AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Berthon (Traducteur)
ISBN : 2266141171
Éditeur : Pocket (14/10/2004)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 227 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Robert Laffont - 10/2003)


Maître incontesté du techno-thriller Michael Crichton réinvente la terreur : après les monstres de Jurassic Park, voici les robots tueurs de moins de un millimètre de long.


Personnalité des milieux high tech de Silicon Valley, Julia dirige Xymos, une jeune société qui fabrique des nanoparticules, Ces robots infiniment petits destinés à la recherche mi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
Wiitoo
  15 juin 2013
Je crois finalement que je préfère ce qu'écrit Michael Chrichton depuis qu'il est mort. Jai lu dernièrement le livre « Micro », édité bien après sa mort, qui traite également des nanotechnologies mais c'était bien plus divertissant que « la proie ».
Pourtant ce livre aurait pu être vraiment passionnants, Jack et Julia Forman, tout deux travaillant dans le domaine des technologies dans la silicone valley se retrouvent confrontés à une situation de crise au sein de l'entreprise Xymos. Xymos perd le contrôle de sa production nano technologique et les machines se rebellent. Rien de bien nouveau ni spécialement original mais le genre d'histoire qui me plaisent ☺
Manque de chance, je n'avais pas soupçonné une telle niaiserie dans la manière de raconter cette histoire. Durant les 150 premières pages on ne sort pratiquement pas du domicile de Jack qui s'occupe exclusivement de ses enfants et du ménage tout en faisant preuve d'une naïveté ahurissante envers le comportement étrange de sa femme.
Ensuite malheureusement c'est cousu de fil blanc telle la pire des séries B à la télévision. (C'est peut-être pour cela qu'ils n'en ont jamais fait un film finalement, ça transpirait le nanar déjà dans le livre☺)
Bref… je vais dorénavant passer mon chemin avec cet auteur… de toute façon il va être beaucoup moins prolifique dans le futur…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
liberlibri
  01 décembre 2008
Une fois n'est pas coutume, j'ai lu un roman de science-fiction. C'est un genre que je n'apprécie généralement pas, tout simplement parce que ça ne reflète pas, mais alors PAS DU TOUT, mon univers ultra terrien ! Tout ce qui est de l'ordre de l'infiniment petit et de l'infiniment grand me dépasse, même si je suis bien heureuse que d'autres s'en préoccupent à ma place, puisqu'ils me permettent de faire fonctionner cet ordinateur, par exemple. Pour que je lise ou que je regarde de la SF, il me faut donc une bonne raison. Cette fois, c'est à la suite de conseils avisés que j'ai lu La proie de Michael Crichton. le roman traite des dangers que pourraient présenter les nanotechnologies dans un temps relativement proche.
Et je ne me suis pas régalée, sans doute parce que ma formation littéraire me fait repérer les procédés narratifs, que je passe beaucoup de temps à disséquer, au lieu de me laisser porter par le texte. C'est un travers dont on ne se défait pas facilement. Pourtant, chez Crichton, ils sont tellement visibles que je ne peux m'empêcher de les rapporter ici. L'auteur reprend les techniques du roman-feuilleton, il ménage un rebondissement à la fin de chaque chapitre de façon à donner envie de lire le suivant. Il étire beaucoup le temps. Sept jours en 500 p. L'action est décrite avec minutie, exemple : je prends le tournevis, je l'approche de la vis, je dévisse, je récupère la vis, etc. le contraire de l'ellipse ! Mais il y gagne en volume et il plonge son lecteur dans un grand désarroi. Ce pauvre bougre n'en peut plus de ne pas savoir ce qui va arriver… Ajoutons à cela des incises régulières du type : « Seulement deux heures s'étaient écoulées depuis mon arrivée sur le site. Pourtant, tant de choses s'étaient passées. » Ou comment montrer au lecteur l'aventure ex-cep-tion-nelle dans laquelle il est embarqué. Cf. Da Vinci Code où l'action se déroule sur 24 heures. C'est là un bon moyen de préparer l'adaptation cinématographique.
Il faut aussi compter avec un lot de personnages terriblement oubliables, parce que stéréotypés. le héros n'est pas un James Bond infaillible, c'est dépassé. C'est un bon père de famille qui ne sauve plus la patrie mais ses enfants. de l'individualisation de la société… Il en va de même pour les méchants, on joue sur l'ambivalence. Ceux sont des ex-gentils donc on ne leur en veut pas trop. de fait, on est encore plus effrayé par les pouvoirs des nanotechnologies. Les imaginer proches du héros trouble le lecteur. Bigre ! Mais sa propre épouse le trahit avec son meilleur ami ! Schéma classique du ménage à trois. Il faut aussi inclure quelques petits futés, Charley et Bobby, qui ont de bonnes idées et sont courageux. Mais ils ont un trait de caractère qui les empêche d'aller au bout de l'aventure (colère, désinvolture, etc.). Les petits futés connaissent toujours une mort atroce qui nous les fait regretter. Et n'oublions pas le trouillard, ici l'ingénieur qui se fait tuer rapidement. Vous ne l'avez pas remarqué, dans les oeuvres à suspense, il s'en trouve toujours un pour délirer parce qu'il meurt de trouille ! du coup, tout le monde est calmé, surtout les petits futés, pour la suite des événements. le héros a toujours un acolyte. Depuis les revendications féministes des années 70, en général, c'est une fille. Et puis c'est tellement sexy ! Evidemment, belle, intelligente, très futée mais pas téméraire puisqu'elle doit rester en vie pour embrasser le héros à la fin. Elle peut aussi ne pas l'embrasser, ce qui plonge le lecteur dans des abîmes de perplexité : s'aimeront-ils un jour ? le méchant qui se respecte a aussi un acolyte, toujours sombre et inquiétant. Ici, Vince, orphelin qui a regardé sa mère pourrir sous ses yeux. Un peu de psychanalyse ne fait jamais de mal !! Et les thrillers récents, livres ou films, font apparaître des enfants. Les impliquer dans l'histoire lui donne une dimension dramatique. C'est le fatum du théâtre grec. Si ceux qui représentent notre avenir sont atteints par une menace ultra dangereuse, alors c'est le chaos. Et le héros peut agir. Enfin, éventuellement, quelques lignes sont consacrées à la femme du méchant, souvent jolie et désespérée. Mais comment en est-il arrivé là, se lamente-t-elle ?!
Pourtant, l'auteur de la proie s'est documenté de manière vraiment précise sur son sujet et ses descriptions sont pointues. A mon avis, la phase documentation doit représenter une (trop ?) grosse partie de son travail. En bref, Crichton use (et abuse, à mon sens) de tous les poncifs de plusieurs genres romanesques. Je l'imagine très pragmatique, mettant ensemble un certain nombre d'ingrédients et touillant jusqu'à ce que la mayonnaise monte. Il a un don pour ça, vu le nombre de best-sellers à son actif ! Mais il ne me fera pas pour autant aimer la SF. J'avais cru apprécier le genre en voyant Matrix (le premier, s'entend) qui m'avait vraiment plu mais, à la réflexion, je me demande si c'est Matrix ou son héros que j'avais aimé !?!
Lien : http://liber-libri.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Maliae
  27 avril 2014
En lisant ce livre je ne m'attendais pas vraiment à tomber sur un scénario catastrophe et étant donné que c'est un des genres que j'aime le moins je n'ai pas réellement été transporté par l'histoire. le début m'a mise mal à l'aise, la deuxième partie m'a dérangé et mon problème avec la fin c'est que je ne l'ai pas comprise. Ce n'était pas le seul problème du livre : j'ai détesté tous les personnages, sauf peut-être Mae que j'ai trouvé intéressante (j'aimais bien son caractère en fait). J'ai trouvé le personnage principal trop passif, qui s'aveuglait, ses gosses abominables, sa femme pire encore (oui bon ensuite on comprends mieux pourquoi, mais ça n'empêche que ça en fait des personnages vraiment désagréables). le récit est entrecoupé d'explications physiques, chimiques, biologiques, informatiques et je dois dire que je n'ai pas toujours tout compris, ça me parraissait trop compliqué pour moi, même si certaines choses m'ont intéressé, d'autres m'ont ennuyé et finalement pour certaines n'ont pas voulu rentrer dans ma tête. L'écriture est bonne à part ça, le suspens bien mené et c'est certainement un bon scénario, mais comme ce n'est pas mon style je ne peux pas dire avoir follement adoré donc voilà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sailormoon
  26 décembre 2014
Si ce livre est souvent rangé dans les thrillers, pour moi, c'est avant tout un ouvrage de SF pure, dans le sens le plus littéral du terme, puisque l'auteur nous a concocté une oeuvre totalement fictive autour d'une technologie en devenir: les nanoparticules. Elles existent déjà, mais nous sommes loin d'imaginer toutes les applications qu'elles pourraient avoir, et Crichton est parti de ce postulat pour nous écrire cet excellent thriller SF. C'est le meilleur livre que j'ai lu de lui à ce jour.

L'histoire peut sembler un peu longue à démarrer, pourtant, l'écriture de l'auteur est telle qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Comme le personnage principal, père au foyer / au chômage, on relève petit à petit les incohérences du comportement de sa femme, qui travaille dans le désert dans une base scientifique. Elle a un comportement de plus en plus étrange, jusqu'à ce qu'il finisse par être appelé (grâce à son expertise professionnelle) sur ladite base pour résoudre une situation de crise. Arrivé sur place, on lui explique que des nanoparticules se sont regroupées entre elles, comme des guêpes, pour former un "essaim", et que cet essaim de particules à réussi à sortir du complexe. Au départ, la question est simplement de réussir à récupérer l'essaim, mais très vite, les enjeux vont s'avérer bien plus importants et terrifiants..

Je trouve l'intrigue très bien construite, la tension monte crescendo, les explications scientifiques sont vraiment à la portée de tous et le sujet fait froid dans le dos, sachant que la technologie existe déjà (ainsi que l'explique Crichton dans les notes de l'auteur). le sujet, justement, est d'actualité (le livre a pourtant une dizaine d'années), et on sent le travail de recherche de l'auteur - comme vous avez déjà pu le constater dans d'autres chroniques, j'apprécie particulièrement les thrillers dans lesquels on sent la recherche d'informations autour d'un sujet précis.

En résumé, un très bon thriller SF, très abordable au niveau des explications scientifiques et limite crédible!
Lien : http://read-aholic.blog4ever..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Oliphant
  09 avril 2013
La proie a une certaine valeur à mes yeux de lectrice : il a été mon tout premier roman de science-fiction. Si je savais déjà que j'aimais les sciences, ce livre n'aura fait que nourrir ma passion.
Je l'ai lu (et même relu) il y a plusieurs années, mais je garde des souvenirs très précis de l'ambiance générale, d'abord lente puis de plus en plus angoissante et oppressante, et de l'effrayant et dévastateur essaim de mouches… Michael Crichton aborde des sujets très intéressants : la nanotechnologie, le génie génétique, l'intelligence artificielle mais aussi les tensions quotidiennes au sein d'une sphère familiale.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
WiitooWiitoo   14 juin 2013
Il est difficile de croire que des animaux extrêmement stupides, au cerveau plus petit qu'une tête d'épingle, soient capables de concevoir des projets de construction plus compliqués que n'importe quel projet humain. Les termites d'Afrique constituent un exemple classique.
Commenter  J’apprécie          101
RadinovitchRadinovitch   30 septembre 2016
Je gardais les yeux mi-clos ; elle n’avait pas remarqué que j’étais réveillé. Tandis qu’elle continuait de déboutonner lentement son chemisier, ses lèvres remuaient comme si elle murmurait quelque chose ou était en prière. Le regard vide, elle semblait perdue dans ses pensées.

Tandis que je l’observais, ses lèvres ont viré au rouge sombre, puis au noir. Elle n’a pas paru y prêter attention. Partant de la bouche, le noir s’est étendu sur ses joues et le bas de son visage, a gagné le cou. Je retenais mon souffle ; j’avais le sentiment d’un grand danger. Le noir s’est ensuite déroulé en ondoyant du haut en bas de son corps jusqu’à ce qu’elle en soit recouverte comme d’un manteau. Seul le haut du visage demeurait visible. Son expression était sereine ; elle semblait indifférente, le regard fixe, les lèvres noires remuant en silence. Devant ce spectacle, j’ai frissonné jusqu’à la moelle des os. Quelques secondes plus tard, le manteau noir dans lequel elle était drapée a glissé jusqu’au sol ; il a disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RobertNevilleRobertNeville   20 septembre 2011
"Ils n'ont pas compris ce qu'ils faisaient."
Je redoute que cette inscription ne figure un jour sur la pierre tombale de la race humaine.
Commenter  J’apprécie          40
emi13emi13   07 juillet 2015
Je pensais en avoir fini avec lui le lendemain à l'aube , au plus tard .cela montrait bien à quel point je sous-estimais mon adversaire .
Commenter  J’apprécie          40
SeanChiliveroSeanChilivero   19 juillet 2017
Une accélération à couper le souffle. Si on condense l’histoire de la vie sur la Terre en vingt-quatre heures, les organismes multicellulaires n’apparaissent qu’au bout de douze heures, les dinosaures pendant la dernière heure, les premiers hommes à quarante secondes de la fin et l’homme moderne dans la dernière seconde.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michael Crichton (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Crichton
Adaptation #39 : Jurassic Park
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Michael Crichton

Sous quel nom Michael Crichton n'a-t-il jamais publié de livre ?

Michael Douglas
John Lange
Jeffery Hudson
Mike Karlson

10 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Michael CrichtonCréer un quiz sur ce livre