AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-François Chaix (Traducteur)
ISBN : 2849411930
Éditeur : François Bourin (23/09/2010)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Pythagore préféra se faire massacrer plutôt que de traverser un champ de fèves ; Platon serait mort d'une infestation par les poux Epicure accueillit sa fin avec joie, entouré de ses amis - "la mort n'est rien pour nous", disait-il ; Descartes fut emporté par une pneumonie à la suite des leçons matinales qu'il prodiguait au coeur de l'hiver suédois ; Voltaire.
pourfendeur de l'Eglise, demanda à être confessé par un prêtre sur son lit de mort : Kant termina sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LydiaB
  24 mai 2011
Ce livre ne pouvait que ravir la taphophile que je suis. Et pour une fois, bien qu'écrit par un éminent professeur de philosophie, le style n'est en rien jargonnant. Il est aussi sobre que la couverture. Il ne demande aucune connaissance précise, si cela peut rassurer les néophytes (ou ceux qui n'aiment pas vraiment la philo... groupe dont je fais partie... même pas honte !). Ce livre est constitué de fiches, classées selon les courants, les époques ou les nationalités. Ce qui est pratique, et ce que j'ai fait d'ailleurs, c'est qu'il peut être lu petit bout par petit bout. Nul besoin de se souvenir de la fiche précédente. Certains philosophes mentionnés sont très peu connus (et inconnus de ma personne, j'avoue.... oh, eh, que celui qui connaît Métroclès ou Chrysippe me jette la première pierre !) ce qui engage (ou pas) à faire des recherches plus poussées. Certaines anecdotes prêtent vraiment à sourire, même devant un sujet aussi sérieux et tabou que la mort.
Je vous le conseille vivement.

Lien : http://livresetmanuscrits.e-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
LucienRaphmaj
  30 juin 2017
" Tous les hommes meurent, or Socrate est un homme, donc Socrate est mortel". Ce syllogisme célèbre, presque autant que la platonicienne formule « philosopher c'est apprendre à mourir » et le texte fondateur de « La mort de Socrate », fondent ce projet d'envisager l'histoire de la philosophie du point de vue de la mort.
Beau projet qui aurait pu porter loin s'il avait été quelque chose de philosophique.
Mais on reste très court par rapport à l'ampleur du sujet. On a juste des articles sur la vie de tous les philosophes de l'Antiquité à nos jours et le récit de la façon dont ils sont morts, sans commentaire ou réflexion la plupart du temps. Et tout y passe en termes de morts, car « Socrate est un homme », et la mort est anecdotique. Voilà, le terme est lâché, ce livre tend vers l'anecdote. La longue liste des morts pour nous faire « mourir de rire » a quelque chose de ce qu'il y a de plus désagréablement anecdotiques, de ce faux scandale de la mort ridicule : « Pythagore préféra se faire massacrer plutôt que traverser un champ de fèves ; Héraclite s'étouffa dans la bouse de vache ; Platon serait mort d'une infestation de poux… » etc.
Qu'apporte la circonstance de la mort à la connaissance de l'auteur ? Qu'il se soit étouffé par un abricot (Diderot) ou piqué par une guêpe (Stirner), ou simplement d'un cancer (Derrida) ? Rien. L'anecdote. Comme je préfère relire « Les Vies imaginaires » de Schwob ou les "Vies parallèles" de Plutarque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mevlan
  28 mars 2016
Décu par ce livre, pas que le propos soit trop léger, cela n'enlève rien à la valeur d'un livre, mais il est surprenant de voir un professeur de philosophie relativement connu pomper des textes sur Wikipedia en se les attribuant.
Je le sais car l'une de ces phrases, sur Averroès notamment, c'est moi qui l'ai écrite pour wikipedia !
Alors, la licence est libre, certes, mais c'est quand même décevant de la part d'un prof de philo ces copier coller pour écrire un livre...
Sinon, les anecdotes restent intéressantes et le style n'est pas pédant.
Commenter  J’apprécie          11
reperetv
  08 décembre 2010
Jacques Languirand a découvert cet ouvrage ''mourant'' et nous partage les grandes lignes permettant de réfléchir sur la mort, mais aussi sur les différentes philosophies et leur rapport à l'évolution du monde. Bonne écoute !
Lien : http://www.repere.tv/?p=9327
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeSpectacleduMonde   14 juin 2011
Le philosophe britannique Simon Critchley passe brièvement en revue quelque 190 philosophes – soit la très grande majorité de ceux qui comptent – à travers le prisme initial des circonstances de leur mort.
Lire la critique sur le site : LeSpectacleduMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   24 mai 2011
Pythagore (580-500 av. J-C):

(...) Les pythagoriciens étaient également fidèles à des doctrines plus matérialistes, en particulier sur la nourriture. Ainsi s'abstenaient-ils de manger de la viande et du poisson. Pour je ne sais quelle raison, le rouget faisait l'objet d'un interdit particulier ; Plutarque note pour sa part que l'oeuf était frappé de tabou. Pythagore et ses disciples avaient aussi hérité des Egyptiens une forte répulsion pour les fèves, compte tenu de leur ressemblance avec les organes génitaux. Le mot "fève" était à l'époque un terme argotique désignant les testicules. Mais il existe de nombreuses autres raisons possibles à cette antipathie pour les fèves.

Le Philosophumena de l'évêque chrétien Hippolyte de Rome, écrit vers 220 ap. J-C, contient quelques remarques fascinantes sur le sujet. Selon Hippolyte, les fèves mâchées et exposées au soleil émettent l'odeur du sperme. Pis, si l'on enterre une fève en fleur pour ensuite la déterrer quelques jours plus tard, on verra "qu'elle a d'abord la forme des parties génitales de la femme", puis "un examen attentif révélera la tête d'un enfant croissant avec elles". Bien entendu, comme beaucoup d'entre nous le savent à leurs dépens, les fèves produisent de terribles flatulences. Assez étrangement, c'est aussi une histoire de fèves qui aurait occasionné la mort de Pythagore. Mais j'en dis déjà trop.

La légende dit que le philosophe quitta son île native de Samos, au large de la côte ionienne, parce qu'il était fermement opposé à la politique du tyran Polycrates. entouré de ses disciples, il prit la fuite pour Croton (région du Sud de l'Italie, aujourd'hui la Calabre), où il jouira par la suite d'une influence et d'un pouvoir considérable. Porphyre de Tyr, dans sa Vie de Pythagore, relate qu'un certain Cylon, riche potentat local, offensé par le traitement arrogant que lui avait réservé Pythagore, décida d'incendier la maison où le Maître et ses disciples étaient rassemblés. Pythagore réussit à s'échapper après que ses disciples eurent formé un pont de leurs corps au-dessus du feu. Mais un champ de fèves l'arrêta net dans sa course: plutôt mourir que de le traverser, expliqua-t-il. Ses poursuivants s'emparèrent de lui et l'égorgèrent.

Hermippe relate une autre histoire: au cours d'une guerre opposant Agrigente et Syracuse, les pythagoriciens prirent le parti d'Agrigente, et, vous n'allez pas le croire, Pythagore fut tué par les Syracusains en essayant d'éviter un champ de fèves. Trente-cinq de ses disciples furent par la suite brûlés vifs pour trahison. (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Simon Critchley (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Critchley
Simon Critchley, auteur du livre "Les philosophes meurent aussi" (François Bourin Editeur), était l'invité du journal des "Nouveaux chemins de la connaissance" sur "France Culture" les 6 et 7 janvier 2011. partie 2
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
304 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre