AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355742880
Éditeur : Akileos (03/10/2016)

Note moyenne : 4.46/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Alcide, appelé Herakles, doit accomplir douze travaux réputés impossibles pour un mortel, après avoir offensé la déesse Héra et le roi de Mycènes Eurysthée. Réunit les trois volumes de la série. Avec un cahier graphique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
oblo
  24 avril 2020
De tous les héros grecs, il est probablement le plus connu. Il est celui qui ne se contenta pas d'un seul exploit, tels Jason rapportant la Toison d'Or depuis la Colchide, ou Thésée qui tua le Minotaure. Il est celui qui réalisa douze travaux dans le seul but de prouver sa divinité. Il est aussi le sujet de cette bande-dessinée que lui consacre Edouard Cour. Une intégrale de trois albums qui tâche de mettre en cases le parcours du héros en le revisitant quelque peu et, surtout, d'interroger les notions d'ambition et de liberté et des moyens nécessaires pour les poursuivre.
La narration d'Edouard Cour est relativement linéaire. Quelques flash-back viennent éclairer les débuts d'Alcide, nom originel de celui qui laissa à la postérité un surnom signifiant littéralement "la gloire d'Héra". Car la déesse, épouse de Zeus, nourrit Alcide lorsqu'il était enfant. Ainsi, sa force et ses exploits, Alcide les lui doit : la gloire du héros rejaillit alors sur Héra. Les travaux se suivent comme autant de brillantes réussites : il tue le lion de Némée puis l'hydre de Lerne, capture la biche de Cérynie et le sanglier d'Erymanthe, nettoie les écuries d'Augias, tue les oiseaux du lac de Stymphale, capture le taureau crétois de Minos et les juments carnivores du roi Diomède, rapporte la ceinture de la reine des Amazones avant de voler son troupeau au géant Géryon puis de rapporter les pommes d'or du jardin des Hespérides et, enfin, d'enchaîner Cerbère, gardien des Enfers. Ces épreuves, Héraklès les effectue sur ordre d'Eurysthée, roi d'Argolide et rival originel d'Héraklès puisque le trône d'Argolide était destiné à Héraklès. Ces travaux effectués, Héraklès a prouvé qu'il a la force pour être un dieu ; il doit ensuite en adopter le comportement, en châtiant tous les hommes lui ayant fait des promesses sans les tenir. La divinité est au bout du chemin.
Graphiquement, Edouard Cour surprend. Son Héraklès n'a rien du héros athlétique que l'on voit sur les vases antiques. C'est un colosse, certes, mais à l'aspect bonhomme, presque pataud, une force de la nature hirsute. L'évolution graphique entre les albums est remarquable : le dessin simple, rappelant Quai d'orsay, du premier album tranche radicalement avec celui, plus fouillé, plus détaillé, du troisième album. le trait est très dynamique, avec beaucoup de mouvement qui rendent bien, notamment, les scènes de combat relativement nombreuses. La couleur joue aussi un rôle primordial, avec une dichotomie entre l'obscurité et la clarté qui correspondent à l'état mental du héros. Edouard Cour fait aussi la part belle aux onomatopées, qui rendent certaines séquences plus légères, tout comme l'on semble noter une légère influence manga sur certaines cases.
Cette dichotomie des couleurs correspond, de façon générale, à un double niveau de lecture : d'un côté la légèreté avec des combats très dynamiques et de l'ironie et de l'humour dans les dialogues ; de l'autre, une réflexion profonde et sombre sur les motivations d'Héraklès. Celui-ci est un gaillard joufflu et plutôt sympathique, certes, mais il affronte une solitude terrible. Marginal, Héraklès l'est, car sa réputation meurtrière le précède. Héraklès est en butte avec le monde : les rois lui font des promesses qu'ils ne tiennent pas, les fantômes de ceux qu'il a tués le poursuivent, les dieux eux-mêmes s'affrontent sur son sort, voire le défient : ainsi Apollon, remonté après la capture de la biche, ou Arès qui le combat. Héra n'est pas en reste : elle continue de faire d'Alcide l'instrument de sa volonté sur terre. Elle est celle qui recueille, par procuration, la gloire de son protégé, mais elle est aussi celle qui le coupe des hommes, car c'est elle qui provoque les folies meurtrières d'Alcide. En sont victimes le frère de Iolé, mais aussi et surtout la femme et les enfants d'Alcide. Cette relation ambiguë à la divinité, à travers la figure d'Héra, ne semble pas arrêter Alcide sur son chemin vers l'apothéose. La solitude d'Héraklès se traduit aussi par sa nature : ni homme, ni dieu, il est entre deux mondes qui se connaissent et cohabitent, mais vivent de deux façons radicalement différentes.
L'ambition et la liberté semblent être les principaux thèmes de cette oeuvre graphique très forte. Alcide veut être un dieu, et il semble prêt à tous les sacrifices pour y parvenir. Rien ne semble l'en décourager, pas même la petite voix de Linos, son professeur de musique, qu'Alcide tua grâce à une lyre, et qui depuis suit le héros et symbolise sa conscience humaine modératrice. Sous l'ambition se cache la folie, accumulée à force de meurtres, provoquée par Héra. Héraklès, avant d'être un dieu, est un porte-parole de la mort (d'ailleurs remercié par Perséphone, déesse du monde souterrain) qui s'abat sur toutes les créatures vivantes : les monstres tels que l'hydre de Lerne mais aussi les centaures ou encore les hommes (ainsi Diomède, parmi tant d'autres). La question que semble poser le mythe d'Héraklès est : l'ambition la plus pure (derrière la justification de l'héroïsme à travers les Douze travaux sa cache une quête de la liberté qu'Héraklès revendique auprès d'Eurysthée mais aussi auprès des dieux eux-mêmes) mérite-t-elle la dépravation la plus extrême ? En d'autres termes, la fin justifie-t-elle les moyens ? Question machiavélique avant l'heure dont la réponse, elle-même, est machiavélique. Héraklès parvient, après une cruelle apothéose et une complète déshumanisation, à devenir un dieu. Mais sa liberté n'est pas acquise pour autant : Omphale, reine de Lydie, qu'il sert comme esclave durant trois ans pour racheter la profanation de la Pythie de Delphes, le lui rappelle : gagner la divinité et la liberté signifie aussi de choisir une destinée ; or, le destin exclut ontologiquement la liberté. Ainsi la violence du récit d'Edouard Cour - ou plutôt, devrait-on dire, la violence du mythe originel que ne fait que retranscrire Edouard Cour - sert aussi le pessimisme du propos. A moins que, loin d'être libre, Héraklès n'ait choisi la servitude à travers une ambition aussi démesurée qu'inhumaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cyan
  13 mars 2018
(...)
L'intrigue en elle-même n'a rien d'inédit, elle reprend la légende autour d'Herakles telle que la mythologie grecque, puis romaine, nous l'ont laissée. C'est dans la façon de la raconter que l'auteur parvient à lui redonner un coup de neuf et à la rendre palpitante. Je vous recommande quand même de lire d'abord le mythe, parce que même en le connaissant, quelques détails m'ont un peu perdue en route. ça ne m'a pas empêchée d'apprécier énormément cette intégrale.
Niveau graphique, c'est également très chouette. Je découvrais l'auteur avec cette BD et j'ai beaucoup aimé son style. Graphiquement, il ne fait pas dans la finesse ou le joli, mais c'est justement pour ça que ça fonctionne. le travail sur les couleurs est formidable et, même si certains dessins sont tellement sombres qu'on ne voit presque rien, ça correspond parfaitement au propos.
Bref, une superbe BD que je vous recommande très chaudement!

Lien : https://bienvenueducotedeche..
Commenter  J’apprécie          80
VirusdInteretLitteraire
  01 octobre 2018
Je suis un peu sortie de ma zone de confort pour lire une bande dessinée, un genre que je ne lis pas souvent. Pour ce « rendez-vous en terre inconnu » j'ai donc lu la version intégrale collector d'Herakles par Édouard Cour et publié aux @editions_akileos
Ce livre m'a replongé dans l'histoire mythique d'un des héros les plus célèbres de la Grèce antique : les 12 travaux d'Hercule. L'auteur nous montre Herakles comme un homme brut et sans scrupule.
Peu à peu on cerne un personnage plus complexe, envahit d'une culpabilité qui le dévore depuis son enfance ainsi qu'une grande tristesse.
Cette édition est vraiment un objet littéraire magnifique avec de sublimes illustrations en noir et blanc ce qui accentue l'histoire sombre de ce personnage qui voulait égaler les Dieux !
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
BulledEncre   20 août 2018
Quel Talent ! C’est drôle, intelligent, créatif et dirigé d’une main de maître avec un plaisir qui ne s’arrête qu’une fois les 450 pages avalées. 450 ? Il y avait bien un treizième travail… Un Alcide – nom originel du Demi-homme – acide à souhaits et finalement bien plus humain qu’il n’y paraît. Et Nec Plus Ultra.
Lire la critique sur le site : BulledEncre

Lire un extrait
Videos de Edouard Cour (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edouard Cour
Retrouvez vos "Live Books" du seizième numéro saison 2 de Gérard Part En Live ici :
Les Bidochon T22 : Les Bidochon relancent leur couple de Binet aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1002032-achat-bd-les-bidochon---tome-22---les-bidochon-relancent-leur-couple.html
Où se cache Mickey aux éditions Hachette Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/1002564-divers-jeunesse-mickey---ou-se-cache-mickey-.html
Les os des filles de Line Papin aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/146805-divers-litterature-les-os-des-filles.html
Le fils de L?Usari de Xavier-Laurent Petit, Cyril Pommet et Isabelle Merlet aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/147052-achat-bd-fils-de-l-ursari-bd-le.html
Mort par la France de Pat Perna, Nicolas Otéro aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/112865-achat-bd-morts-par-la-france.html
La tuerie de Nicolas Otéro, Laurent Galandon aux éditions Les Arènes BD https://www.lagriffenoire.com/1000376-achat-bd-la-tuerie.html
Bad Man de Dathan Auerbach aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/142091-nouveautes-polar-bad-man.html
Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/79237-divers-litterature-les-delices-de-tokyo.html
Le rêve de Ryôsuke de Durian Sukegawa aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109362&id_rubrique=338
L?enfant et l?oiseau Durian Sukegawa aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1001195-divers-litterature-l-enfant-et-l-oiseau.html
O Senseï de Edouard Cour aux éditions Akileos https://www.lagriffenoire.com/42701-bd-o-sensei.html
Madame Zola d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/14853-poche-madame-zola.html
Madame Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/15018-poche-madame-proust.html
Le dernier amour de George Sand d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/7050-poche-le-dernier-amour-de-george-sand.html
Une jeunesse de Marcel Proust d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions Livre de Poche 9782253091639
La fabuleuse histoire des légumes d?Evelyne Bloch-Dano aux éditions
+ Lire la suite
autres livres classés : ambitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
485 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre