AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782246859789
288 pages
Éditeur : Grasset (09/03/2016)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Jusqu’en 1945, leurs pères étaient des héros. Après la défaite allemande, ils sont devenus des bourreaux. Eux, ce sont les enfants de Himmler, Göring, Hess, Frank, Bormann, Höss, Speer et Mengele, ces noms synonymes de l’horreur nazie.
Ces petits Allemands ont vécu la seconde guerre mondiale en privilégiés, entourés par des parents affectueux et tout-puissants. Pour eux, la défaite allemande a été un coup de tonnerre. Innocents, inconscients des crimes patern... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  16 juillet 2016
Comment le poids du passé peut-il altérer ou non des vies familiales ? Les enfants des criminels du IIIe Reich ont-ils le recul nécessaire pour juger des actes de leurs pères ? Si oui, peuvent-ils continuer à les aimer, à porter leur nom, à vivre dans des souvenirs heureux ou, au contraire, peuvent-ils les condamner et rejeter la culpabilité ?
Ce sont quelques-unes des questions posées par Tania Crasnianski, avocate pénaliste, sur le sort réservé aux enfants de huit dignitaires nazis les plus proches d'Hitler. L'auteure a eu l'idée de se pencher sur le sort de ces enfants lorsqu'elle apprit que le petit-neveu d'Herman Göring s'était converti au judaïsme et que le fils de Martin Bormann, secrétaire personnel et bras droit d'Hitler, qui abominait l'Eglise catholique, était devenu prêtre.
Pratiquement tous ces enfants vivaient heureux et choyés dans de luxueuses villas éparpillées dans l'Obersalzberg (Bavière), montagne ultrasécurisée où le Führer rassemblait ses fidèles sujets. Ils jouaient comme tous les enfants du monde, ignorant tout de la guerre et surtout du rôle joué par leurs parents.
En mai 1945, un cyclone s'abat sur eux. Ils ont entre un et quinze ans. Plus de jouets rutilants, plus de domestiques, plus de nourriture abondante, plus de chambres séparées, tout est confisqué, ils sont chassés et doivent occuper de tout petits logements où leur mère est arrêtée et emprisonnée. Dès lors, comment grandir dans de bonnes conditions lorsque des directeurs d'école refusent leur inscription, lorsque plus tard, des employeurs leur ferment leur porte à cause du nom maudit qu'ils portent, lorsque régulièrement ils subissent l'opprobre des populations, lorsque la misère, la honte, la déchéance ou la solitude s'empare de leurs vies ?
Nombreux parmi ces hommes machiavéliques semblent avoir été des modèles de pères et plus les enfants ont été aimés, plus ils voudront garder le souvenir intact et lisse, niant ainsi les exactions de leur géniteur. C'est le cas des filles uniques de Himmler (zélateur de la solution finale) et Göring (ministre de l'Aviation et maréchal du Reich). Toutes deux gardent une adoration pour leur père et une adhésion à leur idéologie.
Le livre relate, sans aucun jugement, ce que Hannah Arendt a appelé la banalité du mal : pour être parmi les pires criminels de l'Histoire, il n'est pas nécessaire de l'être aussi à la maison. Tous les enfants ont gardé le nom de leur père et ont continué/continuent à vivre en Allemagne, sauf le fils de Joseph Mengele, le médecin tortionnaire d'Auschwitz, qui a pris, sur le tard, le nom de son épouse pour ne pas infliger le poids du passé à ses enfants.
Tania Crasnianski tente d'analyser les divers comportements qu'ont eus les enfants des lieutenants d'Hitler. Entre la détestation de Niklas Frank envers son père Hans, gouverneur cupide de la Pologne, et l'adulation de Gudrun Himmler, il y a d'autres réactions : celle d'Edda Göring qui lutte depuis toujours pour réhabiliter son père. Comme Wolf Rüdiger Hess, dont le père, favori d'Hitler, a voulu, seul, faire la paix avec les Britanniques et a été emprisonné durant toute la guerre. Les enfants de Rudolf Höss, commandant d'Auschwitz dénué de morale et exécutant purement et simplement les ordres, ont émigré au fil du temps, après avoir vécu dans le déni ou la minoration du rôle de leur père. Les enfants d'Albert Speer, architecte d'Hitler et nazi de la première à la dernière heure, ont connu la déception absolue lorsque leur père a refusé leur visite à la prison de Spandau. Il n'a jamais voulu répondre aux questions de ses enfants. Son fils aîné, Albert Speer Jr, est un architecte de renom. le parcours de Rolf Mengele est différent en ce sens qu'il croyait son père mort. Il n'a appris qu'à seize ans que celui qu'il prenait pour son oncle était, en fait, son père et se terrait en Amérique du Sud où il a fini par retrouver ce héros tant vanté par sa mère, dépressif et rongé par la peur d'être retrouvé. Jamais Mengele n'a exprimé le moindre remords face à ses abominations et resta fidèle à ses idéaux. Il n'eut jamais à répondre de ses actes.
Si les psychiatres n'ont jamais pu déterminer une personnalité commune aux criminels nazis, ils leur reconnaissent cependant des points communs : aucune empathie et une mémoire défaillante qui impliquerait remords et regrets. Leur point de vue et leur fanatisme sont leur seule morale.
Très bien documenté et expliqué, cet essai pose les questions essentielles à propos de la responsabilité des parents et de la culpabilité dont pourraient hériter les descendants de nazis. La première génération a vécu sous le choc des révélations, de héros les pères sont devenus des bourreaux haïs à jamais ; la suivante a le recul nécessaire en raison de l'éloignement d'avec les parias de leur famille. Pas de réponse définitive, bien sûr, mais des pistes de réflexion personnelle pour chacun.
Tania Crasnianski estime qu'il est important d'apprendre aux enfants d'aujourd'hui cette période de l'Histoire pour qu'ils comprennent comment et pourquoi l'horreur absolue a pu exister, ce qui ne signifie en aucun cas justifier ou adhérer à l'une quelconque des thèses du nazisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1034
rabanne
  12 avril 2016
Une étude et une réflexion très intéressantes sur le vécu et le destin d'enfants de hauts dignitaires nazis.
Est-on coupable des agissements de nos parents ? Doit-on subir toute sa vie les conséquences de la légende funeste de sa famille ?
Honte, déni, culpabilité, hantise, vénération... Ces enfants des bourreaux du IIIème Reich réagissent tous différemment. Ils avaient pour la plupart entre deux et quinze ans au sortir de la guerre.
La débâcle du nazisme a sonné le glas d'une période idyllique pour eux. Leur enfance protégée, choyée, privilégiée, voire luxueuse, s'est effondrée du jour au lendemain. L'opprobre de leur nom a marqué au fer rouge leur existence et leur futur.
Certains ont vécu dans le déni, incapables de faire face à l'horreur, et ont cultivé la gloire passée de leur père, d'autres ont renié cette filiation et honni leur géniteur.
La honte et la culpabilité se reportant le plus souvent sur la seconde génération.
L'auteure s'est basée sur une documentation fournie et des témoignages pour dresser les portraits de cette génération "maudite". Elle nous livre leur parcours de vie, les rapports affectifs entretenus avec leur père.
Ce livre nous permet une analyse sociologique et psychologique très pertinente, sur le fonctionnement post-traumatique de ces enfants pas tout à fait comme les autres, sur le poids de l'héritage familial, sur le regard et le jugement social, sur les répétitions de l'histoire et les leçons à en tirer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          668
PrettyYoungCat
  19 février 2019
Ils s'appellent Himmler, Göring, Hess, Frank, Bormann, Höss, Speer, Mengele.
Eux, ce sont des enfants de nazis.
Ils portent en eux le poids de l'Histoire. Un poids très lourd pour certains. Celui de la honte. Et parfois de la culpabilité qu'on leur fait endosser du simple fait de leur nom.
A cet héritage, des réactions aussi diverses que extrêmes parfois : de la stérilisation pour ne pas transmettre le Mal, à l'adhésion pleine et entière à l'idéologie nazie. Entre conscience et loyauté, se trouvent aussi des réactions plus clivantes : le père est différencié du dignitaire nazi, voire une impossibilité à se positionner vraiment.
Un document d'un intérêt indéniable sur le plan historique et psychologique.
Rolf Mengele dit en parlant d'Auschwitz "Je ne comprendrai jamais comment des êtres humains ont pu se comporter de la sorte. le fait que ce soit mon père n'y change rien. Ce qui s'est passé est pour moi contraire à toute éthique, toute morale et empêche toute compréhension de la nature humaine."
Je me heurte à la même réflexion, ce qui me pousse sans cesse à en apprendre davantage sur la "Catastrophe" ainsi que signifie Shoah.
Le livre nous répond que "La notion de clivage psychique définit la coexistence au sein du moi de deux potentialités contradictoires, une façon d'expliquer que les exécuteurs aient pu massacrer des millions de gens tout en ayant parallèlement une vie familiale normale."
Il nous rappelle aussi que "Dans son ouvrage controversé, Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt développe la notion de"banalité du mal" (...)."
Tout comme, me fais-je remarquer, un assassin sanguinaire et barbare dont les voisins disent à quel point il avait pourtant l'air si normal et courtois...
Parce qu'un monstre n'a pas nécessairement le visage d'un monstre et c'est ainsi que je traduis "banalité du mal".
Car s'il n'y a pas de portrait type de ces bourreaux nazis, ils n'avaient pas pour autant un caractère de normalité, même si "Pendant le IIIe Reich, tuer devient un acte socialement intégré. La morale meurtrière propre au national-socialisme permettait aux exécutants de rester "corrects" en tuant. Aussi aberrant que cela puisse nous paraître, le modèle normatif du Reich prévoyait qu'il était nécessaire pour la survie de l'Allemagne de tuer, sur la base d'une inégalité absolue entre les êtres humains."
En effet, "Gustave M. Gilbert, psychologue américain qui a étudié le cas des grands criminels nazis lors du procès de Nuremberg, souligne que ce qui distingue ces hommes, c'est l'absence d'empathie à l'égard des autres."
Ce qui est donc la composante même du trait psychopathique...
Enfants de nazis nous interroge sur le poids de l'héritage familial quand "histoire [est] plus grande que soi" et le fait avec brio.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
jg69
  08 avril 2016
Il s'agit du premier ouvrage de Tania Crasnianski, née en France d'une mère allemande et d'un père franco-russe. Dans ce récit elle se penche sur le devenir des enfants de huit grands criminels nazis, comment ont-ils pu vivre avec ce lourd héritage, marqués du sceau de l'infamie?
Ce livre dresse le portrait de descendants de huit criminels de guerre : Himmler, Göring, Rudolf Hess, Hans Frank gouverneur général en Pologne, surnommé "le bourreau de la Pologne", Bormann le secrétaire particulier du Führer, Höss le commandant d'Auschwitz, Speer l'architecte d'Hitler surnommé "l'architecte du diable" et Mengele, médecin à Auschwitz. Hitler était le parrain de beaucoup de ces enfants.
Il est impressionnant de voir que ces hommes menaient la plupart du temps une vie de famille normale et pouvaient pour certains se comporter en père modèle. Höss qui vivait avec sa famille à proximité immédiate d'Auschwitz venait lire de la poésie à ses enfants au milieu de sa journée de travail macabre.
Ce sont des dignitaires que les psychiatres trouveront complètement normaux, dénués de fanatisme ou de sadisme à l'exception d'Hess atteint de folie. Tania Crasnianski rappelle que les psychiatres n'ont jamais réussi à déterminer une personnalité propre aux nazis. Ils ont tous en commun l'absence d'empathie et l'incapacité à avoir remords ou regrets.
La plupart seront jugés à Nuremberg, certains comme Himmler et Göring se suicideront avant leur exécution grâce à une providentielle capsule de cyanure, d'autres comme Frank seront exécutés, quant à Hess il sera emprisonné à vie en Angleterre.
A leur tour, les femmes de ces dignitaires nazis seront arrêtées après Nuremberg au cours du processus de dénazification.
Certains enfants, très jeunes à l'époque, ont vécu à l'écart des horreurs du Reich en Bavière, autour du chalet de montagne du Führer, sur le massif de l'Obersalzberg, d'autres ont grandi à proximité des camps. Ils ont découvert la vérité sur le passé criminel de leur père après la défaite allemande. Nés entre 1927 et 1944, les plus âgés ont moins de 18 ans lors de la débâcle.
Plus ils auront reçu d'amour de leurs parents, plus il leur sera difficile de se séparer de leurs parents. Ce sera le cas de Gudrun, la fille d'Himmler et d'Edda la fille de Göring qui vont idéaliser leurs pères et devenir révisionnistes "ils consacrent leur vie à la défense de leurs pères érigés au rang de martyrs". Leur amour filial et des défenses mentales les empêcheront de prendre du recul par rapport à la figure paternelle, elles seront dans la négation des informations qu'elles auront apprises sur les activités de leur père, pour elles le seul responsable est Hitler."Toutes deux restent dans l'adoration de leurs pères, nient les crimes de ces derniers et vivent ou ont vécu l'après-guerre à Munich, dans des maisons-musées à la gloire paternelle". Gudrun Himmler ira même jusqu'à s'impliquer dans des organismes d'aide aux anciens nazis et soutenir l'extrême droite allemande.
De même le fils d'Hess vivra dans l'ombre de son père toute sa vie et consacrera son énergie à obtenir sa libération et à améliorer ses conditions de détention.
Par contre Niklas, le fils d'Hans Frank, gouverneur général de Pologne en charge des ghettos juifs, qui a eu des parents froids et distants, va vouer une véritable haine pour son père, gardant sur lui toute sa vie une photo du cadavre de son père, satisfait qu'il soit mort. Assoiffé de vérité, hanté par la souffrance des juifs qu'il a côtoyés dans son enfance, il ne supporte pas que son père ne reconnaisse pas sa culpabilité et n'ait aucun remords.
Rolf Mengele rendra visite à son père, caché en Amérique Latine, à l'âge de 33 ans pour tenter de comprendre. Son père demeurera à jamais un étranger pour lui et Rolf Mengele éprouvera plus de mépris que de haine pour son père mais il refusera de donner la moindre indication susceptible de provoquer son arrestation.
Certains cacheront leur véritable identité ou en changeront ou iront jusqu'à prendre la décision de ne jamais avoir d'enfants pour ne pas transmettre ce qu'ils considèrent comme une tare familiale. D'autres oeuvreront pour la restitution des biens spoliés aux juifs.
Cet ouvrage dans lequel l'auteur analyse le poids passé familial est très documenté et facile à lire. L'auteur ne porte jamais aucun jugement sur ces enfants qui sont aussi des victimes, elle nous montre la diversité des réactions de ces enfants qui aiment et ne condamnent pas, condamnent et haïssent ou ne haïssent pas mais condamnent.

Lien : http://leslivresdejoelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Prudence
  21 octobre 2016
Facile à lire (intelligible, phrases plutôt courtes etc.) et même temps parfois dur à lire (le thème, le sujet, les citations etc.).
Ce livre, résultat d'enquêtes, a cherché à montrer le devenir des enfants des hauts dignitaires nazi:
Certains vouent un culte à leurs pères (les femmes étaient valorisées en tant que bonnes reproductrices, elles ne se mêlaient que peu de politique). Souvent ils nient le génocide ou la participation de leurs pères. Ils soutiennent des mouvement néo-nazi, des réunions nostalgiques où les gens défilent devant la fille de... qui a personnellement connu le furher. C'est ce genre de choses que j'ai trouvé parfois difficile à lire: se rendre compte que ce n'est pas fini, que tout peu rebasculer, que des personnes vouent, de nos jours, un culte à des assassins de masse, à des participants à des génocides, à des auteurs de crime de guerre et contre l'humanité.
D'autres rejettent complètement leurs pères et leurs actions, un de ces "enfants" (largement adulte) a dit quelque chose du genre "si je savais où était sa tombe, j'irai pisser dessus". Parmi ceux-là certains ont changé de nom, plusieurs ont refusé de faire des enfants afin de ne pas transmettre leurs gènes, leur patrimoine qu'ils portent encore lourdement.
Enfin d'autres reconnaissent que les actes terribles de leurs pères, condamnent les actes, mais ont toujours de l'amour pour eux.
J'ai l'impression qu'il y a eu des effets protecteurs, des facteurs protégeant du fait de devenir nazi pour les enfants: jeune âge au moment des faits (ne se souviennent pas de leur père), pères distants ou violents... les enfants qui sont le plus devenus négationnistes, néonazi etc. sont ceux qui ont le plus été choyés par leurs pères et s'en souviennent. Difficile d'imaginer ces bourreaux sortir de camps de concentration, après avoir signé des ordres pour tuer des milliers de personnes, rentrant tranquillement à la maison pour jouer avec leurs enfants et être des pères affectueux. Certains l'ont été, d'autres non.
Après la seconde guerre mondiale, la psychologie sociale a vu naître de nombreuses études qui indirectement posaient la question de savoir comment ça avait été possible, comment des êtres humains avaient pu tuer d'autres êtres humains, en masse, comment ce génocide avait pu se produire dans l'indifférence? Souvent on a envie de croire que c'était des fous, des gens très particuliers, des psychopathes, mais en fait, pas vraiment, c'est surtout un problème de contexte, de situation etc. Ce livre n'aborde pas du tout les recherches de psychologie sociale, mais il nous confronte à la réalité: certains des hauts dignitaires nazi étaient des pères de famille aimants et affectueux.
Je le savais déjà, mais je ne pouvais pas l'imaginer, et là je l'ai lu.
L'horreur me fait toujours me poser la question: mais comment c'est possible?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
ClaireGClaireG   16 juillet 2016
A la fin des années 1940, une majorité d'Allemands de l'Ouest veulent tourner la page et interrompre l'entreprise de dénazification en cours, considérée par nombre d'entre eux comme imposée par les Alliés et devenue un frein à la démocratisation du pays. A l'écoute de l'opinion et désireux de la séduire, le chancelier met fin à la dénazification et instaure un processus de réhabilitation de certains nazis, à l'exception des criminels avérés. Cette politique empêchera la mise en accusation et l'arrestation de nombreux dignitaires nazis. Le séjour de Josef Mengele en Allemagne après la guerre en est la parfaite illustration mais il n'est pas le seul à avoir échappé à la justice.

pp. 245-246
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225
rabannerabanne   12 avril 2016
Dans une dernière lettre à sa femme et à ses enfants, rédigée le 11 avril 1947, il (Rudolf Höss, ancien commandant d'Auschwitz) demande à celle-ci de partir le plus loin possible et de reprendre son nom de jeune fille car "mieux vaut que mon nom disparaisse avec moi", puis il écrit à ses enfants : "Votre papa doit maintenant vous quitter" et à son fils aîné : "Klaus, mon cher garçon, tu es l'aîné. Tu vas maintenant te faire une place dans le vaste monde. Tu dois tracer ton propre chemin dans la vie. Tu as de bonnes capacités. Utilise-les. Garde ton bon coeur. En devenant un homme, laisse-toi guider en premier lieu par la chaleur et l'humanité. Apprends à penser et à juger par toi-même, en toute conscience. N'accepte pas tout sans esprit critique et comme la vérité absolue".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
ClaireGClaireG   17 juillet 2016
Edda [la fille unique d'Herman Gôring] adore souligner que "Farah Diba, l'épouse du Shah de Perse, a reçu 16 000 télégrammes pour la naissance du prince héritier. Quand je naquis, on en envoya à mes parents 628 000".

p. 56
Commenter  J’apprécie          280
Blandine54Blandine54   20 février 2018
Pour assurer la relève du Reich, Adolf Hitler a souhaité mettre en place un système éducatif de promotion de l'élite mais aucun des hauts fonctionnaires du Reich, aussi fanatique soit-il, n'y inscrit ses fils. Seul Bormann y envoie le sien, à titre de sanction. Martin Adolf a dix ans lorsqu'il intègre l'école du Reich de Feldafing, sur le lac de Starnberg. Cette institution créé par Ernst Röhm en 1933 a pour vocation de sélectionner l'élite du national-socialisme. Chaque Gauleiter régional ne peut y scolariser que trois candidats, à l'exception de ceux de Munich et de Berlin, qui ont droit à cinq. Seul le jeune Martin Adolf Bormann y est admis par "piston". Il y acquiert une formation paramilitaire. [...] Il suit des cours de national-socialisme, durant lesquels les élèves sont tenus d'apprendre par cœur le programme du parti et étudient Mein Kampf puis, dans les classes supérieures, Le Mythe, de Rosenberg, dont ni les élèves ni les enseignants ne viennent à bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PrudencePrudence   20 octobre 2016
"Il faut abandonner l'idéologie féministe; la biologie n'est pas liée à l'égalité des droits... Les femmes ne devraient pas avoir de posts qualifiés. Le travail des femmes doit dépendre de leur capacité à remplir leurs quotas biologiques. Le contrôle des naissances doit être effectué par la stérilisation de celles ayant des gênes déficients. Celles qui ont de bons gènes ne seront stérilisées que lorsqu'elles auront eu cinq enfants."
[Mengele]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106

autres livres classés : nazismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
947 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

.. ..