AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 281260090X
Éditeur : Editions du Rouergue (31/10/2009)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 20 notes)
Résumé :

Dans ce livre de voyages et de rêves, entre Groenland, Canada et Ecosse, on se lie d'amitié avec deux jeunes Inuits, Oukiok et Wanda, orphelins et un peu sorciers. On voyage à pied, en kayak, en traîneau, en hydravion, en side-car, à la poursuite d'un grand explorateur... Un ours porte un chapeau, et un cinéaste bientôt très célèbre filme le premier documentaire muet du cinéma, Nanouk l'Esquimau... " ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Mariondoc
  23 janvier 2010
*Une Héroine passionnée et tétue comme une mule: Wanda, petite fille Inuit qui ne parle qu'à travers les voix qui hantent ses rêves.
*Un petit frère fidèle: Oukiok, demi-frère de Wanda qui a perdu sa mère à sa naissance et a été sauvé de l'exécution publique par sa soeur.
*Un ours avec un chapeau: Il a tué le père de Wanda et Oukiok lors d'une partie de chasse.
*Un chapeau: Il porte les initiales KR. Knud Rassmussen, le grand explorateur Danois qui étudie les traditions du peuple Inuit?
*Un film: "Nanouk l'eskimau" réalisé par Robert Flaherty considéré comme étant le premier documentaire de l'histoire du cinéma.
*Des pays: Celui du froid, des étendues blanches et de la chasse aux phoques, le Groenland! Celui du froid, de la brume et de Nessie, L'Ecosse. Mais aussi le Canada et l'Angleterre.
*Des voyages: en kayak, en traîneau, en hydravion et en side-car.
*Un peuple: Les Inuits au moment où, envahis par les explorateurs et les missionnaires, leur destin va basculer et leur traditions vont peu à peu disparaître.
*Une période historique: le début du 20e siècle.
* Un texte: onirique, poétique, épique, historique, tragi-comique, absurde...
Ou quelques-uns des nombreux élèments qui composent ce superbe roman d'aventures que nous offre Alex Cousseau dans lequel il nous invite à un voyage improbable, à la recherche d'un explorateur qui a perdu son chapeau.

La suite sur le blog du CDI:
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lenemarlene
  21 février 2012
L'histoire se déroule au Groenland, au début du 20ème siècle… Wanda et son petit frère Oukiok se retrouvent orphelins après que leur père ait été tué par un ours… portant un chapeau sur la tête ! Plus rien ne les retenant chez eux, les deux jeunes Inuits vont se lancer à la recherche du propriétaire du mystérieux chapeau, un certain Knud Rasmussen. du Groenland à l'Ecosse en passant par le Canada, leur épopée va les mener à des rencontres inattendues… Un roman vraiment fabuleux et surprenant, mêlant rêves, voyages et histoire des Inuits.
Commenter  J’apprécie          50
lecture-folle
  13 novembre 2013
Un bon livre qui est convaincant pour son originalité d'écriture et de scénario.
Tout est à la fois distrayant et intriguant dans ce livre. Il est très original. le début est vraiment très « bizarre », et j'ai tout de suite accroché à cela. L'écriture de ce livre est très poétique sans être très encombrante vu qu'en même temps elle est simple. Malgré cela, je l'ai trouvée de moins en moins poétique à mesure que l'on avançait dans le récit. Pareil pour le scénario même s'il ne s'agissait là pas d'un problème « poétique ». Je m'explique : Au début du livre, on est, grâce à l'écriture en partie, plongé dans un environnement naturel qui m'a beaucoup plu. Au fur et à mesure que l'on avançait, on était de moins en moins proche de la nature, ce qui a des points forts et des points faibles. Point faible : l'histoire devient moins poétique. Point fort : l'histoire a plusieurs parties et on va donc un peu partout. Néanmoins, l'histoire est restée tout au long du livre très originale.
Cette oeuvre est vraiment un grand livre d'aventures. On est scotchés par ce voyage à travers le Groenland, le Canada et l'Ecosse. Mais les paysages n'étaient pas assez décrits. En fait, l'écriture simple a quand même un petit point faible qui est en même temps un point fort (c'est compliqué, non ?) : elle ne décrit pas assez les paysages qui doivent être magnifique en Ecosse. Les paysages étaient assez décrits au début du livre (donc au Groenland), mais moins à la fin (Ecosse). Les personnages sont tout aussi intrigants que leurs actions. J'ai beaucoup aimé le personnage central de Wanda. On est pris d'affection pour elle et surtout pour ses idées et son style de vie farfelu. On est enlacés à travers ses rêves poétiques qui créent la magie du livre. L'écriture épurée et intrigante d'Alex Cousseau se mélange magnifiquement bien avec le personnage de Wanda qui a un style de vie très « classe ». La fin, quand même assez triste (je ne vais pas vous en dire plus ...) est vraiment très poétique et excellente, comme le tout début du livre.

En résumé, un très (très !) bon livre, grand roman d'aventures, poétique et original, avec un excellent personnage central.
Lien : http://lecture-folle.e-monsi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Virgule-Magazine
  09 juin 2016
Dans l'hiver groenlandais, au début du XXe siècle, un ours coiffé d'un chapeau tue un Inuit au cours d'une chasse ; Wanda, jeune fille muette, mais habitée par des voix, et son jeune frère Oukiok se trouvent désormais orphelins… Quel avenir ont-ils dans leur tribu ? L'adolescente et le petit garçon ne le savent pas eux-mêmes. Alors ils décident de prendre la route, seuls, pour rendre ce chapeau sorti de nulle part à son propriétaire, un certain Knud Rasmussen. Ils commencent une quête initiatique qui les conduira jusqu'en Écosse, au gré de péripéties teintées de la magie de l'univers inuit.
L'avis de Charlotte, 17 ans : Ce livre m'a beaucoup plu. Quelquefois, il n'était pas évident de comprendre si l'auteur relatait des faits historiques ou s'il s'agissait de pure fiction, mais cela ne rendait le récit que plus captivant.
L'avis de la rédaction : Un roman d'aventures historique, envoûtant et singulier, qui séduit on ne sait comment, par un mystère aussi étrange que les voix qui parlent à travers Wanda. le style, simple et magnifique, entraîne sans effort le lecteur dans le sillage des deux héros, aussi atypiques qu'attachants. J'ai cependant regretté de ne pas trouver, en annexe, un petit dossier sur les personnages historiques de ce roman, et notamment sur le célèbre explorateur danois Knud Rasmussen (1879-1933).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leCabasdeZa
  20 mars 2013
J'avoue avoir été un temps trompée par le suis du titre. Je suis, du verbe être, du verbe suivre ? des deux ?
Abandonnez immédiatement ce que vous êtes en train de faire, c'est à dire lire mon pauvre billet, pour vous ruer ici et lire le magistral premier chapitre de ce roman ! C'est le genre de lecture qui vous donne un coup de fouet, au cas où vous auriez oublié ce que littérature veut dire. Et ne vous laissez pas abuser par le ado de doAdo sur la couverture, c'est un roman, point.
Pourtant, quelque chose cloche.
Cet ours est coiffé d'un chapeau.
Un chapeau brun, doté d'un élastique coincé autour du cou.
Wanda et Oukiok sont orphelins. Leur père a été tué par l'ours au chapeau. L'ours tué à son tour et mangé, ne reste que le chapeau et les initiales KR, Knud Rasmussen. Durant leurs trois vies, au Groenland, au Cananda puis en Écosse, les deux jeunes inuits traquent l'explorateur dans l'espoir de lui rendre son chapeau, rencontrent Robert Flaherty en plein tournage de Nanouk l'esquimau, croisent Winston Churchill. Wanda ne parle pas, elle est muette comme les films de cette époque, sa voix ne se fait entendre que la nuit, lorsque le rêve déborde, lorsqu'elle ne parle que pour son frère, qui prend fébrilement ses paroles en notes. Un roman épique, une quête de vie, teintée de magie, de chamanisme, ancrée dans une réalité historique passionnante : les années 20, les débuts du cinéma documentaire, l'exploration des terres arctiques. Wanda et son frère rencontreront-ils Knud Rasmussen ?
L'enchaînement des courts chapitres rend la lecture haletante. Il est impossible de lâcher ce livre tant qu'on ne l'a pas terminé.
Lien : http://le-cabas-de-za.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
VanessaVVanessaV   16 février 2017
A cette époque, lorsqu'une mère mourait avant les deux ans de l'enfant, et si aucune femme ne se décidait à l'allaiter, on supprimait l'enfant. Le père hésitait. Sa sœur, elle-même jeune maman, a les seins gonflés de lait. Mais cette femme n'a aucune envie d'adopter le nouveau-né. Et comme le père tarde à réagir, c'est elle, la tante, qui ramasse une pleine poignée de neige et s'apprête à l'enfouir dans la gorge du nouveau-né pour l'étouffer. Pressentant le danger, ce dernier tourne la tête dans tous les sens. D'une main, la tante l'immobilise et lui ouvre la bouche. De l'autre main, elle approche la neige. Ses doigts tremblent. La grand-mère, qui vient de perdre sa fille, se met à pleurer bruyamment. Les enfants joignent leurs pleurs au chahut, dehors les chiens aboient, le vent gémit, mais à la surprise de tous c'est la tante qui braille le plus fort. Tous ces hurlements n'en font qu'un seul, glacial, épouvantable, qui résonne gravement entre les parois de l'iglou. Les yeux révulsés, la tante s'écarte brusquement du nouveau-né et recule en maudissant Aterangui, qui lui mord à pleines dents la fesse gauche. Rien à faire, les hommes ont beau s'y prendre à plusieurs, Aterangui ne desserre pas sa mâchoire d'un millimètre. Une minute entière. Jusqu'à ce que la tante s'évanouisse.
Alors le nouveau-né, un garçon, recrache le peu de neige qui lui encombre la bouche,, la grand-mère arrête de pleurer, et les autres enfants font silence. Ils le regardent, lui, le nouveau. Tout le monde dévisage cet enfant miraculé, qui vient d'échapper à une mort programmée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ChrisbookineChrisbookine   22 juillet 2014
On aime bien connaître la vérité (...) mais parfois on préfère croire aux mensonges.
Commenter  J’apprécie          50
VanessaVVanessaV   16 février 2017
Pittattaritseq, le père, tarde à donner un nom au garçon. [....] [il] hésite encore. A force d'hésiter, il abandonne, et c'est Aterangui qui se charge de choisir un nom pour son frère. D'un doigt, elle trace ce nom dans la neige: Oukiok (ce qui signifie "hiver"). Elle le grave sur la pierre, elle le dessine sur le front de son frère. OUKIOK.
Car Aterangui est muette. Définitivement muette.
Commenter  J’apprécie          00
veroherionveroherion   10 février 2017
Tu vas vivre comme tu penses, Wanda, sinon tu vas finir par penser comme tu vis.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Alex Cousseau (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alex Cousseau
Présentation à l'occasion de la venue d'Alex Cousseau à la 9e édition du festival Livres à vous 2017
autres livres classés : groenlandVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les trois vies d'Antoine Anacharsis (Camille,Coralie)

Sur quelle île se déroule le début de l'histoire ?

Tahiti
Nosy Maborah
Madagascar
Nosy Boraha

7 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Les trois vies d'Antoine Anacharsis de Alex CousseauCréer un quiz sur ce livre