AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782702141328
368 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (01/09/2010)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Les aventures d’une artiste peintre sur un grand chantier de la papauté avignonnaise. La Chaise-Dieu en Auvergne, au XIVe siècle.

Clément VI, pape en Avignon, a décidé de faire construire une nouvelle abbatiale sur le site du monastère de la Chaise-Dieu où il a l’intention de se faire inhumer.

Pour Isabeau, qui exerce le métier d’écrivain public mais manie aussi avec adresse le pinceau, ce chantier est une chance unique. Embau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Cath36
  04 avril 2013
Ce livre n'apprend pas grand chose , ni sur l'Auvergne, ni sur la Chaise-Dieu, ni sur la peste sous le pape Clément VI, ni sur les communautés monastiques de cettre époque. On reste à l'extérieur de cette histoire mélo où les lieux communs se disputent avec le convenu et le rabâché et on ne sent vraiment pas dans l'esprit de l'époque.
Bofissime.
Commenter  J’apprécie          114
PLUMAGILE
  18 juillet 2011
Un roman vite lu, et sans doute vite oublié aussi…
La période historique est bien rendue, avec beaucoup de détails sur la vie d'un chantier d'envergure comme celui de la Chaise-Dieu en 1348, l'arrivée de la peste, la vie fastueuse du pape Clément VI en Avignon.
Mais la trame romanesque n'est pas suffisamment étoffée à mon goût ; on ne voit pas vraiment le tempérament rebelle d'Isabeau (mis à part son insoumission à son père, ce qui j'en conviens, devait être hors normes à cette époque-là), le travail de fresquiste, tellement passionnant pourtant, ne sert guère que le versant « bluette » de l'histoire.
Quelques personnages sortent du lot : Mathilde, la mère d'Isabeau – Avit, son frère - le moine Barthélémy, confit d'amour pour Isabeau.
En conclusion, ça se laisse lire, mais sans plus.

Lien : http://lespassionsdelaura.ov..
Commenter  J’apprécie          70
smart69430
  17 novembre 2014
Dommage qu'Anne Courtillé ne soit pas allée plus loin dans ce roman car tous les ingrédients (rivalité entre familles, peste, amour, brigands, etc…) étaient réunis pour concocter une superbe histoire.
Mais force est de constater qu'hormis la construction de la Chaise-Dieu –son domaine de prédilection-, l'histoire d'Isabeau -peintresse médiévale- nous laisse un peu sur notre faim.
Cela reste néanmoins un réel plaisir de parcourir ces pages romanesques dans ce moyen-âge sans pitié au milieu de ces artisans et de ces familles de seigneur.
Commenter  J’apprécie          20
prune42
  07 mai 2014
Je me suis régalée avec ce magnfique roman qui se passe au Moyen Age en Haute Loire. Beaucoup de suspense, des histoires d'amour, bref un excellent dépaysement !
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  15 juillet 2019
Une écriture captivante, une période historique que j'aime bien, une foule d'information sur un chantier immense, et une traque romesque donnent à ce livre un immense plaisir au lecteur.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2013
Les clercs avaient longtemps pensé que les femmes n’avaient pas d’âme et, aujourd’hui, ils prétendaient toujours que la femme était un objet imparfait, un animal aimable et surtout le trouble de l’homme !
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2013
Qu’adviendrait-elle si, par malheur, elle donnait naissance à un enfant ? Elle connaissait l’opprobre jeté sur une fille enceinte sans mari. Et la vie de liberté, qu’elle s’était choisie, ne pouvait être embarrassée par un bébé.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2013
Alors la peur est partout et chacun imagine qu’en fuyant les gens et leurs affaires, ils se sauveront. Ah si c’était si simple ! S’il suffisait de n’entendre aucune nouvelle du dehors, de l’épidémie ou des malades !
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2013
Il ne faisait pas partie de ces clercs misogynes qui ne voyaient dans les femmes que deux fissures, la bouche dont elles usaient souvent mal, et le sexe, source de péchés !
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 janvier 2013
Les corbeaux, ces oiseaux de malheur, se nourrissaient du malheur des hommes ! Il fallait faire vite pour inhumer les défunts, sinon le plus noir des charognards, s’y attaquait avec voracité.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1975 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre