AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072742378
208 pages
Éditeur : Gallimard (15/02/2018)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 58 notes)
Résumé :


C’est l’histoire d’un voyage scolaire dans la forêt. C’est une classe d’enfants entre six et sept ans qui s’y retrouvent seuls. C’est l’âge où l’on n’est pas certain que les monstres n’existent pas, où l’imagination transforme le grincement des arbres en rugissements de bêtes sauvages. C’est une histoire qui a été mille fois racontée mais jamais jusqu’au bout. C’est ce qui se passe après la fin des contes, quand les enfants sont perdus et qu’il est a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
iz43
  12 mai 2020
Intriguée par le résumé de mon amie Elo43 qui dit avoir pensé à ses amis instits, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre.
waouh en effet. Ca dépote. On a là un thriller bien trash.
Je suis passée par tous les sentiments, de l'effroi surtout, du malaise, de l'incrédulité, de la peur. Bien contente de fermer ce roman en me rassurant. Non mais ce n'est pas possible de faire une sortie scolaire comme ça. On n'aurait même pas le droit. Dormir sous des tentes, dans la forêt, sans sanitaires? Non non. L'inspecteur taperait du poing sur la table.
Rassurée mais quand même. Lecture perturbante.
Instit ce n'est pas un métier c'est bien souvent un rêve de gosse, une vocation. Et pourtant, il peut arriver dans une carrière, une année qui se passe vraiment mal, qui fait douter, qui rend malade. Pour nous c'est arrivé l'année dernière. Un enfant de CP très perturbé dans la classe de mon mari. Enfant bizarre, violent, pervers. La machine éducation nationale longue à réagir alors que l'instit tire la sonnette d'alarme. Un an avant que l'enfant soit mis sous traitement, déscolarisé à mi temps. Un an, à voir mon mari sombrer, aller à l'école la boule au ventre, l'entendre rêver la nuit et crier le nom de cet élève. On a beaucoup souffert cette année là y compris mes enfants.
Alors cette histoire forcément elle me touche.
Une classe de CP de 12 élèves part camper dans la forêt du Morvan. Mais personne ne reviendra de cette excursion. On le sait dès le départ. Mais comment est ce possible? On découvre un enfant pervers qui devient criminel. Un premier meurtre (c'est l'instit le premier dézingué) et hop tout s'enchaîne. On suit ses 11 petites âmes au coeur de la forêt, la nuit, en proie à la peur, à la faim, plongées en plein cauchemar. Les monstres des contes prennent vie.
Lecture un peu dérangeante par rapport à l'âge des enfants c'est sûr et des scènes vraiment trash et gore. La scène du sanglier, mon dieu. Très réussie quand même parce qu'on prend le petit meurtrier en pitié.
Quand j'ai refermé mon livre, je n'ai pas pu m'empêcher de me dire "heureusement que mon mari n'avait pas prévu de classe verte l'année dernière".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          434
kuroineko
  02 mars 2018
Dans la famille farce macabre pas crédible, je demande Les lois du ciel. Pourquoi farce alors qu'on sait dès la première feuille que toute cette joyeuse petite classe de CP ne reviendra jamais de son séjour découverte de la nature? Parce que tout est tellement exacerbé à force de sordide que c'en devient même grotesque. Un peu comme ces films d'horreur de dernière zone mettant en scène un groupe d'adolescents. Sauf qu'ici il s'agit d'enfants de six ans.
On sent les drames arriver les uns derrières les autres, souvent répugnants voire malsains. le trash hélas ne remplace ni le talent ni l'originalité.
Fort heureusement le livre est court - moins de 200 pages. Sans quoi il me serait tombé des mains. A défaut des mains, dans les oubliettes de l'esprit et de la mémoire, c'est certain. Comme on évacue les déchets.
Commenter  J’apprécie          262
spleen
  15 juin 2018
Ce n'est même pas mon coeur de mère qui a crié Stop , car dès le début du livre le lecteur est prévenu : de cette sortie "classe verte " avec 12 écoliers de CP aucun ne reviendra .
Ce serait plutôt l'ambiance glauque et malsaine très vite installée ,.
La narration perturbée mêlant les pensées délirantes de plusieurs personnages à la fois dans la même phrase accélère le malaise .
Bref, l'insoutenable est arrivé particulièrement rapidement pour moi et j'ai refermé définitivement ce livre à la fin de la première partie , page 68 où déjà trois morts grotesquement violentes inauguraient ce tableau macabre ( et encore nous n'en étions qu'aux adultes ! )
Âmes sensibles, donc , passer votre chemin .
Ce thriller fait partie de la sélection du Polar en Poche 2018 de Gradignan , je peux affirmer d'emblée qu'il n'aura pas mon vote , je ne critiquerai pas le choix de cet ouvrage, il en faut sans doute pour tous les goûts .
Commenter  J’apprécie          165
pupucing
  03 mars 2018
"Prom'nons-nous dans les bois,
Pendant que le loup y est pas,
Si le loup y était
Il nous mangerait.
Mais comme il n'y est pas,
Il nous mangera pas !"
Est si ce n'était pas le loup, la créature la plus dangereuse qui hante les bois ?
C'est ce que vont découvrir Fred, instit' de CP, ses douze élèves et les deux mamans qui les accompagnent lors d'une classe verte en forêt.
Trois jours en pleine nature, à découvrir la faune et la flore, faire griller des guimauves au feu de bois, se raconter des histoires qui font peur et se pelotonner au fond de son duvet, quel enfant n'en a pas rêvé ?
Et si c'était plutôt trois jours de cauchemars, courir pour survivre au monstre plus réel que celui de la comptine ...
Pour le savoir, il suffit d'ouvrir les pages de ce diaboliquement glauque roman de Grégoire Courtois ...
Un court roman, même pas deux cents pages, il n'en aurait pas fallu plus, à moins que le but de l'auteur soit de nous achever !
Un roman qui donne le ton dès les premières pages, dès le premier chapitre pour être plus précise.
Des chapitres courts, rarement plus de quatre pages, qui en font toute l'intensité.
Une narration perturbante parfois, lors d'un même paragraphe on suit les faits et pensées de plusieurs protagonistes, qui pourtant ne sont pas ensemble, c'est très fort, ça en rajoute dans l'angoisse qui règne en maître sur tout ce livre !
Même si dans ce fameux premier chapitre, on nous dit comment cela va se terminer, il subsiste un semblant d'espoir, que l'auteur se fait un malin et sadique plaisir à fouler du pied, comme un sale gosse le ferait avec une fourmilière ..
J'ai passé un sacré moment au fond des bois, et suis bien contente que mon fils ait quinze ans et que les classes vertes ne soient plus d'actualité en seconde 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Asmostark
  22 octobre 2019
🚌 Les lois du ciel - Grégoire Courtois 🚌
@folio_livres
Une classe de CP part en classe verte pour trois jours, douze enfants de 6 ans, Fred leur instituteur et deux mamans accompagnatrices. Ils vont camper, explorer la faune et la flore de la forêt du Morvan, partager des histoires autour du feu de camp... enfin ça c'est ce qui était prévu mais dès la première page on comprend bien que les choses ne vont pas se passer de cette façon : "Les enfants étaient partis. Et jamais ils ne reviendraient".
Je ressors mitigée de cette lecture. C'est une lecture extrêmement dérangeante, car vous l'aurez compris ce n'est pas un troupeau de licornes qui est venu prendre les enfants pour les emmener dans un monde merveilleux, non c'est une histoire très glauque. Glauque et pas très cohérente, l'âge des enfants ne correspond pas aux pensées, aux réflexions, aux paroles que l'auteur leur prête. On a peine à imaginer des petits enfants de 6 ans agir ainsi, des collégiens oui mais pas des petits CP. Mais l'auteur a peut-être voulu mettre en scène des enfants aussi jeunes pour ajouter à l'horreur de l'histoire, malheureusement ça ne fonctionne pas. Par contre on avance dans l'histoire en voulant savoir ce qui va se passer, on garde l'espoir que la première page nous a trompé, que quelque chose de bien va arriver. Quant aux dernières pages, je vous conseille de prendre du chatterton pour bien accrocher votre estomac...
Un roman noir dérangeant et perturbant qui privilégie le sordide à la cohérence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
GBGB   14 août 2017
Avant d'être adulte, on se fait tout interdire et, une fois qu'on l'est, on a rien le droit de faire parce que on se doit d'être responsable. Alors à quel moment de la vie on devient finalement libre? Pour de bon? (p.53)
Commenter  J’apprécie          30
GBGB   14 août 2017
... là dans la poitrine, à cet endroit bleu ou naissent les larmes et ou meurt l'espoir. (p.123)
Commenter  J’apprécie          20
PatrothPatroth   11 juin 2018
C'est l'été , une classe d'enfants de CP et leurs accompagnateurs partent quelques jours en classe verte en forêt....
Parmi eux , Enzo , est un enfant turbulent , fourbe et craint des autres ....et ce regard dérangeant , fait peur ....
Et quand Enzo , pète un plomb , c'est la tuerie ....
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Grégoire Courtois (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grégoire Courtois
A l'occasion de la réédition du roman Hemlock de Gabrielle Wittkop aux éditions Quidam, lecture d'un extrait.
Gabrielle Wittkop (1920-2002) est une romancière française. Son oeuvre est majoritairement éditée chez Verticales. En octobre 2020, Hemlock est reparu aux éditions Quidam ainsi que le roman inédit Les Héritages (Christian Bourgois).
Lecture par Grégoire Courtois pour la librairie Obliques.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..