AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Maurice Coyaud (Traducteur)Susanne Strassmann (Illustrateur)
EAN : 9782910272609
223 pages
Éditeur : Flies France (21/02/2009)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :

Jadis vivait un couple pauvre sans enfants. Les deux époux prièrent le dieu de leur accorder un héritier. Un jour, le vingt et unième après leur prière, leur vœu s'accomplit. Comme le mari balayait la cour, il ramassa un haricot. Il le pila. La farine jaune en fut goûtée et trouvée délicieuse. Ils en firent de la soupe. Ils furent ravis de ce repas. Le haricot ne grandit pas mais devint un bon petit g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Anatemnein
  07 octobre 2017
Comme son titre l'indique, cet ouvrage conte beaucoup d'histoires anciennes se passant au Japon.
J'apprécie ce pays mais je ne sais pourquoi, je me suis beaucoup ennuyer à la lecture de cet ouvrage.
En effet, les contes ne m'ont pas intéressés plus que ça et il faut avouer que l'humour et la culture historique du Japon n'a, bien évidemment, rien à voir avec notre culture occidentale.
Malgré tout, l'auteur nous donne des explications et des notes diverses et variées sur le vocabulaire nippon.
Sur 86 nouvelles, une seule a retenue particulièrement mon attention, il s'agit de celle intitulée: "Bonheur du son et Bonheur du riz", un thème proche de celui de Cendrillon.
Pour le reste, il m'est difficile de parler de mon ressenti...
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TheTeaChaTheTeaCha   26 août 2015
LA FIANCÉE DU DRAGON

Jadis, une certaine année, il n’avait pas plu du tout. Les paysans étaient extrêmement ennuyés. Les petites pousses de riz avaient à peine commencé de croître. Pas d’eau. Pas moyen de sarcler. Les paysans de chaque village priaient les dieux, pour obtenir de l’eau. En vain. Ils devenaient malades d’inquiétude.
Dans un certain village vivait un paysan, nommé Tokubei, qui avait une jolie fille. Il avait prié pour avoir de la pluie, mais rien à faire. Pas une goutte. Il s’avisa de se tourner vers le dieu dragon Ryûjin et lui dit :
– Si vous daignez nous octroyer la pluie, je vous offre ma fille unique !
Il pria de toute son âme. Alors, une chose bizarre se produisit. Soudain, le ciel se couvrit de nuages noirs, le tonnerre tonna gorogoro ! La pluie se mit à tomber.
Les villageois, ravis, se mirent à sarcler. Le riz se mit à pousser correctement. L’automne venu, on moissonna. Mais celui qui avait prié le dieu dragon et lui avait promis sa fille n’était pas tranquille. Il avait gardé secret ce vœu, sans le révéler ni à sa femme ni à sa fille.
Un jour d’automne, arriva au village un jeune homme, marchant lourdement, las, urouro, et s’arrêta devant sa maison, et demanda l’hospitalité:
– Je n’ai pas réussi à vendre mes éventails. Veuillez m’accueillir !
Plein de compassion pour le pauvre jeune homme, notre paysan l’accueillit et l’installa dans une chambre qui était libre.
Le lendemain, le nouvel hôte ne démarra pas, alléguant sa faiblesse. Les jours passèrent, le jeune hôte ne s’en allait pas. Mais il se liait avec la jeune fille de la maison. Ils sympathisaient. La jeune fille déclara vouloir l’épouser. Le soir du jour fixé, on fit la cérémonie de mariage. Le plateau d’offrandes était étalé. Soudain, le fiancé, tsut ! se leva et dit à la fiancée :
– Voici le jour venu, enfin ! Je suis le dieu dragon ! Selon le vœu fait par ton père, je te prends pour épouse !
Il enveloppa la fiancée dans sa large manche, et aussitôt, se transformant en un grand serpent, il appela un nuage, où, se lovant, il disparut dans le ciel.

(conte n°70, p.162 sq)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
AnatemneinAnatemnein   07 octobre 2017
Jadis, dans un certain village, vivait une jeune fille fort gentille. L'ennui, c'est qu'elle ne pouvait pas se retenir de péter en public. Même devant du monde, elle pétait, dieu sait pourquoi, pour cette raison, sa mère désespérait de la marier.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
506 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre