AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368125298
320 pages
Charleston (15/07/2020)
3.74/5   23 notes
Résumé :
Paris, 2018.

Alors que son grand-père est à l'hôpital suite à un arrêt cardiaque, Nour s'interroge : les mystérieuses calligraphies arabes qu'il a reçues seraient-elles à l'origine de son malaise ? Que signifie ce dessin d'hirondelle qui revient comme une signature ?

Son Papé ne lui a jamais parlé de sa jeunesse en Algérie, ce pays où il est né et qu'il a dû quitter du jour au lendemain pour rejoindre la France où tout lui était étrange... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 23 notes
5
1 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ladybooksss
  03 novembre 2020
« La promesse de l'oasis » est le nouveau roman de Béatrice Courtot qui sort le 15 juillet aux éditions Charleston. Lauréate du Prix du livre romantique 2018 avec « La vallée des oranges », Béatrice nous emmène cette fois en Algérie, la terre de ses grands-parents.
2018. Paris. Nour est une jeune professeure de danse classique. Ayant rompu avec son compagnon depuis sept ans, Aurel, elle trouve du réconfort auprès de son seul pilier familial, son grand-père. Pourtant, aujourd'hui, l'appartement est vide. Fabiola, la concierge de l'immeuble, lui annonce que Pape a fait un infarctus et qu'il est dans le coma à l'hôpital. Nour est effondrée. Pape est sa seule famille. Ses parents sont décédés dans un accident de voiture alors qu'elle était bébé. Elle fut la seule survivante. Mamani n'a jamais supporté la mort de sa fille et de son gendre et à peu à peu sombré dans la dépression. Elle s'est donné la mort quatorze ans plus tôt. Seul, Pape a lui su faire face et a élevé Nour. Que va-t-elle devenir si Pape aussi l'abandonne?
1954. Daniel s'apprête à entrer à l'université d'Alger. Passionné de botanique, il rêve d'en faire son métier même si Jacques, son père, préférerait qu'il reprenne la distillerie familiale. Pour cette famille de pieds-noirs, la vie en Algérie est douce et paisible. Mais en cette année 1954, les mouvements révolutionnaires commencent à gronder un peu partout. Mais Daniel a une toute autre préoccupation. Il a eu un véritable coup de coeur pour une étudiante en botanique, Asma…
J'ai eu un peu de mal à entrer dans ce récit. Je ne voyais pas trop où l'auteure voulait m'emmener. Je déplorais d'ailleurs trop de descriptions et trop de longueurs. Quels étaient les liens entre Nour et cette famille de pieds-noirs dont on retraçait quelques années de vie? Les deux récits me paraissaient trop distincts l'un de l'autre. Une fois que j'ai compris le lien entre les deux, le récit a pris une autre tournure…
L'histoire de Nour, c'est l'histoire d'une famille brisée. Non seulement parce que les parents de Nour sont décédés mais également par ses racines familiales. Nour a grandi sans repère féminin et maternel. Mamani est devenue muette, ne pouvant s'occuper de sa petite-fille. Comment la pétillante Asma a-t-elle pu autant sombré au point de délaisser complètement son mari et son unique petite-fille?













