AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de hcdahlem


hcdahlem
  28 août 2019
Si proche du Paradis, si proche de l'enfer
Cécile Coulon nous revient avec un roman âpre, au goût de terre et de vengeance. «Une bête au Paradis» est un petit bijou, qui pourrait fort bien être la belle surprise de cette rentrée.

Ne vous fiez pas à l'écriteau planté sur un pieux et sur lequel est marqué «Vous êtes arrivés au paradis». Car le Paradis en question est une grande ferme, de celle qui nécessitent des bras, de la force et du courage pour venir à bout du travail quotidien. C'est là que vit Émilienne avec son commis Louis et ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Elle «avait perdu sa fille, Marianne, et son gendre, Étienne, dans un accident de voiture».
Le roman s'ouvre au moment où tout le monde s'affaire, car on tue le cochon. L'occasion choisie par Blanche pour faire l'amour avec Alexandre. Si elle a choisi le fils de la femme de ménage de l'école du village et du guichetier à la gare de la ville voisine, c'est qu'elle s'imagine que ce beau garçon partagera sa vie et l'aidera à surmonter ses peurs. Car «même si Blanche aimait le Paradis, elle s'y sentait petite. Les fantômes qui peuplaient les lieux prenaient toute la place.»
Les fantômes, mais aussi les convoitises et les rivalités. Louis, par exemple, n'avait pas apprécié que «cette petite» avait choisi de ne pas assister «à la mort du cochon, pour s'enfoncer, à l'étage, dans la peau d'un autre garçon que lui.» Depuis son arrivée au Paradis, battu au sang par son père, il s'était fait une place au sein du domaine et était considéré comme un rouage essentiel de l'exploitation, ne rechignant pas à la tâche. Autant dire qu'il verra comme une bénédiction ce que Blanche verra comme une trahison, le départ d'Alexandre parti poursuivre des études et chercher fortune en ville. Qu'il s'imagine prendre la place de cet amant qui ne donne plus signe de vie.
Les années vont passer, Gabriel va trouver en Aurore la compagne idéale. Louis ronge son frein et Blanche va essayer de surmonter son chagrin. Mais douze ans après leur rupture, un nouveau coup de tonnerre s'abat sur le Paradis. Alexandre est de retour. On raconte qu'il a fait fortune en Nouvelle-Zélande et qu'il revient pour acheter des terres. «Entendre le prénom d'Alexandre avait réveillé chez elle une bête, créature de désir et de larmes. Blanche se préparait: elle patrouillait au Paradis sans relâche. Lorsqu'elle s'arrêtait, épuisée, il luio fallait s'endormir vite; la figure si belle, si douce d'Alexandre la hantait. Ce visage n'en finissait pas d'agiter en elle des flammes vacillantes.»
Cécile Coulon va alors réussir un épilogue qui vous laissera pantois, aussi me garderai-je bien de vous en dévoiler le moindre élément. S'élevant au niveau des tragédies antiques, elle va pousser les sentiments et les émotions à l'extrême, tout en nous livrant des fulgurances d'écriture, à l'image de cette comparaison entre le corps de la femme, une ville, et de l'homme, un village: «Les formes des femmes changeaient sans cesse, évoluaient, se répandaient à la vue des autres, la peau se gonflait en certains lieux et se creusait ailleurs, tandis que le corps des hommes, passé l'adolescence, gardait son aspect et sa taille initiale. L'âge et l'alcool pouvaient l'arrondir, mais il ne se métamorphosait pas.» Il se pourrait bien qu'avec ce sixième roman – et après avoir rejoint la maison d'édition d'Adeline DieudonnéCécile Coulon réussisse un grand coup! C'est tout le bonheur que je lui souhaite.

Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          381



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (38)voir plus