Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2916141774
Éditeur : L'Arbre vengeur (2011)


Note moyenne : 3/5 (sur 3 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Que n’avons-nous eu ce mot définitif qui cloue le bec des plus insupportables de nos contemporains quand nous en avons croisé un ? Condamnés à ressasser notre échec face à une situation qui nous a échappée, nous ruminons en vain ces phrases percutantes qui terrassent le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par LiliGalipette, le 04 février 2012

    LiliGalipette
    Quatrième de couverture – Que n'avons-nous eu ce mot définitif qui cloue le bec des plus insupportables de nos contemporains quand nous en avons croisé un ? Condamnés à ressasser notre échec face à une situation qui nous a échappée, nous ruminons en vain ces phrases percutantes qui terrassent les imbéciles et qui nous ont manquées. Avec ces soixante-deux lettres cogitées par le cerveau vengeur de Jean-Luc Coudray, voici de quoi désamorcer le souvenir de ces situations humiliantes. Leur lecture permettra de calmer nos amères ruminations et, si nous retrouvons notre bourreau, d'espérer crucifier sa basse conscience, réveillant chez nous cette sérénité que procure le rééquilibrage du monde.
    Alléchant, n'est-ce pas ? de cet auteur, il est dit qu' « il tente d'élever les imbéciles en les rabaissant à coup de 40 missives. » Très poli et toujours didactique, Jean-Luc Coudray revient sur des situations blessantes avec un raisonnement ferme et implacable. Au terme de ses épîtres, voilà le reproche initial retourné et l'opportun indélicat fustigé. Tel est pris qui croyait prendre. « Je ne puis vous reprocher votre bêtise puisqu'il ne s'agit chez vous d'une faute morale mais d'un inachèvement cérébral. » (p. 175)
    Tout le monde y passe : le conducteur malappris et malpoli, la bourgeoise bêtement pédante, l'intellectuel condescendant, le feu rouge mal placé, le jeune indolent et la sylphide stupidement gracieuse. Même Dieu et ses sbires en prennent pour leur grade : « Cependant, votre vision de Dieu, personnage barbu et vengeur, qui précipite dans les flammes ceux qui n'ont pas la chance de posséder une porte pour qu'un représentant vienne lui parler de la Bible, me paraît aussi étriqué que votre visage sans ride. » (p. 39) (Question grammaticale : n'auriez-vous pas plutôt écrit « pour qu'un représentant vienne leur parler de la Bible » puisque le sujet est « ceux qui n'ont pas la chance » ?)
    Ces lettres font gentiment et/ou férocement sourire, les premières à tout le moins. Parce qu'on finit par se lasser. Grosso modo, notre auteur en pétard suppose que les autres homo sapiens que des malotrus imbéciles. Ok, c'est le présupposé nécessaire à ce déversement de verve vengeresse. Mais les mêmes arguments reviennent trop souvent : ainsi les hommes sont lâches et gras, les femmes bradent leur féminité sous des atours exagérément féminins et les jeunes sont mous et sans envergure. Même si la langue est vive et que le verbe se déploie avec panache, l'ensemble manque légèrement d'originalité ou, au moins, de renouvellement.
    Les illustrations d'Alban Caumont composent une grotesque galerie de portraits où les animaux prennent des traits humains. Ou sont-ce les hommes qui régressent au rang de phacochères aigris et d'hippopotames mous ? Mais n'est-ce pas manquer d'un élémentaire respect à ces pauvres bêtes qui ne nous ont rien fait ?
    Au terme de cette lecture, et avant de vous présenter une des missives, je n'attends qu'une chose : M. Coudray, écrivez-moi !
    La situation – Quelqu'un se fiche de vous parce que vous n'avez pas de compte sur Facebook.
    La lettre – Bonjour,
    tu m'as fait hier une réflexion, fustigeant mon absence d'inscription sur un réseau social en ligne, type Facebook, et mon indifférence au sujet des nouveaux outils de communication.
    J'en déduis que l'individu normal, dans un contexte mondial de circulation d'informations et de marchandises, devrait, à l'image d'une entreprise d'import-export, envoyer et recevoir quotidiennement, grâce à son adhésion à Facebook, une quantité importante de photos ou de messages. Il devrait collectionner les « amis », entités branchées sur sa page, fournisseurs ou destinataires des informations en question. Ainsi, il devra mimer le comportement de l'économie planétaire dont la croissance et la vitalité se mesurent au nombre d'échanges et non à la véritable création de richesses.
    De même que la jouissance corporelle s'amplifie par l'augmentation des passages de matière au travers des frontières organiques, lorsque nous mangeons, évacuons, copulons, de même les déplacements de marchandises entre pays multiplient les taxes, prélèvements et plus-values, engraissant des parasites qui jouissent des allers-retours de l'agitation économique.
    Tu soumets ton plaisir à la quantité de photos de vacances, de plaisanteries de camelots, de gags à tout faire qui traversent les orifices électroniques de ton territoire virtuel, t'offrant un bénéfice et une réparation narcissique à chaque déplacement, dans la pure logique pulsionnelle propre à la pornographie des corps ou des multinationales.
    Les enflures affectives, les sagesses de bureau, les bisous de reconnaissance, les émotions touristiques, les confidences de chanson, les trouvailles alcooliques, les photomatons de belle-sœur, les anniversaires flashés comme par des radars autoroutiers, les visages cirrhosés d'enthousiasme, les bébés dépossédés du droit sur leur image, les gâteaux tristement excessifs, sont échangés comme des bonbons ou des pansements.
    Diffusé en ligne, le banal devient du conforme, l'ordinaire du vulgaire, le sentiment de l'émotion, la tendresse de l'attendrissement, l'amitié de la trivialité.
    La valeur relationnelle se mesure désormais au débit. La vie sentimentale se gère avec un outil professionnel. Les amis se capturent comme des clients.
    Je suis au regret de te dire que je préfère fréquenter mes amis sans passer par la planète.
    Cordialement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par globetrotter16, le 05 février 2014

    globetrotter16
    Voilà un petit livre qui ne manque pas d'air ! Proposé par la jolie édition de l'Arbre Vengeur, il m'a tout de suite attiré. Les Lettres d'engueulades de Jean-Luc Coudray est un petit recueil de lettres, mais plus encore, de véritables missives contre tous ceux qui ont osé offusquer leur auteur. Et tout le monde y passe, du patron, au bébé qui pleure en passant par le feu rouge, objet pourtant inanimé, qui a eu le malheur de se trouver là où on l'a mis, et qui fait l'objet des sarcasmes de l'épistolier (très exagéré à mon goût).
    Il est vrai que certaines lettres valent vraiment le détour. Qui ne rêverait pas de pouvoir répondre à tous les malpolis, les imbéciles et autres malotrus avec la même ferveur ? Qui ne rêverait pas d'avoir le mot qui clôt toute réplique ? le style est sans failles, et l'on se délecte de toute cette verve qui fait sourire et qui brise tout espoir de contestation avant même qu'il ait pu naître. Sans conteste, la langue siffle et l'écriture est vive.
    Cependant, au fil de la lecture, tout cela devient décevant. Lettre après lettre, c'est bien la même chose que nous lisons. Il est vrai que j'ai peut-être fait l'erreur de lire ce recueil comme un roman alors que ce n'en est pas un. Mais quand même. Il me semble que Jean-Luc Coudray se perd au fil de ses lettres et finit par perdre son lecteur lui-même. Trop souvent la critique est inappropriée et s'éloigne trop de la situation de départ. Nous nous retrouvons noyés sous cette masse d'accusations qui tournent toutes au jugement sur le physique. Au début cela amuse, on rigole franchement même. Mais ce qui a bien des égards m'a apparu comme une très bonne idée pleine de promesses, m'a déçu par son manque d'originalité. Tout comme les arguments invoqués, mon enthousiasme s'est essoufflé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LiliGalipette, le 04 février 2012

    La situation – Quelqu’un se fiche de vous parce que vous n’avez pas de compte sur Facebook.
    La lettre – Bonjour, tu m’as fait hier une réflexion, fustigeant mon absence d’inscription sur un réseau social en ligne, type Facebook, et mon indifférence au sujet des nouveaux outils de communication.
    J’en déduis que l’individu normal, dans un contexte mondial de circulation d’informations et de marchandises, devrait, à l’image d’une entreprise d’import-export, envoyer et recevoir quotidiennement, grâce à son adhésion à Facebook, une quantité importante de photos ou de messages. Il devrait collectionner les « amis », entités branchées sur sa page, fournisseurs ou destinataires des informations en question. Ainsi, il devra mimer le comportement de l’économie planétaire dont la croissance et la vitalité se mesurent au nombre d’échanges et non à la véritable création de richesses.
    De même que la jouissance corporelle s’amplifie par l’augmentation des passages de matière au travers des frontières organiques, lorsque nous mangeons, évacuons, copulons, de même les déplacements de marchandises entre pays multiplient les taxes, prélèvements et plus-values, engraissant des parasites qui jouissent des allers-retours de l’agitation économique.
    Tu soumets ton plaisir à la quantité de photos de vacances, de plaisanteries de camelots, de gags à tout faire qui traversent les orifices électroniques de ton territoire virtuel, t’offrant un bénéfice et une réparation narcissique à chaque déplacement, dans la pure logique pulsionnelle propre à la pornographie des corps ou des multinationales.
    Les enflures affectives, les sagesses de bureau, les bisous de reconnaissance, les émotions touristiques, les confidences de chanson, les trouvailles alcooliques, les photomatons de belle-sœur, les anniversaires flashés comme par des radars autoroutiers, les visages cirrhosés d’enthousiasme, les bébés dépossédés du droit sur leur image, les gâteaux tristement excessifs, sont échangés comme des bonbons ou des pansements.
    Diffusé en ligne, le banal devient du conforme, l’ordinaire du vulgaire, le sentiment de l’émotion, la tendresse de l’attendrissement, l’amitié de la trivialité.
    La valeur relationnelle se mesure désormais au débit. La vie sentimentale se gère avec un outil professionnel. Les amis se capturent comme des clients.
    Je suis au regret de te dire que je préfère fréquenter mes amis sans passer par la planète.
    Cordialement
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 04 février 2012

    « Cependant, votre vision de Dieu, personnage barbu et vengeur, qui précipite dans les flammes ceux qui n’ont pas la chance de posséder une porte pour qu’un représentant vienne lui parler de la Bible, me paraît aussi étriqué que votre visage sans ride. » (p. 39)

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 04 février 2012

    Au sujet de l'auteur :

    « Il tente d’élever les imbéciles en les rabaissant à coup de 40 missives. »

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 04 février 2012

    « Je ne puis vous reprocher votre bêtise puisqu’il ne s’agit chez vous d’une faute morale mais d’un inachèvement cérébral. » (p. 175)

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Jean-Luc Coudray

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Coudray

L'avenir dure longtemps | Tafurs .
Voici, en 30 minutes, le résumé filmé d'une aventure théâtrale collective.4 représentations d'1 h 1/2 chacune.Chaque fois différente.Il s?agit ici d?un spectacle à voix multiples mêlant auteurs, comédiens et musiciens.Professionnels et amateurs se sont retrouvés autour d?un projet initié par le Théâtre des Tafurs et mis en ?uvre avec la complicité de quelque vingt-cinq structures sociales et culturelles de Bordeaux.Quatre quartiers de Bordeaux (Bacalan, le Lac, le Grand Parc et la Bastide) ont d?abord accueilli des ateliers d?écriture animés par Stéphanie Benson, Béatrice Mauri, Jean-Luc Coudray et Joël Zanouy sur le thème de l?avenir. Une cinquantaine d?habitants de ces quartiers y ont participé. Ils ont écrit, parfois joué.Brigitte Giraud a composé la dramaturgie avec François Mauget qui, de son pupitre de chef d?orchestre, a réglé la mise en scène.Chercher l?impossible pour connaître l?avenir, telle était la question. Imaginer sa vie, sa ville, la planète à l?aune de ses rêves, de ses inquiétudes, de sa fantaisie, voilà l?enjeu de L?Avenir dure longtemps.Le film court d'un film long (1h50) de Dominique-Emmanuel Blanchard








Sur Amazon
à partir de :
12,54 € (neuf)
9,20 € (occasion)

   

Faire découvrir Lettres d'engueulade : Un guide littéraire par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (7)

> voir plus

Quiz