Report this ad
Et ce ne sont pas les courriers que reçoit Pape qui vont rassurer Nour. Ces lettres sont signées du même symbole qu'utilisait Asma pour signer: l'hirondelle. Qui peut bien envoyer des courriers avec la même signature qu'Asma? Quelqu'un fait-il chanter Pape? Peu à peu la jeune femme va renouer avec les amis de Daniel et faire revivre le passé…
À travers ce roman, Béatrice Courtot fait revivre l'Algérie d'avant-guerre et nous offre une Algérie aux couleurs chatoyantes, gaie, chaleureuse, lorsque les Européens pensaient avoir trouvé leur oasis. Au travers des souvenirs de Mimi, la soeur de Daniel ainsi que ceux de ses amis, Maurice et Pepito, on ressent toute l'incompréhension et l'amertume de ces Français qui ont dû quitter un pays qu'ils considéraient comme le leur pour un autre qui leur était totalement étranger. Eugénie et Jacques, les arrières grands-parents de Nour et parents de Daniel, ont dû quitter une vie que leurs ancêtres avaient mis des années à construire. La plupart des premiers européens à s'être installés en Algérie étaient des ouvriers qui se sont battus pour avoir une vie meilleure.
J'ai ressenti l'injustice que pouvait ressentir les membres de cette famille en étant considérés comme des colonisateurs. Chassés d'Algérie, rejetés en France, comment se reconstruire lorsque l'on est de part et d'autre de la Méditerranée perçu comme un étranger? L'auteure donne la parole à ces Européens qui ont dû fuir ce qu'ils avaient mis des années à bâtir. Tous n'étaient pas des colons impérialistes désireux d'exploiter les « indigènes » (nom donné aux algériens de souche) mais cultivaient un vivre ensemble, à l'image des parents de Daniel.
Les envies de liberté et de révolution assouvies par la guerre ont brisé des familles des deux côtés. Au lieu de vivre ensemble pleinement, les deux peuples n'ont pas su cultiver leurs ressemblances et effacer leurs différences.
Je conseille?
J'ai nettement préféré le récit passé au présent. J'ai trouvé Nour très froide, presque antipathique. Je n'ai pas du tout réussi à m'attacher à elle. À l'inverse, les passages en Algérie au sein de la famille de Daniel m'ont beaucoup plu. J'avais l'impression de visualiser ce pays, de sentir toutes ses odeurs (autant celles de ses épices que celle de ses fleurs), d'être éblouie par ses couleurs vives. J'ai trouvé l'histoire de Daniel et Asma très belle. Leur amour a été une victime collatérale de la guerre. La nouvelle génération pourra-t-elle réconcilier le passé et le présent?

