AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782754800624
224 pages
Futuropolis (15/02/2007)
3.62/5   34 notes
Résumé :
Nicolas de Crécy propose avec Journal d’un fantôme un nouveau récit de bande dessinée où l’auteur a choisi de se mettre lui-même en scène, avec comme partenaire et compagnon de voyage, un dessin…
... un dessin "en cours de formation".
Petites réflexions pleines d’humour sur la réalité et sa transcription, sur la contrainte du travail et la liberté de l’émotion, sur les traits qui tentent d’arriver au dessin, sur le dessinateur qui dessine encore et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  16 février 2022
♫Des milliers d'hommes d'affaires
Le nez dans le journal
Rien d'autre à faire
J'ai pas de costume sombre
J'ai pas de conversation
Et puis, j'ai peur de l'avion
Bienvenue dans le piège
Une voix de velours
Qui dit, "sous votre siège
La veste de secours"
Faut qu'il y en ait un qui tombe
C'est peut-être le bon
J'ai peur de l'avion♫
-Francis Cabrel-1989-
----♪----♫---🛫---👻---🛬---♫----♪----
Complètement destructuré
faut que tu te laisses pénétrer
par le graphisme savant
faut que tu sois joyeux et rassurant
prendre toute ton ampleur picturale anthume
tu dois être déclinable
Nagoya, les gens saouls généralement en costume...
saouls et impeccables
Un Bonze Zen, un faux Mormon
Elle dit que j'suis "kawai", je suis mignon
Les bonzes, ils dialoguent avec les dieux
Je suis touché, interpelé pas spécialement odieux
Tour Eiffel sympathique en short, fantastique
Le saké émousse tout regard critique
Le propos redevient incohérent
reste le chant diphonique
Emettre deux chants conjointement
les fréquences créent des boules de voix
je ne crois que ce que je vois
cendriers remplis de mégots froids
Rebond d'une bulle rassure sur l'au-delà.
se retrouver tout neuf
La Corrèze pond dense
le chauvinisme quand on y pense
n'est plus qu'une tête d'oeuf
Graphisme anxiogène voire ringard
Subtilités d'un stratagème
les voyages forment le regard
concept d'un dessin en devenir,
je vous raconte ma vie àvenir...
Le dessin ma passion,
mais j'ai peur de l'avion...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1053
Thyuig
  07 avril 2012
Le voilà l'album, celui qui nous dit pourquoi, celui qui nous explique qu'on y pigera de toute façon jamais rien. Bien sûr, ce n'est pas un album, c'est un journal, une somme de références captées par une plume. Bien entendu ce n'est pas un album, c'est un journal vous dis-je, un nécessaire à reproduction, une revisionneuse essoreuse d'émotions, un prisme 2D pour un monde mono-centré sur la subjectivité, forcément. De Crecy y est intelligent, suprêmement. Il y trône en empereur créateur sur une oeuvre dans laquelle les dessins et les iconographies sont des dieux. Parce qu'après tout qu'est-ce qu'un dieu sinon une façon personnelle de penser l'inpensable, de se représenter l'absolu ?
Il s'agit bien là de la tentative de ce "journal d'un fantôme", ne nous y trompons pas, il s'agit de donner à voir la monstruosité créatrice de l'idée qui sommeille, qui germe lentement dans un cerveau créateur d'idoles. Pour le dessinateur, cette monstruosité s'appelle dessin, elle est la capacité à donner à voir sa vision du monde. Elle est la preuve que le monde n'existe que quand on le regarde, elle figure en quelque sorte. Dessiner revient à figurer sa subjectivité et De Crécy nous le démontre divinement bien.
Intéressant et bigrement bien réalisé, cet album étonne par l'intelligence de sa mise en abîme. On y cause de rien de moins que de la création de cet album lui-même, au travers du journal donc, mais aussi en montrant son cheminement graphique, son inventivité formelle.
De Crecy y plante ses doutes et ses errements sans jamais se départir de son idée motrice, il nous dessine sa propre angoisse créatrice, égratignant au passage avec élégance les figures très sexuées de la bande dessinée contemporaine. On se concentre sur le dessin, sur sa faconde évidente qui provoque inévitablement autant de niveaux de lecture qu'il existe de subjectivités pour le voir.
Bref, un grand album, un point de départ sans doute pour le lecteur, en tout cas pour moi le moyen de relire certains de ses livres avec un regard neuf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MrAZ
  13 février 2021
Avant de se figer...
Dans de nombreux domaines, et régulièrement, des créateurs (dessinateurs, écrivains, cinéastes, architectes, etc.) s'interrogent sur la nature de leur "travail", sur le processus de création, et font de cette réflexion une oeuvre.
C'est ce que fait Nicolas de Crécy avec ce "Journal d'un fantôme".
Cette introspection est généralement bénéfique pour son auteur, mais la transmission de cette démarche peut s'avérer ennuyeuse pour le lectorat.
J'ai apprécié ce livre. Parce qu'on ne croule pas sous le texte (certain diront que c'est quand même un peu intello), et parce que le propos passe aussi par l'image. C'est la moindre des choses que j'attends d'une bande dessinée...
Chose non négligeable, on en a pour son argent en matière de dessin ; qualité et quantité (environ 220 pages).
Le récit s'ouvre sur les déambulations, dans des rues japonaises, d'un personnage à la forme mouvante ("le fantôme"), d'un ectoplasme tentant de s'imprégner d'influences stylistiques et culturelles, de vivre quelques expériences pour acquérir du caractère, de la personnalité. Mais le temps s'écoule et son "manager", qui va bientôt le rejoindre en terre nippone, a des préoccupations et des impératifs mercantiles à lui imposer. Il doit être prêt à être commercialisé dans un délai réduit, et pour cela, prendre une forme définitive.
Nicolas de Crécy utilise divers procédés graphiques, mais principalement du croquis N&B (surtout blanc d'ailleurs), pour nous livrer cette réflexion non dénuée d'humour.
Ce "journal d'un fantôme", donc d'une créature (Mais oui voyons, les fantômes n'existent pas !), est surtout le "journal d'un créateur". Il évoque diverses contingences et nécessités qui interviennent dans le processus de maturation, montre ses questionnements sur les choix de sujet, de cadrage, de moyens d'expression à utiliser, etc.
Je me demande si le concepteur de "Footix", pour le mondial 98 de football, s'était posé autant de questions...?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sejy
  30 août 2012
Dans ce récit drôle et déroutant, Nicolas de Crécy nous expose ses interrogations et états d'âme quant au processus créatif et à la sincérité de l'art dans son rapport à la réalité du monde moderne.
La réalisation graphique est somptueuse. Un trait faussement brouillon, vif et expressif (stylo bille ?) en noir et blanc dans la première partie et qui s'enrichit de « brou de noix » dans le second volet. du bonheur.
Intellectuellement, je suis, à peine, plus réservé. Totalement conquis par l'épisode carnet de voyage brésilien ainsi que la confrontation pleine d'humour de l'auteur avec son oeuvre, j'ai trouvé l'épisode japonais moins convaincant. Si j'ai aimé le concept original du « patatoïde » en quête d'inspiration graphique ainsi que le contraste plus terre à terre du manager en décalage complet avec le zen du pays du soleil levant, j'ai, en revanche, quelque peu décroché sur certains aspects oniriques de l'histoire. Enfin, certains questionnements de l'auteur me sont apparus plutôt obscurs mais parleront peut-être mieux aux âmes d'artiste.
Un album à plusieurs niveaux de lecture, très beau, assez passionnant, et bourré d'idées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mikaelunvoas
  07 décembre 2019
J'aime les dessins de Nicolas de Crécy, son crayonné parait approximatif mais en fait il possède une très grande maîtrise du crayon, il utilise plusieurs techniques. L'histoire passe presque au second plan, elle nous emmène du Japon à paris en passant par le Brésil, on y visite Nagoya, Recife et Paris (entre autres). le journal d'un fantôme explique bien le thème, un être sans forme qui peut devenir polyforme sous la houlette d'un manager français lourd et dragueur. On découvre leurs rencontres au fil de leurs pérégrinations.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Sceneario   08 juillet 2014
Un album qui démontre une nouvelle fois que De Crecy reste un de nos grands auteurs (dommage qu'il ai plus ou moins annoncé son souhait de ne plus faire d'album...), avec un univers très particulier et passionnant ! Très très recommandé, histoire de suivre les réflexions d'un artiste sur son travail, sur ses envies !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SophiePatchouliSophiePatchouli   17 août 2014
C'est mouillé, c'est affreux, ce genre d'artifice n'est pas du tout de mon goût !
Commenter  J’apprécie          00
mikaelunvoasmikaelunvoas   07 décembre 2019
Et je vois Monsieur, dragueur tant et plus, mais sans grand résultat le pauvre.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Nicolas de Crécy (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas de Crécy
En 1999, au milieu des clips au budget faramineux qui mettent des stars devant et derrière la caméra, une petite vidéo graphique s'échappe. Elle va à la fois définir l'ambiance visuelle de la French Touch électronique, alors en pleine ébullition, et donner le ton de la publicité pour la décennie à venir.
Dans une ville entièrement construite à l'aide de typographies mouvantes, le clip de “The Child”, du DJ Alex Gopher, réalisé par la jeune agence de pub parisienne H5, raconte une histoire visuelle et sonore, en s'inspirant de l'ambiance de l'époque. Celle de bidouilleurs d'électronique pour qui les aspects graphiques et musicaux vont de paire.
Des pubards qui clippent, des clippeurs qui réalisent des pubs, des pubs qui reprennent des concepts de clips… Qu'importe le support alors, l'idée prime et peut même être recyclée. Quelques années plus tard, “The Child” donnera “Logorama”, court-métrage d'animation sorti en 2011 et toujours réalisé par H5 : un petit film où se sont des logos de grandes marques qui forment une histoire. Une mise à jour – avec un ajout de message politique en prime – de leur concept de ville en typographie qui va rafler un oscar, un César et un prix à Cannes. Un peu comme si, finalement, c'est un clip français qui avait gagné de prestigieuses récompenses cinématographiques internationales.
La playlist YouTube des clips cités dans l'épisode 3 : https://www.youtube.com/playlist?list=PLVqfjXoCgKbYpbasiEVulU18WbsVMISEG
Épisodes précédents : 1/ Comment un “Cargo” a placé la France sur la carte du clip https://www.youtube.com/watch?v=isSA-gKlxmc&list=PLVqfjXoCgKbaRd0gJl2__TpyXBzCMBSSo&index=1&ab_channel=Telerama
2/ Comment un clip français a fait tomber toutes les frontières https://www.youtube.com/watch?v=541NDNzYSTc&list=PLVqfjXoCgKbaRd0gJl2__TpyXBzCMBSSo&index=2&ab_channel=Telerama
Prochain épisode : jeudi 16 décembre, à 18h. “Comment le clip de rap est passé du béton (des cités) au sommet (de la Tour Eiffel)”
LE CLIP FRANÇAIS Une websérie de Télérama ÉCRITURE ET NARRATION Jérémie Maire RÉALISATION Pierrick Allain TOURNAGE INTERVIEWS Pierrick Allain François-Xavier Richard PRODUCTION Basile Lemaire Avec l'aide de Thomas Bécard ---- CLIPS et EXTRAITS “Miami”, Will Smith, 1998, Wayne Isham “La nuit je mens”, Alain Bashung, 1998, Jacques Audiard “Ray of Light”, Madonna, 1998, Jonas Åkerlund “The Child”, Alex Gopher, 1999, Antoine Bardou-Jacquet et Ludovic Houplain “Logorama”, 2011, François Allaux, Hervé de Crécy et Ludovic Houplain “Le patron est devenu fou”, Étienne De Crécy, 1996, Marie de Crécy “Moon Safari”, Air, 1998 “Around the World”, Daft Punk, 1997, Michel Gondry “Midnight Funk”, Demon, 1999 “The greatest album covers of jazz”, Earworm, 2018, Vox “Une journée en enfer”, 1995, John McTiernan “God Bless the Child”, Billie Holiday, 1956 “Flat Beat”, Mr. Oizo, 1999, Quentin Dupieux “Night Owl”, Metronomy, 2016, Quentin Dupieux “Flat Eric”, Levi's, 1999, Quentin Dupieux “Crispy Bacon”, Laurent Garnier, 1997, Quentin Dupieux “La Ritournelle”, Sébastien Tellier, 2005, Quentin Dupieux “Party People”, Alex Gopher, 1999, Quentin Dupieux “Commute”, Photoshop, 2020, Antoine Bardou-Jacquet “Remind Me”, Royksopp, 2001, H5 “Expert en énergie”, Areva, 2004, H5 “Twist”, Goldfrapp, 2003, H5 “Touran train fantôme”, Volkswagen, 2007, H5 “Brainwashed (The Making Of)”, George Harrison, 2002 Cérémonie des César, 2011, Canal+ Cérémonie des Oscars, 2010
ANIMATIONS Vecteezy REMERCIEMENTS H5 Translab Mastering Studios Réalisé avec le soutien du CNC Talent Télérama - décembre 2021
----
Vous avez aimé cette vidéo ? Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/¤££¤117LE CLIP FRANÇAIS82¤££¤4fHZHvJdM38HA?sub_confirmation=1
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux ! Facebook : https://www.facebook.com/Telerama Instagram : https://www.instagram.com/telerama Twitter : https://twitter.com/Telerama
#clip, #LeClipFrançais, #CNCtalent, #FrenchTouch, #H5, #AlexGopher
+ Lire la suite
autres livres classés : dessinsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4359 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre