thriller bien plus intéressant qu'une grosse bête en terme de tirages et de publicité tel que « le Président a disparu », soi-disant écrit par Bill Clinton et James Patterson !

Attention : ce n'est là qu'un premier tome. L'histoire n'est pas terminée. Une suite est prévue avant l'été 2019… Je suis très impatient de la découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2413
Soukiang
  01 février 2019
Toutes les lectures, tout genre confondu, sont des expériences prolongées d'apprendre à connaître le monde, son histoire, ses avancées comme ses désillusions, dans le prisme des affres du temps, des guerres de tous les clans, des infinies existences qui ont foulé la terre, ici bas, dans le ciel immense qui nous couvre de leur lumière, des éclats minuscules de particules physiques et chimiques qui viennent s'échouer sur les rivages, tout ce qui est visible à l'oeil nu ne serait-il pas une forme d'hallucination telle qu'on imagine mal voir la vie autrement ?
Plonger dans l'univers d'Eric Costa, c'est être prêt à lâcher toutes les amarres, ce qui était déjà le cas avec la superbe trilogie consacrée à la période Aztèques et son héroïne inoubliable, Ameyal, de la prison dorée d'un harem à "L'Oeuvre", nom donné à cette "prison expérimentale", titre éponyme de ce nouveau roman, il n'y a qu'un pas et quel trip visuel, quel plaisir jouissif à oser défier la terre du Nevada, dans cette zone 51 toujours aussi mystérieuse depuis un certain jour de 1947, ce qui aurait pu tourner comme une toupie routinière et meurtrière prévisible dans cette fournaise avec un scénario classique va très vite révéler une autre facette de l'humanité, ne vous trompez pas de chemin, toujours se méfier de ses amis, les apparences cachées revêtent des visages stupéfiants, bienvenue dans ce premier opus d'une duologie prometteuse et envoûtante, la plume est toujours aussi addictive quand il s'agit de se laisser porter par le rythme endiablé d'une aventure hors du commun, une de ces évasions littéraires dont il est bon de participer à l'aventure pour échapper un peu de son quotidien balisé, plus qu'un récit divertissant empruntant à l'imagination féconde et à la culture populaire (je pense à Cube pour l'ambiance claustrophobique notamment, The Hunger Games pour la chasse à l'homme et l'oeil inquisiteur, les films dans les milieux carcéraux comme Les évadés ou la série The Prison Break), l'inspiration vient aussi dans la créativité et la mise en perspective de ses thématiques qui font la signature d'un auteur, entre la liberté et le prix du sacrifice, difficile de prédire à quelle vitesse le vent viendra vous fouetter, dans cette aride et désolé, il est des secrets qu'il aura mieux valu laisser à l'abri de tous les regards ...
Tout le monde connaît les mirages du désert, cette illusion optique trompeuse, goûter aux éléments composant la vie comme le feu, l'eau ou la terre, c'est une histoire qui prend le temps de se dévoiler, dans l'alternance des voix aux chapitres, c'est l'occasion d'abord de prendre connaissance de ces personnages qui ont toutes une bonne raison de fuir quelque chose, en acceptant une mission à haut risque, ils sont encore loin de soupçonner ce qui se trame derrière le dôme, cet immense enclos qui n'en finit plus de fasciner tant par sa dimension surréaliste que par son créateur, cet être insaisissable et brillant, derrière le voile des spectres mythologiques grecs, la combinaison idéale pour inclure des réflexions profondes du monde actuel, réduire encore et toujours les coûts productifs et proportionnels à l'augmentation de la population mondiale, favoriser l'exploitation des ressources naturelles en imaginant des solutions de diversité et d'auto-régulation, c'est l'histoire d'une dystopie qui pourrait devenir une réalité dans un avenir proche, comment faire face à l'explosion d'une société au bord de l'implosion et sur le point d'épuiser toutes ses réserves, l'idée de The prison experiment est brillante si seulement certains n'avaient pas d'autres prétentions ...
La nature humaine évolue avec son temps, l'ambition démesurée à vouloir tout contrôler, l'argent est le nerf de la guerre, le talent de l'auteur fait encore une fois mouche, pénétrer au coeur même des travers de l'humanité, une ambiance unique pour ressentir toute la puissance des mots, lire c'est aussi faire travailler ses synapses à faire la jonction entre tous les personnages, une nouvelle héroïne servira de fil d'Ariane, Elena, vous découvrirez à quel point ce fil n'aura jamais été aussi bien retranscrit et déroulé pour parfaire cette impression de se retrouver in extenso dans cet univers riche en surprises, de bout en bout, haletant, effrayant par ces séquences qui se resserre à chaque fois un peu plus pour venir bloquer la respiration, pas de demi-mesure, la maîtrise évidente de l'espace devolué, comme un immense terrain fertile et propice à tous les possibles, le sentiment d'éprouver cette fatigue intense et palpable face à l'inconnu et à la menace permanente, ce combat presque inégal devant un ennemi latent et inattendu, les pièges sont partout, le commando suréquipé et envoyé sur place pour une mission périlleuse saura-t-il déjoué et anticipé tous les scénarios qui se dresseront devant lui ? Face à son créateur, la somme de tous les talents pour une cause commune, Elena et les siens seront-ils à la hauteur de la confiance accordée ?
Intrigant, hypnotisant pour se laisser embarquer dans ce décor rivalisant d'audace et du génie incarné dans toute sa splendeur, les dimensions et autre temporalité développées captivent, la psychologie n'est pas en reste pour laisser les protagonistes se dévoiler progressivement, dans la jalousie ou dans la croix que chacun porte en lui, le poids du passé ou de la culpabilité, le sentiment de ressentir cette ombre menaçante, la paranoïa contagieuse n'est jamais loin, dans le dégradé des couleurs de l'arc-en-ciel, il en est de celles qui vous feront douter de la capacité de l'homme à aimer son prochain, imaginez un Far West grandeur nature, des clans, des décors presque naturels ou indolores jusqu'à ce que ...
Prendre le temps de déguster chaque page, s'approprier une part grandissante de ressentir, de vibrer jusqu'aux tripes et à l'unisson de certains personnages, de démêler les noeuds qui ne finissent pas de glisser et de reprendre leur position initiale, de goûter à ce poison distillé dans le creux des veines, partager les peines et la souffrance des âmes blessées, sortir de sa zone de confort pour venir se frotter à la lie de l'humanité, à la pire engeance des esprits les plus retors, la folie guette, la raison vacille, un cauchemar qui ne fait que commencer, survivre en territoire hostile demande une dose et une faculté au-delà du commun des mortels, les dieux protecteurs répondront-ils présents ?
Comme pour Ameyal, le choix d'Elena s'impose dans cette approche à constituer une boussole incontournable, le danger est partout, le malaise est perceptible, l'atmosphère étouffante, entre sphère et espace confiné, impressionnant dispositif pour s'immerger et traduire toute la tension qui suinte à travers les murs, comme pour les dialogues et ses non-dits, ce sont surtout les bruits et autres manifestations hors champs qui provoque cette nervosité exponentielle, l'intelligence à l'oeuvre ici est d'un machiavélisme étourdissant, pour la vérité et les mensonges, chacun pourra se faire sa propre idée sur la question, dans quelle limite l'homme peut-il commencer à trahir ses idéaux ? Quelle ironie du sort peut-il encore nous réserver pour traquer ses ennemis et davantage manipuler son entourage ?
Un roman qui gagne ses galons de thriller d'action pure au fil des chapitres, bluffant visuellement à la lecture, il n'oublie pas de mixer pour autant avec des ressorts dramatiques et des thématiques pertinentes comme la peur de l'autre, la rivalité naissante en vase clos, l'amour peut-il renaître en zone de guerre ? La bestialité humaine pourrait-il revenir au galop dans une société uniformisée et ultra-sophistiquée ? La technologie est-elle l'ultime solution pour réguler les flux d'informations et autres débordements menaçant l'équilibre du monde ?
Prendre du plaisir à la lecture tout en induisant des terreurs animées de tous les champs du possible, The Prison Experiment met la conscience humaine à l'épreuve de tous les éléments naturels, dans la création artificielle, la machine peut-elle vaincre l'homme ?
C'est l'artefact ouvrant droit à des dimensions nouvelles et angoissantes, méfiez-vous des leurres et des réseaux ténébreux, braver la menace qui peut surgir à tout instant, vibrez et faites palpiter vos stimulus, êtes-vous prêt à suivre les règles de celui que l'on nomme Dédale ?
To be continued ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Saiwhisper
  11 janvier 2019
Quand Eric Costa m'a gentiment proposé de découvrir le premier tome de sa nouvelle saga, j'ai accepté sans hésiter ! Étant totalement conquise par sa série dédiée aux Aztèques (dont je vous recommande la lecture), j'avais hâte de le voir s'illustrer dans un tout autre genre : celui du thriller, de l'aventure et de la science-fiction. Une fois encore, je suis fan de la couverture qu'il a choisie. Non seulement, elle donne terriblement envie, mais elle retranscrit également bien l'ambiance ! Cette nouvelle histoire ne manque pas de rebondissements et de suspense néanmoins, je dois avouer ne pas avoir été aussi charmée qu'avec l'épopée d'Ameyal…
Le point fort de « The prison experiment » est son rythme. Dès le début, on est plongé au coeur de l'action aux côtés d'un escadron de mercenaires auquel appartient la belle Elena, Lombardi, Tyler, Jeff, Basileus, Field et bien d'autres… Ces soldats vont errer au coeur de l'Oeuvre, une prison expérimentale secrète pleine de dangers. Ce qu'ils vont vivre va être mouvementé et sans temps morts ! On ne s'ennuie pas un instant, car il y a beaucoup de combats, de fuites, de jeux de pouvoir et de tensions. Rien ne se passe comme prévu. On assiste à de nombreux morts, des échanges musclés et des scènes inquiétantes. C'est simple : on vit vraiment les choses aux côtés d'Elena ! Ce qu'elle va découvrir s'est révélé imprévisible, sombre et prenant. Par moment, j'avais l'impression d'être à ses côtés, me demandant alors comment elle allait pouvoir s'en sortir et me révoltant dès que Basileus, l'un de ses collègues, la rabaissait pour maintenir son rôle de chef. Je ne peux pas dire que je me suis spécialement attachée à elle cependant, je suivais avec intérêt les chapitres la mettant en scène. D'ailleurs, j'avais plus ou moins l'impression d'être face à une aventure de Lara Croft, mais avec une héroïne moins sûre d'elle et plus humaine. À mes yeux, on est sur une ambiance oppressante, dynamique et saisissante rappelant Uncharted, Shutter Island, Lost et Tomb Rider. La petite touche de fantastique/science-fiction est très appréciable.
Hélas, cette lecture plaisante n'est pas sans défaut… J'ai eu énormément de mal à me faire à la narration. Celle-ci oscille entre plusieurs personnages comme Elena, Agellos, Jackson, Josh T. Arthur dont on découvre des extraits de journal, etc. C'est à la fois un atout et une faiblesse. En effet, cette narration multiple permet d'avoir une bonne vision d'ensemble, de creuser psychologiquement certains protagonistes et d'ajouter une tension supplémentaire, notamment dans les chapitres aboutissant sur des cliffhangers. Malheureusement, cela peut aussi perdre le lecteur. Pour ma part, j'ai trouvé que cela faisait beaucoup trop de personnages d'un coup ! Certains me captivaient plus que d'autres et j'avais du mal à me rappeler le rôle de tout le monde… D'ailleurs, avoir mis un listing des personnages en fin d'ouvrage n'a pas été inutile ! Je m'y suis souvent reportée… Il y a de quoi se perdre, en particulier durant les premiers chapitres, car on change toujours de lieu, d'intrigue et de protagonistes… Cela demande donc une certaine gymnastique.
Le livre est un joli pavé de 660 pages qui tient ses promesses : il entraîne vraiment le lecteur dans un monde plein de dangers, d'action et de suspense jusqu'aux dernières pages. Prenez garde à vous lorsque vous franchirez ces murs, car il n'est pas sûr que vous en sortiez vivant… Une plume toujours aussi simple et efficace. Derrière cette aventure, il n'hésite pas à soulever des problématiques concernant notre monde et l'Humanité. Je pense que j'aurais davantage aimé ma lecture si je n'avais pas été aussi longtemps perdue à cause des changements de narration. Merci encore à Eric Costa pour la découverte !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
SaiwhisperSaiwhisper   11 janvier 2019
- Qu'est ce que c'est ? demande Hamilton. Des zombies ?
Lombardi secoue la tête :
- Vous vous croyez dans Resident Evil ?
- Pas la moindre idée de ce que ça peut être, répond Fields. Je suis pas zoolophile.
- Zoologue, corrige Lasios.
- Rien à foutre !
Commenter  J’apprécie          102
LectureChronique2_0LectureChronique2_0   17 décembre 2018
Le vieillard sort une paire de lunettes de sa poche. il les dépose sur son nez et dresse un visage grave vers l'auditoire.

- Je vais à présent vous exposer les raisons de votre présence ici.
Avez-vous déjà entendu parler de l'Œuvre ?
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   11 janvier 2019
Sa démarche est celle d'un animal blessé, chancelant et à bout. Mais la différence avec un animal est la volonté qui l'anime, la volonté qui s'est formée profondément en lui dans le labyrinthe de l'OEuvre.
Commenter  J’apprécie          40
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   01 février 2019
"La souffrance est votre amie... tant que vous souffrez, ça veut dire que vous n'êtes pas morts !"
Commenter  J’apprécie          70
LesLivresdeFloLesLivresdeFlo   19 mai 2019
- Je n'accepte plus d'ordre de toi.
- Tu veux prendre le lead ? 
- Je l'ai déjà. Et toi, tu ne l'as jamais eu. Si tu tires, je fracasse le portable sur le sol. Sans la carte et les infos qu'il contient, on est tous morts. Baisse ton arme et fais ce que je te dis. Tu n'es plus en position d'ordonner. Ta tentative de commandement est un échec, tu es remplacé.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Réalités invisibles" d'Eric Costa.

Dans la nouvelle "Hôtel Wolff", quelle date est inscrite sur le calendrier à l'accueil de l'hôtel ?

1954
1964
1974
1984
1994

12 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Réalités invisibles de Eric CostaCréer un quiz sur ce livre
.. ..