AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hubert Juin (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070318346
192 pages
Éditeur : Gallimard (27/01/1972)
3.68/5   22 notes
Résumé :
Publiée en 1908 (vingt ans après la mort de Charles Cros), Le collier de griffes est une œuvre poétique.


Préface d'Hubert Juin
Collection Poésie/Gallimard (n° 79), Gallimard
Parution : 27-01-1972
Liberté

Le vent impur des étables
Vient d'Ouest, d'Est, du Sud, du Nord.
On ne s'assied plus aux tables
Des heureux, puisqu'on est mort.

Les princesses aux beaux râbles
>Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MissSherlock
  29 avril 2018
Le Collier de Griffe est un recueil de poésies et de cinq nouvelles signées Charles Cros, le fameux scientifique poète dont l'oeuvre sera totalement ignorée de ses contemporains.
Ce recueil est ma première rencontre avec Charles Cros et elle ne me laisse pas de marque. Ses poèmes sont plaisants, certains émouvants, d'autres sensuels mais je n'ai pas été transcendée. Plus que les poèmes dans leur globalité, ce sont des vers qui m'ont touchée, remuée, fait vibrer. Je crois que les poèmes qui m'ont le plus enthousiasmée sont Nocturne et Dans la clairière car je ne m'attendais pas à ces fins. En l'occurrence, on peut même parler de chutes tant les fins sont brutales et surprenantes.
J'ai largement préféré les nouvelles aux poèmes ; surtout La Science de l'Amour qui m'a fait penser à La Femme du Physiologiste d'Arthur Conan Doyle mais en plus drôle. Et aussi Les Gens de Lettres qui est un conte loufoque.
Quoiqu'il en soit, je n'en resterais pas là avec Charles Cros car ce recueil publié à titre posthume ne semble pas représenter tout son talent. J'ai lu sur Babelio de belles citations ou de drôles de citations, comme le hareng saur, qui m'ont donné envie de creuser un peu plus.
CHALLENGE MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
heros_pitch
  26 septembre 2018
Cette oeuvre posthume de Charles Cros, éditée par son fils, dévoile les multiples facettes de sa poésie, brisant les conventions. Obsédé par la communication avec les habitants d'autres planètes, le poète l'inscrira même dans ses textes. La lecture de ce recueil révèle une recherche d'innovation, une vision d'un nouveau monde, une prose futuriste.
Commenter  J’apprécie          20
Chasto
  05 novembre 2018
Simplement à découvrir dans sa délicatesse et ses métaphores.
Talent indéniable d'un homme d'observations et sensibilité qui, malheureusement finira dans l'oubli le plus total.
Pages à lire et faire découvrir sans hésitations au plus grand nombre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   16 avril 2018
Elle

Le rossignol se plaint dans la ramure noire.
Je t'ai donné mon corps, et mon âme, et ma gloire.
Les arbres élancés sont noirs sur le ciel vert.
Vois cette fleur qui meurt dans mon corsage ouvert

Le vent est parfumé ce soir comme de l'ambre.
Tu sais qu'on a trouvé ton poignard dans ma chambre.
Embrasse-moi. La lune a des teintes de sang.
Mon père est mort, dit-on, hier en me maudissant.

Là-haut le rossignol pleure et se désespère.
La cloche qu'on entend, c'est le glas de mon père.
Les parfums de ce soir font ployer mes genoux,
Je suis lasse. Un instant, ami, reposons-nous.

Que je t'aime ! Au château vois-tu cette lumière ?
C'est un cierge allumé près du lit de ma mère.
Ah ! les étoiles !... On dirait un sable d'or.
Ne t'avais-je pas dit que mon père était mort ?

Levons-nous. Allons près du lac. Je suis plus forte.
Ne t'avais-je pas dit que ma mère était morte ?
Entends le bruit de l'eau... C'est comme des chansons,
C'est comme nos baisers, quand nous nous embrassons.

Je ne veux pas savoir d'où tu nous vins, ni même
Savoir quel est ton nom... Que m'importe ? Je t'aime.
Le rossignol se tait au bruit de ce beffroi.
Ma mère me disait que ton cœur était froid.

La lune fait pâlir le cierge à la fenêtre.
Mon père me disait que tu n'était qu'un traître.
Écoute ce grillon. Vois donc ce vers luisant.
Assez de cloche. Assez de cierge - Allons-nous en.

J'ai pris des diamants autant qu'on voit d'étoiles,
Partons. Sens le bon vent, qui va gonfler nos voiles.
Viens. Qu'est-ce qui retient ta parole et tes pas ?

Lui

Mademoiselle, mais... Je ne vous aime pas.

NOCTURNE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
MissSherlockMissSherlock   20 mars 2018
Laques aux teintes de groseilles
Avec vous on fait des merveilles,
On fait des lèvres sans pareilles.

Ocres jaunes, rouges et bruns
Vous avez comme les parfums
Et les tons des pays défunts.

Toi, blanc de céruse moderne
Sur la toile tu luis, lanterne
Chassant la nuit et l'ennui terne.

Outremers, Cobalts, Vermillons,
Cadmium qui vaux des millions,
De vous nous nous émerveillons.

Et l'on met tout ça sur des toiles
Et l'on peint des femmes sans voiles
Et le soleil et les étoiles.

Et l'on gagne très peu d'argent,
L'acheteur en ce temps changeant
N'étant pas très intelligent.

Qu'importe ! on vit de la rosée,
En te surprenant irisée,
Belle nature, bien posée.

Chanson des peintres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MissSherlockMissSherlock   02 avril 2018
Pour plus d'agilité, pour le loyal duel,
Les témoins ont jugé qu'Elles se battraient nues.
Les causes du combat resteront inconnues ;
Les deux ont dit : Motif tout individuel.

La blonde a le corps blanc, plantureux, sensuel ;
Le sang rougit ses seins et ses lèvres charnues.
La brune a le corps d'ambre et des formes ténues ;
Les cheveux noirs-bleus font ombre au regard cruel.

Cette haie où l'on a jeté chemise et robe,
Ce corps qui tour à tour s'avance ou se dérobe,
Ces seins dont la fureur fait se dresser les bouts,

Ces battements de fer, ces sifflantes caresses,
Tout paraît amuser ce jeune homme à l’œil doux
Qui fume en regardant se tuer ses maîtresses.


Dans la clairière
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   05 août 2014
LE CAILLOU MORT D’AMOUR
(HISTOIRE TOMBÉE DE LA LUNE)

Le 24 tchoum-tchoum (comput de Wéga, 7e série), un épouvantable tremblement de lune désola la Mer-de-la-Tranquillité. Des fissures horribles ou charmantes se produisirent sur ce sol vierge [1] mais infécond.
Un silex (rien d’abord de l’époque de la pierre éclatée, et à plus forte raison de la pierre polie) se hasarda à rouler d’un pic perdu, et, fier de sa rondeur, alla se loger à quelque phthwfg [2] de la fissure A. B. 33, nommée vulgairement Moule-à-Singe.
L’aspect rosé de ce paysage, tout nouveau pour lui, silex à peine débarqué de son pic, la mousse noire du manganèse qui surplombait le frais abîme, affola le caillou téméraire, qui s’arrêta dur, droit, bête.
La fissure éclata du rire silencieux, mais silencieux, particulier aux Êtres de la Planète sans atmosphère. Sa physionomie, en ce rire, loin de perdre de sa grâce, y gagne un je-ne-sais-quoi d’exquise modernité. Agrandie, mais plus coquette, elle semblait dire au caillou : « Viens-y donc, si tu l’oses !… »

Celui-ci (de son vrai nom Skkjro [3]) jugea bon de faire précéder son amoureux assaut par une aubade chantée dans le vide embaumé d’oxyde magnétique.
Il employa les coefficients imaginaires d’une équation du quatrième degré [4]. On sait que dans l’espace éthéré on obtient sur ce mode des fugues sans pareilles. (Platon, liv. XV, § 13).
La fissure (son nom sélénieux veut dire « Augustine ») parut d’abord sensible à cet hommage. Elle faiblissait même, accueillante.
Le Caillou, enhardi, allait abuser de la situation, rouler encore, pénétrer peut-être…
Ici le drame commence, drame bref, brutal, vrai.
Un second tremblement de lune, jaloux de cette idylle, secoua le sol sec.
La fissure (Augustine) effarée se referma pour jamais et le caillou (Alfred) éclata de rage.
C’est de là que date l’âge de la Pierre Éclatée.

p.187-188-189

[1]. Nous ne pouvons pas tenir compte des infâmes calomnies qui ont circulé sur ce sol.
[2]. Le phthwfg équivaut à une longueur de 37.000 mètres d’iridium à 7° au-dessous de zéro.
[3]. Ce prénom, banal dans la Planète, se traduit exactement « Alfred ».
[4]. Le texte lunaire original porte « du palier du quatrième étage ». Erreur évidente du copiste.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NuitDeChineNuitDeChine   14 avril 2014
Phantasma.

J’ai rêvé l’archipel parfumé, montagneux,
Perdu dans une mer inconnue et profonde
Où le naufrage nous a jetés tous les deux
Oubliés loin des lois qui régissent le monde.

Sur le sable étendue en l’or de tes cheveux,
Des cheveux qui te font comme une tombe blonde,
Je te ranime au son nouveau de mes aveux
Que ne répéteront ni la plage ni l’onde.

C’est un rêve. Ton âme est un oiseau qui fuit
Vers les horizons clairs de rubis, d’émeraudes,
Et mon âme abattue est un oiseau de nuit.

Pour te soumettre, proie exquise, à mon ennui
Et pour te dompter, blanche, en mes étreintes chaudes,
Tous les pays sont trop habités aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Charles Cros (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Cros
Depuis 2014, à l'initiative de plusieurs maisons de la poésie du nord et du sud du pays, la Belgique s'est dotée d'un Poète National. Ce projet favorise les échanges littéraires et crée des ponts entre les différentes frontières linguistiques du pays. Désigné pour une période de deux ans, le Poète National a pour mission d'écrire au moins douze poèmes, disponibles dans les trois langues officielles, sur des thématiques liées à l'actualité ou à l'histoire du pays, de la société. Carl Norac, poète national 2020-2021, conçoit son travail comme une invitation au voyage, au coeur des mots et de la Belgique telle qu'elle est et telle qu'on voudrait qu'elle soit davantage. Avec cette rencontre en “chantier de fouille”, le poète nous invite à sa table de travail pour évoquer sa mission : porter une poésie du présent et de l'actualité.
Carl Norac, né en Belgique, est l'auteur de plusieurs dizaines de recueils de poésie. Il est aussi écrivain pour la jeunesse, traduit à ce jour en une vingtaine de langues. Il a reçu de nombreux prix dont le prix de l'Académie Charles Cros 2006 et le Grand Prix SGDL du livre jeunesse. Après avoir vécu en France, il habite désormais à Ostende.
Retrouvez notre dossier "Effractions 2021" sur notre webmagazine Balises : https://balises.bpi.fr/dossier/effractions-2021/ Retrouvez toute la programmation du festival sur le site d'Effractions : https://effractions.bpi.fr/
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
976 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre