AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782378370558
Aconitum (06/11/2018)
4/5   4 notes
Résumé :
Dans un monde postapocalyptique, les bibliothécaires, seuls détenteurs du savoir, ont pris le pouvoir. Des rebelles se dressent pourtant contre eux, en quête d'un livre ultime qui pourrait changer leur univers. Dewey, un garçon de 15 ans qui n'a pas encore appris à lire, va être embarqué malgré lui au milieu du conflit. L'ordre de leur civilisation repose peut-être sur ses épaules...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
gabrielleviszs
  14 février 2019
Par le biais du site simplement, l'auteur est venue me voir de nouveau pour me proposer un autre genre dans ses écrits. Je la remercie pour sa confiance renouvelée. La couverture m'a intrigué tout comme le résumé. du post-apocalytique, rien de tel pour passer un bon moment de lecture.
L'électricité a disparu, un black out total qui a coupé tout ce qui utilise de près ou de loin cette énergie. Les informations, la connaissance se perdent, tandis que les gens tentent de survivre. Meurtre, vols, tout est bon, jusqu'à ce que des "clans" se mettent en place. Il y a toujours ceux qui pillent, mais les gens s'organisent. Dans l'un d'entre eux, nous suivons un jeune garçon qui voit ses amis mourir dans leur bibliothèque, Anna, la bibliothécaire est enlevée. Aidé par Elisa, il a du mal à réagir, considéré comme un enfant tant qu'il n'a pas 16 ans révolu. Il décide de partir à la recherche d'Anna afin de la ramener chez eux. Un périple qui ne sera pas sans mal.
Qui dit post-apo, dit qu'il n'y a pas de bisounours. La violence est partout, la méfiance la suit de très près. L'étranger est mis de côté, voire même battu, ou mangé. Il faut dire que la viande se fait rare. Alors que toute la technologie a disparu, il existe encore un moyen de ne pas être complètement mis à terre : les livres. Ces bouts de papier qui conservent une trace de vie, des moyens de subvenir à leurs besoins. Les bibliothécaires se chargent de les garder, au péril de leur vie. Habilité à les protéger, mais aussi ils sont la mémoire d'un monde en déclin. L'auteur montre l'ampleur d'un tel désastre en mettant certaines scènes plus dures que d'autres. le sang jaillit, les épreuves sont douloureuses. Suivre les personnages ne rend pas la tache plus facile. Ils sont trois, notre héros, Elisa et Renold, tous ado et vont vivre de terribles heures. Partir de leur village pour tenter de sauver Anna va s'avérer bien plus complexe. le monde est cruel, la vie est cruelle.
Je me suis beaucoup attachée à Elisa. C'est une jeune fille qui ne fait pas que suivre le mouvement, elle prend des décisions et sait quand ce n'est pas la faute de l'autre. Renold reste encore un mystère pour ma part bien que nous en apprenions beaucoup sur son père... Celui-là, s'il n'existait pas, il en faudrait surtout pas l'inventer ! Quand à notre héros, il est curieux de tout. Il ne cesse de poser des questions et a des réactions logiques en fonction de ce qui se passe, d'une manière générale. Ils vont faire beaucoup de rencontres, des bonnes, comme des moins bonnes. Marek est un élément important du récit. Ce n'est pas un mauvais bougre et il en cache des choses.
Les journées passent, les semaines, les mois même. Rien ne peut vraiment prédire comment tout cela va se terminer. Il y a malheureusement des pertes qui font mal au vu du contexte. Que tous s'en sortent serait un miracle. Un mot qui n'existe plus dans ce monde. D'ailleurs, il y a beaucoup de secrets, surtout sur UN livre.Un chemin pavé d'embûches, de maladie, d'interdit. En tant qu'adolescents, certains ne les voient pas, car ils ne sont pas encore digne d'être écoutés. Il faut savoir ruser pour survivre dans ce monde et avoir un peu de chance aussi. Ce qui n'est pas le cas pour tous. Même si certains passages montrent de la précipitation dans les actes, il y a aussi de l'endurance, du courage et un manque de peur évident qui arrive une fois les "missions" terminées.
En conclusion, un monde crée de toutes pièces version fin du monde. Un voyage terrible qui va permettre à certains personnages de se découvrir réellement. Une quête complexe qui fait réfléchir sur certains points.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/de-biblioteca-melanie-de-coster-a159124134
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Prose-Cafe
  13 juillet 2019
Ce livre faisait parti des pré-sélectionnés du PLIB2019. Malheureusement pour lui, l'aventure c'est arrêté là. Puis je le voyais régulièrement passer chez mes collègues avec des avis favorables. Je me suis dis que j'allais tenter l'aventure. Alors nous y voici !
C'est le deuxième livre d'affiler que je te propose où le pouvoir du livre ou de la plume est omniprésent.
Ici, ce n'est pas la plume mais les dépositaires du savoir qui dirigent la société.
Et dire que c'est un analphabète qui le personnage principal de ce livre. Quelle ironie !!!
D'ailleurs, en parlant de Dewey, tu te dis que ce ne peut être lui le héro. Au début du livre, c'est un couard. Mais au fil des aventures/épreuves, il prend de l'envergure. Il prend confiance en lui malgré les obstacles mais aussi de ses victoires.
De premier abord, tu ne le sens pas, mais l'histoire tourne finalement autour de lui.
Comme je le disais plus haut, ce livre est une de mes plus belle découverte de ce premier trimestre.
Une belle découverte de par le style d'écriture. C'est très fluide, ça se lit très bien et très vite.
Je ne dis pas que c'est un page-turner mais tu as du mal à le lâcher.
Dame Mélanie te donne le rythme. Elle te balade en fonction de ses envie. Un peu d'action suivi d'une pause et ça repart. C'est dans ce sens que tu as du mal à le lâcher. Il faut te forcer à la fin d'un chapitre.
Puis elle nous dépeint une société qui est, certes, post-apocalyptique mais qui ressemble étrangement à ce que nous vivons au jour le jour. « le savoir, c'est le pouvoir ».
Tu auras toujours quelqu'un pour le contester. Tu sais les partisans de la théorie du complot.
Bien sûr que nous ne savons pas tout. Mais tout savoir serait-il une bonne chose.
Ce qui est triste dans ce livre, c'est que les bibliothécaires ont retiré de la circulation tous les livres qui ne sont pas utiles à la suivi de l'Homme, les fictions.
Mais à la fin, tu apprends pourquoi. Et j'ai trouvé ça très astucieux. Je vais peut-être le mettre en pratique à la maison.
Merci Mélanie pour la super bonne idée 😛
En tout cas c'est une très bonne histoire que je te conseille vivement.
P.S. : Clin d'oeil à l'attention de Dame de Coster ! Les auteur.e.s ne sont pas forcément des schizophrènes mais il faut admettre que pour sortir ce genre de livre vous ne pouvez être saine d'esprit !!! Ah ! Ah !Ah!
Je vous souhaite une très bonne lecture. :-*
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Sovane
  13 juin 2019
Après qu'un blackout ait plongé le monde dans les ténèbres le chaos s'installe. le pillage des commerces d'abord, puis l'attaque des survivalistes vont ensuite priver les survivants des ressources, mais aussi du savoir nécessaire à la création d'une société nouvelle. Un ordre de bibliothécaire va tenter de préserver les livres et commence l'archivage des connaissances. Mais très vite ils sont accusés de s'accaparer le savoir et soupconnés de garder pour eux les secrets de l'humanité. D'autant qu'ils interdisent la fiction, plongeant une partie de la population dans la clandestinité. Ce roman met en scène un jeune homme qui décide de quitter son village pour tenter de retrouver la bibliothécaire locale, kidnappée par les rebelles. Lors de son périple il va devoir mettre à l'épreuve sa vocation. Un roman de science-fiction très abordable pour les non-initiés dont je fait partie, dans lequel les bibliothécaires défendent à coups de bâton et à corps perdu les livres de toutes les dégradations possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SophieSonge
  09 janvier 2019
Après le black-out qui a révolu le temps de l'accessibilité à l'information et la connaissance via le net, les bibliothécaires sont devenus les dépositaires d'un savoir utile, ultime et capital. Quand un conflit s'engage entre eux, et un groupe de mercenaire voulant acquérir les clefs du savoir, un jeune adolescent se met alors en charge d'affronter tous les dangers...
Tout commence par l'enlèvement d'Anna la bibliothécaire, et nous plongeons dans un univers où le livre prend toute sa place et entretient ses mystères. le héros et ses compagnons vont à la rencontre d'un voyage au caractère dangereux et formateur.
Sur leur chemin, ils se frottent à la réalité, à la différence et développent ainsi leur curiosité, leur sens critique. L'aventure est échelonnée de combats et d'épreuves. Il y a du sang, des liens d'amitié, de la méfiance, des confidences qui jalonnent le récit. Malgré les pertes douloureuses, la quête continue vers quelque chose de sacré et qu'il faut protéger. On y parle d'interdit, d'appétit, de ruse, de convoitise. L'écriture est fluide, immédiate, accessible. On est marqué par la ténacité et le courage des personnages qui vont au bout de leur démarche.
Les réseaux souterrains capturent notre attention et notre parcours confirme notre soif intarissable de lecture.
Un roman jeunesse qui rend hommage à l'univers du livre. Ludique et original !
Lien : https://www.sophiesonge.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   14 février 2019
Il me tapota la tête, comme un jeune chiot, et je n’eus même pas envie de reculer. J’avais désespérément besoin d’être rassuré.
— Oui, petit. Maintenant, on bosse ensemble. Pour le meilleur et pour le pire, comme dirait l’autre.
Soulagé d’une tension que je n’avais pas voulu avouer, je laissai Renold prendre la relève à la civière et repartis avec plus d’allant. Marek nous avait prouvé qu’il avait plus d’un tour dans son sac et vu le gonflement de celui qu’il avait emporté en quittant l’entrepôt, j’étais persuadé que nous ferions leur peau aux bandits. Peu m’importaient les moyens, j’étais prêt à raser leur camp s’il le fallait, à exterminer chacun d’entre eux si besoin. Je n’avais plus envie de me faufiler en douce parmi eux pour libérer Anna en toute discrétion. Je relatai mes plans vengeurs à Renold qui peinait à la traîne de notre troupe. Il n’était pas aussi certain que je l’étais que nous serions plus puissants que ces hordes entraînées et armées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   14 février 2019
C’était pourtant impossible : les bibliothécaires devaient être capables de se défendre en toutes circonstances. Je réalisai alors que je n’étais pas si sûr de moi non plus concernant les capacités de la fameuse Miss Bennet en cas de combat. Peut-être le conseil était-il constitué de bibliothécaires qui ne pouvaient plus exercer sur le terrain.
Mes réflexions m’avaient distrait. Comme souvent. Le reste de la conversation avait disparu. Je ne pensais pas avoir manqué grand-chose, j’avais déjà vécu tout ce qui avait été raconté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SovaneSovane   13 juin 2019
- Ou avez-vous appris à combattre de cette manière ?
- Tous les bibliothécaires savent le faire. Le maniement du bâton fait partie de notre formation de base. Nous devons être aptes à défendre les livres contre toute personne qui penserait les abimer. (p. 169)
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature jeunesseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1291 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre