AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782819500759
599 pages
Éditeur : Les Nouveaux Auteurs (14/04/2011)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 24 notes)
Résumé :

En l'an de grâce 1194, Lady Rowena de Windermere, agent de Sa Majesté Richard Cœur de Lion, a pour mission de dérober aux Templiers des documents hérétiques menaçant la paix en Occident.

De Venise à l'Écosse, en passant par l'Aquitaine d'Aliénor, Rowena dévoilera un terrible secret qui fera basculer sa vie et celle de tous ceux qui croiseront sa route.

Dans un monde où les trahisons et les complots sont la règle, l'amour s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Melisende
  30 décembre 2011
Ayant adoré Loup, y es-tu ? il y a maintenant un an de cela, j'avais acheté Lady R. dès sa sortie, quelques mois plus tard. Malheureusement, les journées n'étant pas assez longues pour que je suisse sérieusement étêter cette PAL indécente, ce n'est que la semaine dernière que je me suis enfin plongée dans cette lecture. Une lecture commune a été organisée sur Livraddict et pour l'occasion, Henri Courtade viendra répondre à toutes les questions que nous pouvons nous poser sur ses textes et son travail d'auteur. N'hésitez pas à nous rejoindre sur Livraddict, dès 20h30.
Impressionnée par ce petit pavé qui avoisine les 600 pages, je n'ai finalement pas mis longtemps à en venir à bout (si l'on décompte les journées de fête en famille à manger, peu propice à la lecture…), parfaitement à l'aise avec la plume et l'intrigue mise en place par l'auteur. Même si je place Lady R. un cran en dessous de Loup, y es-tu ? - l'ensemble étant plus « convenu » que le premier-né d'Henri Courtade -, je n'hésiterai cependant pas à lire la suite puisque second tome il y aura, c'est évident !
Voilà des années que je n'avais pas lu de romans historiques, genre que j'affectionnais tout particulièrement pendant mon adolescence, ayant par exemple dévoré les premières histoires de Mireille Calmel et quelques-unes de Jeanne Bourin, pour ne citer qu'elles. Une replongée dans les intrigues médiévales m'intriguait tout en m'angoissant légèrement : allais-je encore savoir apprécier ces histoires d'espionnage et de complots à la cour du roi ? Et bien oui.
Cependant, j'avoue que le style d'Henri Courtade et les figures qu'il fait vivre entre ces pages y sont pour beaucoup car l'intrigue est finalement assez « convenue ». Je ne boude pas mon plaisir, j'ai apprécié cette lecture et suis prête à dévorer la suite lorsqu'elle sortira, mais la « touche Henri Courtade » y est pour beaucoup. Sans elle, n'aurait pas été le même.
L'intrigue principale (retrouver des documents d'une importance capitale pour le royaume d'Angleterre) laisse petit à petit la place à d'autres « sous-intrigues » menant les personnages sur les routes d'Europe et au-delà, et sur les traces de leur passé respectif. Espionnage, complots, trahisons, sociétés secrètes… voilà des mots-clefs somme toute banals dans le genre historique. Oui, mais c'est sans compter sur les nombreuses figures mises en scène ici par l'auteur ; un des plus gros points forts de Lady R., à mon avis.
Les personnages sont nombreux mais possèdent des personnalités assez distinctes et travaillées pour qu'on puisse les reconnaître sans les confondre. Ils ne sont pas pour autant cantonnés à un seul trait de caractère et ne sont pas les témoignages d'un seul cliché lié à leur place/rôle/fonction. Non, ils sont complexes.
Rowena est peut-être la figure la plus « lisse » (dans le sens « sans surprise ») finalement, mais je l'ai quand même beaucoup appréciée. C'est une héroïne forte, déterminée, combative et particulièrement attachante. En face d'elle, l'autre figure féminine - dont je ne peux pas trop parler au risque de vous gâcher une surprise - m'a paru presque plus intéressante que la première. Machiavélique certes, mais avec beaucoup de relief. Beaucoup de questions la concernant restent en suspend, j'espère avoir quelques réponses dans le tome suivant.
Les personnages masculins sont encore plus nombreux et possèdent tous un petit quelque chose ; mais ma préférence va à Caméléon. Caméléon, l'ami fidèle de Rowena, discret mais toujours présent, devenu indispensable à l'héroïne et à la lectrice que je suis. Sa réserve et sa loyauté ont su me séduire. Safir est également une des figures masculines les plus marquantes de cette histoire, lié à l'héroïne dans le présent mais aussi dans le passé…
Et que dire d'Anafesto, de Lord Stratheden ou encore de Lewis ? Et Roxane, la princesse des glaces installée en Ecosse ? Autant de personnages plus ou moins importants qui ont chacun une place bien définie et un rôle à jouer dans cette histoire…
A côté de ces figures tout droit sorties de l'imaginaire de l'auteur, Henri Courtade invite de grands noms de l'Histoire européenne : Richard Coeur de Lion, Jean sans Terre, Aliénor d'Aquitaine ou encore Robin des Bois ! Je ne suis pas assez calée sur cette époque (la fin du XIIe siècle) pour juger de l'utilisation correcte de ces personnages historiques mais en tout cas, l'ensemble m'a paru vraisemblable.
Je pense que l'auteur est un connaisseur passionné et que de nombreuses recherches ont été menées pour la rédaction de cette histoire. Je suis par exemple curieuse de découvrir d'où vient cette Guilde Pérégrine (il ne me semble pas en avoir jamais entendu parler alors, pure invention ou idée inspirée d'une autre Guilde ayant prospéré à cette époque ? Et si oui, laquelle ? Voilà une question que je ne manquerai pas de poser ce soir en direct à Henri Courtade !). Je ne sais donc pas si la vérité historique est respectée mais Lady R. tient les engagements liés à son statut de roman (c'est-à-dire de fiction) : on y croit, ça fonctionne et c'est le principal !
L'autre point très positif de ma lecture est la plume de l'auteur. Il me semble avoir lu quelque chose d'assez mauvais stylistiquement parlant avant de me plonger dans Lady R., alors j'ai été véritablement enchantée par l'utilisation des mots chez Henri Courtade. Je n'ai eu aucun mal à me plonger dans cette histoire, à m'imaginer les décors et paysages, les personnages et les scènes ; tout était clair. J'ai réussi à forger des images dans ma tête et c'est le meilleur témoignage pour juger des effets et de la qualité d'un livre sur la lectrice que je suis.
Je disais au début de mon avis, que l'intrigue était plutôt « classique » mais la narration est si bien maîtrisée qu'elle en devient beaucoup plus passionnante. En effet, Henri Courtade multiplie les points de vue externes qu'il alterne, jouant ainsi avec le lecteur et l'entraînant dans quelques pièges. Je pense notamment à la très grosse révélation qui suit la rencontre de Safir… je me suis pris une claque monumentale, pas du tout préparée à cette découverte !
L'auteur a en plus, le chic pour terminer un petit chapitre (ou une sous-partie) sur des moments-clefs ou de grosses surprises laissant le lecteur bouche bée, obligé de continuer jusqu'au paragraphe ou chapitre suivant pour apprendre le fin mot de l'histoire. Et puis les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit et l'on se rend compte que toutes les sous-intrigues et toutes les figures sont liées… je n'ai pas marché, j'ai couru et n'ai rien vu venir ; bravo !
Les dernières pages offrent une fin assez satisfaisante mais laissent beaucoup de choses sans réponse. Je ne doute pas que l'on saura tout dans une suite ; cependant, j'espère qu'elle sera vite écrite et publiée car je suis assez frustrée par le « non-dénouement » de certains évènements (au sujet de la deuxième héroïne, de Lord Stratheden ou même de Renaud et de Robin des Bois !)…
Curieuse, je le suis encore plus de découvrir ce que nous réserve Henri Courtade pour son troisième roman… Quel genre ? Quelle histoire ? Dans tous les cas, je serai à l'appel !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Elamia
  07 mai 2016
J'ai vraiment passé un excellent moment de lecture avec Lady R ! Encore une fois, me voilà conquise par le style et l'imagination d'Henri Courtade. C'est un auteur que je vous conseille vivement de découvrir.
Un peu inquiète au départ par l'aspect pavé de ce livre (presque 600 pages) c'est avec grande surprise que j'ai constaté à quel point les pages se tournaient vite ! J'étais même un peu triste de quitter cet univers foisonnant et les personnages attachants imaginés par l'écrivain. Ici, nous sommes très loin du registre contemporain de Loup y-es-tu puisqu'Henri Courtade nous fait faire un bond dans le temps, en plein coeur du XIIème siècle. Passionnée par le Moyen-Âge je ne pouvais clairement pas passer à côté de cette épopée. Il joue habilement avec les genres, en jonglant avec espionnage, roman d'aventure et romance historique. Tout le monde peut donc y trouver son compte. Inutile de penser que le filon a déjà été exploité mainte fois car ce roman est vraiment original et vaut le détour.
L'histoire s'ouvre directement dans un climat politique plein de tensions, qui alimente les conflits entre l'Angleterre dirigée par Richard coeur de Lion, et la France, sous l'égide de Philippe-Auguste. L'auteur nous entraine sur les routes d'Europe à la suite d'un trio d'espions haut en couleurs. Rowenna, Caméléon et Wilhiam. Très dévoués à leurs missions, ils font face à des situations périlleuses et sont prêts à sacrifier leur vie pour servir la cause de leur confrérie. Mais la trahison va ébranler leur amitié et soulever des questions et des doutes concernant leur avenir au sein de la congrégation. Certains personnages nous déçoivent, ou nous surprennent au moment le plus inopportun. Quant à Agnès, la soeur jumelle de Rowenna qui voue son existence à gâcher la vie de sa soeur, on aimerait en apprendre davantage sur elle. Mais l'auteur a pensé a tout puisqu'il a également une suite, ou spin-off entièrement dédié au personnage d'Agnès.
Grâce à des descriptions criantes de réalisme, l'écrivain nous offre un récit contemplatif et nous fait voyager de l'Angleterre au sud de la France (les Pyrénées, qui lui sont chers), de l'atmosphère ouatée des palais de Venise jusqu'aux froides contrées d'Écosse. Dépaysement garanti, sans bouger de son fauteuil. Nos héros vont d'aventures en aventures, et n'ont pas le temps de souffler, entre pièges, missions de dernière minute et révélations au sommet pour le personnage de Rowenna, le rythme est effréné et l'on ne s'ennuie jamais. Henri Courtade nous offre une intrigue rebondissante, et captivante, desservie par une plume toujours délicate et un vocabulaire soigné et maîtrisé. Un pur délice.
Je remercie infiniment l'auteur pour ce beau moment de lecture, et vous invite à découvrir ses romans. Je vais quant à moi essayer de me procurer Lady A. pour avoir le diptyque de cette fabuleuse épopée dans ma bibliothèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Lellia
  06 septembre 2011
Lady R. est un roman que j'avais hâte de découvrir, le résumé étant particulièrement alléchant : Angleterre du roi Richard, conspirations, sociétés secrètes et Templiers étaient au programme, en gros tout était réunis pour me plaire. Au fil des pages on découvre une héroïne forte et fragile à la fois au passé obscur mais qui ne se laisse pas submerger par les événements pour autant, elle est bien décidée à servir son roi et cela même si elle doit y laisser la vie. C'est purement le genre d'héroïne que l'on prend plaisir à suivre et à laquelle on s'attache suffisamment pour craindre pour sa vie….sauf qu'elle n'a pas réellement réussi à me convaincre. Je m'explique, son caractère est suffisamment poussé pour qu'on l'apprécie mais elle semble ne pas vraiment avoir de faiblesse (même quand elle souffre elle reste fière et garde la tête haute) or pour moi les faiblesses et les défauts des personnages de romans (comme de cinéma d'ailleurs) sont ce qui les humanise et les rendent bien réels, là au final Rowena est sympathique à suivre mais je ne me suis pas du tout attachée à elle parce qu'elle me semblait toujours aussi irréelle et parfaite du début à la fin du roman.
Concernant l'histoire en elle même, je l'ai trouvé très bien construite, beaucoup de retournements de situations, d'actions qui ne laissent aucun répit au lecteur, à tel point qu'au bout de quelques pages, on a du mal à décrocher du livre tellement on veut avancer et voir où on va aller. Les intrigues sont toutes très bien tournées et surtout quand on pense tout savoir sur un personnage ou sur une scène on se rend compte après plusieurs dizaines de pages que l'on est encore très loin du compte, par conséquent la lecture devient vite passionnante. Seul petit bémol, j'ai été un peu déçue de constater qu'il y avait relativement peu d'informations historiques, enfin je comprend tout à fait que ce soit une histoire inventée sur fond historique mais j'aime apprendre et là malheureusement il y a relativement peu d'informations. C'est sûrement un parti pris mais personnellement j'ai eu l'impression de survoler de très loin toute une période historique passionnante sur laquelle il y a beaucoup à dire. On en apprend d'avantage lorsqu'on arrive en Ecosse mais il n'empêche que quelques informations supplémentaires intégrées au récit n'auraient pas été désagréables. Enfin là encore c'est une remarque qui m'est sans doute tout à fait personnelle. Pour revenir sur le style de l'auteur (que je ne connaissais pas d'ailleurs) je l'ai trouvé vraiment très agréable, à la fois délié, précis, au vocabulaire fournis, c'est le genre de style que j'apprécie, il s'attarde suffisamment sur la psychologie des personnages pour les rendre crédibles et humains (à part Rowena comme je l'ai dis plus tôt) mais pas trop non plus pour nous assommer avec des détails insignifiants.
Dernière remarque que je ferais, bien que la plupart des intrigues soient bien tournées (notamment toute l'histoire à propos d'une certaine société secrète au coeur du roman), j'ai trouvé que certaines histoires étaient un peu tirées par les cheveux (tout ce qui concerne la famille de Rowena…désolée je crois que j'ai eu du mal avec ce personnage) et du coup j'ai eu beaucoup de mal avec certains détails, c'était presque too much, trop gros pour que j'y crois.
Au final, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, à revisiter Venise (ville que j'adore particulièrement), à découvrir l'Ecosse et son rude climat, à accompagner Rowena ou Caméléon dans leurs aventures et j'ai hâte de découvrir la suite de leurs histoires mais je conserve un certain goût d'inachevé dans la bouche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
isabiblio
  07 février 2012
Lady Rowena de Windermere, Héloïse de Falaise de son vrai nom est un jeune agent secret de tout juste vingt ans du Roi d'Angleterre Richard coeur de Lion. En l'an de grâce 1194, William jeune capitaine et futur époux de Rowena, Caméléon son ami d'enfance expert en travestissement et elle-même se voient confier la mission de retrouver et rapporter des documents contenant des informations hautement stratégiques qui menacent la paix de l'Occident chrétien. Ces documents ont été saisis sur deux frères membres d'une secte pacifiste brûlés pour hérésie. Les documents hérétiques ont été archivés dans une commanderie templière pyrénéenne cinquante ans auparavant. La nature de ses parchemins attise la convoitise, la trahison vient de celui que l'on attendait pas au grand damne de la jeune Rowena. Sa mission prend alors une nouvelle tournure au goût de vengeance, ironie du sort elle va devoir plonger dans l'antre de ses origines, elle qui fût recueillie à l'âge de deux ans par les nobles Windermer. de complots en trahisons, de Venise à l'Ecosse, le suspens et l'aventure sont au rendez-vous, ainsi que des rencontres inattendues comme Aliénor d'Aquitaine ou Robin des Bois. On sent dans l'écriture une grande influence Alexandre Dumas ce qui n'est pas pour déplaire. le tout manque un peu de maturité pour l'adulte que je suis, mais nul doute que le côté fleur bleue et héros plus que parfait séduira le lectorat ado ainsi que le public qui aime le genre romancé.
Lien : http://ma-bouquinerie.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Skorpionnan
  04 septembre 2011
Lecture
Lady R., l'orpheline Rowena Windermere est, en ce début de XIIIe siècle, une jeune espionne ans au service secret de Sa Majesté Richard Coeur de Lion Elle nage avec aisance dans ce monde en proie aux conflits politiques entre français, anglais, espagnol ou Maures et où les ordres et organisations plus ou moins occultes abondent. Sa dernière mission : récupérer des documents dans une commanderie templière aux frontières de l'Aquitaine et de la France. Elle s'y attache aux côtés de Caméléon, expert en déguisement et de Wilhiam, l'homme qu'elle aime et doit bientôt épouser. Mais de trahison en coup de théâtre, de mystère en révélation, elle va apprendre, souvent à ses dépens, que l'honnêteté n'est pas toujours où elle la croit.
Parcourant toute l'Europe et le pourtour de la Méditerranée, Lady R.va remonter aux sources des complots qui se trament, et à celles de ses origines.
Avis
Le résumé vous l'aura fait deviner, on est en plein dans le roman d'aventures médiévales. On pense à la lecture à Walter Scott, Alexandre Dumas ou d'autres auteurs de fantasy plus récents.
Le livret est conséquent : 600 pages de rebondissements, d'enquête, de cape et d'épée, le tout assaisonné de sociétés secrètes et d'histoire politique
Quelques maladresses viennent entacher la lecture. M'ont particulièrement démangé le personnage d'Alienor d'Aquitaine qui semble avoir un âge assez fantaisiste selon les moments de la narration, et surtout la « cession de la Bretagne et la Normandie par l'Angleterre à la France » (suprême blasphème !, même si le duc de Bretagne de l'époque était petit-fils d'Aliénor). Hormis ces quelques épines, on se laisse emporter par le texte et on pardonne bien vite ces petits accrocs. L'important n'est pas vraiment le documentaire historique, bien que l'ensemble semble cohérent.
Car ce qui prédomine dans ce roman est avant tout l'enthousiasme. On sent que l'auteur a pris du plaisir à écrire ce livre et ce plaisir est communicatif. Les phrases sont courtes, l'action est bien menée et la lecture est aisée. L'enchaînement se fait sans temps mort et rien en vient rompre la dynamique. le vocabulaire utilisé est assez simple agrémenté parfois de termes plus recherchés bienvenus. Malheureusement, ce style est tout de même pauvre par rapport aux glorieux auteurs déjà cités. L'histoire surtout est rondement menée. On est presque dans du Ponson du Terrail (approximations comprises). Les personnages attachants et réalistes sont très bien chorégraphiés.
L'auteur s'attache en effet beaucoup plus aux faits, aux personnages, à l'action qu'à la description des lieux et des contextes. Malgré la multiplicité de lieux visités, cela laisse un manque d'atmosphère regrettable.
Cet ensemble donne un bon roman d'aventure. J'ai regretté le manque de noirceur. La vision du Moyen Âge ressemble trop à celle véhiculée par le cinéma, idéalisée, comme le sont les personnages. On sent pourtant que l'auteur connaît bien cette péridode Je pense donc que ce livre plaira beaucoup à des jeunes adolescents mêmes si le passage du navire d'esclaves vient bizarrement teindre de sombre le ton général du livre.
Conclusion
Mais je ne boude pas mon plaisir : ce livre d'aventures est une épopée de 600 pages qui se dévorent avidement.
Ma note sur 15/20
Lien : http://www.atelierdantec.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
StellabloggeuseStellabloggeuse   27 décembre 2012
A la cour d’Aliénor, j’avais pu croiser nombre de personnages de qualité, princes, ducs ou poètes. Cependant, aucun d’entre eux ne m’avait dévisagée comme le faisait Safir. Pour une femme, il est toujours agréable de se sentir adulée, vénérée telle une icône ou une divinité. Je ne crois pas qu’il s’agisse là de vanité de ma part – je ne me suis jamais prise pour une déesse. Simplement, ce que le regard de Safir exprimait à cet instant, cette pure extase à la simple considération de ma personne, me flattait agréablement. Je souhaite à toutes les femmes de connaître un jour ce ravissement si singulier, celui d’être, pour un homme, ce qu’il y a de plus important en ce bas monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
StellabloggeuseStellabloggeuse   27 décembre 2012
Toutes ces révélations sur son passé la submergeaient. Avant l’expédition à la commanderie, elle avait des certitudes, une foi inébranlable dans sa mission : veiller sur le trône d’Angleterre, servir fièrement son pays, mourir pour lui si besoin. Puis tout s’était peu à peu fissuré, d’abord avec la trahison de Wilhiam, ensuite avec ses histoires de famille. Elle redécouvrait une sœur qui voulait la tuer, des parents qu’elle idéalisait, mais qui avaient également leur part d’ombre. Tout s’effondrait autour d’elle. Elle ne savait même plus si elle pouvait faire confiance à ses supérieurs. Elle en venait même parfois à doute de Caméléon, le seul et unique ami qu’il lui restait. Certes, un agent secret apprenait à se méfier de tout le monde, mais il ne doutait jamais. Or ce sentiment s’était instillé en elle comme un venin insidieux, et elle ne parvenait plus à le déloger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2017 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre