AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226400239
208 pages
Albin Michel (07/03/2018)
3.17/5   18 notes
Résumé :
Tout est prêt pour un mariage parfait. Le beau monde est réuni, l'atmosphère pétillante, l'élégance au rendez-vous.
Il ne manque que la mariée.
Impatience, inquiétude... Que se passe-t-il ? Où est-elle ? Pourquoi ce retard ? Et pourquoi ce silence de mort de la part du futur marié ?
Son portable sonne. Visage consterné. Les invités peuvent enfin se lâcher...

Drôle, cinglant, insolent : quand un mariage dans le beau monde vire au j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,17

sur 18 notes
5
3 avis
4
2 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

Atine
  18 juillet 2018
Laure Mi Hyun Croset nous avait habitués jusqu'ici à des récits courts, à un regard bienveillant – ou pas – posé sur les petites fêlures ou les addictions dévorantes de ses personnages, qu'ils soient de pure fiction ou bien réels.
Il aurait pu en être de même pour son dernier opus, mais celui-ci, édité chez Albin Michel, plante un jalon majeur sur le chemin ascendant de l'écrivaine suisse.
On pourra bien sûr douter de ma partialité dans la mesure où je lis les écrits de Laure Mi Hyun depuis ses (quasi) premiers, édités chez Luce Wilquin, dans la mesure où j'ai conversé avec elle depuis presque autant de temps, alors qu'elle oeuvrait chez BSN Press, ou encore dans la mesure où elle m'a fait l'honneur de participer avec quatorze autres auteurs à un ouvrage collectif intitulé « Celles d'un soir » que j'ai fait paraître en 2017. On pourra, et on ne se privera peut-être pas.
C'est pourtant avec une pointe d'appréhension que j'ai abordé « le beau monde », peu après avoir appris une anecdote sur la genèse de ce projet : au détour d'un salon, Laure Mi Hyun Croset croise la route de Jean-Christophe Grangé, qui découvre à cette occasion un des premiers ouvrages de l'écrivaine (« Les velléitaires »). Il n'en faut pas moins que le maître du thriller ne favorise un échange d'idées entre son éditeur, Albin Michel, et l'intéressée. Une commande se profile à l'horizon : ce sera un roman choral.
Une commande ? Oui. So what ? Une commande n'est pas un ordre, et Laure Mi Hyun n'est pas femme à se laisser dicter ses propres textes. Elle se lance donc dans ce projet.
Revenons à mes doutes : à vrai dire, je ne m'attendais pas à ce que l'auteure quitte le format de la nouvelle ou du roman court, et s'éloigne ainsi de sa zone de confort (ou de maîtrise, si vous préférez). En tant que lecteur, je doutais que l'exercice d'un texte plus long et moins « autoportant » pût sourire à sa plume, à son style dense et élégant.
Et pourtant.
L'intelligence de l'auteure s'est justement appliquée à mettre toute la délicatesse de sa plume au service d'une intrigue où toutes les élégances se rassemblent le temps d'une fête de mariage. L'intrigue se brosse en deux coups de couverts en argent : Charles-Constant épouse Louise, leurs familles respectives – lyonnaise et genevoise – au quasi grand complet se réunissent pour couronner leur alliance. Tout est prêt : les costumes sont tirés à quatre épingles, les bulles millésimées se rangent au frais, les photographes posent le doigt sur le déclencheur, les témoins sourient et anticipent la larme à l'oeil. Mais Louise n'apparaît pas, et l'on devine bien vite que cette absence sera perpétuelle. Lorsqu'il est décidé, contre toute attente, de laisser la fête suivre son cours, toutes les conservations se mettent à graviter autour de la mariée et des motivations qui pourraient justifier son absence. D'orateur en orateur, comme on pourrait le faire de l'hommage rendu à un défunt, chacun se souvient, partage son souvenir tantôt ému, tantôt désenchanté, et, les boissons s'accumulant dans les gosiers, les interventions se font moins nuancées. Les coups de griffes prennent lentement toute la place.
Il y a du Chabrol dans ce récit, comme une impression de déjà-vu terriblement cinématographique : de la même manière que l'on ne peut (au mieux) entrevoir Louise que par son effeuillage progressif, on imagine à peine le visage de chaque contributeur à sa légende. Les voix se font off, à tel point qu'on finit par douter de la réalité de la mariée. On en raconte tout et son contraire, et on devine peu à peu que l'orage ne tardera pas à tonner. Laure Mi Hyun Croset reprend alors la main pour, à la manière d'un magistrat, nous sommer de répondre à une unique question : les gens qui se côtoient le temps d'une fête sont-ils faits pour se fréquenter ?
Au terme de cette lecture, je peux confirmer que l'exercice était périlleux, voire volontairement casse-gueule, mais que tout le (beau) monde se rassure : il est pleinement réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ptitemarjo
  05 août 2018
Un roman étonnant. Je l'ai choisi car j'ai entendu l'auteure à la radio et cela a piqué ma curiosité.
Il s'agit d'une histoire qui raconte un mariage dans la haute société où la mariée ne vient pas. Plusieurs invités parlent ensuite de leur rapport à la mariée et évoquent sa vie d'avant, pas toujours en terme élogieux.
En lisant ce texte, on a l'impression d'être au mariage et de passer de groupe en groupe au fil de conversations pour un peu mieux cerner Louise qui n'est pas venue. C'est original.
Commenter  J’apprécie          110
la_femme_aux_livres
  24 avril 2018
Cela fait des mois que Louise Jeanneret prépare son mariage avec Charles-Constant de Cotton de Puy-Montbrun. le choix du traiteur, de la salle, le plan de table, de la musique, et de la robe, il faut absolument que tout soit parfait, le moindre détail à son importance !
Mais finalement, munie de sa petite valise à roulettes, elle décide de prendre la poudre d'escampette et de laisser en plan son fiancé devant l'autel.
Est-ce la tension qui était trop lourde à supporter pour elle ? A-t-elle simplement eu peur de perdre sa liberté ? Peut-être simplement que c'est dû à ses origines modestes ? Elle l'enfant trouvée qui épouse un homme de la haute-bourgeoise française a-t-elle craint de ne pas être à la hauteur de ses noces ?
Pour ne pas perdre la face, devant les 500 convives et aussi pour ne pas gaspiller l'argent de l'organisation de cette somptueuses noces, les parents du marié décident de maintenir l'apéritif et même le repas. Quitte à prendre le risque que les gens plus modestes se mélanges avec les nantis !
Et aux grès des conversations les langues se délient, et une question demeure dans les esprits des convives : Au fond, qui est Louise ?
Une fille d'origine populaire qui a fait toute seule son éducation ou une monstrueuse arriviste ?
Une femme passionnée ou une femme complètement cinglée ?
Une amie sincère ou une manipulatrice ?
Une amoureuse sincère ou une vulgaire opportuniste ?
Laure Mi Hyung Croset, nous offre un magistrale roman !
Plus qu'un roman, c'est presque une étude sociologique du comportement des différentes couches sociales en société qu'elle retranscrit avec son écriture si délicate et fine. Un pur délice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Axelinou
  10 juillet 2018
Mitigé par ce roman.
Je vous fais grâce de la trame – « Tout est prêt pour un mariage parfait. le beau monde est réuni, l'atmosphère pétillante, l'élégance au rendez-vous. Il ne manque que la mariée. »
Le journaliste vantait les mérites de l'écrivain qui devait découvrir lui-même la personnalité de la mariée, qui devait participer à la lecture. Là j'ai été déçu.
Approche originale j'en conviens, mais fort répétitive.
Est-ce que l'auteur a une dent contre la noblesse ou la haute bourgeoisie ? Je le pense.
C'est bien de tourner les convenances sociales en dérision, mais l'approche est trop dichotomique à mon goût.
« À voir sa tenue et son élocution, on ne pouvait accorder aucune valeur à son témoignage. »
« Elle conjuguait tous les types d'insomnie. Elle ne parvenait pas à s'endormir, tant des idées nauséabondes couraient dans son cerveau malade. »
Bof…
Commenter  J’apprécie          50
Natiouschka
  03 juillet 2018
Lorsque Charles-Constant se retrouve seul face à l'autel, on décide malgré tout de maintenir les festivités. de l'apéritif au dessert, les langues se délient pour tenter de dresser le portrait de Louise, la mariée en fuite, et expliquer son geste. Les témoignages sur le caractère ou le passé de l'ex-future mariée se succèdent, souvent acerbes et accusateurs.
Originale, cette idée de dresser le portrait de l'absente par les invités! Mauvaise foi et jalousie mêlées, les invités se découvrent autant que l'ex-mariée. C'est divertissant et plutôt comique: la satire du "beau monde" est amusante et fonctionne parfaitement. Elle est malheureusement un peu longue: les témoignages s'enchainent presque sans discontinuer et selon le même procédé sur 199 pages. le procédé original devient malheureusement lassant, et débouche sur une conclusion très décevante.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   24 avril 2018
Dans "Le beau monde", Laure Mi Hyun Croset porte un regard sarcastique sur "la haute".
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AxelinouAxelinou   09 juillet 2018
...il parcourait avec dévotion les productions d'écrivains médiocres et populaires, tels que Queneau, Barjavel, Cohen, ou pire encore Anouilh, dont le seul mérite résidait dans le fait qu'ils encourageaient la lecture au sein des classes sociales les plus humbles.
Commenter  J’apprécie          30

Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les chiens dans la bande dessinée

Ce fox-terrier à poil dur (et blanc) créé par Hergé et l'inséparable compagnon du reporter Tintin. Les Aventures de Tintin et de son chien (Hein ? mais non, je ne l'ai pas dit !) sont publiées pour la première fois en 1929 dans Le Petit Vingtième. Le petit chien blanc et astucieux est présent dans les 24 albums de la série, publiés entre 1930 et 1986.

Ace
Attila
Bali
Bill
Chiffon
Cubitus
Gai-Luron
Grimmy
Idéfix
Kador
Krypto
Milou
Muff
Odie
Petit Papa Noël
Pif
Pluto
Rantanplan
Rintintin
Snoopy

20 questions
101 lecteurs ont répondu
Thèmes : chiens , bande dessinée , animaux , animaux personnifiésCréer un quiz sur ce livre