Lien : https://ladybookss.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
elise3coco
  03 juin 2022
La promesse de l'oasis est un roman familial, entre France et Algérie.
On suit Nour, une jeune femme qui fait de la danse classique et qui n'a pour unique famille que son grand-père car ses parents sont décédés dans un accident et sa grand mère était profondément dépressive ce qui la conduit au suicide. Malheureusement son grand-père fait infarctus et tombe dans le comas.
En parallèle on suit Daniel en 1954 en Algérie. Sa famille vit là bas et il étudie la botanique malgré les réticences de sa famille. Là-bas il rencontre Asma mais l'orage approche car la révolution est en route.
Au début, j'accrochais bien avec l'histoire de Nour, même si je ne voyais pas trop le lien avec l'histoire de Daniel. Et on se doute que les histoires vont se rejoindre mais ont ne sait pas comment.
Au milieu du récit, j'ai trouvé quelques longueurs. J'ai parfois eu envie de délaisser l'histoire. le rythme des évènements étaient trop lents.
A la fin, je me suis prise à tourner les pages à vitesse grand V pour comprendre le dénouement et le lien entre passé et présent. La fin est vraiment très chouette. Dommage qu'on ressente cette petite longueur au milieu.
Elise__♥
Instagram : etliselesmots
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LisMoiSiTuPeux
  23 juillet 2020
Ici, ce n'est pas le continent [...] Nous avons la tiédeur, l indolence des soirs d'été, et la beauté des ciels étoilés [...]
Ce livre est un voyage.
De par l'histoire racontée, il invite le lecteur à découvrir un pays, avec son histoire, ses douleurs, ses habitants remplis d'amour et de désir de liberté.
Ce livre est une histoire d'amour.
L'amour de deux personnes, l'amour d'un pays.
Ce livre est une dégustation sensorielle.
L'auteur, avec une plume tellement délicate et perspicace, nous fait sentir les odeurs des fleurs, de l anisette bue à l'ombre d'une terrasse de café, nous fait entendre le bruit de la kasbha, le clapotis de la méditerranée, nous fait sentir cette chaleur étouffante et la fraîcheur des nuits.
Ce livre est un trésor. C'est un roman qui s'écoule dans un rythme lent, comme les journées de l'autre côté de la méditerranée. La lecture n'en est que plus profonde.
Sans aucun parti pris, nous plongeons dans L Histoire sur deux périodes différentes mais tellement liées.
Vous l'aurez compris ce livre m'a transporté,m'a ému, m'a marqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LaureLiseuseHyperfertile
  23 juillet 2020
Pour mon année de Lectrice Charleston, je voyage beaucoup au gré des livres. Cette fois, Béatrice Courtot nous amène en Algérie, à l'époque de l'indépendance du pays. C'est une page de l'histoire que je connais très peu, le voyage était donc riche d'instruction.
2018. Nour va être amenée à découvrir l'histoire de ses origines à un moment déjà chaotique de sa vie. Elle vient de se séparer de son compagnon et son grand père est dans le coma suite à un AVC. Orpheline, la jeune femme a perdu ses parents suite à un accident de la route. C'est son Papé et Mamita qui l'ont élevée. Si sa grand mère, femme très profondément dépressive, n'était pas très proche d'elle, Nour a en revanche un lien unique avec son Papé.
En 1954, c'est en Algérie que le jeune Daniel quitte ses parents pour commencer ses études à Alger. le jeune homme, passionné de botanique, va croiser Asma. Un coup de foudre. Une histoire d'amour néanmoins secrète à cette époque où blancs et musulmans vivaient en bonne entente mais sans se mélanger. A côté de ça, Daniel et Asma sont mêlés à l'émergence de la guerre d'indépendance de l'Algérie. Je vous l'avoue, ce n'est pas un thème qui m'a captivée ni auquel j'ai tout compris, j'ai plutôt eu tendance à lire ces passages en diagonale.
Ce qui fait finalement le charme du roman se trouve dans le passé et dans l'enquête que Nour va être amenée à faire en recevant des calligraphies, signées du même dessin que celui qu'utilisait sa grand mère. Problème : sa grand mère n'a jamais calligraphié du jour où elle est arrivée en France et est morte depuis plusieurs années. Qui est donc le mystérieux expéditeur de ces calligraphies ? Au terme du voyage, j'ai découvert une très belle histoire pleine d'émotion. Mais j'ai regretté un peu que le voyage n'amène pas plus de mystère, de suspense. Ce n'est que tardivement que j'ai compris qu'il y avait un secret dans le roman. Il est bien caché mais c'est presque trop en fait. L'auteure dissémine pourtant des indices mais ils sont trop flous et trop mêlés aux chapitres de la vie de Nour alors que s'ils avaient été à part mon instinct de lectrice en aurait de suite été intrigué.
En définitive, l'histoire d'Asma, Daniel et Nour est un très beau périple dramatique et j'ai adoré les secrets que l'auteure a su construire pour amener du mystère à son roman. Mais j'ai regretté une construction peu évidente, qui n'a pas su captiver mon attention dès le début.
Lien : https://liseusehyperfertile...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Djustinee
  13 novembre 2020
En tournant les pages, je sens bien l'odeur de menthe fraîche me chatouiller le nez et je peux même imaginer les pâtisseries au miel titiller mes papilles.

Ce roman nous fait voyager entre l'Algérie dès 1954 et la France de 2008. J'aime beaucoup ces alternances d'époques, de personnages et d'histoires. Tout se fait avec beaucoup de fluidité et sans fausse note. J'apprécie toujours ces romans qui traitent de deux époques. 

L'auteur dépeint les personnages et les sentiments avec beaucoup de sensibilité. Je suis transportée par l'écriture de l'auteure. 
J'aime évoluer avec Nour à laquelle je m'attache beaucoup. J'apprécie également beaucoup Daniel et surtout Mimi que je trouve pétillante. 

Le récit me plaît énormément. Un roman aux couleurs de l'amour qui m'a profondément touchée et bouleversée. Comme toutes les guerres, la guerre d'Algérie a fait ses victimes et Daniel et sa famille n'ont pas été épargnés. 

Je trouve les faits historiques également parfaitement exploités. 

Je suis conquise par cette saga familiale historique que je vous conseille. 

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 juillet 2020
Pour compenser la perte de mes parents, Papé ne m’avait jamais rien refusé. « Crois en tes rêves, c’est le meilleur chemin pour qu’ils se réalisent », ne cessait-il de me dire. Il me répétait que j’étais douée, que j’avais le rythme dans la peau. Ainsi, je me sentais invulnérable. Même mes échecs n’arrivaient pas à me mettre à terre. C’était à lui que je devais mon entière réussite. Il me poussait toujours à aller plus loin, à rechausser mes pointes lorsque j’avais les pieds en sang. Il avait endossé le rôle du père que j’aurais voulu avoir. Même à l’adolescence, lorsque je lui avais fait comprendre d’une voix froide, insensible et quelque peu rebelle, que je pouvais voler de mes propres ailes, il avait invoqué le destin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   16 juillet 2020
J’admirais leur relation ; ils semblaient regarder ensemble, dans la même direction. D’une certaine façon, ils avaient réussi l’impossible, en faisant des compromis, en faisant face aux aléas de la vie, en accumulant des moments de bonheur. Leur train de vie était modeste, pourtant ils avaient cette capacité de sourire à des choses sans importance et leur loge de conciergerie, bien plus qu’une simple habitation, était leur univers, petit, mais sûr. « Une maison est faite de murs et de voûtes. Un chez-soi est fait d’amour et de rêves », m’avait-elle dit fièrement un jour. L’an dernier, ils avaient même fêté leurs noces de crêpe – trente-neuf ans de mariage – jusqu’à frôler l’indigestion.
Tous les couples modernes étaient-ils condamnés à ne durer qu’un certain temps ? Notre génération était-elle devenue trop exigeante ? L’injonction au bonheur semblait dicter nos vies. Nos débuts avec Aurel avaient pourtant été dignes d’un film romantique. Un coup de foudre, des déclarations palpitantes, des sentiments exaltés, des moments vécus à 200 %, des dizaines de textos échangés par heure, des cœurs battant à l’unisson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2020
Puisque la France et l’Algérie s’aiment aussi fort qu’elles se détestent, ce paradoxe rejaillit dans les relations actuelles entre ces deux pays : repentance, relent de communautarisme, difficultés d’intégration… sûrement dû à de nombreux non-dits dans le passé. Même si les meurtrissures sont encore présentes, si les séquelles de l’Histoire ne s’effacent pas, je pense que notre nouvelle génération doit avancer, regarder vers l’avenir pour reconstruire une nouvelle relation, porteuse d’apaisement et d’espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2020
J’aurais aimé pouvoir remonter le temps, empêcher que mon grand-père ne vieillisse. Chaque minute qui passait était, tout compte fait, une minute de moins dans sa vie. Depuis toute petite, je rêvais de rencontrer un homme à son image, fort, rassurant, compréhensif. Je pensais avoir trouvé en Aurel ces qualités. M’étais-je noyée dans l’illusion de la vie ? Comment pourrais-je survivre sans lui, sans eux ? J’étais comme un félin à qui on avait coupé les moustaches. Sans repères. Torturée. Meurtrie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   17 juillet 2020
Petite, je me sentais comme un rejeton, une sorte de greffe qui n’avait pas pris. Sans parents, je m’étais construite à la manière d’un rosier, supportée par un grand-père tuteur, et la vie m’avait dotée d’une repartie aussi vive que des épines de ronces. Pour atteindre mon cœur, il fallait braver maints obstacles. On me disait souvent que j’étais une fille insondable car aucun sentiment ne transparaissait. En définitive, j’extériorisais toutes mes émotions en dansant. Ma voie. Mon salut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Béatrice Courtot (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Béatrice Courtot
À l'occasion des 5 ans des éditions Charleston, Karine Bailly de Robien, directrice générale adjointe, vous explique la création cette maison d'édition en 2013 ?
Elle revient également sur la création du Prix du Livre Romantique : vous avez jusqu'au 16 septembre pour participer à l'édition 2019 : http://editionscharleston.fr/prix-livre-romantique/
Karine Bailly de Robien évoque aussi les belles pépites francophones repérées par l'appel à manuscrits et hors le cadre du Prix : Clarisse Sabard, Alia Cardyn, Jeanne-Marie Sauvage-Avit, Béatrice Courtot, Marie Vareille, Sophie Henrionnet ou encore la Team RomCom.
Et vous, quel est votre roman préféré des éditions Charleston ?
Retrouvez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/Editions.charleston/
+ Lire la suite
autres livres classés : présentVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Géographie: détroits et isthmes

Où se trouve le détroit du Bosphore ?

au Sud de la Suède
en Turquie
près de Vancouver (Canada)
entre l’Inde et le Sri Lanka

8 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre