AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253006246
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/1975)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Robert Shannon n'a pas huit ans quand la mort de ses parents le déracine d'Irlande pour le transplanter en Ecosse chez ses grands-parents maternels, « papa et maman » Leckie, à Levenford. La maisonnée comprend aussi leur seconde fille Kate qui est institutrice, leur fils cadet Murdoch qui ne rêve que jardinage (l'aîné Adam est courtier en assurances dans la ville voisine et deux pensionnaires qui sont la mère de papa Leckie, Grand-Mère, et le père de maman, Dandie G... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  23 juin 2016
Après la mort de ses parents, Robert Shannon quitte l'Irlande pour l'Écosse et s'installe chez les parents de sa mère. Sous ce toit vivent aussi son jeune oncle et sa jeune tante, son intenable arrière-grand-père et sa stricte arrière-grand-mère. La famille Leckie n'est pas riche, mais accueille de son mieux le petit garçon. « Un bel enfant, ma foi. Ce ne sont pas les difficultés qui lui manqueront ou je me trompe fort. » (p. 30) En effet, le jeune Robie peine à trouver sa place au collège et dans ce pays de protestants. Heureusement, il a son ami Gavin, fils du maire, et aussi excellent élève que lui. Robert se passionne pour la nature et voudrait suivre des études scientifiques pour étudier les animaux. Ses projets sont malheureusement contrariés à de nombreuses reprises, et notamment par le manque d'argent. « Toute mon enfance à Lomond View fut dominée par une règle monstrueuse : économiser à tout prix, même au détriment du strict nécessaire. Ah ! si Papa n'avait pas été hanté par l'argent ! S'il n'avait pas été la proie de cette avarice “écossaise” qui lui faisait préférer l'argent en banque à un bon repas, qui détruisit en lui toute générosité, véritable malédiction qui pesait sur notre foyer, comme tout aurait été différent. » (p. 224 & 225) Quel sera donc l'avenir du malheureux Robert Shannon, toujours partagé entre exaltation et morosité ?
Le récit est celui de Robert Shannon adulte qui, entre bienveillance et mépris, dresse le portrait du garçon qu'il a été. « Pourquoi devrais-je épargner cet adolescent, ce Robert Shannon, puisque mon dessein est de vous en donner un portrait fidèle ? Analyser devant vous ses rêves, ses aspirations, ses folies avec le même et impitoyable sang-froid qu'il apporte à disséquer la malheureuse grenouille Rana temporaria. » (p. 238) En se constituant l'objet de son étude, le narrateur se veut honnête, jusqu'à l'extrême : pas une pensée, pas un tourment ne sont gardés secrets. On découvre les aspirations religieuses du jeune garçon, puis sa farouche désillusion théologique, ses rêves de science et de gloire et ses amours plus ou moins réciproques avec la jolie Alison. Et en se renseignant sur la vie de l'auteur, on comprend que ce roman est pour partie autobiographique, ce qui ne le rend que plus touchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
garanemsa
  15 juin 2019
Cronin Archibald
Les vertes années
Le petit Robert Shannon se retrouve orphelin à 8 ans, et il est déraciné en Ecosse, venant d'Irlande à Levenford chez ses grand parents, pauvre et dont le grand père est un rapiat, un avare terrible tandis que le vieux grand père lui serait plutôt du genre dandy
De plus ce petit garçon est catholique, soit un papiste et il en souffre car il est entouré de protestants
Il se fait un ami et ils parcourent la forêt comme de grands entomologistes
Mais son ami décède et l'amie qu'il commençait à aimer s'en va, son plus grand souhait étit de partir dans une université pour étudier la biologie
Mais bien qu'il ait réussi pour l'obtention de la bourse, l'on se ligue contre lui et il va travailler en atelier, mais il économise sur tout pour aller étudier…………….
Très joli live qui montre bien les sentiments de chaque membre de la famille
Un moment très agréable à passer et intéressant, un livre sur les moeurs et idéologies de l'époque

Commenter  J’apprécie          30
jfponge
  29 mars 2015
Archibald Joseph Cronin, le célèbre auteur de "La citadelle" et des "Clés du royaume", nous conte ses années d'enfance et de jeunesse. Un récit initiatique, écrit avec franchise et cet inimitable humour "so British". Orphelin de père et de mère, le jeune irlandais, âgé de huit ans, est placé en Écosse chez ses grands-parents, où vivent également des arrière-grands-parents qui, malgré leur âge avancé, vont être les seuls à lui apporter écoute et affection. La gêne règne à la maison, chaque sou (pardon, chaque shilling) étant compté et recompté. le père, véritable caricature de l'écossais tel qu'on le moque en France, met tout son petit monde à la portion congrue, alors que son salaire d'inspecteur des postes est plus que confortable. Adieu le rêve de faire des études malgré de brillantissimes résultats scolaires. Jusqu'au jour où un miracle survient, mais il ne faut surtout pas déflorer l'histoire, pleine de rebondissements et tenant le lecteur en haleine du début jusqu'à la fin. Remarquablement bien écrit, et traduit (pas un seul anglicisme !), "Les vertes années" est l'exemple typique de cette littérature, aujourd'hui qualifiée de "facile" par nos têtes pensantes, et qui a pourtant eu le mérite de donner le goût de la lecture à des générations de lycéens et lycéennes. Aujourd'hui injustement oublié, A.J. Cronin mérite d'être redécouvert dans des éditions modernes. Son message de tolérance et d'espoir est universel, sa critique de la société bien-pensante toujours d'actualité. À lire et relire sans restriction d'âge, de sexe ni de religion. Malheureusement, la dernière édition française de cet ouvrage remonte à... 1975 !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
ColonelBubble
  19 septembre 2013
Inoubliable
Robie a huit ans à peine et perd ses parents. D'Irlande, il est transplanté en Écosse, à Levenford chez ses grands-parents maternels... Cronin raconte les débuts dans la vie du pauvre orphelin (« papiste » comme on appelle les catholiques dans la petite ville à majorité protestante). Ils ne sont pas faciles (le titre du livre fait référence au temps où il est contraint de porter un costume vert ridicule fabriqué pour lui par sa grand-mère, ce qui lui vaudra les pires moqueries à l'école) et il lui faudra faire face à beaucoup d'épreuves et de tourments pour pouvoir espérer un autre destin...
Lecture de ma prime adolescence, le roman, largement autobiographique, m'a laissé un souvenir impérissable. Comme "récit d'enfance", c'est un modèle du genre, une sorte de petit chef-d'oeuvre (qui fait penser parfois à Dickens), c'est simple, bien écrit, captivant, émouvant... A redécouvrir...
Commenter  J’apprécie          40
Fapifap
  15 janvier 2014
Livre précédent « le destin de robert shannon » ou l'on découvre la pénible et peu enviable jeunesse du futur médecin chercheur. Climat de pauvreté, emprisonné par la religion on découvre une vraie force chez ce gamin mais déjà une sorte de noirceur au plus profond de lui.. Il faut croire qu'ici les malheurs de l'enfance peuvent forger un caractère, une vie. le lien qui se lie à son grand père est très intense et touchant. Et d'ailleurs on comprend mieux également sa terrible maladresse a aborder le sexe opposée… Comme "récit d'enfance", c'est un modèle du genre. Je suis absolument fan de la plume de cet auteur
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   28 octobre 2012
C'est elle (Kate) qui puise pour moi dans sa propre bibliothèque de bons livres tels qu'Ivanhoé ou Quentin Durward. Et je sais aussi qu'il existe dans cette même bibliothèque, pour les avoir lus en cachette avec avidité, des romans où le héros, un beau ténébreux, tombe à genoux au dernier chapitre devant une pure jeune fille en robe de satin blanc qu'il avait jusque-là fort maltraitée.

618 - [Le Livre de Poche n°652, p. 94-95]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
sylou83sylou83   28 février 2013
Sous mon sourire ironique s'écroulait tout l'édifice de la révélation divine.Impossible pour un scientifique, un savant, de croire que le monde avait été créé en un jour, l'homme pétri de limon, la femme tirée d'une de ses côtes. Le Jardin d'Eden, Eve croquant la pomme sous le rire satanique du serpent, tout cela n'était plus pour moi qu'un charmant conte de fées. La science actuelle offrait des origines de la vie, une conception toute différente : le développement, au cours de millions d'années, de la nébuleuse primitive;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   23 juin 2016
« Toute mon enfance à Lomond View fut dominée par une règle monstrueuse : économiser à tout prix, même au détriment du strict nécessaire. Ah ! si Papa n’avait pas été hanté par l’argent ! S’il n’avait pas été la proie de cette avarice “écossaise” qui lui faisait préférer l’argent en banque à un bon repas, qui détruisit en lui toute générosité, véritable malédiction qui pesait sur notre foyer, comme tout aurait été différent. » (p. 224 & 225)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LiliGalipetteLiliGalipette   23 juin 2016
« Un bel enfant, ma foi. Ce ne sont pas les difficultés qui lui manqueront ou je me trompe fort. » (p. 30)
Commenter  J’apprécie          60
LiliGalipetteLiliGalipette   23 juin 2016
« Pourquoi devrais-je épargner cet adolescent, ce Robert Shannon, puisque mon dessein est de vous en donner un portrait fidèle ? Analyser devant vous ses rêves, ses aspirations, ses folies avec le même et impitoyable sang-froid qu’il apporte à disséquer la malheureuse grenouille Rana temporaria. » (p. 238)
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La dame aux oeillets

Quel est le nom du peintre de la miniature "La dame aux oeillets"?

Sigmund Holbein
Hans Holbein l'ancien
Hans Holbein le jeune
Ambrosius Holbein

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La dame aux oeillets de A. J. CroninCréer un quiz sur ce livre