AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Second Oekumene tome 5 sur 5
EAN : 9782375792896
544 pages
Critic (17/11/2023)
3.92/5   6 notes
Résumé :
Strasser et MacGregor avancent chacun leurs pions dans une lutte d'influence acharnée, et l'offensive finale de la guerre est imminente. Reste à savoir qui la lancera, et à quel genre de résistance elle se heurtera.
Dans cet affrontement où tous les coups sont permis, les alter et les entités ont un rôle capital à jouer, et la face de l'Oekumène risque d'en être changée à jamais.
Que lire après Second Oekumene, tome 5 : TaraëlVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
L'affrontement final se profile : Strasser, sûr de sa victoire, prépare avec violence et énergie sa flotte ultramoderne au détriment des conditions de vie des ouvriers sur ses chantiers. MacGregor, toujours bienveillant, use de toute sa finesse pour compenser son retard en armement. Il sait qu'il peut compter sur des alliés indéfectibles et puissants, les alter.

Cinq tomes que John Crossford a mis en place un monde cohérent, avec ses planètes, ses règles, ses haines, ses alliances ; cinq tomes qu'il a monté des intrigues plus ou moins complexes, résolues ou encore en cours ; cinq tomes qu'il nous a présenté des personnages attirants ou détestables, méprisables ou attendrissants. Et voilà venu le moment de conclure. Alors difficile pour moi de beaucoup en dire sans déflorer l'intrigue. Car, si vous n'avez pas lu les quatre volumes précédents, lire cette critique n'a aucun intérêt et peut même se révéler dangereux (d'ailleurs, vous n'avez sans doute rien compris à l'introduction : quelle drôle idée, dans ces conditions, de poursuivre la lecture).

Quelques remarques cependant. Toutes les réponses sont là : John Crossford boucle tous ses axes narratifs. Par contre, il le fait en douceur, sans brusquer son lecteurice. On est clairement dans le récit de bien-être. Malgré quelques scènes violentes, ces histoires ne comportent que peu de passages malaisants, comme on dit depuis quelques années. Dans l'ensemble, les gentils gagnent, les méchants perdent. Ce n'est pas divulgâcher que l'annoncer ici, tant c'est prévisible. C'est d'ailleurs le reproche que je pourrais faire à ce récit : la fin (ou plutôt les fins, car beaucoup de trames étaient tissées et se devaient de parvenir à leur conclusion) était assez évidente et se voyait de loin. Quelques (bonnes) surprises sont venues parsemer ce chemin déjà tracé. Mais cela a un peu gêné mon début de lecture. Après quelques pages, j'ai retrouvé le rythme habituel et agréable de ces romans où les intrigues s'enchainent aisément sans que l'on se perde entre les personnages et les lieux, pourtant nombreux. Et c'est une force que cette multiplicité enrichissante et non envahissante. J'avais un peu peur au début de la lecture de ce cycle que l'auteur s'épuise. Mais il a gardé le souffle et en a même trouvé un second, voire un troisième en lançant de nouvelles intrigues, en amenant de nouveaux personnages. Sans oublier cependant ceux que l'on suit depuis le début et auxquels on s'est forcément attachés.

Décidément, cette fin d'année 2023 voit la fin de plusieurs sagas commencées depuis quelques mois, voire quelques années : l'hexalogie de la Tour de garde avec L'Armée fantoche, la trilogie de L'Empire s'effondre, avec Nulle âme ne désespère en vain, celle des Maîtres enlumineurs avec Les Terres closes et la finalement duologie des Mégapoles avec Némésis de la Cité. Toujours difficile de clore des cycles, surtout quand ils s'étalent sur plusieurs volumes, sur plusieurs années de parution. Alors on peut garder l'espoir avec de bonnes surprises, comme la parution d'un recueil de nouvelles se déroulant dans un univers aimé mais en principe clos. Ce fut le cas de ce retour à Olangar avec Olangar. Histoires au crépuscule. Mais cela ne peut pas être toujours le cas et il faut savoir tourner la page. Ainsi s'achève donc Second Oekumène, une histoire qui m'a fait rêver durant des milliers de pages. Un récit qui m'a permis de sortir de ma vie et de mes routines pendant des dizaines d'heures. Des romans qui ont joué leur rôle : m'emmener vers d'autres horizons, pour paraphraser l'éditeur, et me permettre d'oublier pour un temps l'horreur qui nous entoure et s'invite à chaque page des journaux. Longue vie à l'Empire.
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          242
C'est plutôt en demi-teinte que je termine ma lecture de cette vaste saga de SF où je me suis souvent sentie perdue, pas à cause de la complexité de son univers ou ses idées, mais à cause de la multitude de personnages et de lignes d'intrigues auxquelles je ne parvenais que rarement à me raccrocher et à trouver palpitantes. J'aurais vraiment voulu aimer mais j'ai fini par m'y ennuyer… V.V

J'ai pourtant tenté d'avoir un rythme de lecture plus soutenu que celui de la parution papier pour ne pas laisser trop de temps entre chaque tome, mais ça n'a pas suffit. L'absence de rappel de l'intrigue et d'un glossaire des personnages s'est lourdement fait sentir. D'habitude, je parviens quand même à raccrocher les wagons en cours de lecture, mais à part avec Anya, impossible ici d'y parvenir. C'est le signe que quelque chose ne fonctionnait pas entre moi et l'écriture de cette saga. Et je pense avoir compris : j'ai subi l'intrigue, je ne me suis pas attachée aux personnages et à leur devenir, du coup ils n'ont pas imprimé en moi et je ne m'y suis pas intéressée. CQFD !

Pour autant, c'est un cas très personnel, et je pense que d'autres amateurs de space opera trouveront leur bonheur dans ce dernier tome d'un cycle de révolution visant à remplacer un ancien ordre établi par un nouveau. Il y a un certain plaisir à voir les dernières cartes se jouer dans ce tome et à assister à la chute des derniers bastions tels que l'Eglise ou de riches financiers et entrepreneurs spatiaux. On est vraiment au coeur de l'action à suivre les plans des révolutionnaires qui ont pris la tête du peuple pour aller combattre ces derniers ennemis. On est tour à tour à côté des militaires dans leurs vaisseaux, sur les planètes avec des espions infiltrés ou avec les alters ces humains génétiquement différents, améliorés, à cause des radiations qu'ont mangé leurs ancêtres, sans oublier auprès des I.A. emmenées depuis l'ancienne Terre et réveillée dans ce futur qui tentent de rattraper et canaliser leur « chef » qui a mal tourner. Il y a donc de quoi s'occuper.

L'auteur tente d'avoir une plume immersive pour nous faire vivre au plus prêt ces multiples combats et zones de conflits. Il alterne régulièrement les points de vue pour susciter la curiosité et l'enthousiasme, et afin que chacun y trouve son compte. Hommes et femmes ont à parts également le devant de la scène. Cela se lit tout seul grâce à une présence importante de dialogues souvent bien tournés. Et on varie bien les tons et les ambitions. Ça parle ainsi aussi bien politique économique, politique religieuse, philosophie humaniste ou place de la technologie et des I.A. Il y a vraiment à boire et à manger ici, surtout que cela se concrétise joliment dans un dénouement qui est, pour moi, l'une des pièces maîtresses du tome.

Et même si, j'ai eu du mal pour ma part, et que je me suis pas mal ennuyée face au long réveil de tous ces antagonismes qui peinaient à monter à mon goût, m'attendant à quelque chose de plus explosif, j'ai quand même pris un très vif plaisir à suivre les lignes scénaristiques d'Anya et des Alters, ainsi que de Neo et des I.A. Ce furent vraiment les deux points forts, les deux thématiques qui m'ont passionnée, plus que les guéguerres de pouvoirs qui me rappelaient bien trop certaines dystopies, et les dystopies et moi, ça fait deux xD Non, les questions sur la ségrégation des humains génétiquement modifiés et des I.A, avec leur technologie avancée, je trouvais ça bien plus intéressant, y a pas à dire !

C'est un peu la chronique d'un rendez-vous raté que je vous fais ici. J'avais eu des attentes suite à un premier tome qui offrait des ambitions collant à mes envies d'aventure et de questions transhumanistes. Celles-ci n'ont pas été pleinement satisfaites car l'auteur a fait le choix d'un autre chemin dans lequel je ne me suis pas sentie à l'aise. Cependant, je reconnais que Second Oekumène est un divertissement honnête pour qui affectionne les space opera révolutionnaire aux relents dystopiques, et je serais ravie qu'il trouve son public pour permettre à l'auteur (Bertrand Passegué de son vrai nom) de revenir encore sur le devant de la scène avec un autre univers peut-être plus à mon goût ^^
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Une énorme vague de flammes submergea aussitôt les soldats. Quelques détonations retentirent, à peine audibles derrière les cris de douleur vite éteints.
Commenter  J’apprécie          142

autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
5004 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *}