AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : Stock (01/01/1904)
4.19/5   8 notes
Résumé :
"L'Article 330" est une pièce de théâtre, une comédie en un acte, de Georges Courteline, créée le 12 décembre 1900 au Théâtre Antoine dans une mise en scène d'André Antoine.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Nastasia-B
  30 août 2014
Avec L'Article 330, Georges Courteline écrit à peine une pièce de théâtre, plutôt une farce pourrait-on dire. Mais à y regarder de près, cette farce-là a quelque chose d'éminemment profond et philosophique.
Son ton sarcastique et quasi pamphlétaire ne doit pas en faire oublier la moelle : à la fois le rire qu'il provoque et la réflexion qu'il suscite. Un peu à l'image de Franz Kafka dans son célèbre Procès, l'auteur nous interpelle sur la justice et sur la loi ainsi que sur la subtile — mais très palpable — différence qu'il y a entre les deux.
Le débat n'est pas nouveau et était même l'un des favoris De Balzac, où l'auteur montre que l'on peut être un maraud en toute légalité et un innocent de bonne foi débouté par un tribunal (voir aussi Doubrovski de Pouchkine dans le même esprit).
Dans la pièce qui nous occupe, Jean-Philippe La Brige subit des nuisances d'un trottoir roulant installé pour l'Exposition Universelle de 1900 à Paris. Il a usé de tous les recours légaux possibles et imaginables pour obtenir gain de cause mais n'a obtenu que le droit de payer les frais occasionnés par ses passages successifs devant le tribunal.
L'homme étant par nature obstiné et quelque peu chicanier, il décide de se faire moindrement justice lui-même sans pour autant être tout à fait dans l'illégalité en regard de la Loi, épluchée dans sa lettre. Je vous laisse le plaisir de découvrir le moyen employé par La Brige et ce qui lui arrivera.
J'en terminerai simplement en vous rappelant cette citation De Balzac dans La Maison Nucingen : « Les lois sont des toiles d'araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites. »
En somme, une toute petite pièce bien drôle et non dénuée d'intérêt social et philosophique, qu'on ne prend pas grand risque à lire car, au pire, elle laisse indifférente, au mieux, elle vous occasionne quelques beaux éclats de rire, du moins c'est mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose au regard de la loi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          593
cmpf
  09 novembre 2014
Il s'agit d'une saynète de Courteline jouée pour la première fois en décembre 1900. Bourrée d'humour, elle m'a fait penser d'une certaine façon aux BD de Greg, Achille Talon avec ces longues circonlocutions pour dire les choses les plus simples.
C'est une séance du tribunal chargé de juger le sieur Lebrige au titre de l'article 330 du Code Civil qui condamne l'attentat à la pudeur. Ledit Lebrige qui se présente comme un philosophe défensif assure lui-même sa savoureuse défense.
Je n'ai pas lu mais écouté cette pièce sur un site de lecture audio dont je ne sais si j'ai le droit de citer ici le nom. L'écoute a ajouté au plaisir de découvrir cette petite oeuvre, grâce au talent des acteurs amateurs. J'ai du coup repéré quelques autres enregistrements que je commenterai au fil des prochaines semaines.
Commenter  J’apprécie          60
kakine16
  08 mai 2016
La Brige est un personnage haut en couleurs mais qui à sera rattrapé par la justice... Là où il avait pu s'en sortir lors des affaires précédentes, il se retrouve ici dans une situation cocasse dont il va tenter de se dépêtrer, mais rien n'est facile quand on s'en prend à l'Etat ! Une pièce à découvrir !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   31 juillet 2012
Considérant que la Loi, en dépit de ses lâchetés, traîtrises, perfidies, infamies, et autres imperfections, n'est cependant pas faite pour que le justiciable en démontre l'absurdité, attendu que s'il en est, lui, personnellement dégoûté, ce n'est pas une raison suffisante pour qu'il en dégoûte les autres ;
Considérant qu'a priori un gredin qui tourne la Loi est moins à craindre en son action qu'un homme de bien qui discute avec sagesse et clairvoyance ;
Considérant qu'en France, comme, d'ailleurs, dans tous les pays où sévit le bienfait de la civilisation, il y a, en effet, deux espèces de "droit", le bon droit et le droit légal, et que ce modus vivendi oblige les magistrats à avoir deux consciences, l'une au service de leur devoir, l'autre au service de leurs fonctions ;
Considérant, enfin, que si les juges se mettent à donner gain de cause à tous les gens qui ont raison, on ne sait plus où l'on va, si ce n'est à la dislocation d'une société qui tient debout parce qu'elle en a pris l'habitude ;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Nastasia-BNastasia-B   02 août 2012
LE PRÉSIDENT : Vos noms, prénoms et domicile.
LA BRIGE : La Brige, Jean-Philippe, trente-six ans, 5 bis, avenue de La Motte-Picquet.
LE PRÉSIDENT : Votre profession.
LA BRIGE : Philosophe défensif.
LE PRÉSIDENT : Comment ?
LA BRIGE : Philosophe défensif.
LE PRÉSIDENT : Qu'est-ce que vous voulez dire par là ?
LA BRIGE : Je veux dire que, déterminé à vivre en parfait honnête homme, je m'applique à tourner la loi, partant à éviter ses griffes. Car j'ai aussi peur de la loi qui menace les gens de bien dans leur droit au grand air que des institutions en usage qui les lèsent dans leurs patrimoines, dans leur dû et dans leur repos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nastasia-BNastasia-B   21 octobre 2012
LE SUBSTITUT : Vous êtes venu ici pour vous moquer du monde.
LA BRIGE : Du monde, non, mais de la Loi, qui a bien tort de crier au scandale quand un bon garçon comme moi se borne à la châtier en riant. Gare, si un jour les gens nerveux s'en mêlent ! lassés de n'avoir pour les défendre contre les hommes sans justice qu'une Justice sans équité, éternellement préoccupée de ménager les vauriens, et toujours prête à immoler le bon droit en holocauste au droit légal dont elle est la servante à gages !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastasia-BNastasia-B   08 août 2012
Dans ces conditions, écœuré d'avoir tout fait au monde pour être un bon garçon et d'avoir réussi à n'être qu'une poire, dupé, trompé, estampé, acculé, finalement, à cette conviction que le raisonnement de l'humanité tient tout entier dans cette bassesse : " Si je ne te crains pas, je me fous de toi ", j'ai résolu de réfugier désormais mon égoïsme bien acquis sous l'abri du toit à cochons qui s'appelle la Légalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
cmpfcmpf   09 novembre 2014
Le président. --- Votre profession.

La Brige. --- Philosophe défensif.

Le président. --- Comment?

La Brige. --- Philosophe défensif.

Le président. --- Qu'est-ce que vous voulez dire par là?

La Brige. --- Je veux dire que, déterminé à vivre en parfait honnête homme, je m'applique à tourner la loi, partant à éviter ses griffes. Car j'ai aussi peur de la loi qui menace les gens de bien dans leur droit au grand air, que des institutions en usage qui les lèsent dans leurs patrimoines, dans leur dû et dans leur repos.

Le président. --- Voilà de singulières doctrines.

La Brige. --- Les doctrines, inspirées par la sagesse même, d'un homme qui, n'ayant de sa vie bu outre mesure, frappé ni injurié personne, fait tort d'un sou à qui que ce soit, ne s'est jamais levé le matin sans se demander avec inquiétude s'il coucherait le soir dans son lit.

Le président. --- Vous êtes anarchiste?

La Brige, haussant les épaules. --- Ah! là! là!... La République serait bien ce qu'il y a de plus bête au monde, si l'anarchie n'était plus bête qu'elle encore. Non, je suis pour Philippe Auguste, ou pour Louis X, dit le Hutin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Georges Courteline (9) Voir plusAjouter une vidéo

Prix Courteline du Cinéma
Mme CATHERINE LANGEAIS - ZAVATTA - PIERRE SABBAGH - Mme COURTELINE - BOURVIL et MARIO BEUNAT l'interviewant - GP de MARIO BEUNAT interviewant Mme COURTELINE - photo -COURTELINE et sa femme - portrait de COURTELINE.
autres livres classés : réflexion sur la sociétéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les citations de Georges Courteline

« ---- est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance. »

L’administration
L'aérogare
L'entreprise
Le cimetière

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Georges CourtelineCréer un quiz sur ce livre