AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723425377
48 pages
Éditeur : Glénat (15/11/1984)
4/5   110 notes
Résumé :
Pourquoi avoir choisi un épervier, mon Maître ? Demanda la Sorcière.
Pourquoi pas un rapace de plus grande envergure et de meilleure allure, pour nous donner des chances de satisfaire un plus grand nombre de spectateurs, - Je n'avais pas le choix, lui répondit le Diable : l'Aigle était déjà prix par les Grands de ce monde, et le Faucon aussi. Et puis quoi qu'on dise, le grand nombre du public ne m'appartient pas. Il appartient à Dieu qui a toujours su se tail... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 110 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Eric76
  30 avril 2021
Acte II de notre grande comédie. C'est celle de ces chiens enragés qui ont failli casser les fils du destin reliant les héros connus ou anonymes de cette histoire maudite.
Le destin est à l'oeuvre, et ces fils se resserrent entre eux de manière inexorable. Ariane, toujours effrontée et hardie, connaît les premiers tourments de la passion amoureuse... le Dauphin, moins capricieux, commence à comprendre que gouverner se conjugue avec rouerie et malignité.
Les adultes se montrent résignés. Pour eux, la fin du long voyage approche. le bon roi Henri IV, par une étrange prémonition, sait qu'il ne mourra pas dans son lit ou dans les bras d'une femme… Les fantômes et les remords du vieux baron viennent le hanter chaque jour tandis que son dos se courbe un peu plus… Notre étrange chevalier masqué est fatigué de son éternité et de son immense solitude. Les nantis, plein de morgue, tiennent toujours le haut du pavé, et écrasent de leurs bottes les gueux.
Il fait froid dans ce deuxième tome. Même notre bon roi grimace et jette aux alentours des regards inquiets…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          731
cicou45
  14 juillet 2013
Ce deuxième tome des "7 vies de l'épervier" m'a moins plu que le précédent - même si j'ai trouvé que les graphismes étaient toujours aussi bien travaillés et le suspense grandissant -, pour une raison bien simple : c'est que je l'ai trouvé assez cruel surtout en raison des sévices corporels que l'un des comtes de Bruantfou inflige à un simple paysan, par simple jeu. Et pourtant, il faut se dire que c'était sûrement comme cela à l'époque. C'est dingue comme la richesse et la supériorité sociale peut pousser un homme aux pires atrocités. Celui qui se fait appeler "l'épervier", et qui est mort, non pas physiquement mais sur le plan moral il y a dizaine d'années de cela (je vous laisse découvrir pourquoi en vous plongeant dans le premier tome) n'entend pas laisser ces atrocités impunies.
Cela reste don un très bon ouvrage tans sur le plan historique que sur l'histoire en elle-même. Ariane grandit puisqu'elle a aujourd'hui huit ans et que son "frère" Guillemot en a, quant à lui, dix (je vous laisse également le soin de découvrir pourquoi j'ai mis le mot "frère" entre guillemets !).
A la cour du roi Henri IV, le dauphin Louis est un enfant gâté, du même âge qu'Ariane et leur destin semble étroitement lié puisqu'ils sont nés le même jour mais jusqu'à quel point ?
L'épouse d'Henri, Marie de Médicis, est une femme à qui son mari ne prête aucune attention mais qui et que l'on voit que lors de rares occasions dans la série (enfin, jusqu'à présent). Un autre personnage qu'il me faut citer est celui de Ravaillac afin que vous comprenez que cette série est remplie d'histoire et que c'est en grande partie pour cela que cette dernière m'intéresse et que je vous conseille vivement de découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
BazaR
  25 janvier 2014
Plutôt un 3.5 qu'un 4 étoiles. Petite baisse de régime.
Les deux groupes de personnages, les imaginés et les historiques, poursuivent leurs chemins parallèles sans se croiser pour l'instant. Ariane et son frère Guillemot s'amusent à chevaucher la campagne enneigée d'Auvergne, aperçoivent un épervier qu'ils suivent dans l'espoir de tomber sur le "Masquerouge". Ce dernier est occupé à observer le comte de Bruantfou et sa clique qui par jeu fait pourchasser un pauvre vieux charbonnier par ses chiens, chasse sanglante et impressionnante. Cela réclamera vengeance. Pendant ce temps Henri IV accompagné du poète Malherbe et du dauphin Louis quitte Saint Germain pour Paris car son Conseil l'attend au Louvre. Un incident, sa voiture est brisée et les voilà obligés de poursuivre dans un vieux chariot. A l'entrée de Paris la Garde ne les reconnait pas et la foule les menace.
Peu d'évènements dans ce tome en somme. Les auteurs en profitent pour renforcer les horreurs dont les riches nobles sont capables de faire subir aux pauvres mécréants - ils les écrasent littéralement sous leurs bottes - et surtout pour parfumer l'atmosphère d'un ésotérisme envahissant et malvenu au travers de la vieille sorcière maitresse des éperviers qui comme une Parque chante à tous que leur destin est déjà écrit (cela ne l'empêche pas d'intervenir en faveur du roi, et sans son intervention le "destin écrit" pouvait être jeté au feu comme un mauvais brouillon). J'espère que l'histoire va bientôt passer une vitesse en rapprochant les lignes scénaristiques.
Le dessin des décors, des palais, des costumes est toujours impeccable, mais j'ai du mal avec les visages inexpressifs, lisses et interchangeables qui diminuent la qualité de l'ensemble.
Je vais devoir faire une pause mécanique dans ma lecture de la série: j'ai commandé les tomes suivants mais ils tardent à arriver!
Bonne lecture à tous!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Davalian
  13 décembre 2014
Le temps des chiens débute d'une manière toute royale, laissant la première place à Marie de Médicis et à Henri IV... présenté une nouvelle fois dans de beaux draps. Curieusement, la scène à un petit air de déjà vu... au bout de deux tomes, à peine ! Ce passage est rapidement oublié car voilà que s'annonce un affrontement divertissant mais bien peu crédible.
Cet épisode passé, l'histoire se laisse lire avec plaisir, d'autant qu'elle se limite à quelques personnages principaux. La présence de Malherbe apporte une dose d'impertinence à un escapade royale fort originale.
Très rapidement, l'histoire du justicier masqué de rouge tourne court. La direction prise est convenue, commode avec des pistes annoncées de manière bien peu subtile.
Pour ne rien arranger, après une pause bienvenue, la magie refait son apparition d'une manière franchement agaçante. Ainsi la scène de la porte de l'octroi, sans doute le moment clé de ce deuxième tome, est... ridicule. L'entrée en scène d'une nouvelle tête au potentiel intéressant laisse espérer de belles perspectives. Tout comme une utilisation adroite d'un certain rapace.
Même si cet album réserve de bons moments, ceux-ci tiennent surtout aux dessins. Comme le précédent, cet album parvient difficilement à convaincre, et à faire décoller la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Diabolau
  22 décembre 2020
Est-ce que Juillard a progressé entre le tome 1 et le tome 2, ou est-ce moi qui me suis réhabitué à son style ?
Je l'ignore, mais en tout cas celui-ci est passé crème au niveau du dessin, alors que le précédent m'avait tiré quelques grimaces.
On suit donc deux cavalcades dans la neige plutôt ébouriffantes, l'une avec le carrosse d'Henri IV et son garnement de fils (et on s'amuse de penser qu'une telle aventure aurait pu leur arriver pour de vrai), l'autre avec les deux enfants de Troïl, entrecoupée par les nuisances de l'ignoble baron de Bruantfou, une belle ordure à laquelle on peinera à trouver la moindre vertu (la scène du charbonnier est poignante, bien qu'un tantinet classique).
On ne sait toujours pas où et quand ces deux histoires parallèles vont se croiser, mais pour le moment c'est si bien raconté que l'on se laisse aller au gré du vent, entre les plumes de l'épervier.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
litolfflitolff   27 septembre 2010
Pourquoi avoir choisi un épervier, mon Maître ? Demanda la Sorcière.
Pourquoi pas un rapace de plus grande envergure et de meilleure allure, pour nous donner des chances de satisfaire un plus grand nombre de spectateurs, - Je n'avais pas le choix, lui répondit le Diable : l'Aigle était déjà prix par les Grands de ce monde, et le Faucon aussi. Et puis quoi qu'on dise, le grand nombre du public ne m'appartient pas. Il appartient à Dieu qui a toujours su se tailler la meilleur part, quand bien nous savons, nous, qu'il ne le mérite pas ! - Mais cet Epervier-là n'es-il pas trop fragile pour pouvoir assumer un semblable combat ? Une telle démesure ? - Nous verrons, dit le Diable.
C'est un oiseau petit mais qui ne manque pas d'air...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tamara29tamara29   30 novembre 2012
Soyez indulgent, sire, la vue courte n'est-elle pas la plus grande qualité qu'on exige d'un soldat qui exécute ainsi les ordres aveuglément !?
Du reste, s'il poursuit dans cette voie, nul doute que ce guignol finisse par faire carrière !
Commenter  J’apprécie          70
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   28 février 2021
Ils ont fait peindre leur blason aux couleurs des saisons pour témoigner ainsi de leur compréhension et de leur soumission aux lois éternelles de notre mère nature, plus puissante que toutes les lois, que toutes les illusions inventées par les hommes.
Commenter  J’apprécie          60
goodgarngoodgarn   14 décembre 2012
- Il en est des saisons comme de chaque chose sur Terre, qui prennent les dimensions des regards qu'on leur prête...
Commenter  J’apprécie          70
DavalianDavalian   13 décembre 2014
- Mort aux huguenots ! Vive la sainte ligue ! (Ravaillac)
- Vive l'Espagne !
- Non Ravaillac ! Pas de couteau ! (La mystérieuse dame)
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Patrick Cothias (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Cothias
Scénaristes : Patrick COTHIAS, Patrice ORDAS Dessinateur : Alain MOUNIER
Chirurgien, il affirme le pouvoir de la vie dans l'enfer des tranchées.
Il s'appelle Louis-Charles Bouteloup. Fraichement diplômé de la faculté de médecine, il se retrouve en première ligne, à Fleury, en janvier 1916. Il commande une ambulance hippomobile, surnommée l'As de Pique parce qu'elle est connue aussi bien pour le courage de ses infirmiers, que pour leur manque de soumission au Règlement. Bouteloup est un nom qui compte en politique, car le baron Horace, père de Louis, est député, lieutenant-colonel et proche du général Pétain. Cette relation privilégiée, loin de le protéger, fera du jeune officier une cible désignée pour les ennemis de l?élu, entre autres le redoutable Georges Clemenceau. Néanmoins, Louis accomplira la tâche épouvantable que la guerre lui impose, en essayant de préserver un humanisme auquel il est attaché jusqu?à la rébellion?
Lire des extraits ici : http://www.angle.fr/bd-l-ambulance-13-tome-1-5830732.html
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4043 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre