AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253003694
Le Livre de Poche (15/11/1986)
3.88/5   33 notes
Résumé :
La résignation de sa mère, l'indifférence de ses amis, la mauvaise foi de la magistrature et la peur des témoins...
tels sont les éléments avec lesquels Paul doit compter, décidé à laver son père de la condamnation la plus infamante... L'amour généreux et caché de Lena, la petite vendeuse, lui donnera-t-il la force de remplir la mission qu'il s'est fixée ?
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

Souvent chez Cronin, le personnage principal a un souci avec ses parents : Soit il est orphelin, soit il perd ses parents de bonne heure, soit il a des rapports ambivalents avec eux, ce n'est jamais facile, de telles circonstances marquent une personnalité pour toute la vie, mais jusqu'à « L'Epée de justice » ce n'était pas le coeur du roman. Ici la relation parent enfant n'est pas seulement un élément de l'action (comme Martha Stirling et son fils Duncan dans « Les Années d'illusion ») mais c'est le thème même du roman : un fils tente de prouver l'innocence de son père.

Cronin, on le sait est sensible à l'injustice. Dans ses romans, le héros (ou l'héroïne) est souvent épris d'idéalisme, et se révolte devant les situations où les forts abusent des faibles, où la fatalité et parfois la malveillance pousse certains personnages à des actions désespérées. Dans « L'Epée de justice » c'est à une véritable contre-enquête que se livre Paul, pour prouver l'innocence de son père.

Paul Mathry, qui veut être instituteur a besoin de certains papiers d'identité pour postuler un emploi, notamment le certificat de décès de son père. Sa mère lui avoue que Rees Mathry, le père de Paul, n'est pas mort, mais en prison, où il purge une peine à perpétuité pour le meurtre de sa maîtresse. Paul décide de faire son enquête et quitte sa mère ainsi que sa fiancée Ella. Très vite il comprend que l'enquête a été bâclée que les autorités locales, en mèche avec la police et aidées par l'aveuglement de la justice ont eu beau jeu de détourner les soupçons sur Rees. Soupçonner la vérité est une chose, vouloir la dire en est une autre. Paul va l'apprendre à ses dépens : intimidations, voies de fait, arrestations illégales, licenciement abusif par son employeur ; Paul est à deux doigts de craquer et de faire justice lui-même sur la personne du procureur. Il y renonce in extremis. Il reçoit l'aide de Lena sa jeune logeuse, et celle d'un journaliste opiniâtre qui en a vu d'autres et ne se laisse pas intimider. Finalement, l'opinion publique tourne en sa faveur et il peut déposer un recours en cassation…

On retrouve ici tous les grands principes qui parcourent l'oeuvre de Cronin : humanisme, générosité, compassion envers les pauvres et les faibles, souci de la justice, individuelle et sociale. Sous la forme d'un roman policier, l'auteur dresse un véritable réquisitoire contre la justice, qu'il accuse de plaider à charge, sans prendre le temps d'étudier le fond du dossier, et de n'accorder aucun regard à l'aspect psychologique de l'affaire, en bref il accuse la justice de ne pas être « humaine ». de la même façon il fustige la corruption qui gangrène les autorités politiques et policières. Paul Mathry ressemble à André Manson, à Duncan Stirling, à tant d'autres héros des romans de Cronin : idéaliste jusqu'à en perdre la raison, parfois, il s'entête et fonce dans le mur. Et puis il y a toujours une ou plusieurs personnes bienveillantes qui viennent à point nommé pour le canaliser et le remettre dans le droit chemin.

« L'Epée de justice » est sans doute un des livres de Cronin les plus construits, les plus aboutis. Dans un genre un peu différent de ce qu'il propose habituellement, il retient notre attention dès le départ : on n'a pas de doute qu'il y a une erreur judiciaire tant le personnage de Paul est empathique. Et on l'accompagne les yeux fermés dans sa quête de la vérité. Certains diront : c'est téléphoné, c'est cousu de fil blanc… Peut-être, mais c'est la magie de Cronin de mêler ainsi destinée individuelle et justice sociale, de souligner certains travers de notre société, tout en exaltant certaines valeurs un peu oubliées aujourd'hui, et en n'omettant pas, le plus important à mes yeux, le côté foncièrement humain de l'aventure.

Si par ces chroniques que je distille petit à petit (et que vous me faites l'amitié de lire, avec patience et souvent constance), j'arrive à remettre en lumière ces (grands) auteurs oubliés que sont A.J. Cronin, Gilbert Cesbron, Pierre Benoit ou Joseph Peyré, vous m'en verrez content, car « ils le valent bien » ! Et le lecteur aussi y trouve son compte !

Commenter  J’apprécie          91

Retrouver Cronin vingt ans après LES CLES DU ROYAUME, LE DESTIN DE ROBERT SHANNON ou LES VERTES ANNEES avec ce roman-ci, comme ça par hasard fut un de ces petits plaisirs anodins que nous connaissons tous mais qui aiguayent un week-end.

Mais trêves du contexte de ma lecture : le roman a pour personnage central un jeune idéaliste comme souvent chez Cronin. Paul apprend ses origines et l'erreur judiciaire qui a condamné son père aux travaux forcés quinze ans auparavant alors que lui-même était un enfant en bas âge. Il n'aura de cesse d'enquêter, de reconstituer les évènements pour faire réviser le jugement qui a frappé son père et détruit sa famille.

On retrouve au fil du texte, les valeurs d'honnêteté, de moralité et de rigueurs personnelles chères à l'auteur. Mais il aborde aussi les thèmes de la liberté de la presse, du carcant social (plus l'ambition sociale démesurée) et de la déception.

Commenter  J’apprécie          50

Archibald joseph Cronin fut un des premiers auteurs qui m'initia au doux plaisir du roman. Avec le destin de Robert Shannon je m'étais dit que toute histoire à son intérêt lorsqu'elle est bien écrite. Quelques années plus tard je me retrouve à nouveau face à un de ces romans et c'est le même constat: La qualité d'écriture de Cronin m'a emporté dès les premières pages. J'ai immédiatement embarqué dans ce récit narrant le désespoir d'un fils qui voit son père condamné à tort pour meurtre. Ce dernier ne va pas perdre espoir et va livrer bataille avec acharnement à une justice trop figée dans ses institutions.

Au-delà de l'habile écriture de Cronin et de son talent évident de narration, c'est la finesse avec laquelle il traite ses principes qui à chaque fois m'interpelle. Ce mélange de rigueur et d'humanisme apporte à ces romans une ambiance spéciale qui me happe à chaque fois.

Commenter  J’apprécie          50

Ce roman fut véritablement une plongée inhabituelle : je ne saurais comment dire, mais je trouve le style de Cronin (comme j'avais pu le constater dans La Citadelle) particulier, et je dois avouer qu'il me prend vraiment dans le récit.

L'histoire est captivante de bout en bout, et on suit la progression, pas à pas, du jeune Paul, bien décider à faire éclater une double vérité (je n'en dis pas plus)

La première partie fut tout simplement excellente.

Si L'Epée de Justice obtient 4 étoiles et demie, c'est en raison d'un comportement que je n'ai pas trop apprécié dans la deuxième partie.

En dehors de ce petit détail, un livre magnifique, que je recommande vivement.

Commenter  J’apprécie          40

Magnifique roman qui nous montre le combat d'un fils pour sauver son père de la prison à vie , condamné à tort , après des témoignages douteux et une justice aveugle qui veut profiter du coupable idéal...

Belle écriture et roman passionnant .

Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation

Dans un pays libre, où l’opinion n’est ni régimentée ni supprimée, s’élève parfois, quand l’âme populaire est atteinte, un grand vent de protestations. Cela n’est d’abord qu’un soupir, un murmure, une voix isolée. Puis, cela grandit, s’épand avec une force et une rapidité incroyables, pour atteindre la puissance incalculable de l’ouragan. A semblable tornade, il est inutile que les hommes en fonction cherchent à s’opposer. Il faut plier ou se briser. C’est alors que ce gouvernement par le peuple, a son plein effet

Commenter  J’apprécie          80

Paul vient d'apprendre que son père n'est pas mort comme lui faisait croire sa mère , mais en prison depuis 15 ans pour meurtre ...

Il va se rendre dans la ville ou se trouve la prison et faire des recherche sur les faits et va vite se rendre compte que l'enquête du meurtre de la jeune fille a été bâclée et que les témoins n'ont pas été consultés comme il aurait fallu..

Il va mené son enquête de son côté , aidé par certains , mais aussi menacé par d'autres ....

Son courage et son abnégation vont lui être nécessaire ...

Commenter  J’apprécie          20

Dans un pays libre, où l'opinion n'est ni enrégimentée ni supprimée, s'élève parfois, quand l'âme populaire est atteinte, un grand vent de protestations. Cela n'est d'abord qu'un soupir, un murmure, une voix isolée. Puis cela grandit, s'épandit avec une force et une rapidité incroyables, pour atteindre à la puissance incalculable de l'ouragan. A semblable tornade, il est inutile que les hommes en fonction cherchent à s'opposer. Il faut plier ou se briser. C'est alors que ce gouvernement par le peuple, pour le peuple, à son plein effet.

Commenter  J’apprécie          10

Naturellement, il avait beaucoup d'ennemis et n'ignorait pas la réputation qu'il s'était acquise. On le disait opportuniste, courtisan, prêt à passer sur le ventre de plus faible que lui, à l'écraser sans remords. On l'accusait de n'avoir jamais reculé devant le mal, quand son intérêt était en jeu. On chuchotait même que, dans l'exercice de ses fonctions de procureur, il mésusait de ses grands talents pour fausser le cours de la justice.

Commenter  J’apprécie          10

Cette tendance excessive à le protéger, il l'avait, au début, attribuée à son extrême piété, mais il fallait maintenant tenter de donner une autre explication à l'attitude actuelle de sa mère. Un incident lui revenait en mémoire : l'année précédente, on lui avait offert une place dans l'équipe appelée à disputer le match Irlande-Angleterre. Distinction flatteuse, bien propre à réjouir le cœur d'une mère.

Commenter  J’apprécie          10

Video de A. J. Cronin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Cronin
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : Liberté de la presseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus




Quiz Voir plus

La dame aux oeillets

Quel est le nom du peintre de la miniature "La dame aux oeillets"?

Sigmund Holbein
Hans Holbein l'ancien
Hans Holbein le jeune
Ambrosius Holbein

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La dame aux oeillets de A. J. CroninCréer un quiz sur ce livre