AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les souliers rouges tome 1 sur 4
EAN : 9782818925652
48 pages
Bamboo Edition (05/02/2014)
3.8/5   43 notes
Résumé :
Juin 1944. Alors que la Bretagne est occupée par le 25e corps de l’armée allemande, Jules, 20 ans, fait la connaissance de Georges, un russe blanc en exil. Alors que Jules est un jeune homme de la terre, Georges est un curieux personnage : érudit, passionné et doué de savoirs très éclectiques en sciences physiques et naturelles, comme en philosophie des hommes. De cette rencontre improbable naît une amitié profonde, basée sur l’échange, dans un contexte historique q... >Voir plus
Que lire après Les souliers rouges, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 43 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis
Bonne BD sur les rapports civils-résistants-occupants pendant la seconde guerre mondiale. Focus original, localisé en Bretagne, pas trop de manichéisme, des personnages qui oscillent entre originalité (russes et cosaques) et ancrage local (Ankou et alcooliques). J'ai trouvé cet album bien dessiné et il peut donc valoir le détour. Cela dépendra de la suite...
Commenter  J’apprécie          492
Seconde guerre mondiale en Bretagne, le débarquement est sur le point d'avoir lieu mais, dans un petit village, une compagnie allemande arrive pour semer la terreur.
Entre les pages bucoliques de deux jeunes gens qui profitent des bienfaits de la nature et d'autres sombres remplies de violence et de mort, l'auteur nous conte l'histoire tirée du réel en ces temps troublés.
Commenter  J’apprécie          150
Les souliers rouges c'est avant tout la naissance d'une histoire d'amitié entre Jules, un jeune Breton et un Russe blanc, pendant l'occupation. Mais ce n'est pas que ça, c'est aussi le drame de la guerre. L'auteur nous fait toucher du doigt la complexité des choses à travers des situations qui ont certainement dû exister. Il y a des bons et des mauvais partout, dans tous les camps, et il y a surtout des gens qui subissent des évènements qu'ils n'ont pas choisi de vivre. Je ne peux en dire plus sans vous dévoiler une partie de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          70
Dans la lignée des oeuvres de Gibrat, « Les Souliers Rouges », scénarisé par Gérard Cousseau et illustré par Damien Cuvillier, s'ancre dans le contexte historique difficile de la France pendant l'Occupation Allemande. L'histoire démarre dans un petit village de Bretagne, en 1944, auprès de Jules, un jeune homme de 20 ans, insouciant, amateur de chasse et de pêche. Les pieds dans l'eau et dans la terre, le voici dans ses éléments ! Loin de manquer d'intelligence et de finesse, sa rencontre inattendue avec Georges - un érudit Russe exilé en France - attisera sa curiosité et une amitié profonde s'établira rapidement entre ces deux jeunes gens dissemblables. Tous deux vont profiter de l'accalmie de la guerre pour vivre des moments privilégiés en forêt, lors de balades, de séances de pêche et de chasse. Jusqu'au jour où Les Allemands viennent occuper le village... Occupation, milice, collaboration et Résistance amènent ainsi dans leur sillage dangers, destruction et terreur dans cette petite bourgade tranquille. le lecteur n'a de cesse de se demander si l'amitié naissante entre Jules et Georges, mise en péril par les circonstances dramatiques, tiendra le choc ?

Inspirée de faits réels, cette histoire m'a vraiment fait penser aux oeuvres de Gibrat. le contexte historique est le même : sombre, tragique et dangereux, mais pourtant, tout comme dans l'oeuvre de Gibrat, des lueurs d'espoir persistent : sous la forme de l'amitié, de l'amour, de la loyauté, de la solidarité. L'espérance et la joie de vivre nourries par les protagonistes, inaltérables malgré les conditions, sont représentées par un graphisme vif, lumineux et coloré. L'auteur a également recours à l'humour pour alléger ce contexte historique pesant. le choix de mêler légèreté, dérision et brutalité, violence est étonnant mais efficace et réaliste !

« Les Souliers Rouges » est une bande-dessinée au format relativement court mais qui parvient, en peu de pages, à évoquer de nombreuses facettes de l'Occupation et à éveiller des émotions fortes dans le coeur du lecteur. Dynamique et rythmée, cette histoire terrifiante prend à la gorge.

Et cette fin... ! Qui va rendre l'attente du deuxième tome longue, très longue... !
Lien : http://www.livressedesmots.c..
Commenter  J’apprécie          10
Saint-Nicolas-du-Pélem, juin 1944. Malgré l'occupation allemande, Jules améliore son ordinaire avec la chasse et la pêche. Sa rencontre avec Georges Mikelitch va changer sa vie. Celui-ci est un érudit, d'origine russe. Malgré leurs différences, une profonde amitié va se nouer. Amitié mise à l'épreuve quand la gestapo, les cosaques, la collaboration arrive dans la région...

Si d'un premier abord, ce tome est mis en avant par son dessin, l'histoire est tout aussi intéressante. Les aficionados de bande dessinée connaissent Gérard Cousseau. Auteur complet, pilier du festival Quai des Bulles, il raconte une période sombre de l'histoire : la seconde guerre mondiale et la résistance. le scénario est parfaitement maîtrisé. Mixant avec talent l'aventure et l'histoire (d'après des faits réels vécus par son beau-père), il emporte avec lui le lecteur. Tournant le dos au manichéisme, il crée des personnages intéressants. de la crapule qu'est Dauguier au commandant allemand, de Jules au cosaque, tous ont des motivations différentes dans cette guerre. Aux situations presque ordinaires s'ajoutent des dialogues réfléchis. Malgré une histoire qui s'est passée il y a 70 ans, les mots prononcés par les personnages résonnent aux oreilles du lecteur.
Damien Cuvillier n'est pas en reste. Son graphisme réaliste est fluide. S'il réinterprète certains édifices, il se base sur des batîments qui ont existé. Ces techniques, combinées à une mise en couleur directe permettent d'avoir un dessin magnifié. Tout au long des 48 pages, la variété des couleurs, les mouvements des personnages et la représentation du paysage semblent réels. Une vraie performance !

Les Souliers Rouges permet de s'interroger sur l'histoire, de savoir ce que nous aurions fait à la place des personnages. Malgré ses 48 pages, cette bande dessinée ne manque pas ses objectifs. le tome 2 va se faire attendre...

LES SOULIERS ROUGES
AUTEUR : GERARD COUSSEAU
DESSINATEUR : DAMIEN CUVILLIER
EDITIONS : GRAND ANGLE
Lien : http://temps-de-livres.over-..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (5)
Bedeo
25 mars 2014
Les Souliers Rouges nous offre un voyage touchant de simplicité dans un monde où rôde une mort brutale. Gérard Cousseau nous rappelle qu’il suffit de peu pour voir naître une amitié, même dans les circonstances difficiles.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BulledEncre
17 mars 2014
Restant assez classique pour une BD traitant de l’Occupation, ce premier volet réussit néanmoins à offrir un récit captivant.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD
10 mars 2014
Récit de guerre ou chronique pastorale de la vie sous l’occupation ? Une histoire d’amitié authentique qui hésite entre ces deux registres.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario
10 février 2014
Un premier volet honorifique et intimiste qui mêle harmonieusement fougue et drame, dans des effets classiques, simples et efficaces.
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest
07 février 2014
Sans réellement démériter, ce premier tome des Souliers rouges peine à se démarquer des nombreuses séries ayant la Seconde Guerre mondiale comme toile de fond.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Le destin de l'Homme est-il entre les mains d'un dieu ou celles de cette force intime de toujours penser que le plus beau reste à venir. Une force constante, inaltérable, puisée jour après jour dans la petite part d'enfance que certains savent maintenir intacte jusqu'au crépuscule de leur existence.
L'Homme ne meurt pas.. Un jour, il cesse simplement de s'émerveiller..
Commenter  J’apprécie          00
Ce soldat était un brave type, c’est moi qui lui ai indiqué Kerbot pour ses pommes de terre. Il n’attendait qu’une chose, rentrer chez lui et reprendre la musique ! Le monde est mal fait... la tête d’une poignée de chefs déclare des guerres alors que le cœur de la majorité des hommes n’aspire qu’à la paix...
Commenter  J’apprécie          00
La curiosité est l'un des vecteurs du savoir.
Commenter  J’apprécie          50
l'homme ne meurt pas . Un jour il cesse simplement de s'émerveiller...
Commenter  J’apprécie          10
En poursuivant tes peurs, tu finis toujours par les devancer et donc les dominer.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Gérard Cousseau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gérard Cousseau
Rencontre avec Gérard Cousseau, alias Gégé, qui revient sur l'aventure Monsieur Tendre, ce petit moustachu aux faux-airs de Charlot. La rencontre est articulée autour de la projection du film Monsieur Tendre de Christian Lejalé, docu-sensible de 22 minutes tourné en 1984 avec Gégé himself dans son propre rôle et qui traite du principe même de création en bande dessinée. Une rencontre animée par Laurent Lefeuvre, captée pendant le festival Quai des Bulles.
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (64) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3217 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..