AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253006244
448 pages
Le Livre de Poche (01/10/1975)
3.79/5   126 notes
Résumé :
Robert Shannon n'a pas huit ans quand la mort de ses parents le déracine d'Irlande pour le transplanter en Ecosse chez ses grands-parents maternels, « papa et maman » Leckie, à Levenford. La maisonnée comprend aussi leur seconde fille Kate qui est institutrice, leur fils cadet Murdoch qui ne rêve que jardinage (l'aîné Adam est courtier en assurances dans la ville voisine et deux pensionnaires qui sont la mère de papa Leckie, Grand-Mère, et le père de maman, Dandie G... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 126 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

moussk12
  25 septembre 2021
C'est l'histoire d'un petit garçon de huit ans, Robert Shannon, devenu orphelin et recueilli par la famille de sa mère, une famille qu'il ne connaît pas.
L'histoire d'un petit catholique qui tente de se faire accepter par une famille protestante, dans cette campagne écossaise.
Un petit garçon qui entre dans le vingtième siècle, avec ses rêves et déjà ses ambitions de devenir médecin biologiste, alors qu'il est passionné d'insectes et de papillons.
Une amitié naissante avec un garçon de son âge, Gavin, aussi introverti que lui, illuminera son parcours.
Seul Grand-Papa semble le comprendre et le prend sous son aile. Mais dans une famille pauvre, les ambitions sont freinées et avec un Grand-Papa extraverti, refusant de vieillir, coureur de jupons, beau menteur (un personnage haut en couleurs), les choses ne sont pas toujours aussi simples et requièrent réflexion, philosophie et parfois un zeste de folie. L'important étant de ne pas faire de vagues ni produire de scandales.
C'est l'histoire d'une enfance et d'une adolescence mêlant de magnifiques amitiés avec des périodes d'infortune et de douleurs; mais aussi de joies proches de l'extase et des doutes propres à cette période d'apprentissage de la vie.
L'auteur, médecin de formation, transpose dans son personnage sa passion pour les sciences et la médecine. Les questionnements du jeune Robie sur sa foi et son appartenance à une religion dans laquelle il a été baigné sont également très présents. le garçon est plutôt exalté et ses choix seront sans retour possible. Il a du caractère dans sa douceur.
La plume de Cronin est délicate, fluide et ses personnages sont très attachants. J'ai eu beaucoup de plaisir en leur compagnie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3410
LiliGalipette
  23 juin 2016
Après la mort de ses parents, Robert Shannon quitte l'Irlande pour l'Écosse et s'installe chez les parents de sa mère. Sous ce toit vivent aussi son jeune oncle et sa jeune tante, son intenable arrière-grand-père et sa stricte arrière-grand-mère. La famille Leckie n'est pas riche, mais accueille de son mieux le petit garçon. « Un bel enfant, ma foi. Ce ne sont pas les difficultés qui lui manqueront ou je me trompe fort. » (p. 30) En effet, le jeune Robie peine à trouver sa place au collège et dans ce pays de protestants. Heureusement, il a son ami Gavin, fils du maire, et aussi excellent élève que lui. Robert se passionne pour la nature et voudrait suivre des études scientifiques pour étudier les animaux. Ses projets sont malheureusement contrariés à de nombreuses reprises, et notamment par le manque d'argent. « Toute mon enfance à Lomond View fut dominée par une règle monstrueuse : économiser à tout prix, même au détriment du strict nécessaire. Ah ! si Papa n'avait pas été hanté par l'argent ! S'il n'avait pas été la proie de cette avarice “écossaise” qui lui faisait préférer l'argent en banque à un bon repas, qui détruisit en lui toute générosité, véritable malédiction qui pesait sur notre foyer, comme tout aurait été différent. » (p. 224 & 225) Quel sera donc l'avenir du malheureux Robert Shannon, toujours partagé entre exaltation et morosité ?
Le récit est celui de Robert Shannon adulte qui, entre bienveillance et mépris, dresse le portrait du garçon qu'il a été. « Pourquoi devrais-je épargner cet adolescent, ce Robert Shannon, puisque mon dessein est de vous en donner un portrait fidèle ? Analyser devant vous ses rêves, ses aspirations, ses folies avec le même et impitoyable sang-froid qu'il apporte à disséquer la malheureuse grenouille Rana temporaria. » (p. 238) En se constituant l'objet de son étude, le narrateur se veut honnête, jusqu'à l'extrême : pas une pensée, pas un tourment ne sont gardés secrets. On découvre les aspirations religieuses du jeune garçon, puis sa farouche désillusion théologique, ses rêves de science et de gloire et ses amours plus ou moins réciproques avec la jolie Alison. Et en se renseignant sur la vie de l'auteur, on comprend que ce roman est pour partie autobiographique, ce qui ne le rend que plus touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Lamifranz
  16 juillet 2022
Dans l'abondante et excellente production littéraire d'Archibald Joseph Cronin (A.J. étant son prénom « de plume »), plusieurs constantes reviennent de roman en roman : l'Ecosse, bien entendu, sa patrie, qui sert de cadre à la plupart de ses livres, et son enfance partagée entre deux religions (catholicisme et protestantisme), sans parler de ses valeurs d'humanité, de compassion et de tolérance.
Ces constantes sont particulièrement sensibles dans la première partie des « Clés du royaume » où Francis Chisholm élevé par un père protestant et une mère catholique, voit ses parents mourir accidentellement, alors qu'il n'est qu'un enfant.
« Les vertes années » revêt un caractère encore plus autobiographique : Robert Shannon (né en Irlande, alors que A.J. Cronin est né en Ecosse) est un orphelin dont les parents sont morts alors qu'il n'avait que 8 ans, un père irlandais et catholique, une mère écossaise et protestante. Recueilli en Ecosse par la famille de sa mère, il va vivre une enfance difficile, orphelin sans fortune dans une famille où règne l'avarice, et surtout « papiste », c'est-à-dire catholique dans un pays où règne le protestantisme. Heureusement, il peut compter sur l'affection de ses arrière-grands-parents (dont un arrière-grand-père haut en couleurs et inoubliable), et l'amitié de son condisciple Gavin. Les années passent et le sort s'acharne sur Robert : Gavin, avec qui il avait tant de choses et de projets en commun, meurt en tombant sous un train (comme Nora dans « Les Clés du royaume ») et lui-même tombe malade (diphtérie, rien que ça !) pendant les épreuves du concours qui lui aurait permis d'avoir une bourse pour l'Université. L'éducation sentimentale n'est pas plus couronnée de succès, Robert fait l'apprentissage, à ses dépens, de la séduction féminine et son idéalisme se heurte aux réalités plus ou moins décevantes des relations amoureuses. Toutefois, en bon irlando-écossais, il garde sa conviction qu'un jour, il pourra accéder aux études de médecine qu'il espère depuis toujours. Mais pour ça, il faut de l'argent, et à moins d'un miracle…
« Les vertes années » est donc un roman à forte teneur autobiographique. C'est également un roman initiatique, un roman d'apprentissage où le héros, malgré les épreuves, maintient son cap, et comme l'espère le lecteur, arrivera peut-être à ses fins…
Cronin a écrit une suite (qui figure aussi parmi ses plus belles réussites) « le Destin de Robert Shannon » (1948)
Pour nous, lecteurs du XXIème siècle, « A.J. Cronin est un auteur du passé, au style désuet, avec des idées d'un autre temps… » c'est un air qu'on entend souvent. Je peux comprendre les gens qui tiennent ce type de raisonnement. Ce type de littérature est forcément daté. Seuls certaines générations de lecteurs peuvent en goûter l'excellence. Cependant, si je puis donner un avis personnel (je peux ?, bon, alors j'y vais) d'une part, je ne suis pas de la génération de Rabelais, de Molière, De Voltaire, de Hugo, d'Aragon, et j'aime leurs oeuvres, qui ne sont pas de mon époque, ni d'un style contemporain (à part le dernier, mais dans quelques années….). Et d'autre part, qui peut dire ce que deviendra l'oeuvre de nos écrivains actuels (je ne donne pas de noms) dans deux ou trois siècles ?
Cronin est encore lisible. Et surtout il reste un merveilleux conteur : des histoires qui nous touchent parce que très humaines, un regard lucide sur la société de son temps, et un message humaniste de tolérance et de paix, à destination de ses lecteurs… de toutes les époques ! Rien que pour ça il mérite de rester dans la mémoire des gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
jfponge
  29 mars 2015
Archibald Joseph Cronin, le célèbre auteur de "La citadelle" et des "Clés du royaume", nous conte ses années d'enfance et de jeunesse. Un récit initiatique, écrit avec franchise et cet inimitable humour "so British". Orphelin de père et de mère, le jeune irlandais, âgé de huit ans, est placé en Écosse chez ses grands-parents, où vivent également des arrière-grands-parents qui, malgré leur âge avancé, vont être les seuls à lui apporter écoute et affection. La gêne règne à la maison, chaque sou (pardon, chaque shilling) étant compté et recompté. le père, véritable caricature de l'écossais tel qu'on le moque en France, met tout son petit monde à la portion congrue, alors que son salaire d'inspecteur des postes est plus que confortable. Adieu le rêve de faire des études malgré de brillantissimes résultats scolaires. Jusqu'au jour où un miracle survient, mais il ne faut surtout pas déflorer l'histoire, pleine de rebondissements et tenant le lecteur en haleine du début jusqu'à la fin. Remarquablement bien écrit, et traduit (pas un seul anglicisme !), "Les vertes années" est l'exemple typique de cette littérature, aujourd'hui qualifiée de "facile" par nos têtes pensantes, et qui a pourtant eu le mérite de donner le goût de la lecture à des générations de lycéens et lycéennes. Aujourd'hui injustement oublié, A.J. Cronin mérite d'être redécouvert dans des éditions modernes. Son message de tolérance et d'espoir est universel, sa critique de la société bien-pensante toujours d'actualité. À lire et relire sans restriction d'âge, de sexe ni de religion. Malheureusement, la dernière édition française de cet ouvrage remonte à... 1975 !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Des_potron_minet
  27 janvier 2020
Les vertes années de AJ Cronin chez @livredepoche
Cronin est un auteur écossais oublié du grand public qui a pourtant eu son heure de gloire dans les années 40/50.
Dans Les vertes années l'auteur nous raconte la vie de Robert Shannon au tout début du XXème siècle, orphelin à 8 ans, irlandais, qui se retrouve à devoir vivre chez ses grands parents maternels en Ecosse. Robert a un gros défaut il est catholique dans un pays à dominance protestante...
J'adore les romans initiatiques, d'apprentissage, où l'on suit l'enfance et l'adolescence du personnage principal, les amitiés, les premiers émois, les questionnements sur l'avenir. On a tout ces aspects dans Les vertes années et j'ai tout de suis accroché à ce petit bonhomme qui se retrouve dans une famille qu'il ne connait pas et qui ne pratiquent pas la même religion. Heureusement son fantasque arrière grand père sera un grand soutien.
Au fur et à mesure que l'on avance dans le récit, Robert grandit, il va devenir un ado mélancolique, très pieux et j'avais parfois envie de le secouer, de lui dire Robert détend toi du slip ! (Ami de la poésie bonsoir !) Et j'avoue que la 3ème partie du roman m'a semblé bien longue et m'a un peu perdue, j'avais hâte de le finir...
Les paysages écossais sont magnifiquement décris, j'avais envie de me balader sur les plages ou dans les grandes étendues battues par les vents, on sent que l'auteur aimait son pays !
L'écriture de Cronin est désuète mais cela donne du charme au récit, il y a la suite le destin de Robert Shannon que je compte bien lire prochainement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   28 octobre 2012
C'est elle (Kate) qui puise pour moi dans sa propre bibliothèque de bons livres tels qu'Ivanhoé ou Quentin Durward. Et je sais aussi qu'il existe dans cette même bibliothèque, pour les avoir lus en cachette avec avidité, des romans où le héros, un beau ténébreux, tombe à genoux au dernier chapitre devant une pure jeune fille en robe de satin blanc qu'il avait jusque-là fort maltraitée.

618 - [Le Livre de Poche n°652, p. 94-95]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
moussk12moussk12   26 septembre 2021
Je me renfermai de plus en plus en moi-même, évitai le monde et fis une vertu de ma solitude. Lorsque Kate m'invitait, je trouvais toujours quelques bonnes excuses. Quand à Reid, je ne le voyais plus que rarement. Un jour, celui-ci me rencontra et me sourit de façon bizarre.
"Je fais ce que je peux pour vous être agréable, Shannon."
"Comment cela ?" demandai-je surpris.
"Et bien, je vous laisse seul."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
sylou83sylou83   28 février 2013
Sous mon sourire ironique s'écroulait tout l'édifice de la révélation divine.Impossible pour un scientifique, un savant, de croire que le monde avait été créé en un jour, l'homme pétri de limon, la femme tirée d'une de ses côtes. Le Jardin d'Eden, Eve croquant la pomme sous le rire satanique du serpent, tout cela n'était plus pour moi qu'un charmant conte de fées. La science actuelle offrait des origines de la vie, une conception toute différente : le développement, au cours de millions d'années, de la nébuleuse primitive;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
moussk12moussk12   25 septembre 2021
Lorsque je songe aux repas de mon enfance : dîners inconsistants et tiraillements d'estomac qui s'ensuivaient, je me rends compte que, moi aussi, je serais mort, sans le pénétrant réconfort que me procuraient les bonbons sucrés de Mademoiselle Minus.
Commenter  J’apprécie          90
LiliGalipetteLiliGalipette   23 juin 2016
« Toute mon enfance à Lomond View fut dominée par une règle monstrueuse : économiser à tout prix, même au détriment du strict nécessaire. Ah ! si Papa n’avait pas été hanté par l’argent ! S’il n’avait pas été la proie de cette avarice “écossaise” qui lui faisait préférer l’argent en banque à un bon repas, qui détruisit en lui toute générosité, véritable malédiction qui pesait sur notre foyer, comme tout aurait été différent. » (p. 224 & 225)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de A. J. Cronin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Cronin
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

La dame aux oeillets

Quel est le nom du peintre de la miniature "La dame aux oeillets"?

Sigmund Holbein
Hans Holbein l'ancien
Hans Holbein le jeune
Ambrosius Holbein

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La dame aux oeillets de A. J. CroninCréer un quiz sur ce livre