AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259203524
384 pages
Éditeur : Plon (23/01/2006)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 38 notes)
Résumé :
SI VOUS RENCONTREZ UN HOMME PORTANT UN SEUL GANT DE CUIR NOIR,FUYEZ !

Tome 2 : Etats primitifs
Après la mort tragique du romancier Stanley Holder à Tusitala, la journaliste Sarah Widar est à New York pour enquêter sur une mystérieuse Fondation d'art sise au coeur de Manhattan, et qui servirait de couverture aux Loups de Fenryder, une effrayante société secrète ayant juré de détruire les Etats-Unis. Aidée par Tim Modin, un détective aux allures ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  25 janvier 2013
Suite des "Loups de Fenryder", voici le deuxième tome d'une trilogie de qualité.
En préambule, je vous conseille de ne pas croire les mots de l'auteur dans sa préface. Oui, sans doute, ce roman peut se lire sans avoir lu le premier, mais se serait gâcher. Vous passeriez à coté de beaucoup d'aspects forts de cette histoire.
Le premier tome était digne d'une oeuvre de Stephen King version 80's. Covin a décidé (à mon sens avec raison) de ne pas poursuivre l'histoire en en recopiant simplement les ficelles.
Le récit est foncièrement différent, tout en étant une belle extension de l'original. Exit la Louisiane, bienvenue à New York.
L'atmosphère particulière du roman s'en trouve changée et, même si j'ai une préférence pour la belle ambiance du premier tome, le second est également réussi.
Là où précédemment le roman vivait grâce à son climat pesant, cette fois-ci nous sommes plus proche du polar (horrifique).
L'écriture s'en trouve également changée, moins d'emphase, un style plus direct, qui convient bien à l'histoire.
L'action est plus soutenue, aucun temps mort et de nombreux rebondissements. Les "Loups" prennent toute leur dimension, à l'échelle d'une grande ville, et même du pays tout entier.
Covin, qui a travaillé dans les milieux artistiques, profite de ses connaissances pour donner de la profondeur à l'oeuvre.
Ce frenchy a un réel talent de conteur "à l'américaine".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
greg320i
  14 décembre 2011
Mais quelle maéstria, quel talent de renom à donc poussé Alec Covin à nous servir un tel chef d'oeuvre ? Serer t-il le nouveau Stephen King,possible avec ce roman tout simplement bluffant. On entre dans l'horreur par la grande porte et on s'emporte direct dans les + sombres desseins ,le + angoissant chemin vers le suspense qui tient la dragée haute dans ce succulent acide qui porte le nom 'Etats Primitifs' ( Un titre que je juge iréel tant il est doux par rapport à l'histoire qui elle vous frappe et vous prend à la gorge) Impossible de se fier à quelqu'onc critique ou résumé: il faut le lire,il faut le vivre! Après seulement vous serer ce que peuvent eprouver les condamnés de la fin du monde tant l'apocalypse ici nous arrache et nous saigne dans les pages les + violentes . Aucune demi-mesure, ni retenue pour ce génial écrivain (Français!) qui connais toutes les ficelles du métier et sais comment (avec l'art et la manière) distiller ,moudre et concocter un thriller ,une horreur,un immense terrain de chasse où l'on se prend au jeu.La qualité dépasse la quantité des pages que l'on ne compte de toute façon pas tant on le dévore de plaisir. L'addiction à ce livre ouvrira naturelement l'envie d'en connaitre le prédecesseur ( Les Loups de Fenryder) et la suite ( le Genéral Enfer)
Vous voilà prévenus, ILS sont là ,, et bien malin celui qui devinera quel destin nous reserve Covin .
Un MUST ? Oui j'ose le dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
lovelybook
  27 juillet 2015
Une nouvelle fois, un vrai thriller dramatique. On s'attache très vite aux personnages, aux risques et périls de les perdre à tout moment. Ce roman là était beaucoup plus encré dans la politique, les loups de Fenryder tape dans le plus important point des États Unis, pour conquérir le monde et être les maîtres. Les maîtres de la peur ont encore réussi leur coup aussi bien dans l'histoire que dans ma tête. J'ai eu antant de frissons que dans le précédent roman, voir plus. Alec Covin est un grand maître de la duperie, les méchants ne sont pas ceux que l'ont croit être.
Commenter  J’apprécie          180
ericstorda
  04 décembre 2010
Un an de cela, des meurtres mystérieux sont survenus à Tusitala, simple bourgade de Louisiane. En réalité le mystère n'existait pas pour tous. Parmi les survivants, il y eut la journaliste noire Sarah Wildar. Elle, elle savait que les instigateurs de ces massacres n'étaient autres que les Loups de Fenryder. Mais qui sont-ils vraiment?
Nous la retrouvons en ce second tome à New York. Ayant quitté sa Louisiane natale, elle arpente la grande pomme dans l'objectif de coincer le général sudiste et ses acolytes. Nul ne sait à quoi ressemble cet homme qui a inexplicablement survécu à son lynchage lors de la guerre de Sécession. Et ses loups sont parmi les plus puissants êtres existants. Quasi immortels, ils ont le pouvoir de matérialiser vos pires peurs. Nul n'est à l'abri de leur ire. Parmi eux, il y a Walter Skoll. Riche entrepreneur, il a créé la fondation portant son nom. Fondation qui prépare une exposition en l'honneur de Forrest Magnus, concubin de Sarah Wildar. Ajoutez-y Tim Modin qui a un compte à régler avec les Loups et Jodie Stevenson dont la grand-mère, historienne spécialiste de la Guerre de Sécession. Les pions sont avancés. La partie d'échec peut commencer.
Dans le premier tome, Les loups de Fenryder, Alec Covin nous avait offert un pur roman d'horreur comme peu d'européen savent le faire. La critique, quasi unanime le comparait alors à Stephen King, maître du genre. Il aurait très bien pu continuer dans la même voie. Et il y aurait réussi avec succès. Et pourtant, il a voulu parcourir un autre sentier tout en continuant d'explorer la mythologie des Loups. Il s'aventure sur le terrain du polar urbain. Il nous livre alors un roman passionnant. Roman qui se lit que vous ayez lu le premier tome ou non. Personnellement, je vous conseille vivement de le lire tout de même. Ainsi, vous jouerez à l'enquêteur de la même façon que Sarah. Je m'explique. Vous n'avez pas lu le premier tome, vous vous identifierez à Forrest Magnus ou Jodie Stevenson qui n'ont jamais rencontré les loups et leurs pouvoirs. A l'inverse, vous vous reconnaîtrez dans Sarah et Tim si vous avez lu les Loups parce que vos questions et votre curiosité se porteront plus sur le Général Fenryder.
Outre cela, Alec Covin nous prouve (si besoin était...) qu'il est un grand lecteur de littérature fantastique et horrifique. Il connaît ses classiques. le livre est parsemé de références à ces livres. Que ce soit Dracula de Bram Stoker (un personnage qui s'appelle Bram Harker, une scène essentiel est mise au goût du jour...), Dr Jekyll & Mr Hyde de R.L. Stevenson (Nom de Jodie, Structure et nom des chapitres...) ou encore Stephen King et Peter Straub. Mais je vous laisse découvrir le reste.

Je vous entends d'ici "C'est bien beau tout ça. Il rend hommage à ses références, le livre est accessible à tous. Mais et l'histoire? Les personnages?..."
J'y venais justement. Pour l'histoire, il n'est pas question de savoir qui a tué ou autre. C'est tout autre chose. Nos quatre enquêteurs veulent arrêter les loups, chacun pour des raisons différentes. Y arriveront-ils? On se rappelle le dénouement à Tusitala, on s'inquiète pour eux du coup. Et puis, point essentiel, verra-t-on enfin ce général? En réalité, le premier tome nous apprenait l'existence de cette secte. Ce second tome nous en apprend plus sur sa structure et son organisation. Mais on ne sait pas tout. Un voile d'ignorance plane encore. C'en est passionnant. Pour les personnages, il s'agit ici d'un des points forts de l'auteur. Il nous en décrit un très grand nombre. Et on se prend d'affection pour chacun d'entre eux. Et ce même si on se doute qu'ils vont disparaître dans les prochaines pages. Il leur donne une épaisseur incroyable en seulement quelques mots. Et ce n'est que son second roman... Enfin, il nous gratifie de scènes très fortes leur de la manifestation des pouvoir des loups. Dans le premier, il s'attelait à détourner des scènes bien connues (comme le requin dans la piscine). Là, il nous prend aux tripes en s'attaquant à nos peurs les plus profondes. Regardez bien sous votre lit...
Je pense qu'il n'est pas besoin de dire que je le conseille fortement. C'est un gros coup de coeur de ma part, et un pari gagné pour Alec Covin. Retenez ce nom! Et surtout retenez-le pour ce mois de mars: vous pourrez alors lire la conclusion de cette saga.
Lien : http://artdelire.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Livresque78
  07 janvier 2016
Quelques bons petits moments de trouille avec ce roman, surtout au début, tout est donc réuni pour me propulser à fond dans ma lecture car j'adore mes faire quelques frayeurs.
Une lecture que je recommande, ainsi que la suite : les loups de Ferynder.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   20 septembre 2014
Un homme se définit tout entier par ce qu'il veut expier. Une femme par ce qu'elle cherche à sauver. Homme et femme ne sont pas du même coté de la faute. La femme s'efforce de l'éviter, l'homme de la réparer.

Commenter  J’apprécie          110
gruzgruz   29 septembre 2012
Un homme se définit tout entier par ce qu'il veut expier. Une femme par ce qu'elle cherche à sauver.
Homme et femme ne sont pas du même coté de la faute. La femme s'efforce de l'éviter, l’homme de la réparer.
Commenter  J’apprécie          100
MurielTMurielT   17 mai 2015
Sarah se rendit à la fenêtre et regarda au loin vers la frontière canadienne, par-delà la forêt obscure qui descendait le long de la vallée. Elle savait à présent que Fenryder et ses loups avaient réussi. Ils avaient mis en marche ce à quoi ils avaient patiemment œuvré depuis cent quarante ans. Par leur duplicité, le sénateur et son gourou étaient devenus les emblèmes d'une lutte dont le chaos devait être l'issue fatale et Fenryder le sur bénéficiaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
grm-uzikgrm-uzik   12 juillet 2018
- "La peur qu'on éprouvait devant le simple terme d'Alzheimer. Ce n'était pas de devenir un légume qui effrayait le plus l'esprit, c'était de voir son identité propre et celle des autres se perdre à jamais dans les sables, c'était de voir le monde se muer en un vertigineux chaos, c'était de voir les rapports acquis dans la joie ou dans la peine n'être plus que vent. Pour les malades, l'univers dégénérait dans ses grandes et petites lignes, le palimpseste comme épuisé s'effaçait pour toujours. Chaos, sables et vent. Plus aucune attache, plus aucun appui, plus rien où se tenir et être protégé. Fracassés étaient les abris, détruites les rampes. Chaos, sables et vent..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gruzgruz   15 novembre 2011
C'était sans doute cela, l'enfer. Ne jamais pouvoir s'habituer.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Alec Covin (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alec Covin
Entre le Mulholland Drive de Lynch et Eyes Wide Shut de Kubrick, Deux et demi ou le roman du diable est un roman surprenant et fellinien, à l'étonnante puissance visuelle et dramatique. Muriel Beyer a rencontré Alec Cobvn, l'auteur de ce livre étonnant.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre