AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917897015
Éditeur : PRESQUE LUNE (28/09/2009)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Ici, nous sommes dans le royaume du travailler plus, mais à une époque située dans un futur post apocalyptique où les êtres humains en sont réduits à vivre dans des bureaux cloisonnés dans de grandes tours de verre d'un autre siècle. Ce ne sont plus des êtres humains mais des travaillants.

Dans leur box, prostrés sur leur écran, ces travaillants ne peuvent se défaire de la paranoïa qui les tenaille à longueur de journée, celle qui les maintient dans l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  03 juillet 2011
Aux premières pages, le roman déstabilise le lecteur. Prose poétique, les trois pages d'ouverture nous parlent d'un monde qui approche de l'apocalypse et nous interrogent sur des problématiques que le livre semble vouloir résoudre avec nous plus tard…
« si ce n'est pas la fin du monde,
ces temps de désespoir total
que nous vivons,
travestis en joie d'être au moins là,
plutôt que nulle part,
alors qu'est-ce que c'est ? »
La suite de la lecture ne nous proposera pas une forme de roman plus conventionnelle. Alternant entre les passages dédiés à l'actualité personnalisée de chaque travaillant, leurs discussions virtuelles menées par l'intermédiaire de leurs écrans d'ordinateur, et les passages dramatiques qui nous distillent peu à peu des indices nous permettant de deviner le monde qui est celui des travaillants, le lecteur rebondit entre différents supports qui lui permettent de prendre conscience d'une réalité morcelée dont les seules informations externes proviennent d'un réseau informatique impénétrable.
« Ce matin, votre humeur est bonne.
Vous vous êtes levé tôt et votre horoscope indique que le mouvement des astres favorise hautement des performances professionnelles inattendues. »
Au cours des premiers chapitres, les contours de la société des travaillants se dessine peu à peu. Vivants dans une tour au sein de laquelle ils n'ont aucun autre objectif que celui de travailler, leur journée rythmée par de très nombreuses heures de travail coupées par quelques rares quarts d'heures de pause n'est qu'un labeur interminable qui ne prendra fin qu'avec la destitution, transformant le travaillant en « chat ». La mort, autre solution pour échapper à cette société du labeur, est peut-être une meilleure solution…
Aucune explication n'est donnée pour justifier l'apparition de ce monde dystopique. Même si le lecteur éprouvera peut-être du regret à ne rien savoir de la genèse de cette société, Grégoire Courtois est pardonné : la société des travaillants n'est pas si éloignée que ça de la nôtre. Ses traits sont amplement accentués, mais dans les comportements et les mécaniques qui règlent la façon de penser des travaillants, le lecteur pourra trouver de nombreuses similitudes avec ses propres schémas de pensées, ou ceux de ses contemporains.
En revanche, le lecteur s'avèrera certainement plus déçu de lire la description d'une société qui ressemble en de trop nombreux points au Meilleur des mondes d'Aldous Huxley. On retrouve ici la description d'une population qui n'a plus aucun lien avec les actes naturels qui sont ceux de l'alimentation ou de la reproduction. Les travaillants se nourrissent de mets recomposés et la reproduction sexuée n'a plus lie. La fabrication de chaque nouvel individu est le fruit d'une sélection pointue visant à l'eugénisme :
« C'était ensuite dans le secret des machines, derrière les épaisses parois du bureau, que les gènes étaient étudiés, mélangés et épurés, avant d'être intégrés à des oeufs conçus dans la pureté de laboratoires qu'aucun être humain ne pouvait pénétrer. de longues pages d'analyses racontaient sur le réseau global la manière dont les gènes étaient maniés, mais les références à la reproduction des chats n'étaient que lapidaires et vagues. »
L'histoire se perd ensuite dans un surplus d'action qui coupe malheureusement court à toute la réflexion entamée par l'auteur dans le début du livre. Dans une suite de rebondissements parfois difficiles à suivre, les personnages perdent peu à peu toute leur singularité, au moment même où, se rapprochant de ce qu'ils espèrent être la liberté, ils croient de toutes leurs forces à la possibilité d'une société différente de celle qu'ils ont connue, et qui leur permettrait enfin d'être « eux-mêmes ».
« - Didier, dit Théodore. Qu'est-ce qui se passe au juste ? Ca n'est pas seulement nous. C'est tout le bureau qui s'entretue ? Pourquoi ?
- J'en sais rien, répond Didier. A tout à l'heure. »
Mais au moment où la déception se fait de plus en plus grande chez le lecteur, la fin surgit enfin et annihile en deux pages toutes les prévisions les plus formelles quant à la conclusion qui aurait pu clore ce roman dystopique. La force et la virulence des derniers paragraphes est d'autant plus puissante que la dernière partie du roman semblait s'être engoncée dans une série de course-poursuites mollassonnes.
En refermant le livre, difficile d'émettre le moindre jugement : la dernière partie a-t-elle été intentionnellement rédigée de la sorte de manière à augmenter le contraste avec la conclusion ? Mais alors c'est un grand risque pris par l'auteur… Ou la conclusion n'est-elle qu'un miracle, sauvant Les Travaillants d'un jugement qui aurait peut-être été trop sévère ?...

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   03 juillet 2011
Nous sommes des travaillants.
C’est notre statut, notre identité et notre fierté.
Nous exécutons un travail, devant des machines d’un autre siècle ronronnant comme des animaux domestiques, pendant que derrière les vitres teintées de nos bureaux, une épaisse couverture de nuages rampe lentement de l’Est vers l’Ouest.
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   03 juillet 2011
C’était ensuite dans le secret des machines, derrière les épaisses parois du bureau, que les gènes étaient étudiés, mélangés et épurés, avant d’être intégrés à des œufs conçus dans la pureté de laboratoires qu’aucun être humain ne pouvait pénétrer. De longues pages d’analyses racontaient sur le réseau global la manière dont les gènes étaient maniés, mais les références à la reproduction des chats n’étaient que lapidaires et vagues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
colimassoncolimasson   03 juillet 2011
Ce matin, votre humeur est bonne.
Vous vous êtes levé tôt et votre horoscope indique que le mouvement des astres favorise hautement des performances professionnelles inattendues.
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   03 juillet 2011
si ce n’est pas la fin du monde,
ces temps de désespoir total
que nous vivons,
travestis en joie d’être au moins là,
plutôt que nulle part,
alors qu’est-ce que c’est ?
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   03 juillet 2011
C’était un matin comme les autres. C’est-à-dire qu’il contenait autant de mauvaises surprises et de déceptions que les autres, autant d’espoirs anéantis, et autant de confirmations blêmes que nos existences n’en finissaient plus de plonger vers le néant.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Grégoire Courtois (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grégoire Courtois
Lecture d'un extrait du livre de Philippe Marczewski, "Blues pour trois tombes et un fantômes", éditions Inculte, 2019
Lecture par Grégoire Courtois dans les rayons de la librairie Obliques.
autres livres classés : eugénismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Semences sans pépins, le mot manquant dans le titre

Si le --------- ne meurt d'André Gide (c'est le début de l'histoire!)

blé
grain
champs
seigle

10 questions
80 lecteurs ont répondu
Thèmes : récolte , Cultures potagèresCréer un quiz sur ce livre