AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072747880
Éditeur : Gallimard (23/05/2019)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Marvin Molar aurait de quoi l'avoir mauvaise. Muet de naissance, sourd par accident, abandonné à l'âge de trois ans et recueilli par un vieux lutteur bizarre qui s'est fait rouler sur la tête par un camion, Marvin est également nain, une curiosité de foire au buste puissant et aux bras monstrueux. Pire, il ne pèse rien et ses jambes de sept centimètres traînent sous son ventre comme les résidus d'une mue de têtard. Ses amis, boxeurs schizophrènes ou sonnés par les c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
popie21
  16 juin 2019
Un petit trésor découvert grâce à mon amie Stockard "merci ma poulette, sans toi, serais bêtement passée à côté d'un sacré bon livre".
En début de lecture on est surpris, les personnages sont un peu ébréchés, pas complètement finis. C'est le cas du héros Marvin Molar qui a été un rien "oublié le jour de la distribution", mais aussi de son père d'adoption Al, le vieux lutteur fatigué, et de leurs amis Pete et Leroy qui ont pris un peu trop de coups sur la tête.
Ils ont aussi une drôle de façon de parler, de l'argot et de la gouaille plein la bouche... ou plein les mains. C'est un délice d'expressions irrévérencieuses et de situations burlesques qui m'ont bien fait marrer. Ce genre de littérature peut vous laisser de marbre mais ce serait dommage car on découvre bien des choses sous le vernis.
Harry Crews décrit des personnages "hors normes" mais quand on connaît bien la "norme" - plutôt décevante - on est plutôt content de les connaître. D'ailleurs l'une des choses qui m'a le plus "frappée" - façon de parler parce que l'histoire se passe essentiellement dans un gymnase peuplé de boxeurs et de "fous de la fonte" - c'est l'immense tendresse et le grand respect que montre l'auteur pour ses personnages fracassés mais bien plus humains qu'il n'y paraît.
Et puis dans ce monde de testostérone et de naïveté touchante, un paquet bourré d'oestrogènes et de progestérone se pointe, une femme ! On pourrait se dire alors que la suite est attendue, mais non, ne croyez pas que ce soit une bête explosion d'hormones qui va suivre car c'est beaucoup plus que ça, tellement plus complexe et intriguant que j'ai été suspendue jusqu'à la dernière ligne. Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus car ce serait déflorer l'histoire et il faut la lire cette histoire, la savourer et la découvrir jusqu'au bout pour en prendre toute la dimension.
Alors, que les auteurs de thrillers et de polars à la petite semaine aillent se rhabiller, quand Harry Crews promet du roman noir, c'est du roman noir ! Peut-être noir d'amour, qui sait ? Tout ce que je peux vous dire c'est lisez-le, lisez-le, c'est du pur génie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          529
jeranjou
  14 février 2014
Une vraie bénédiction cette malédiction…
A chaque fois que je cherchais un roman d'Harry Crews dans une médiathèque, le bouquin me faisait toujours faux bond. Une vraie malédiction…
Pour rompre le mauvais sort, j'ai dû faire appel au père noël angevin (que je salue au passage) pour m'offrir « La malédiction du gitan » dont la couverture doit faire un sacré effet sur les femmes. Pour ma part, je préfère largement le bikini de « Fantasia chez les ploucs » mais il en faut pour tous les goûts !
Et puis, dès lors que l'on plonge dans le roman d'Harry Crews, on comprend mieux pourquoi le corps bodybuildé de la couverture se prête parfaitement à l'illustration du récit.
Direction Tampa en Floride dans une salle de sport ou de remise en forme, le Fireman's Gym où se côtoient volontiers boxeurs, culturistes ou sportifs amateurs.
Gérant le lieu d'une poigne de fer, al Molarski, ancien lutteur âgé de soixante-dix, a recueilli un enfant abandonné par ses parents qu'il appellera Marvin Molar. Et il faut avouer que Marvin a joué de malchance dans sa vie.
Un corps de cinquante centimètres dont les jambes atrophiées l'oblige à marcher sur les mains. Qui plus est, déjà privé de l'usage de la parole à la naissance, Marvin parachève son lourd handicap par une surdité survenue à la suite d'un accident de numéro de cirque.
Et oui ! Pour épater la galerie et surtout pour survivre, Marvin réalise des prouesses acrobatiques en pivotant de tout son poids sur un seul doigt, tout ceci grâce à son entrainement quotidien sous l'oeil attentif de son coach paternaliste Al.
Jusqu'au jour où Hester, la copine de Marvin, une jeune femme aux jambes majestueuses et au corps de rêve, débarque dans cet univers jusque là réservé aux hommes…
Ecrit à la première personne et avec un tel réalisme, sous le personnage cabossé et attendrissant de Marvin, je n'ai pas été étonné d'apprendre qu'Harry Crews avait perdu son père à l'âge de deux ans, vécu des moments difficiles avec un beau-père alcoolique et violent et plus surprenant encore, avoir subi une paralysie des jambes, pendant quelques mois dans son enfance (1).
Dans la lignée des grands romans dont une femme fatale déclenche un véritable ouragan, j'ai retrouvé l'écriture écorchée et chaotique d' «une poire pour la soif » de Ross, les personnages cabossés de « Nuit de fureur » de Thompson ou encore l'incertitude et la tension palpable autour d'un couple jusqu'à la fin du roman de « La fille des Collines » de Williams.
Tout simplement, j'ai adoré ce roman d'une force incroyable, à la fois tendre et cruel, souvent drôle mais dramatique. Bref, un roman noir lumineux…
En guise de conclusion, méditez sur l'étrange malédiction du gitan d'origine américo-hispanisante: « Trouve-toi un con à ta taille et tu ne seras plus jamais le même » apparemment bien différente de l'origine européenne cette expression (2).

(1) le récit de son enfance en Géorgie A Childhood : The Biography of a Place, (Des Mules et des hommes), est considéré par l'écrivain James Crumley comme « peut-être le meilleur livre de la littérature américaine contemporaine »

(2) Pendant plusieurs années, le Derby d'Epsom, une course de chevaux en Angleterre, fit l'objet d'une malédiction. L'histoire veut que l'année marquant le tournant du siècle, une gitane du nom de Lee prédit que le cheval "Blew Gown" devait remporter la course.
Elle en était à tel point convaincue, qu'elle inscrivit sa prédiction sur un morceau de papier. Mais lorsque qu'on lui fit remarquer que le cheval s'appelait en réalité "Blue Gown", sans le w dans le premier mot, la gitane fut prise d'une rage folle de peur que l'on se moque d'elle.
D'ou sa malédiction: tant qu'elle vivrait, aucun cheval dont le nom comprendrait un w ne pourrait gagner cette course, et aussi étrange que cela puisse paraître, c'est ce qui se produisit. Lorsque la gitane mourut en 1934, sa famille paria sur un cheval nommé "Windsor Lad" qui l'emporta à 7 contre 1.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
belette2911
  02 septembre 2014
Que ceux qui se plaignent à tout bout de champs pour presque rien prennent exemple sur Marvin Molar : il est né sans jambes, sauf si on considère que ses deux petites cuisses de grenouille de jambes en sont.
"C'est rapport à ce qu'il est tellement vilain, avec ces foutues jambes ficelées à son cul comme il a".
Non content d'être cul-de-jatte, il est aussi muet de naissance, ses parents l'ont abandonné à l'âge de trois ans devant un gymnase pour les fous de fonte et Marvin devenu est sourd par accident.
Il a juste pour lui un buste puissant et des bras de cinquante centimètres de circonférence. Vous me direz que ça lui fait une belle jambe… je sais.
Nous sommes à Tampa en Floride, dans une salle de sport, le Fireman's Gym où se côtoient les boxeurs, les fous de fontes et les sportifs amateurs.
Les personnages sont toute une histoire à eux seuls. le maître des lieux, al Molarski, ancien lutteur au corps bodybuildé qui a perdu un peu de sa masse musculaire puisqu'il a 70 balais. Sa manière de parler est aussi assez originale puisqu'il inclut son prénom dans les conversations.
— T'avais pas dit à al qu'elle s'exerçait.
C'est lui qui a récupéré Marvin et en a fait un artiste, un équilibriste, une bête de foire, notre homme arrivant à faire pivoter ses 45kg sur un seul doigt. al est accompagné de Pete, un ancien boxeur Noir qui parle tout seul et de Leroy, un jeune qui pensait savoir boxer.
Tout ce petit monde tournait assez bien jusqu'au moment au Marvin a cédé aux sirènes d'Hester, sa copine – qui possèdent des jambes interminables – et l'a amené vivre avec eux…
Sa gonzesse a beau avoir tout ce qu'il faut là où il faut, savoir réaliser des prouesses sexuelles à damner des Bonzes Tibétains ou à faire triquer un régiment d'eunuques, il lui manque un truc essentiel : le coeur !
"¡ Que encuentres un coño a tu medida !" est la malédiction du gitan qui signifie "Trouve-toi un con à ta taille et tu ne seras plus jamais le même"… Amis de la poésie, bonjour !
Si Marvin ne possède ni la parole ni des jambes, il a une cervelle et sait s'en servir, il a compris, lui, ce qui allait se passer… Malheureusement, quand on se fait tenir par le bout de la bistouquette, on n'est plus bon à rien. Et puis, quand on a fait entrer le loup dans le poulailler, c'est trop tard.
J'ai pris un plaisir énorme avec la plume de Harry Crews et son monde de Freaks (monstres humains) tellement drôles, cyniques, qui, sous leur carapace et leur air grognon possèdent un coeur. al est comme un père pour eux et tous les 4 se complètent tellement bien.
Marvin fut mon préféré, son statut de narrateur donnant au récit une touche plus profonde, plus belle, plus touchante. Il y a un tel réalisme dans l'écriture que les personnage vous paraissent réels, surtout que leur langage est des plus fleuri et n'a rien d'académique.
"J'ai tenu plus de roustons dans ma main que Willie Mays a jamais lancé de balles de base-ball" elle a fait en prenant bien soin de paraître désinvolte.
Et puis, Marvin, petit personnage cabossé, est attendrissant au possible.
Le malheur, je l'ai vu venir… leur monde était fragile et on l'a senti vaciller à l'arrivée d'Hester. On sait que tout finira mal, mais on ne peut pas lâcher le livre, espérant un happy end.
C'est un grand moment d'émotion que j'ai passé en lisant ce roman noir qui jongle avec le cruel et le tendre, l'espoir et le désespoir, le machiavélisme et le cynisme, la renaissance et la mort, la bêtise des uns et l'intelligence de Marvin.
Drôle et dramatique en même temps. Machiavel avait dû donner des leçons à certaines.
Oui, Marvin, je t'ai compris… Oui, Marvin, tu vas me manquer.

Lien : http://thecanniballecteur.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Godefroid
  26 juillet 2015
"Il fallait qu'Esther et Aristote apprennent à pas trop me baiser la gueule. Me baiser la gueule un petit peu, je dis pas. Quand on a traîné dans les galères où j'ai traîné, on s'attend bien à se faire baiser la gueule un petit peu. Mais pas trop".
Ainsi va la vie de Marvin Molar, cumulard du handicap (car cul-de-jatte sourd et muet), qui fraye néanmoins avec une superbe créature nommée Esther. Il faut dire que pour compenser sa déficience, Marvin est un vrai paquet de muscle capable de tours époustouflants. Il gagne sa vie en se produisant ainsi comme attraction, managé par le vieux tenancier d'un gymnase miteux peuplé de boxeurs et d'amoureux de la fonte.
Ce septième roman de Harry Crews publié en 1974 aux Etats Unis est un drame magistral, peut-être son chef d'oeuvre le plus indiscutable. Ecrit à la 1re personne, un incroyable personnage tout droit sorti du Freaks de Tod Browning s'y raconte sans retenue. L'aspiration légitime de Marvin à un minimum de dignité est le fondement d'un malaise qui le conduit à des actes extrêmes lorsqu'il réalise que les échantillons de bonheur auxquels il pense pouvoir prétendre ne sont que des mirages, que l'amour ne lui sera jamais délivré que sous une forme déviante et malsaine, de la part d'une femme normalement constituée dans les apparences mais ô combien dérangée dans son psychisme. Tous les personnages sont parfaitement dessinés, aucun second rôle n'est laissé à moitié en friche. En particulier, le vieil al Molarski et les deux boxeurs à moitié décérébrés qui entourent Marvin acquièrent une densité incroyable et bouleversent toujours plus à chaque apparition.
Utilisant plus que jamais le ricanement contre le désespoir, Crews dépeint une humanité globalement irrécupérable, polluée qu'elle est de ses individus désaxés ou néfastes. Sous cet aspect, la malédiction du gitan rappelle les meilleurs romans de Jim Thompson, le cynisme en moins et la compassion (insufflée avec une discrétion et une intelligence rares) en plus.
Un monument du roman noir, servi dans une traduction (Philippe Garnier) absolument parfaite. Indispensable à tout amateur du genre, ça va sans dire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
maltese
  10 juin 2014
Il s'appelle Marvin Molar; il est sourd, muet et n'a jamais eu l'usage de ses jambes. Abandonné alors qu'il n'avait que quelques années aux portes d'un club de boxe et de musculation, il a été élevé par al Molarski le patron des lieux. Au fil des ans, il a musclé ses bras au rythme d'un entraînement quotidien drastique et joue les saltimbanques à l'occasion de numéros qui stupéfient son public.
Mais le malheur arrivera dans la vie de Marvin, qui se sait marqué par la malédiction du gitan, par l'intermédiaire de sa liaison avec Hester, une femme aux jambes à se damner, qui apportera le chaos dans ce monde masculin bien réglé.
Harry Crews met en scène comme souvent une galerie de freaks, dans laquelle chacun s'avère être un monstre à sa façon.
Là encore le corps, et son développement physique, tient une place centrale.
Le poids du destin qui pèse sur les épaules de Marvin est terrible, le héros avançant vers l'issue de l'histoire sans pouvoir y changer quoique ce soit, pleinement conscient de ce qui se passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
popie21popie21   15 juin 2019
Muscle m'a regardé. Ses yeux sont revenus sur Al. Toujours sans rien moufter. Bien sûr, faut dire que le seul mec que je connaisse encore moins causant qu'Al c'est Russel Muscle. Lui son idée d'une conversation c'est : Salut.
Commenter  J’apprécie          212
popie21popie21   14 juin 2019
Le paternel à Hester était là aussi à m'attendre. Il tenait sa longue canne comme un bâton de Moïse et il tapait contre le bitume par petites rafales. Il avait toujours l'horrible sourire automatique collé sur la figure. On aurait dit que quelqu'un lui avait conseillé de sourire, et qu'il le faisait mais sans savoir pourquoi.
Commenter  J’apprécie          230
jeranjoujeranjou   14 février 2014
Je les appelle dorés-sur-tranche parce que ces vieux-là ils aiment rien tant que de rester étalés au soleil à cuire dans leur graisse comme du bacon. Ils viennent prendre leur retraite ici et c'est à qui chopera son cancer de la peau le premier.
Commenter  J’apprécie          330
belette2911belette2911   02 septembre 2014
Moi ça me faisait triquer prodigieusement. De la voir matée comme ça, j'avais un gourdin fallait voir, de la brique. J'ai profité d'un moment où Al regardait ailleurs pour lever la main et dire : "J'ai la trique c'est de la brique".
Commenter  J’apprécie          193
belette2911belette2911   02 septembre 2014
"C'est rapport à ce qu'il est tellement vilain, avec ces foutues jambes ficelées à son cul comme il a".
Ça, c'est Russel Muscle tout craché. C'est pas la gentillesse qui l'étouffe. C'est pas l'intelligence ni la finesse non plus, remarquez. Russel c'est tout du muscle. Tout du Russel Muscle, si vous saisissez ce que je veux dire.
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Harry Crews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harry Crews
Harry Crews chante la chanson mythique "John Henry's Blues"
autres livres classés : handicapVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1649 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre