AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Trash Editions (01/01/2015)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Grandir dans la frustration, la misère sociale, et vouloir tout détruire sur son passage.
Se venger. Gagner.
Grandir dans l'altruisme, la valeur travail, et vouloir tout détruire sur son passage.
Se venger. Gagner.
Accepter la compétitivité ou devenir néo-fasciste. Seule alternative offerte au monde occidental en ce début de XXIe siècle ?
Choisir entre la peste et le choléra ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Amaranth
  19 janvier 2016
Lumpen, c'est gore, c'est trash mais c'est plus encore. Il se distingue de ses petits camarades par une originalité très assumée, autant dans ses thématiques (sociétales, politiques, etc.) que dans le style. L'auteur joue sur le rythme des phrases, des répétitions pour un résultat hors du commun. Que l'on n'aime ou que l'on n'aime pas, il est impossible de qualifier ce livre, et ce style tout particulièrement, d'ordinaire. Hypnotisant à certains passages, percutant, brutalement, ce rythme qui confine parfois à la litanie semble rester sur le fil du rasoir : l'accumulation de termes, de répétitions développe, nourrit un sentiment d'oppression. Et au moment où l'on se dit : ça va être le mot de trop, je vais en avoir marre et poser ce livre, il change soudain, mue et nous attrape par une nouvelle cadence. Cette façon de jouer sur les limites, dans le style même, presque autant que dans le fond, permet d'être embarqué dans les horreurs perpétrées sans avoir envie de lâcher le roman.
L'alternance entre l'utilisation de la deuxième et la troisième personne est intéressante. La deuxième personne permet une identification, comme si l'on était intégré dans ce récit, ce qui est le cas puisque le personnage représente l'homme moyen, le tout un chacun, dans lequel il est facile de se reconnaître ou au moins une certaine vision de l'homme actuel. D'ailleurs, sa descente, son glissement vers la violence est présentée de manière tout à fait crédible.
Sur le fond, c'est sans concession, noir, cynique même. J'ai aimé ces deux trajectoires parallèles, comme deux façons inverses de mettre en scène la violence dans la société : pour le premier personnage, la violence est la conséquence alors que pour le second, elle semble être l'engrenage. L'un n'est que le déchet de cette machine qui broie les vies, l'autre au contraire en devient la représentation, l'image. Est-ce la violence qui lui a permis d'arriver là où il en est ? Ou n'a-t-elle juste aucune importance, puisqu'il a une voix, un don, qui plait aux foules ? Et qu'est-ce qui est le pire ?
Et la question qui subsiste, au milieu de cette violence omniprésente : pour quoi faire ? Ces deux personnages qui se débattent, dans l'anonymat (aucun n'a de nom), dans l'indifférence, à quoi cela les mènera ?
Je me suis interrogée sur un point, et même si je n'aime pas exposer des théories fumeuses, je vais tout de même tenter le coup : Je suis peut-être à côté de la plaque. Ou alors c'était super évident et je ne suis pas le génie que je pensais être (mince alors).
Ce livre, c'est comme si la partie interne du corps de la société avait été retournée, exposée : les tripes à l'air, tendons, veines, amas de graisse gélatineux et tumeurs boursouflées ; pour au final découvrir qu'à l'intérieur, il ne s'y trouvait rien.

Lien : http://amaranth-chroniques.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sandrinedurochat
  15 janvier 2019
Étymologiquement, Lumpen est un terme marxiste pour désigner les prolétaires, les misérables ou les victimes d'un système.
Lumpen est un roman noir construit sur le récit parallèle d'un ouvrier laissé au tapis après la fermeture brutale de son usine et le parcours meurtrier d'un couple homosexuel et psychopathe, exclus depuis longtemps du système.
Exclusion économique et exclusion sociale conduisent inévitablement à la révolte, c'est en tout cas le fil rouge de ce récit et le lecteur suit deux trajectoires de Lumpen:
D'une part, celle d'ouvriers qui se révoltent, prennent le pouvoir, laissent exploser leur rage face au système économique occidental, broyant tout sur leur passage : autorité, famille, morale et institutions. Ces hommes et femmes essorés par ce système, décident de liquider cette société mortifère, ses représentants et tous ceux qui se trouvent sur leur chemin par la même occasion. La raison n'a plus sa place et tout est fureur et chaos…
D'autre part, celle d'un couple homosexuel et meurtrier constitué du « Sale nègre » et de « l'Autre » son amant, (couple s'inspirant du tueur en série de vieilles dames des années 80, Thierry Paulin). Ces deux hommes sont victimes depuis longtemps de cette société qu'ils vomissent et ont pris le parti d'en jouir sans limite et de se venger avant de crever.
Ce livre est oppressant mais captivant.
Je me suis demandé jusqu'où irait cet auteur ? Quelles seraient ses limites personnelles dans le trash assumé et le gore à chaque page ?
Le ton est anarchiste et bestial avec des scènes de gore à peine imaginables. David Coulon, pardon Janus, ne s'interdit rien et se lâche complètement, faisant abstraction de toutes les conventions.
C'est souvent oppressant mais avec cette idée persistante que le pire décrit dans cette fiction n'est finalement pas si éloigné que cela de notre réalité et de ce qui pourrait arriver en cas de révolte des « Lumpen » de 2019.
Au-delà de l'horreur des scènes, l'auteur partage sa réflexion politique terriblement actuelle:
« Grandir dans la frustration, la misère sociale et vouloir tout détruire sur son passage. Se venger. Gagner. Grandir dans l'altruisme, la valeur travail et vouloir tout détruire sur son passage. Se venger. Gagner. Accepter la compétitivité ou devenir néo-fasciste. Seule alternative offerte au monde occidental en ce début de XXIème siècle ? Choisir entre la peste et le choléra ? »
Le style est sec et brutal avec l'utilisation fréquente du « Tu » afin de cibler le lecteur et les phrases courtes et assénées afin d'amplifier le sentiment de malaise et d'oppression.
Avec ce roman ultra-violent, vous sortirez quelques heures de vos logiciels habituels de lectures noires pour plonger dans un pamphlet politique, gore et brutal.
Lumpen est un scud littéraire amoral et politique qui franchit toutes les limites avec allégresse. La mention TRASH Pour adultes consentants est plus qu'appropriée.
Je recommande cette lecture à ceux qui n'ont peur de rien😎😎
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AmaranthAmaranth   05 septembre 2015
Tu chasses le cauchemar dans lequel tu te débattais. Le DRH, celui que tu as buté, celui qui est marié, deux enfants aux dents blanches impeccables, ce DRH-là était en train de te sodomiser avec son moignon. Le lieu était incertain, tout était blanc, pourtant tu penses qu'il s'agissait de l'atelier noir et malodorant de l'usine. Toujours est-il que ton anus se dilatait et saignait sous les coups de boutoir de sa main tranchée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : trashVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
570 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre