AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258137713
Éditeur : Les Presses De La Cite (25/01/2018)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Bernard pourra-t-il un jour dire toute la vérité ? Sur l’incendie criminel qui a dévasté sa famille et sa vie. Sur le secret qu’il est le seul à connaître vraiment, qui mêle à la fois la folie, l’amour, la jalousie et, à l’origine, la souffrance muette d’un enfant malaimé.

A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l’incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. Depuis toujours, un feu contenu brûle en lui : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  31 mars 2018
*****
Responsable mais pas coupable... Bernard a 18 ans quand on fait sa connaissance. Face à sa maison en flammes, il assiste à la mort de sa mère et au supplice de son père. Pourtant, il ne verse pas une larme, il ne semble pas bouleversé et plutôt calme à cette vue terrifiante. Soutenu par son grand-père, il ne dévoilera jamais la vérité et sera emprisonné pendant 15 ans pour matricide. Il trouvera, plusieurs années après, le courage et les mots pour dévoiler son histoire...
C'est sans savoir que je m'avançais vers un vrai coup de coeur que j'ai débuté ce roman... Il est écrit avec beaucoup de finesse, de tendresse et sans jamais un mot déplacé ou de trop. Bernard, le personnage principal, nous touche profondément. Solitaire et en souffrance permanente, il se réfugie dans les livres, les mots qu'il lit et ceux qu'il écrit. Bernard est un être blessé, un adolescent en manque d'amour, un enfant qui ne sera jamais à la hauteur aux yeux de ses parents. Ce manque de confiance l'entraînera à protéger et à prendre la responsabilité d'actes qui ne sont pas les siens.
C'est un roman prenant et fort, qui laissera sa trace pendant longtemps dans ma mémoire...
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Presse de la Cité pour leur confiance...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
coquinnette1974
  01 juin 2018
Je me rends compte que j'ai complètement zappé de chroniquer Ce feu qui me dévore de Paul Couturiau, découvert grâce à net galley et les presses de la cité.
Ce feu qui me dévore est un roman avec pour personnage principal Bernard.
A tout juste dix-huit ans, Bernard Bertin est désigné coupable de l'incendie criminel qui a tué sa mère et laissé pour mort son père. le jeune homme a toujours fait preuve d'une sensibilité à fleur de peau, il a été un enfant incompris de son entourage. Après sa peine de prison, il revient vivre sur les lieux du drame, à Metz. Il est devenu écrivain et n'a jamais levé le voile sur son histoire. La vraie et insoupçonnée. Ses retrouvailles avec Alexandra, son premier amour, vont le pousser dans ses derniers retranchements ... Arrivera t'il à révéler les souvenirs douloureux de cette enfance qui n'en fut pas vraiment une...
Bernard est un homme solitaire, en profonde souffrance, et il est impossible de rester indifférent à ce personnage. Il m'a beaucoup touché. J'ai apprécié le personnage, sa sensibilité, ses secrets...
Les apparences sont souvent trompeuses, on ignore ce qui se cache derrière les murs...
Un jeune homme peut accepter de prendre la responsabilité de quelque chose dont il n'est pas coupable.
Ce feu qui me dévore est un très bon roman, captivant, dont le personnage principal m'a beaucoup touché, et à qui je mets avec plaisir cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MAMIEJAUNE
  13 février 2018
Je viens de lire « Ce feu qui me dévore », roman de Paul COUTURIAU. J'avais découvert la plume élégante et fine de cet auteur lors de la lecture, il y a quelques années, de ses romans se déroulant en Chine et plus récemment « L'abbaye au Loups », livres que j'ai tous beaucoup aimés.
L'auteur nous conte donc l'histoire de Bernard Bertin, jeune homme qui a été témoin de l'incendie criminel ayant dévasté sa vie et sa famille et se retrouve inculpé et emprisonné.
Toutefois, pourra-t-il un jour dire toute la vérité ? Quel est le feu qui le dévore ?

L'écriture est belle et fort rythmée. J'ai été de suite captivée par cette histoire prenante où le suspense est grand et où, au fil des pages, l'auteur nous dévoile, avec parcimonie et pudeur quelques indices permettant de comprendre les secrets liés à la vie que fut celle de Bernard. Les textes que celui-ci a écrit pendant son enfance et qui lors de son emprisonnement lui ont permis de donner un sens à sa vie, de rebondir et de devenir romancier, sont très troublants.
J'ai apprécié Bernard, son « pépère », Alexandra, son amour de jeunesse, qui sont de belles personnes, ayant toutes des personnalités fortes et humaines. Beaucoup d'émotions sont palpables et l'on ne peut que s'attacher à ces personnages.

J'ai ADORE ce roman triste certes, fort émouvant mais tellement réaliste qui m'a fait penser à une autobiographie écrite avec les mots mais aussi le coeur de l'auteur.... Les multiples rebondissements tiennent le lecteur en haleine et invitent à réfléchir sur le problème des non-dits, du silence dans les cas de maltraitance infantile, sujet fort douloureux qui malheureusement reste toujours tabou de nos jours...
Je lirai assurément d'autres livres de Paul COUTURIAU qui m'a beaucoup touchée avec ce récit.
Je vous recommande donc vivement ce roman et vous souhaite une bonne lecture !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Biancabiblio
  09 avril 2018
Metz, juillet 2000. Bernard Bertin assiste aux funérailles de son père. Les deux hommes se sont beaucoup rapprochés ces dernières années, depuis que Bernard est sorti de prison.
A tout juste 18 ans, il a été reconnu coupable de l'incendie criminel de la maison familiale au cours duquel sa mère a trouvé la mort et son père, a été grièvement brûlé. A l'issue de son procès, le jeune homme a écopé de quinze années de prison alors qu'aucune preuve ne l'a jamais incriminé.
Seule, l'ébauche de son premier roman, a fait de lui le coupable tout désigné. Bernard y raconte l'enfance maltraitée d'un petit garçon, qui une fois adulte, décide de punir ses parents en mettant le feu à sa maison.
Mais ce roman est-il la confession d'un enfant martyr ou une oeuvre de fiction ? Bernard assure au juge d'instruction que ce roman n'est que pure invention mais qu'en est-il exactement ?
Il y a un peu plus de deux ans j'avais découvert la plume de Paul Couturiau à l'occasion de son roman Je meurs de ce qui vous fait vivre qui avait pour héroïne la première femme journaliste, Séverine. J'avais adoré ce magnifique portrait de femme, j'étais impatiente de découvrir cet auteur dans un registre plus contemporain, ce qui est chose faite avec Ce feu qui me dévore et je ressors de ce roman, totalement bouleversée.
Après une figure historique, Paul Couturiau met en scène un personnage totalement fictif : Bernard Bertin que l'on découvre trente après l'incendie criminel qui a coûté la vie à sa mère et handicapé son père.
Comme tout l'accusait : son côte fuyant, son mutisme, ses écrits d'adolescent, il est condamné sans l'ombre d'une preuve. Depuis sa cellule, il est devenu romancier à succès sans jamais révéler la vérité sur son enfance.
C'est un roman triste, émouvant mais tellement réaliste que mon coeur s'est serré à de nombreuses reprises. L'auteur construit son récit à la manière d'un polar : le narrateur distille au compte goutte les éléments de son histoire et les nombreux rebondissements induits par ces révélations, tiennent le lecteur en haleine jusqu'au bout tout en nous invitant à réfléchir sur la maltraitance infantile, sujet fort douloureux qui malheureusement reste toujours tabou de nos jours…
Paul Couturiau, avec sa plume rythmée, nous propose une histoire qui ne tombe jamais dans le pathos, qui sonne terriblement juste, bien construite, ponctuée d'allers et retours dans le passé et des écrits de Bernard, et qui nous dévoile dans toutes les dernières pages le fin mot de l'histoire.
Lire la suite...
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chroniquesanshistoire
  29 avril 2018
Un roman de terroir, efficace et bien mené !

À Metz, Bernard Bertin est le coupable idéal face à l'incendie qui a ravagé la maison où il vit avec ses parents. Cet incendie qui a tué sa mère et gravement blessé son père. Pourquoi le coupable idéal ? Parce que, fasse à ce feu, devant les badauds et les pompiers, Bernard souriait. La panique n'était pas là, l'horreur ne se lisait pas dans son regard. Et quand son amie mentionne que cela ressemble à l'histoire qu'il a écrite… les policiers font des conclusions logiques, évidentes.
Mais le papy de Bernard n'y croit pas ! Il sait qu'il n'est pas coupable. Même Bernard le dit, il n'est pas coupable mais… responsable.
Alors que s'est-il vraiment passé ? Que ne veut-il pas dire ? Que cachent-ils tous ?

Ce roman m'a agréablement surprise ! Je pensais trouver une écriture dense, longue et rester en « surface » et c'est tout l'inverse qui s'est produit (quel misère ces préjugés !). L'intrigue est bonne et nous interpelle rapidement. Bernard est un personnage très mystérieux et quand quelques secrets se dévoilent, on se retrouve vite happé dans les mots de l'auteur. Surtout sur la première moitié du roman.
La seconde, malheureusement, s'essouffle un peu. le rythme ralentit et j'ai trouvé que des longueurs, non présentes jusque là, freinent la lecture… Cela est un peu dommage, d'autant plus que le dénouement est bien trouvé et les actes de Bernard très compréhensibles.
Violence, manipulation, secrets de famille, maladie… de grands maux sont dénoncés ou mis en lumière ici et le titre « Ce feu qui me dévore » devient alors très justifié !
Ce livre se lit bien, l'écriture est précise et fluide mais ce n'est pas un roman qui me restera longtemps en mémoire… Je le conseille toutefois car c'est un bon livre !

Si je le conseille ? Oui. Je n'ai pas accrochée quant à la 2ème moitié mais l'intrigue est bien menée et tout est cohérent. C'est un livre à suspense « de terroir » qui trouvera son public auprès de ceux aimant les lectures accessibles, rapides, et avec des secrets !
Merci aux éditions Presse de la Cité pour cette découverte.
Lien : https://sanshistoire.wixsite..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2018
Retomber dans l’anonymat ne me gêne pas ; bien au contraire. Je n’ai jamais recherché ni la publicité ni la célébrité.
Le succès me convenait parce qu’il me permettait de vivre de ma passion.
Tout petit déjà, je voulais devenir écrivain ; plus précisément romancier, car je ne me sentais bien que dans le cocon de la fiction, faute sans doute de trouver ma place dans la réalité. A cette époque-là, concrétiser mon rêve me paraissait hors de portée, plus encore après ma condamnation pour matricide, pourtant j’y suis parvenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2018
— J’avais écrit un roman en prison, une fiction sans rapport avec mon histoire – histoire de « m’évader ». A Paris, un éditeur a aimé mes écrits et il a été assez charitable pour estimer que j’avais payé ma dette à la société.
— Ou pour profiter du phénomène médiatique que tu lui servais sur un plateau d’argent. Le roman d’un criminel !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2018
J’avais un nom marqué au fer rouge, une histoire accablante, c’est vrai, mais les nier m’aurait paru malhonnête. J’ai toujours assumé mes responsabilités, quoi qu’elles aient pu me coûter. Quoi qu’elles m’aient coûté. Et puis, je n’aurais pas aimé réaliser mon rêve d’enfance en le fondant sur un mensonge.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2018
Ecrire l’histoire à laquelle je tourne le dos depuis trente ans est, sans doute, le seul moyen pour moi de retrouver une forme d’équilibre. Et puis, ce roman sera peut-être celui qu’attend mon éditeur pour relancer les ventes de mes livres. Un ultime cadeau de mon grand-père, en quelque sorte.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   02 juillet 2018
Les années ont, certes, dessiné de fines pattes-d’oie autour de ses yeux, mais elles ont surtout épanoui une beauté déjà remarquable chez l’adolescente. Une taille élancée, un cou long et gracile et d’immenses yeux d’émeraude.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Paul Couturiau (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Couturiau
Mirabelle TV - De vous à moi - Paul Couturiau
autres livres classés : grand-pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3263 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..