AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266121057
Éditeur : Pocket (08/01/2002)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 108 notes)
Résumé :
Des scientifiques Américains tentent sur un être humain la première greffe d'un cerveau électronique. Une fausse manœuvre transforme en monstre le cobaye humain. Comment arrêter cette machine à tuer ?
Ingénieur informaticien lui-même, Benson, atteint de troubles psychiques, s'est porté volontaire pour cette expérience qui peut faire de lui un meurtrier prédéterminé extrêmement dangereux.
Nous suivons les phases de l'opération, de la fuite et de la po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Nebulas
  22 mars 2016
« L'homme terminal » est un des premiers livres de Michael Crichton qui a été publié sous son propre nom. Nous sommes en 1971 aux États-Unis où une équipe de chirurgiens et psychiatres implante des électrodes dans le cerveau d'un patient. C'est un procédé expérimental et c'est la première fois qu'on l'exécute sur un homme. le patient, Harry Benson, souffre des troubles psychiques. Il est sujet à des périodes de courtes absences de mémoire pendant lesquelles il devient très agressif. Il agresse des gens et après il ne se rappelle rien. L'implantation des électrodes serait une solution pour régulariser les émotions et pour prévenir ces épisodes d'absence de mémoire. En 1971, ce serait une nouvelle méthode de traiter des patients psychiques.
L'auteur du livre est docteur en médecine ce qui explique pourquoi ces premiers livres se déroulent souvent dans le monde de la médicine. le thème de ce livre est aussi « l'ordinateur ». Les ordinateurs de l'avenir avec leur grande capacité de calcul présumée se sont présentés comme une menace pour l'humanité. le patient Benson, malgré sa profession d'informaticien, il est convaincu que les machines et les ordinateurs vont dominer l'humanité. C'est aussi pourquoi un membre de l'équipe médical ne croit pas que Benson serait le mieux patient pour l'intervention chirurgicale. Selon ce psychiatre, l'angoisse de Benson serait un problème : après l'intervention il se considérera lui-même comme une extension d'un computer et comme une machine. Ça irait barder… Malgré ce souci, le patient insiste, il veut guérir et il accepte l'opération. Alors, l'intervention est effectuée. C'est un succès ; les électrodes fonctionnent et le patient se sent bien. Évidemment, les affaires se détérioreront un peu plus tard et l'histoire va se développer comme un thriller.
C'est un livre assez intéressant, bien que je ne le trouve pas tellement captivant comme les livres plus récents du même auteur. En 1971, l'implantation des électrodes dans le cerveau et la régularisation de son fonctionnement était encore de la science-fiction. Aujourd'hui, c'est probablement un procédé médical normal pour traiter des affections neurologiques (en effet, je n'ai aucune idée). En 1971, les ordinateurs étaient encore des machines industrielles, grands appareils avec une capacité de calcul limitée comparé aux machines miniaturisées d'aujourd'hui. Les détails sur l'ordinateurs des années 60 sont amusants. Pour illustrer la capacité de calcul énorme d'un ordinateur, l'auteur présente l'exemple de quelqu'un qui avait écrit un programme pour jouer aux dames sur un ordinateur et le programme aurait vaincu son auteur…
C'est chouette...



Lien : http://nebulas-nl.blogspot.n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DrJackal
  07 juin 2011
Voilà un domaine que Crichton n'avais pas encore touché, la médecine (il y excellera plus tard avec la célèbre série Urgence), et il s'en sort merveilleusement bien .
Benson suite a un accident se retrouve atteint épilepsie temporal entrainant des excès de violence incontrôlable, le service de neurochir tente une expérience en lui implantant des électrode pour stimuler la zone cicatriciel pour stopper ses excès, le tout sans faire attention au syndrome psychiatrique du patient.
Crichton signe ici un très bon thriller, une documentation importante permet à ce titre d'être d'un réalisme absolue que ce soit au niveau neuro , que psychiatrique, et rien que ça mérite des félicitations.
Le livres en lui même est simples, sans fioriture inutile, et va droit au but, comme si on lisais un rapport médical, peut être es ce parce que je vis la dedans que ce roman m'a autant plus mais c'est un livre que j'ai apprécié et que je conseil fortement.
Commenter  J’apprécie          20
natacha-macaud33
  13 avril 2016
J'ai un peu de mal à savoir ce que j'ai pensé de ce roman, mon avis est en réalité plutôt mitigé.
J'y ai trouvé beaucoup de points négatifs, peut-être même un peu trop.
Tout d'abord, l'intrigue est très, très longue à se mettre en place : on nous décrit l'hôpital, on nous explique l'opération, on nous raconte la vie des personnages,... . Tout ceci prend plus de la moitié du roman, si bien qu'on en vient à se demander où veut en venir l'auteur.
J'ai également eu du mal avec le point de vue omniscient, puisqu'on suit plusieurs médecins à la fois. Cela m'a un peu embrouillée, j'ai eu du mal à lier les personnages à leur histoire et je me suis vite perdue. En plus, tous les médecins ne sont franchement pas nécessaires à l'intrigue, cela l'alourdit plus qu'autre chose.
D'autre part, l'écriture de Michael Crichton m'a parfois décontenancée : autant elle pouvait être complexe dans le domaine médical, dans la description des opérations ; autant elle pouvait être simpliste dans les dialogues ou autres. Il utilise énormément le verbe de parole « dit » lorsqu'il rapporte les dialogues au discours direct, ce qui m'a un peu agacé à cause de la redondance.
Pour ce qui est du positif du roman, j'ai apprécié l'originalité de l'intrigue, c'est d'ailleurs pour cette raison que je me suis penchée sur ce livre. Toute la thématique sur le rôle des machines dans notre monde, sur les risques des opérations sur le cerveau m'a beaucoup plu (même si elle aurait pu être un peu plus creusée).
A ma grande surprise, l'aspect médical m'a beaucoup intéressée : j'avais l'impression d'être dans un épisode de Grey's Anatomy, avec les histoires entre les docteurs et les cas particuliers des patients.
L'auteur s'exprime de manière plutôt pédagogique puisque, même en développant des idées très scientifiques, il en reste très compréhensible et sait nous intéresser. C'est un roman plutôt accessible, même à ceux qui ne comprennent pas grand chose aux sciences.
La seconde moitié du livre m'a beaucoup plus tenue en haleine que la première : j'avais envie de savoir ce qui allait se passer, même si en soit, la fin n'est pas du tout surprenante.
Mon avis reste donc mitigé sur ce roman, je ne le recommanderais pas à tout le monde, mais si vous êtes un amateur de sciences et de tout ce qui touche le cerveau, vous risquez d'apprécier.
Lien : http://book-trip.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tinaju
  21 mai 2018
Je me suis fatiguée à lire ce livre. L'auteur nous englue dans une succession de descriptions et de détails totalement inutiles pour la compréhension de l'histoire.
Très déçue, d'habitude j'adore cet auteur.
Commenter  J’apprécie          40
Amnezik666
  06 août 2012
Une intrigue plutôt bien ficelée mais on peut toutefois regretter que l'auteur, lui même diplômé en médecine, se laisse déborder par son enthousiasme scientifique. L'intrigue est parfois un peu noyée sous les données scientifiques du coup ça risque de rebuter plus d'un lecteur...
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
gorjussgorjuss   14 février 2013
Le milieu incorporé était une des notions chères à l'équipe du service neuropsychiatrique.
C'était une idée simple qui avait des conséquences profondes.

Elle avait commencé par le principe suivant :
le cerveau est influencé par le milieu extérieur ;
celui-ci fournit des expériences qui deviennent souvenirs, attitudes et habitudes,
et qui se transmettent par les voies neurales jusqu'aux cellules nerveuses cérébrales.

Ces voies neurales réagissent chimiquement ou électriquement.

De même que le corps d'un ouvrier se modifie selon le travail qu'il fait,
le cerveau d'un individu se modifie d'après les expériences passées.

Mais comme les callosités des mains d'un travailleur,
ces modifications subsistent une fois l'expérience passée.

Le cerveau conserve par conséquent des milieux extérieurs du passé.
Il emmagasine la totalité de nos expériences passées bien longtemps après qu'elles ont eu lieu.

Cela signifie que la cause et la guérison sont deux choses distinctes.

Les troubles du comportement peuvent provenir des expériences de l'enfance,
mais on ne peut pas guérir ces troubles en examinant la cause,
parce que la cause a disparu à l'âge adulte.

Comme ceux de l'équipe aiment à le dire :
On peut allumer un feu avec une allumette
mais quand le feu est pris on ne l'éteint pas en enlevant l'allumette.

Ce n'est plus un problème d'allumette mais un problème de feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gorjussgorjuss   13 février 2013
Le cerveau humain était autrement compliqué et sa programmation s'étendait sur des dizaines d'années.

Comment pouvait-on espérer le comprendre jamais ?

Il y avait aussi un problème philosophie.
Le théorème de Goedel : aucun système ne s'explique, aucune machine ne comprend son propre fonctionnement.

Gerhard pensait qu'après des années de travail on arriverait peut-être à déchiffrer un cerveau de grenouille, mais jamais un cerveau humain.

Pour cela il faudrait une intelligence surhumaine.

Il croyait aussi qu'on fabriquerait un jour un ordinateur qui serait capable de démêler les milliards de cellules et les centaines de milliards d'interconnexions du cerveau humain.

L'homme aura alors l'information qu'il aura longtemps cherchée, mais ce n'est pas lui qui l'aura trouvée ;
ce sera un autre ordre d'intelligence et il ne saura pas comment aura travaillé l'ordinateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NebulasNebulas   22 mars 2016
Il était vrai aussi que la machine programmée pouvait dépasser les capacités du programmateur. Cela fut prouvé en 1963. Lorsque Arthur Samuel d’I.B.M. programma un jeu de dames, la machine joua si bien qu’elle battit Samuel lui-même.
Commenter  J’apprécie          70
gorjussgorjuss   13 février 2013
L'ordinateur, lui, ne faisait jamais de fautes.
Gerhard utilisait des ordinateurs depuis plus de dix ans et n'avait jamais décelé d'erreur de la machine.

Lorsqu'une erreur se présentait elle venait du programme.

Cette infaillibilité était difficile à admettre d'abord parce qu'elle cadrait mal avec le reste du monde où toutes les autres machines fonctionnaient imparfaitement - fusées qui éclatent, prototypes qui cassent, automobiles qui ne démarrent pas.

L'homme moderne s'attend à ce que les machines fassent leur part d'erreur.

Mais avec les ordinateurs, c'est différent et il est parfois humiliant de travailler avec eux.

Même si on met des semaines à trouver la solution du problème, même si on fait vérifier le programme par des dizaines de gens, même si l'équipe en arrive à dire que pour une fois le circuit a mal fonctionné - on finit toujours par constater que l'erreur vient des hommes.

Toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gorjussgorjuss   14 février 2013
A Los Angeles il n'y a pas de terrasses de café, parce qu'il n'y a pas de piétons.

La terrasse de café où l'on regarde les gens qui passent n'est pas immobile.

Elle change avec les feux de la circulation, les gens s'arrêtent aux stops, se dévisagent brièvement, puis repartent.

Il y a quelque chose d'inhumain à vivre isolé dans un cocon de verre et d'acier chromé qui est équipé d'un magnétophone stéréophonique et de l'air conditionné.

C'est contraire au besoin profond de l'être humain qui est de se réunir avec d'autres, de voir et d'être vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michael Crichton (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Crichton
MONDWEST (Westworld, 1973), Un film de Michael Crichton avec Yul Brynner, Bande annonce
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Michael Crichton

Sous quel nom Michael Crichton n'a-t-il jamais publié de livre ?

Michael Douglas
John Lange
Jeffery Hudson
Mike Karlson

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Michael CrichtonCréer un quiz sur ce livre
.. ..