AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021240344
400 pages
Éditeur : Seuil (07/01/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Babybatch ! Ainsi Dominique a-t-elle surnommé Benedict Cumberbatch. Quant à Dominique, et bien qu'elle appartienne à l'immense communauté virtuelle des fans de l'acteur anglais, elle répugne à s'autoproclamer cumberbitch, à l'inverse de ses congénères. Il faut dire que Dominique n'a que quinze ans et rien d'une "salope". À l'image des autres héroïnes d'Isabelle Coudrier, Dominique est une jeune fille inclassable, quasi désuète dans sa discrétion mêlée de lucidité, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  22 juillet 2016
Qu'est-ce que tu as Dominique ? Cette rentrée scolaire te parait fade, tes anciens amis ne te comprennent plus, les professeurs sont si loin de toi alors que tu es une bonne élève et tu l'attendais depuis si longtemps cette entrée au lycée. Tes parents sont-ils heureux dans leur vie ? Pourquoi le nouveau prof d'anglais parle –t-il si bas ? Et ce jeune garçon au teint pâle se moque-t-il de toi ? C'est la première fois que tu te poses ces questions. Qu'est-ce que tu as ?
C'est simple Dominique, tu as quinze ans. Heureusement Benedict Cumberbatch, lui, connait la vie et dans la série Sherlock il explique, décortique, « déductione » trouve et répond à toutes les questions, alors pour toi, Dominique, il va devenir Babybatch, le grand frère rêvé, l'ami imaginaire et l'amoureux inaccessible, celui qui, si il était à tes côtés, résoudrait tous tes problèmes.
Joli et triste roman sur l'adolescence, jolie petite musique mélancolique sur la quête d'identité. Presque un roman minimaliste ou tout est dit en peu de mots : l'apprentissage de la solitude et l'âpreté de la vie lorsque l'on est une adolescente hypersensible.
Isabelle Coudrier trouve toujours la phrase juste pour nous faire pénétrer dans la psyché d'une jeune fille pour qui vivre ne sera jamais simple.
Une plume qui nous touche au coeur.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Albertine22
  02 mars 2016
le dernier roman d'Isabelle Coudrier m'intriguait.Les articles de Clara et de Cuné avaient fait émerger du flot des nouveautés de janvier ce Babybatch au titre énigmatique. Rien pourtant n'était gagné, je lis assez peu de romans français, je ne connaissais pas l'auteure et Cuné signalait des imparfaits du subjonctif, merveilleux quand ils sont utilisés au service de l'élégance d'un style, calamiteux quand le lecteur a le sentiment que l'écrivain en joue comme un paon de ses plumes, pour l'épate.
Rapidement toute résistance a été inutile ! J'ai été emportée par Dominique, quinze ans à fleur de peau, bonne élève de Seconde, qui devient presque malgré elle une fan de l'acteur Benedict Cumberbatch. Babybatch est l'un des surnoms que les "cumberbitches" (ou plus politiquement correct les "cumberladies" ) donnent à l'homme qui incarne Sherlock dans une série qui transporte le célèbre détective à notre époque. Un rapide tour sur Internet m'a permis, au début de ma lecture, de constater que l'auteure mêlait fiction et réalité, Benedict Cumberbatch existe bien, de même que la série et, tous les éléments de sa vie utilisés dans le roman sont authentiques.( Non, rassurez-vous, je ne vis pas dans une cabane au fond des bois façon Thoreau mais je ne regarde que très peu la télévision et ne fréquente pas beaucoup les salles de cinéma.)
Dominique est à cet âge fragile où l'on brûle d'envie de sortir du cocon familial mais cette envie est freinée par la peur d'un monde qui semble brutal et effrayant. Elle est fille unique et vit entourée par ses parents et ses deux chats Petit Biscuit et Boudoir. Sa meilleure amie depuis la maternelle, c'est Muriel, issue d'un milieu sans doute moins favorisé, moins bonne élève, mais ces différences n'affectent en rien le sentiment qui les lie.
L'entrée au lycée modifie cet ordre des choses, rassurant car il semble immuable, ennuyeux aussi pour la même raison. L'adolescente ressent comme un vide à l'intérieur, qu'elle va combler par le "culte" voué à Babybatch. Dominique, très à l'écoute des autres, souffre de voir son professeur d'Anglais chahuté, malmené. Elle ne comprend pas non plus pourquoi Muriel s'éloigne d'elle ni pourquoi on découvre chez un garçon de sa classe un emphysème, une maladie de "vieux". Son "cocon" se fissure mais heureusement elle a son "babybatch"qui la console de tout.
Dès qu'elle a un moment de libre, elle se connecte sur Internet pour dénicher les derniers faits et gestes de son idole. Elle participe à des forums, songe même un instant à acheter un album de coloriage avec uniquement des dessins représentant l'acteur (l'objet permet la "création léthargique" : j'ai fait mon miel de cette expression !). Elle se lie avec Rachel, une trentenaire, une boss dans le domaine informatique, pétrie de contradictions comme nombre des fans de Benedict Cumberbatch. Rachel se veut critique par rapport au comportement parfois outrancier des cumberbitches mais loue un appartement à Londres près de celui de l'acteur, dans l'espoir de le croiser, un jour, faussement par hasard.
Isabelle Coudrier brosse le portrait sensible et émouvant d'une jeune fille, écorchée par un monde qui râpe et qui écorche. Elle trouve refuge dans un amour "virtuel" jusqu'au moment où elle décide d'agir "in real life", d'assister au Barbican à Londres à la prestation de Cumberbatch dans Hamlet. La fin est magnifique, la littérature se confondant à la vie dans une langue extrêmement maîtrisée, précise et précieuse.
Un coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
kathel
  17 mai 2016
Depuis quelques temps, Dominique, lycéenne de quinze ans, se précipite à la fin des cours pour retrouver son ordinateur, et le forum qu'elle fréquente avec assiduité. L'objet de toutes ses attentions est l'acteur de la série Sherlock, le britannique Benedict Cumberbatch.
Raisonnable et bonne élève, souvent mélancolique, Dominique n'est pas une adolescente tapageuse, ni à problèmes. Seule cette passion grandissante la distingue de ses camarades de classe, mais elle l'assume avec une bonne dose de maturité, allant jusqu'à rencontrer d'autres fans de l'acteur, dont certaines ont l'âge de sa mère.
Le roman comporte de subtils décalages, qui surprennent parfois, sans dérouter, ni empêcher d'adhérer au propos. le ton et le style sonnent de manière tout à fait contemporaine, je me suis d'ailleurs demandé si ce roman n'aurait pas tout à fait convenu à une collection jeunesse, mais quoi qu'il en soit, je suis contente de l'avoir lu, ce qui n'aurait sans doute pas été le cas sinon.
Les scènes du lycée sont pleines de véracité, les discussions entre fans aussi, la justesse est une des grandes qualités de ce roman dont les personnages principaux ont une belle épaisseur. J'ai aimé la façon qu'a l'auteure de décrire Dominique, de montrer une jeune fille de quinze ans comme les autres, et cependant tout à fait singulière, de l'entourer de professeurs, d'amis, de ses parents aussi, qui font plus que de la figuration. Chacun a vraiment sa place dans le roman, le professeur d'anglais qui n'arrive pas à se faire entendre, la professeure de mathématiques très impliquée, le brillant camarade de classe, ou Rachel, la fan ambiguë de « Babybatch ».
Les interrogations de Dominique, surtout, sur son avenir, sur sa vie, sont la grande réussite de ce roman qui se dévore avec enthousiasme.
Lien : https://lettresexpres.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Milleviesenune
  24 février 2016
Babybatch, c'est qui ça ? Babybatch, c'est comme cela que Dominique, jeune lycéenne de quinze ans, appelle Benedict Cumberbatch. Comme des milliers d'autres téléspectateurs, elle a découvert l'acteur britannique dans la série “Sherlock” de la BBC qui transpose les enquêtes du célèbre détective dans un Londres contemporain. Coup de foudre immédiat. Très vite, Dominique a rejoint la communauté de ses fans, les Cumberbitches – bien que Dominique préfère le terme de Cumberladies.
Car Dominique n'est la salope de personne. A quinze ans, c'est une adolescente très raisonnable, deuxième de classe, toujours derrière Paul Rissac. Dominique est assez calme, ne cause pas de problèmes à ses parents, studieuse, excentrique mais seulement dans sa tête, peu bavarde. Dominique ne fait pas de vagues.
Dominique, c'est le genre dont on dit qu'elle ne dit rien mais n'en pense pas moins. Personne ne le sait mais elle passe son temps à observer le monde qui l'entoure et surtout les gens. Leurs actions, réactions, relations, Dominique observe tout, analyse tout. C'est ainsi qu'elle livre une très belle analyse de ces fangirls qui peuplent les forums dédiés à Cumberbatch, n'étant pas toujours très tendres avec elles, tout en sachant très bien qu'elle ne vaut pas mieux. Car elle aussi, elle rêve de Babybatch jours et nuits. Elle aussi ferait tout pour se rendre à une convention, l'approcher, et c'est alors qu'il se rendrait compte que plus personne d'autre qu'elle n'existe sur Terre. Oh oui, elle sait qu'elle fabule, qu'elle n'a que quinze ans, qu'elle ne parle même pas très bien anglais, … mais elle pourrait apprendre ! D'ailleurs, plus elle revoit la série “Sherlock” en DVD et moins elle a besoin des sous-titres !
La première moitié de ma lecture m'a vraiment emballée. Je tournais les pages à toute vitesse, profitait de chaque minute libre pour lire. Et puis, quelque chose a déraillé et j'ai freiné des quatre fers. Je pense que c'est du à cet espèces de désinvolture des personnages, au peu d'intérêt qu'ils ont les uns pour les autres. Paul Rissac ne vient plus en cours depuis de longues semaines et ses professeurs semblent s'en foutre alors qu'il était le premier de classe devant lequel certains étaient en pâmoison. le prof d'anglais n'est pas méchant mais ce n'est certainement pas avec lui que les élèves apprendront quelque chose et, pareil, personne ne semble s'en inquiéter. Dominique compte se rendre en Angleterre pour voir son idole jouer sur scène et ses parents n'y voient pas vraiment d'objection (elle n'est même pas majeure, les gars !). Tout devient lent, morne, comme si les personnages avaient décidé de s'arrêter là et de nous dire avec un haussement d'épaules “et alors ?”. J'ai tenu bon jusqu'à la fin mais l'intérêt n'était plus là et la fin m'a même déçue. Une lecture en demi teinte, donc, d'un roman qui a de bonnes qualités mais aussi quelques défauts.
Lien : http://milleviesenune.com/ba..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
camilleD
  21 mars 2016
J'ai souhaité lire ce livre car je suis une amatrice de cinéma. Et j'étais curieuse de découvrir un roman écrit par une scénariste. Malheureusement je n'ai pas été convaincue.
Les personnages sont intéressants et on trouve un vrai intérêt dans le réalisme des situations. Notamment à travers le personnage de Dominique qui nous entraine dans son monde. Un monde où l'adolescence rime avec l'isolement, la vie sur les réseaux et l'amour démesuré pour une personnalité qui n'existe quasiment que virtuellement.
Les personnages qui gravitent autour de notre héroïne sont tout aussi remplis de douceur. Et c'est vraiment quelque chose qu'on ne peut pas enlever au roman : il est fort de sa douceur, de sa bienveillance à l'égard de ceux qu'il dépeint.
En revanche, j'ai trouvé que l'histoire était très lente, trop lente, et qu'elle passait par des détours souvent très inutiles.
On se retrouve alors avec des passages très répétitifs, des retours en arrière qui ne nous en disent pas plus sur les personnages et ne font pas avancer l'histoire. J'ai eu parfois le sentiment que l'auteur prenait son lecteur pour un quelqu'un d'inattentif, à qui l'on doit répéter les informations pour être sur qu'il suive l'avancée de l'histoire. Or cela a eu un effet très négatif sur ma lecture : moi qui n'en suis pas une pour un sous, je me suis vue devenir une lectrice en dilettante.
Même si l'on peut se réjouir du tableau de l'adolescence très pertinent de Babybatch, je le trouve très statique et je suis d'autant plus triste que je ne m'attendais pas à être déçue par cette lecture...
Il est cependant l'occasion d'une étude ultra exhaustive de l'acteur Benedicte Cumberbatch qui ravira les fans ! Dominique aurait adorer lire ce roman !!
Merci aux éditions du Seuil pour cette découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   21 juillet 2016
« Ils étaient là, assis tous les trois dans la cuisine, les parents et leur fille unique, dégustant des gâteaux. Á cet instant, il sembla à Dominique que rien ne changerait jamais, et elle ne savait pas si cela l’inquiétait ou si au contraire cela la rassurait. »
Commenter  J’apprécie          100
claraetlesmotsclaraetlesmots   02 février 2016
Il était peu ordinaire d'une jeune fille prît la peine d'anticiper à ce point sur son existence, qu'une adolescente de quinze ans se projetât ainsi, éprouvant déjà la nostalgie d'un présent impossible à vivre. C'était une bizarre façon d'avancer, de ne pas avancer, et Dominique la déplorait secrètement. Ignorant s'il s'agissait du sort commun ou si elle était seule à éprouver ce sentiment, elle préférait prudemment le passer sous silence. Si c'était une faiblesse, comme elle le craignait, mieux valait n'en parler à personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kathelkathel   17 mai 2016
Rachel avait l’intention de lire la pièce dans le texte d’ici à la diffusion télévisée. Elle ferait probablement la même chose avec Hamlet, à l’automne 2015. C’était aussi, comme on le sait, le projet de Dominique, mais la jeune fille se demandait si tout cela serait vraiment possible, si elle ne vivait pas dans une totale illusion.
Commenter  J’apprécie          20
zazimuthzazimuth   02 mars 2016
Elle était convaincue que la condition des femmes s'était améliorée depuis le XIXè siècle, mais pas suffisamment. D'après elle, trop peu de femmes sur la terre bénéficiaient des conquêtes de leurs aînées. La moitié de l'humanité continuait à opprimer l'autre moitié, et (presque) tout le monde avait l'air de trouver ça normal. Elle assumait son féminisme et le proclamait à l'occasion. (p.55)
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   02 mars 2016
Il lui aurait fallu sans doute rencontrer une femme qui rêvait comme lui sans déranger ses propres rêves. Cela n'était pas chose facile. Ou encore une femme qui ne rêvait point du tout et qui, très active et occupée, le laissât rêver tranquillement de son côté. Mais ce n'était pas facile non plus. (p.232)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : acteurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox