AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Maurice Coyaud (Éditeur scientifique)
EAN : 9782859405861
320 pages
Phébus (30/11/-1)
4.23/5   81 notes
Résumé :
Réédition d'un classique qui enchanta Roland Barthes, où poésie et impertinence cheminent d'un même pas.
Les haïkistes nippons, dont Maurice Coyaud a rassemblé ici le plus large florilège, notaient volontiers leurs petits poèmes -trois vers, c'est tout- en marge du récit de leurs randonnées, comme autant de pauses, de points de suspension. M.Coyaud procède à leur manière. Son anthologie n’en est pas vraiment une et c’est tant mieux ; elle prend forme de pro... >Voir plus
Que lire après Fourmis sans ombre : Le Livre du haïkuVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,23

sur 81 notes
5
7 avis
4
6 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis
Très très intéressant, surtout si comme moi on ne connaît pas tant que ça la culture japonaise, l'art du haïku ...

Le livre est construit en plusieurs chapitres thématiques, et nous donne un bon aperçu de la fabuleuse diversité des thèmes abordés, des auteurs, des styles

L'auteur ose des parallèles avec "notre" poésie française et européenne (Apollinaire, Verlaine ... entre autres), et nous replace dans le contexte culturel et historique des auteurs de haïkus : les contes zen, les contes populaires asiatiques, la culture bouddhiste et shintoïste ...

A picorer, à savourer, en plusieurs lectures, en plusieurs instants
Le haïku, la magie de l'instant saisi au vol
Commenter  J’apprécie          240
Ce livre est une très belle anthologie de haïkus japonais (courts poèmes très codifiés, composés de trois vers seulement et dont la paternité est attribuée au poète japonais Bashō Matsuo qui a vécu au XVIIème siècle). Ceux-ci sont déclinés par thèmes successifs (saisons, lumière, amour, musique, nature, etc.) qui en rend la lecture très appréciable. C'est un recueil que je conserve souvent près de moi : les quelques lignes d'un seul haïku suffisent à combler mon imagination. Les petites choses ont souvent une réalité immense, universelle. C'est tout le mérite de ce très beau livre que de nous le faire découvrir ou de nous le rappeler.
Commenter  J’apprécie          130
Un joli florilège de haïkus variés, composé en thèmes ( moments, humour, bestioles, etc.) et agrémenté de contes populaires, de comparaisons littéraires ( Verlaine, Apollinaire, Proust, Prévert...) et de réflexions personnelles qui accompagnent notre propre promenade sans la gêner. L'anthologie est précédée d'une introduction éclairante, aussi simple qu'érudite.
Commenter  J’apprécie          140
Ce livre de haïkus est une anthologie un peu spéciale. Maurice Coyaux est un spécialiste des langues orientales (du russe au chinois) et il a superbement compris l'esprit de ce petit poème souvent écrit à l'impromptu en bordure d'un chemin, au court d'une randonnée, d'un voyage lointain. Il procède donc de même, mêlant les plus beaux poèmes nippons à des réflexions plus personnelles, à des citations d'auteurs occidentaux, à des contes asiatiques qui répondent ou précèdent un joli haïku.
Ceux-ci sont ici classés par thèmes (été, hiver, humour, musique, ...) et non pas par époque ou par auteur. Ce classement impose donc que les auteurs sont présentés petit à petit et que les dates de rédaction se mêlent et se mélangent, sans que cela gène en rien puisque les haïku sont intemporels, éternels.
C'est donc un ouvrage à la fois très léger, souvent impertinent, parfois mutin et coquin ; mais aussi d'une grande érudition, qui montre une immense connaissance de l'Homme de la part de l'éditeur et des auteurs. Un pur régal à lire, relire, parcourir sans cesse pour s'abreuver de ces petits moments hors du temps.
Commenter  J’apprécie          70
Une excellente façon de découvrir les haïku, ces petits poèmes japonais en trois vers.
Ce receuil présente une sélection de haïku des plus grands auteurs du genre, regroupés par grandes thématiques, accompagnés de commentaires très libres. Une sélection de contes japonais permet de mieux s'immerger dans cet univers.
J'avais toujours eu du mal à "rentrer" dans les haiku et à saisir leur poésie. Cet ouvrage est un excellent moyen de s'initier.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (175) Voir plus Ajouter une citation
Ne pas chercher à remplir ce qui doit rester accueillant au vide. Ne pas chercher à émonder ce qui ne demande qu'à éclore librement.

Simplement, rester attentif au jeu imperceptible des mots du quotidien, qui ont plus d'un tour dans leur sac. Ils nous disent au plus juste de quoi sont faits les instants dont nous sommes faits : menues choses sur lesquelles le regard distrait passe sans s'arrêter, et qui sont pourtant la trame indiscutable de la vie, la substance de toute mémoire.
Commenter  J’apprécie          280
Cette brièveté dans l'expression, cet art de l'impromptu, nous le retrouvons chez les peintres japonais et chinois. La rapidité de pinceau est à leurs yeux la vertu cardinale : quelques traits, jetés sur le papier avec une apparente désinvolture, suffisent à cerner l'image avec une miraculeuse précision.
Là encore, il s'agit d'évoquer beaucoup en montrant peu, l'essentiel étant laissé au blanc de la page qui symbolise l'espace indéfiniment ouvert - où l'image (comme la note en musique) peut résonner indéfiniment.
Commenter  J’apprécie          160
Cela dit, on aurait tort d'assimiler purement et simplement l'art du haïku à un exercice zen. Il lui est arrivé - il lui arrive encore - de tenir ce rôle.
Il ne lui est absolument pas réductible.
Si "métaphysique" il y a, ce n'est pas tant celle où trouve à s'exprimer une tradition définie, que celle, diffuse, où se reconnaît tout un peuple, dont les gestes, en plein XXe siècle, sont encore étrangement chargés de sens.

N'oublions pas que le haïku occupe toujours une place centrale dans la vie quotidienne du Japon d'aujourd'hui.
Une soixantaine de revues (souvent très lues) lui sont réservées, et les journaux lui ouvrent régulièrement leurs colonnes.
Chaque dimanche, le journal Asahi ("L'aube") consacre une rubrique aux dernières réussites des haikistes amateurs - choisies et présentées par trois éminents poètes : Yamaguchi Seishi, Nakamura Kusatao et Katô.
Commenter  J’apprécie          60
Bruits : déchiffrés avec une attention toute musicale. Monodies : pott pott de la fauvette ; cri du marchand de loches. Polyphonies, polyrythmies : crépitement de la grêle et grésillement du télégraphe ; bourdon sourd de la cloche, bruit mat des fruits trop mûrs tombant ; cri des cailles et roulement du tonnerre. Accord parfait : un saut de carpe, tout proche, une note de harpe, plus loin, derrière la colline ...

Bruit de la grêle
Bruit du télégraphe
Paysage nocturne à la fenêtre

Setsujin

Arrivant sur la neige
Elles font pott
Les fauvettes

Bôsha
Commenter  J’apprécie          70
“sur les écrans de papier
elles font des arabesques
les chiures de mouches”

Issa
Commenter  J’apprécie          272

autres livres classés : haïkuVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (175) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1192 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..