AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782724232608
256 pages
Éditeur : France loisirs (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Croûton durci, reste d'un goûter dans la vigne » : c'est cela le pain au lièvre que les enfants grignotaient avec délices à cause de ce nom mystérieux dont le parfum d'inconnu le faisait friandise. Bien d'autres merveilles se cachaient dans la hotte de leur père, de ces choses maintenant sans prix pour notre génération de l'atome et des voyages dans la Lune. Des mousserons, des noix, des grenouilles...
Ce temps-là ne remonte pourtant pas au-delà d'un siècle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Nostradamus27
  17 août 2018
Le fait qu'il soit paru dans la presse régionale en feuilleton explique qu'il soit bâti en trente-neuf chapitres de cinq à six pages. En conséquence un manque de lien entre les différentes parties.
L'auteur cherche à faire partager la nostalgie pour une civilisation rurale de la fin du XIXe siècle. L'action est dans le sud de la Haute-Marne aux limites de la Franche-Comté.
L'auteur tente aussi de nous transmettre aussi un certain anti-intellectualisme dans cet ouvrage largement autobiographique couronné par le ministère de l'Agriculture en 1943 du prix Sully-Olivier de Serres.
Commenter  J’apprécie          130
MeuseEmeraude
  15 mars 2018
Il y a dans ce livre un chapitre où l'auteur décrit ses lectures au cours de son enfance dans ce village aux confins de la Lorraine et de la Bourgogne. C'est un classique de la littérature de terroir. Contient une préface de Colette. Si je ne me trompe pas, le livre est d'abord paru en feuilleton dans la presse lorraine régionale (Républicain lorrain). Une édition est parue en 1952, illustrée de gravures de Jean Morette (réimpr. en 1980).
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
FontenellaFontenella   17 août 2018
Chaque maison gardait son levain, un reste de pâte aigrie, collé au fond d’un pot à fleurs bleues. On le flairait, on le tâtait du doigt, et puis, au travail ! Combien de fois de mon lit d’enfant insouciant et à moitié endormi, ai-je entendu le choc assourdi de la pâte dans le pétrin !

Pendant près de cinquante ans, sans souci de l’heure, ma mère a préparé le sel et l’eau ; délayé farine et levain, mélangé, brassé, donné à notre pain la force de ses bras et de sa poitrine. Elle était forte, et, quand la force défaillait, il restait le courage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nostradamus27Nostradamus27   17 août 2018
(l’instituteur) mettait dans la cervelle de tous ceux qui n’étaient pas trop estropiés de naissance, des choses sûres et qu’ils comprenaient quand ils étaient assez grands pour cela. Avec lui, on apprenait à faire les dictées sans faute, même les plus curieuses, à résoudre toutes les races de problèmes, à savoir pour toutes les rédactions, non des idées à soi – ce qui est ridicule – mais les idées qu’il faut avoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

autres livres classés : vie ruraleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Joseph Cressot (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Charade-constat

Première saison d'une épopée

Iliade
Bible
Saga
Genji

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thèmes : sociologie , météorologie , vacancesCréer un quiz sur ce livre