AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266152471
Pocket (01/02/2005)
3.6/5   273 notes
Résumé :
Dans le sud de l'océan Pacifique, à des milliers de mètres sous la mer, un étrange vaisseau spatial est repéré, reposant sur les fonds sablonneux... Un groupe de savants américains descend dans les abysses pour examiner cette extraordinaire découverte qui défie leur imagination : un engin extraterrestre intact après une chute aussi vertigineuse ! Encore plus incroyable, il semble qu'il ait traversé au moins trois siècles... Provient-il d'un univers différent ? Du fu... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,6

sur 273 notes

Sphère, autre excellent livre du non moins excellent Michael Crichton, est sorti en 1987 et a été adapté au cinéma en 1998 sous le même titre. Voilà, ça c'est dit. Vu que la question m'est fréquemment posée en commentaire, j'en déduis que ça intéresse les gens. Au passage, j'ai adoré le livre, considéré par beaucoup comme le meilleur de l'auteur, mais moyennement apprécié le film, qui ne fait que survoler certains aspects du bouquin. En même temps, certaines choses ne sont pas faciles à mettre en images, donc ça peut s'expliquer.

Dans ce livre, Michael Crichton nous parle de voyage dans le temps, et d'extra-terrestres, mais ce serait bien mal connaître l'auteur que ne pas aller voir plus loin ce qui se cache sous la simplicité apparente des propos. Effectivement, même sans faire d'efforts démesurés, on s'aperçoit vite qu'en fait c'est surtout un livre psychologique, qui nous met face à nous-même et nous fait réaliser la puissance de notre esprit, et la façon dont on peut être manipulé si quelque chose ou quelqu'un arrive à prendre le contrôle de nos pensées, surtout quand il est question de notre inconscient, si difficilement maîtrisable, par définition (vu qu'on en a pas conscience, pour ceux qui ne suivent pas).

En gros, notre cerveau est notre plus grande force, c'est là que résident nos super-pouvoirs, si l'on peut dire, mais également nos faiblesses... de fait, notre pire ennemi, c'est nous-même.

Beaucoup d'auteurs ont exploité le thème de la mainmise sur les pensées des humains, dévoilant leur côté sombre et faisant ressortir le pire en eux, modifiant leur comportement... Crichton le fait de manière très différente, puisqu'une nouvelle fois, il se base sur des données scientifiques, ce qui donne un ton très réel au récit. Donc, comme toujours avec cet auteur, ne pas perdre de vue que c'est un roman, une fiction, mais qui nous amène vraiment à réfléchir.

Je vous épargnerai les détails de l'histoire, beaucoup les ont déjà relatés et je trouve qu'ils gâchent la lecture puisqu'on tombe très vite dans le spoiler alors que la 4e est suffisamment détaillée pour en donner les grandes lignes.

J'ajouterai donc juste qu'à mes yeux, ce livre fait partie des incontournables et qu'on le dévore à vitesse grand V. Cet auteur est un génie, et je pèse mes mots.

Commenter  J’apprécie          3312

Sphère de Michael Crichton sorti en 1987 est un excellent roman de science-fiction qui a des similitudes avec le roman La planète Interdite de W. J. Stuart (sorti en 1956). Un vaisseau spatial a été découvert dans le fond de l'océan Pacifique et il est là depuis au moins 300 ans. On invite quelques scientifiques triés sur le volet pour étudier ce vaisseau situé à 300 mètres de profondeur. Nous allons de rebondissement en rebondissement tout au long de la lecture un bon roman par l'auteur du Parc Jurassique.

Commenter  J’apprécie          180

Une nouvelle histoire captivante de Michael Crichton, bien que le livre original en anglais ait été publié en 1987. Cette fois, on suit une confrontation d'une petite équipe de savants à un être extraterrestre. Les événements se déroulent trois cents mètres sous la surface de l'océan Pacifique. C'est un extraterrestre immatériel : d'abord il communique, puis il prend contrôle des pensées et après il tue. Ou, peut-être le « il » est une « elle » …

C'est une intrigue peu probable, mais l'histoire est presque crédible, comme toujours avec cet auteur imaginatif. On a découvert par hasard un vaisseau spatial qui s‘est enterré dans une couche de corail quelque part dans l'océan Pacifique à une profondeur de 300 cent mètres de l'eau. Les autorités américaines croient qu'il s'agit d'un vaisseau extraterrestre. C'est une conclusion provisoire fondée sur l'épaisseur du corail et sa vitesse de croissance sous lequel le vaisseau se trouve : le vaisseau serait déjà là pendant 300 ans…

La marine américaine a construit une petite base sous-marine pour qu'on puisse examiner le vaisseau. Ils y envoient une petite équipe de cinq savants pour faire le premier contact avec la vie extraterrestre présumée dans le vaisseau. En effet, seulement quatre savants atteignent la base au fond de la mer, le cinquième savant souffre de la claustrophobie et il doit rester à la surface. C'est pour moi un exemple du sens de l'humour et de l'attention pour les détails de l'auteur. L'équipe comprend un mathématicien, une zoologiste, un astrophysicien et un psychologue et quelques marins.

C'est le psychologue, Normand, qui raconte l'histoire. Il y a quelques années, c'était lui qui a été invité à faire un rapport pour le gouvernement américain sur la question « quoi faire en cas on fait contact avec un extraterrestre ». Bien qu'il n'ait pas pris cette tâche au sérieux quand il l'avait réçu, l'argent était le bienvenu et il a produit un rapport quand même. Son avis était d'assembler une petite équipe de savants pour cette occasion imaginaire et c'était lui aussi qui a proposé les membres de l'équipe éventuelle. Alors, quelques années plus tard, l'imprévu est arrivé, le gouvernement a suivi son conseil et Normand se trouve 300 mètres sous la surface de l'eau.

Après avoir pénétré dans le vaisseau extraterrestre, ils découvrent des choses stupéfiantes et ils tombent aussi sur une grande sphère… C'est une sphère argentée au poli d'environ dix mètres de diamètre qui flotte dans l'espace du vaisseau. C'est une affaire intrigante dont ils ne comprennent pas du tout la fonction.

C'est quelque temps après cette découverte, après être revenu dans leur base sous-marine, que les choses commencent à détériorer pour les membres de l'équipe. Bien qu'on réussisse à faire contact par clavier et écran avec quelqu'un ou quelque chose extraterrestre à bord du vaisseau, les affaires s'aggravent. D'abord, les échanges avec le phénomène extraterrestre sont énigmatiques et plutôt innocents et prometteurs, mais, plus tard, elles deviennent menaçantes. Il y a aussi des accidents, il y a des gens qui meurent et, lentement, l'équipe perd le contrôle de la situation.

C'est une histoire captivante. Je trouve les aspects psychologiques très intéressants ; les interactions parmi les membres de l'équipe et les confrontations avec leurs angoisses. L'auteur les a décrits d'une façon crédible et prenante.

Une lecture divertissante de Michael Crichton qui vaut la peine !


Lien : http://nebulas-nl.blogspot.n..
Commenter  J’apprécie          100

Plongée en eau profonde dans la psyché humaine.

Un psychologue spécialisée dans les cellules de soutien psychologique en cas de catastrophes aéronautiques est envoyé en pleine mer. Quelques années plus tôt, il avait rédigé un rapport sur les rencontres du troisième type.

Comme dans Jurassic Park, un début prometteur qui se perd malheureusement dans des scènes d'actions de plus en plus grandiloquentes. Second roman que je lis de l'auteur, le début prend le temps d'exposer l'intrigue et ses personnages, de nous montrer les conditions de vie et les installations techniques. La découverte de cet artefact extraterrestre qui semblent se jouer de la réalité et provoquer d'étranges événements. Un huis clos rempli de suspense doublé d'une étude de moeurs. La manière de mener son intrigue a légèrement mal vieilli mais cela se lit sans déplaisir.

On m'avait déconseillé de visionner l'adaptation cinématographique qui en avait été faite en 1998 avec un casting de stars (de l'époque), mais un soir, ne sachant quoi regarder, j'ai craqué.

Fidèle au roman, on n'y perd cependant tout le background savamment mis en place par l'auteur. Les personnages sont beaucoup plus manichéens et après un début qui se laisse regarder, on tombe vite dans le grand n'importe quoi. Ce fut un échec complet, tant financier que scénaristique.

Commenter  J’apprécie          120

J'avais déjà lu Jurassic Park de ce même auteur, et je l'avais beaucoup aimé. J'avais donc beaucoup d'espoir quant à cette lecture, et je n'ai absolument pas été déçue.

J'ai malheureusement trouvé le début un peu lent. Tout s'est mis très lentement en place, et cela donnait quelque fois envie de refermer le livre. Plus tard, j'ai compris que cette lenteur était un point positif, parce qu'elle met vraiment bien dans l'ambiance et dans la peau des personnages. En effet, on peut ainsi ressentir leur attente, ressentir comme eux l'impatience d'en apprendre davantage. Elle est aussi très utile, parce qu'elle permet de se poser une tonne de questions, d'émettre des hypothèses sur le déroulement du roman,…

L'une des choses que j'apprécie particulièrement avec cet auteur, c'est tout d'abord qu'il utilise la science dans ses écrits. Je trouve que cela donne un côté réaliste aux univers qu'il décrit. En fait, il parvient à nous prouver que ce dont il parle est, théoriquement, plausible et possible. Mais ce qu'il y a encore de mieux, c'est qu'il parvient à vulgariser toutes les théories, tous les concepts qu'il exploite afin de les rendre accessible aux lecteurs.

D'un point de vue style, je ne trouve absolument rien à redire. C'est bien écrit, le vocabulaire employé n'est pas excessivement compliqué, mais cela reste à un niveau littéraire, les descriptions ne sont pas monotones, mais elles sont bien présentes et nécessaires...

Les personnages sont pour moi tous très intéressants, surtout psychologiquement. Et puisque le personnage sur lequel l'histoire est centrée est psychologue, la psychologie des personnages devient encore plus importante que dans n'importe quel roman. D'autant plus que les personnages forment un groupe, et qu'ils sont dans une situation de stress, de tension. C'est vraiment très intéressant de voir comment ils réagissent, comment se forment les « alliances », …

Comme dans Jurassic Park, on retrouve le personnage du mathématicien aux capacités intellectuelles surdéveloppées, précoce, mais solitaire, acariâtre, et un tantinet égocentrique, voire narcissique, totalement convaincu de sa supériorité. Un personnage réellement agaçant, sauf que lorsqu'on s'aperçoit que lui seul est capable d'analyser froidement, logiquement, et presque sans erreur toutes les données, on comprend vite qu'il va falloir faire avec, malgré son caractère de cochon. Je l'ai personnellement trouvé assez attachant, parce que derrière ces apparences froides se trouve une personne fragile.

J'ai également beaucoup aimé ce roman car l'histoire m'a vraiment fait réfléchir. Je me suis demandé ce que j'aurais fait dans la situation de Norman, le personnage sur qui est centré le récit. Et finalement, je me suis aussi demandé quelles étaient réellement les capacités cérébrales de l'être humain, je me suis demandé quel est le pouvoir de l'imagination. Je me suis creusé la tête pendant des heures afin de tenter de comprendre quel était finalement le message de ce roman. Et j'en suis arrivé à la conclusion que chacun pouvait y comprendre ce qu'il voulait…

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
-Le mal de mer? un biologiste marin ?
-Je travaille dans un laboratoire. Chez moi, sur la terre ferme. Dans un endroit où tout n'est pas tout le temps en mouvement. Qu'est ce qui vous fait sourire ?
-Désolé fit Norman.
-Vous trouvez ça drôle un biologiste marin qui a le mal de mer ?
-Insolite, je suppose.
-ça arrive à pas mal d'entre nous, dit Levine en contemplant la mer. Regardez un peu. Des milliers de kilomètres complètements plats. Sans rien.
-L'océan.
-ça me donne la chair de poule.
Commenter  J’apprécie          191
- Regardez comment c'est maintenant, dit Tina.
Elle s'assit et repoussa la couverture pour exposer sa jambe gauche. La blessure avait beaucoup plus mauvais aspect que quand ils l'avaient entendue hurler et s'étaient précipités dans le cylindre A pou la tirer du sas. Une série de marques en forme de soucoupes, violettes et boursouflées au centre, courait en diagonale tout au long de sa jambe.
- Ça a beaucoup enflé depuis une heure.
Norman examina les blessures. De fines empreintes de dents entouraient les zones enflées.
- Vous rappelez-vous ce que vous avez ressenti ? demanda-t-il.
- C'était horrible. C'était collant, vous savez, comme de la glu ou quelque chose du même genre. Et chaque plaque ronde me brûlait. Très fort.
- Et qu'avez-vous pu voir, de la chose elle-même ?
- Juste... c'était une espèce de longue chose en forme de spatule. On aurait dit une feuille géante. Elle s'est avancée et s'est enroulée autour de moi.
- Une couleur quelconque ?
- Vaguement brunâtre. Je n'ai pas vraiment pu voir.
Norman resta un moment silencieux, puis demanda :
- Et le capitaine Barnes ?
- Dans le cours de l'action, je me suis trouvée séparée du capitaine Barnes, sir.
Commenter  J’apprécie          10
Sur votre planète, vous avez un animal qu’on appelle l’ours. C’est un gros animal, parfois plus gros que vous, malin et ingénieux, et son cerveau est aussi gros que le vôtre. Mais l’ours diffère de vous par un aspect important. Il ne peut pas exercer l’activité que vous appelez imaginer. Il ne peut pas créer d’images mentales sur les possibilités d’être de la réalité. Il ne peut pas envisager ce que vous appelez le passé et ce que vous appelez le futur. Cette aptitude particulière de l’imagination est ce qui a valu à votre espèce sa grandeur. Rien d’autre.
Commenter  J’apprécie          30
Vous ne vous ennuyez pas, d’avoir ça sous les yeux ? — À dire vrai, non, sir. Je suis bien content de voir l’horizon aussi uni. Au moins, nous avons bon temps. Mais ça ne tiendra pas. Un cyclone est en train de se former dans l’archipel de l’Amirauté ; il devrait arriver par ici dans quelques jours. — Et que se passe-t-il, quand il arrive ? — Tout le monde fiche le camp. Dans cette partie du monde, le temps peut devenir vraiment mauvais, sir. Je suis de Floride, et j’ai vu des ouragans quand j’étais gamin, mais vous n’avez jamais rien vu qui ressemble à un cyclone du Pacifique, sir.
Commenter  J’apprécie          20
Pour eux, un exercice de R&S n’est pas prioritaire, même s’ils pensent sans aucun doute qu’un avion s’est véritablement abattu et que nous le récupérons pour de bon. Ils nous soupçonnent peut-être même d’essayer de récupérer des ogives nucléaires, comme nous l’avons fait au large de l’Espagne en 1968. Mais ils nous laisseront tranquilles – parce qu’ils ne veulent pas être politiquement impliqués dans nos problèmes nucléaires. Ils savent que nous avons des ennuis avec la Nouvelle-Zélande en ce moment.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Michael Crichton (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Crichton
Interview de Michael Crichton sur son roman ''Le parc jurassic''. Cette vidéo est en anglais.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Michael Crichton

Sous quel nom Michael Crichton n'a-t-il jamais publié de livre ?

Michael Douglas
John Lange
Jeffery Hudson
Mike Karlson

10 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Michael CrichtonCréer un quiz sur ce livre